Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Tapisserie

forme d'art textile, traditionnellement tissé sur un métier vertical
Détail d'une tapisserie médiévale.

La tapisserie est un tissu fabriqué sur un métier à tisser ou bien à la main, dont le tissage représente des motifs ornementaux[1]. Le tissage se compose de deux ensembles de fils entrelacés, ceux parallèles à la longueur, les fils de chaîne, et ceux parallèles à la largeur, les fils de trame[1]. Les fils de chaîne sont mis en place sous tension sur un métier, et le fil de trame est transmis par un mouvement mécanique de va-et-vient sur tout ou partie de l'ouvrage. Souvent la tapisserie est une réalisation textile décorative d'ameublement, se classant dans les arts décoratifs. La tenture murale d'une pièce peut être constituée d'une seule ou d'un ensemble de tapisseries[2].

Texte alternatif pour l'image
Monsieur Honoré Ledoux mettant la touche finale à une tapisserie représentant un chevalier en armure sur son destrier

L'art de la tapisserie existe depuis l'Antiquité, et beaucoup de peuples l'ont pratiqué : Grèce antique, Chine impériale, Égypte antique, civilisations précolombiennes[3]. La tapisserie occidentale connaît un essor formidable pendant le XIVe siècle, illustré par la tenture de l'Apocalypse commandée par le duc Louis Ier d'Anjou.

Un grand nombre de tapisseries sont parvenues jusqu'à nous directement. Elles sont parfois grandioses (tenture La Dame à la licorne, la tenture de David et Bethsabée[4] conservée à Écouen, la tenture Les Chasses de Maximilien conservée au musée du Louvre), souvent plus modestes. Certaines tentures sont disponibles en plusieurs séries (tenture de l'Histoire du Roy dont une série complète se trouve au château de Versailles).

Sommaire

TechniquesModifier

La tapisserie (ou lice ou lisse[5]) est une œuvre tissée sur un métier à tisser à haute lice ou basse lice. Le tisserand qui effectue le travail s'appelle « licier » ou « lissier[6] ».

MatériauxModifier

La laine est le matériau principal utilisé pour réaliser une tapisserie. La laine a été utilisée de préférence grâce à deux qualités, elle est facile à teindre et elle conserve bien la chaleur.

On utilise aussi la soie produite par le ver à soie et qui donne un aspect lumineux à la tapisserie. Son inconvénient vient de son prix élevé.

Dans les tapisseries les plus riches, on pouvait mélanger les fils de laine à des fils de soie, voire à des fils d'or ou d'argent.

TeintureModifier

Les tapisseries étant destinées à décorer les murs, elles sont appréciées pour la richesse de leurs coloris.

Au Moyen Âge, il n'y avait que très peu de couleurs, toutes d'origine naturelle, souvent à base de plantes tinctoriales :

- la garance, la cochenille et le kermès donnent des rouges de différentes intensités
- le pastel, aussi appelé guède, donne du bleu clair, ou, plus précieux, l'indigo, venu d'Inde (d'où son nom)
- la gaude permet de teindre en jaune.

Avec les progrès de la chimie à partir du XVIIIe siècle, le nombre de couleurs s'est accru sensiblement et l'on a pu utiliser des tons de plus en plus fins. Alors que la tapisserie présentait une forme d'irréalisme en raison du nombre restreint de couleurs, au XVIIIe siècle, elle parvient à reproduire fidèlement des peintures. Malheureusement, ces premières teintures chimiques étaient très sensibles à la couleur et les tentures datant de Louis XIV et Louis XV ont des couleurs plus ternes que celles du Moyen Âge.

Le nombre de couleurs disponibles est passé d'une vingtaine au Moyen Âge, à une centaine au XVIIe siècle, 600 un siècle plus tard et aujourd'hui, plusieurs milliers.

Modèles et cartonsModifier

Au départ est créé un carton, qui est l'ébauche en dimensions réelles de la tapisserie. Le carton est une sorte de maquette peinte, qui indique la composition, les motifs et les couleurs. Au départ exécutée par les tapissiers, elle devient une activité à part entière, celle des peintres-cartonniers.

Le carton peut être fait à partir d'une peinture, comme on le voit à partir du XVIe siècle avec la reproduction en tapisseries de tableaux de Raphaël.

