Piney (Aube)

commune française du département de l'Aube

Piney
Piney (Aube)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, lacs, terres en Champagne
(siège)
Maire
Mandat
Christian Denormandie
2020-2026
Code postal 10220
Code commune 10287
Démographie
Gentilé Pinois
Population
municipale
1 478 hab. (2018 en diminution de 4,65 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 49″ nord, 4° 20′ 01″ est
Superficie 70,98 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Troyes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brienne-le-Château
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Piney
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Piney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Piney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Piney
Liens
Site web piney.fr

Piney est une commune française située dans le département de l'Aube et la région Grand Est.

GéographieModifier

La commune de Piney est située dans le département de l'Aube, à 21 kilomètres à l'est de Troyes sur la route de Saint-Dizier et Nancy. Elle est traversée sur sa partie est par l'Auzon.

Piney se situe sur le territoire du parc naturel régional de la Forêt d'Orient.

La superficie de Piney s'étend sur 7 098 hectares (soit 70,98 km2), ce qui en fait la plus grande commune du département de l'Aube, avec une altitude allant de 107 à 177 mètres.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Piney est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Troyes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

La commune, bordée par des plans d’eau intérieurs d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le lac d'Orient et le lac d'Auzon-Temple, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[6]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (44 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (44,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38,9 %), forêts (36,4 %), eaux continentales[Note 3] (18,1 %), prairies (4 %), zones urbanisées (1,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

HameauxModifier

Piney possède trois hameaux, d'anciennes communes rattachées au bourg au fil du temps.

  • Brantigny Le 27 pluviôse an III () la commune de Brantigny est rattachée à celle de Piney.
  • Villevoque En 1795 la commune de Villevoque est rattachée à celle de Piney.
  • Villiers-le-Brûlé En 1795 la commune de Villiers le Brûlé est rattachée à celle de Piney.

Outre ses hameaux, Piney possède également plusieurs écarts, qui sont les fermes de :

  • Rachisy, ancienne commune (le la commune de Rachisy est rattachée à celle de Piney).
  • Bonlieu.
  • Bellevue.
  • La Loge Madame.
  • Maurepaire.
  • Rozat.
  • La Goguette.
  • Le Buisson.
  • Maison forestière.

À noter également, La Maison du Parc : élément principal de la gestion et de l’animation du parc naturel régional de la Forêt d’Orient. Elle est située dans un ancien hôtel bourgeois troyen du XVIe siècle, qui était situé au quartier du Point du Jour à Troyes. Le bâtiment a été réimplanté en 1973 (inauguration le ) à son emplacement actuel. Une ancienne longère, initialement située à Lusigny-sur-Barse, a également été réimplantée derrière la Maison du Parc.

HistoireModifier

Piney était depuis le XIIe siècle une terre de Brienne et suivit donc le destin de cette famille. Après la première race, passage dans les mains des Enghien puis des Luxembourg.

Piney avait un château fort sur motte qui, en 1441 n'était déjà plus qu'un souvenir. Si la motte subsistait, les ducs de Piney-Luxembourg avaient une maison seigneuriale au milieu du bourg depuis 1607. Il était de pierre de bois avec huit chambres à feu, galeries, cabinets, cour, écuries, basse-cour, jardin et granges. Le duc François-Henri de Montmorency-Luxembourg y passait son année d'exil de 1681.

Napoléon est passé par Piney en 1814, au lendemain de la bataille de la Rothière. Il y a dormi une nuit, dans une maison qui fut celle de François de Luxembourg, premier duc de Piney par la grâce du roi Henri III. Qu'il ait fait ses études à Brienne-le-Château n'est que coïncidence.

Les Templiers et les HospitaliersModifier

Les Templiers possédaient sur la commune :

Lors de la dévolution des biens de l'ordre du Temple la commanderie de Bonlieu avec ses membres sont revenues aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

HéraldiqueModifier

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent au lion de gueules, la queue fourchée, armé, couronné et lampassé d’or qui est Luxembourg ; à la bordure soudée d’or chargée de huit quintefeuilles de gueules.

Le lion rouge, dressé et menaçant, est celui des ducs de Luxembourg d’Ardenne.

En 1214, on y ajoute une couronne pour marquer une prétention au marquisat de Namur. En 1226, on fourche la queue pour marquer la possession de deux fiefs : le Limbourg-Luxembourg et le Limbourg-Berg.