TissageModifier

La technique de basse lice est horizontale et le métier se présente comme une table tandis que la technique de haute lisse est exécutée sur un métier vertical. Le lissier écarte les fils pour voir le carton placé sous les fils en basse lisse ; en haute, lice, il use d'un miroir car le carton est placé derrière lui. Au départ, des fils de chaîne de laine écrue, qui constituent la matrice, sont tendus sur des rouleaux appelés ensouples. Ils sont recouverts au fur et à mesure du tissage par des fils de trame, qui apportent le dessin et les couleurs. L'exécution peut se faire à plusieurs mains. Elle est longue et minutieuse. Pour exécuter la trame, le lissier actionne des pédales, qui séparent la nappe de fils de chaîne en fils pairs et impairs, permettant le passage d'une navette avec son fil. Ce passage s'appelle une passée. Il y a autant de navettes qu'il y a de couleurs. Le lissier peut procéder à des effets : le battage, sorte de hachure qui permet de faire des dégradés de couleur ; le relais, sorte de coupure entre deux zones de couleur. Le travail effectué s'enroule au fur et à mesure sur l'ensouple. Une fois achevé, on déroule l'ouvrage. Dans la tapisserie contemporaine, on peut multiplier les épaisseurs, effectuer des crevés (trous) ou laisser les fils pendre pour donner expressivité et matière. À noter l'invention, à la fin du XVIIIe siècle, du métier Jacquard, qui a permis la mécanisation et l'industrialisation du textile en général, et, dans une moindre mesure, de la tapisserie.

Les deux techniques d'exécution de la tapisserie de lices sont utilisées par plusieurs centres de productions : en France, manufacture des Gobelins à Paris, tapisseries de Beauvais, ainsi que les tapisserie d'Aubusson. En Belgique, la manufacture royale de tapisserie De Wit, à Malines (Mechelen), et Chaudoir, à Bruxelles. Audenarde[7] (Oudenaarde) ainsi que Grammont (Geraardsbergen) et Enghien, sont mondialement connues pour les « verdures », spécialité au départ également des ateliers d'Aubusson. Tournai possède encore un musée de sa tapisserie mais également une école dans laquelle sont rénovées de nombreuses tapisseries de toutes provenances.

La technique s'est internationalisée à partir du XVIIe siècle et les métiers sont devenus plus individuels au XXe siècle, particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, permettant une diffusion et une pratique plus importante et plus personnelle de la tapisserie.

Distinction entre tapisserie et broderieModifier

 
Musei Capitolini, Rome.

La plus ancienne des tentures est la tapisserie de Bayeux, grandiose pièce historique de 70 mètres de long qui narre l'invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant au XIe siècle. Cependant cette œuvre est injustement appelée tapisserie car c'est en réalité une broderie, exécutée « aux points d'aiguille » : alors qu'une tapisserie est tissée sur un métier manuel ou mécanique, la broderie est cousue sur une toile à l'aide de fils de couleur et d'aiguilles. Les fils de couleur ne couvrent pas la totalité de la surface, contrairement à la tapisserie. Jadis appelée « tapisserie aux points d'aiguille » cette technique use au départ d'une toile assez grossière qui est aujourd'hui un « canevas », d'où le nom actuel donné à la technique. La broderie est connue depuis des temps immémoriaux, contrairement à la tapisserie, plus complexe à mettre en œuvre, et dont le démarrage se situe à la fin du Moyen Age. Ses points communs avec la tapisserie sont non seulement l'appartenance à la famille textile mais la représentation d'un sujet ou d'une scène. En cela, elle peut être considérée comme l'ancêtre de la tapisserie. Sous l'Ancien régime, on comptait des façonniers en tapisseries aux points d'aiguille. Les réalisations sont de taille modeste, ayant quelques applications. Ainsi les dessus de sièges réalisés au petit ou gros point, qui constitue son usage le plus courant, voire des pièces de plus grande envergure comme des tentures de lits princiers ou murales, que l'on voit dans certains châteaux et musées. En raison de sa facilité d'utilisation, la technique du point d'aiguille est devenue un « ouvrage de dame », pratiqué par l'aristocratie et la bourgeoisie, avant de se populariser.

HistoireModifier

La tapisserie depuis l'AntiquitéModifier

L'art de la tapisserie existe depuis l'Antiquité, en particulier la tapisserie sur métier[8].

La tapisserie au Moyen Âge en EuropeModifier

Il reste peu d'éléments sur les débuts de la tapisserie en Europe. Des tentures ont été disposées dans les églises pour les décorer. Grégoire de Tours écrit dans son Histoire des Francs que lorsque Clovis a décidé de se faire catholique l'évêque est comblé de joie et les places sont ornées d'étoffes de couleur, les églises sont décorées de tentures blanches. L'abbé Lebeuf a écrit dans Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre que l'évêque Angelelme (813-828) fait embellir l'autel de la cathédrale Saint-Étienne et « fit présent de plusieurs tapisseries très belles, pour orner le lieu où le clergé chantait »[9].

 
Vestige de la Tenture de la cathédrale d'Halberstadt (vers 1170)]
Musée des arts décoratifs de Berlin
 
Tenture d'Halberstadt. Charlemagne

Jean Mabillon écrit pour l'année 1009 que le règlement de Cluny prévoit que les murs de l'abbatiale soient couverts de tapisserie les jours de grandes fêtes. Luc d'Achery a écrit dans les Miracles de saint Benoît que l'église abbatiale de Fleury était ornée de tentures en soie le jour de Pâques 1095. Dans la Vie de saint Gervin, abbé de Saint-Riquier, le même auteur écrit qu'il a fait exécuter des tapis très remarquables en 1060 pour l'église de son abbaye[10]. Vers 1050 est réalisé une tenture de Saint-Géron tissée dans la région de Cologne et reprenant un répertoire ornemental byzantin avec des griffons et des taureaux associés. On retrouve des figurations humaines dans les Tentures de la cathédrale d'Halberstadt, réalisée vers 1170, produites en Basse-Saxe, qui devaient être une tenture de chœur avec des représentations d'Abraham, saint Michel terrassant le dragon, du Christ et des apôtres. Un vestige plus récent montre Charlemagne entouré de philosophes[11].

En 1025, le concile d'Arras reprend le texte de la lettre de Grégoire le Grand à l'évêque Serenus de Marseille, en 599, dans laquelle il condamnait la destruction des images dans les églises arguant qu'elles permettaient aux illettrés de garder en mémoire l'histoire sainte, et que l’image était l’écriture des illettrés (lliterati, quod per scripturam non possunt intueri, haec per quaedam picturae lineamenta contemplantur).

 
Saint Antoine ermite, tapisserie de Guigone de Salins, Beaune.

Les tapisseries murales améliorent considérablement le confort dans les lieux de vie, en offrant une meilleure isolation thermique, car elles conservent mieux la chaleur dans les pièces que les murs peints, et protègent des courants d'air dans les églises[12]. De plus, elles permettent de décorer une pièce, de donner un cadre aux conversations[12]. Les motifs représentés se composent souvent de fleurettes, d'animaux, émaillés de symboles héraldiques[13]. Les tapisseries n'étant pas fixées rigidement aux murs, elles sont facilement déplaçables d'un lieu de résidence à un autre.

 
Musée de Cluny
Vendanges
 
Angers Tenture de l'Apocalypse

La plus ancienne trace d'une commande de tapisserie, est celle faite par Mahaut d'Artois qui demande, le 4 juillet 1313, à Mathieu Cosset, receveur d’Artois, de faire confectionner six tapisseries par Isabelle Caurrée, marchande d'Arras[14].

 
Musée du Louvre
L'Offrande du cœur
 
Metropolitan Museum of Art
The Cloisters
Chasse à la licorne

À partir du milieu du XIVe siècle on constate un étonnant développement de la tapisserie en Europe occidentale. Il est le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs, économique, historique et culturel. Si les tapis restent une technique orientale, la tapisserie devient une technique occidentale. Les tapisseries sont pariétales / murales, c'est-à-dire accrochées aux parois / murs tandis que les tapis sont destinés à revêtir les sols. Le principal centre de production du tapis se situe en Asie mineure, en Turquie et en Perse (Iran actuel). La tapisserie, qui s'est d'abord une développée à Paris, va se déplacer, probablement à cause de la guerre de Cent Ans, vers l'Artois (Arras), la Flandre (Tournai), le Hainaut, puis s'est déplacé vers le Brabant (Bruxelles) où existait une tradition drapière qui s'est trouvée en concurrence avec la production anglaise.

Jean II le Bon est couronné roi de France en 1350. Ses quatre fils, Charles V, Louis Ier, duc d'Anjou, Jean Ier, duc de Berry, et Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, ont été des collectionneurs passionnés qui ont fait des commandes de tapisseries importantes :

- Louis d'Anjou possède 76 tapisseries en 1364, et l'exceptionnelle Tenture de l'Apocalypse, fournie en 1380 par Colin/Nicolas Bataille.
- Philippe le Hardi s'est marié en 1369 avec Marguerite de Male, fille de Louis de Male, comte de Flandre, qui a hérité du comté de Flandre et du comté d'Artois à sa mort, en 1384. Ils vont progressivement étendre leur domaine et créer les Pays-Bas bourguignons. Les ducs de Bourgogne vont se servir des produits de luxe comme moyens pour affirmer leurs ambitions dans leurs actions diplomatiques. Les tapisseries leur servent de deux manières : en décoration des lieux de réunion pour montrer leur richesse, comme cadeaux aux hommes qui peuvent leur sont utiles dans leurs démarches.
- Jean de Berry possédait des tapisseries dont certaines sont citées dans l'inventaire de 1422 des tapisseries de Charles VI qui représentent des sujets de la mythologie grecques et des Neuf Preuses[15],[16] .

Jusqu'au XVIIe siècle, les Pays-Bas sont la région la plus industrieuse d'Europe avec l'Italie du Nord, et se sont faits une spécialité de la production de draps à partir de la laine fournie par l'Angleterre. Les principaux centres de production sont Arras, Tournai, Bruxelles, Audenarde et Enghien. La zone connaît une grande concentration de richesse. À côté des commandes des princes, il y a en même temps un développement de la demande de consommateurs urbains pour les produits de luxe. Les fournisseurs de Philippe le Hardi sont des marchands tapissiers résidant à Paris et à Arras. Arras était renommée pour la qualité de sa production textile de luxe. Cette suprématie d'Arras sur le marché de la tapisserie a fait que