Élevé au rang de duché en 1254, le comté de Luxembourg d’Ardenne conserve la symbolique, qui se transmet aux Luxembourg Saint Pol, comtes de Brienne et ducs de Piney.

En 1957, la direction des Archives de France sollicite la commune pour la création d’une marque symbolique urbaine. Ce sera le blason des Luxembourg-Piney, auquel on ajoutera huit quintefeuilles de gueules qui soulignent l’appartenance de la ville au territoire de la forêt d’Orient.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 M. Hubert Finance    
2008 En cours M. Christian Denormandie[11],[12]
Réélu pour le mandat 2020-2026[13]
DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Les habitants de Piney sont les Pinois, Pinoises.

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 1 478 habitants[Note 4], en diminution de 4,65 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2131 4581 0721 4281 5641 5531 5061 5641 541
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6241 6541 6331 5881 5901 5331 5611 3981 373
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3411 2911 2541 0631 2551 1841 0871 0681 082
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0321 0051 0371 1121 1241 2261 2491 2521 518
2017 2018 - - - - - - -
1 4841 478-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (23,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50 % contre 48,7 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 24,1 %).
Pyramide des âges à Piney en 2008 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,9 
5,6 
75 à 89 ans
8,1 
12,9 
60 à 74 ans
14,1 
19,5 
45 à 59 ans
18,4 
22,7 
30 à 44 ans
22,5 
16,9 
15 à 29 ans
17,6 
21,9 
0 à 14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département de l'Aube en 2008 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,5 
75 à 89 ans
10,3 
13,7 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
20,6 
20,2 
30 à 44 ans
19,1 
19,0 
15 à 29 ans
17,1 
19,1 
0 à 14 ans
17,3 

CultureModifier

MonumentsModifier

Lieux de CulteModifier

  • Piney Église Saint-Martin, édifiée au XVIe siècle. Menacés de ruine, son chœur et son transept ont dû être démolis en 1877. C'était une paroisse du doyenné de Brienne, à la collation de l'évêque, elle avait comme succursales : Brantigny, Villeloque, Villers-le-Brûlé. L'église des XVIe et XVIIe siècles était sur un plan rectangulaire avec une abside en saillie, 31 m de longueur, 21,8 m pour la nef et 13 m de hauteur sous nef. L'abside à cinq pans était voûtée. Le portail était remanié en 1735. Mais menaçant ruine, elle devait être rebâtie au XIXe siècle. Le chœur et les transepts furent rebâtis en 1877 par l'architecte Roussel. Mais faute de crédits, de grandes parties furent détruites, car en mauvais état en 1884 et 1888.



Tourisme et LoisirsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Cérémonie de la pose de la plaque de la rue Emmanuel-Leclainche à Piney le .

EnseignementModifier

PrimaireModifier

  • École maternelle
  • École élémentaire

SecondaireModifier

  • Collège des Roises

ÉconomieModifier

CommercesModifier

  • Boulangerie
  • Restaurants
  • Bar-tabac-presse
  • Fleuriste
  • Hôtel
  • Commerce de proximité

Services publicsModifier

  • Gendarmerie
  • Mairie
  • Communauté de communes "Forêts, Lacs, Terres en Champagne"

SantéModifier

  • Médecins
  • Dentistes
  • Kinésithérapeutes
  • Infirmiers
  • Psychologues
  • Sage femme
  • Orthophoniste

InfrastructuresModifier

RoutesModifier

Axe national

Axes secondaires

  • D 1 de Piney à Coursan en Othe (et limite Aube/Yonne)
  • D 11 de Piney à Chaumesnil
  • D 79 de Piney à Essoyes (et limite Aube/Côte-d'Or)
  • D 80 de Brantigny à la D180 (Saint-Christophe-Dodinicourt)
  • D 126 de Piney à la D5 (Onjon)
  • D 200 de Villiers-le-Brûlé à Auzon-les-Marais

Projet routier

  • Déviation de Piney par le nord

La déviation de la RD 960 est prévue par le nord entre le lieu-dit "la Potence" (à l'ouest) et le lieu-dit "Champ Picot" (à l'est). Cette déviation est inscrite dans le plan local d'urbanisme (P.L.U) mais aucune date d'étude ou de travaux n'est à l'ordre du jour.

Chemin de ferModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  7. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  12. Résultats du premier tour des élections municipales 2014
  13. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21599459
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Évolution et structure de la population à Piney en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Résultats du recensement de la population de l'Aube en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :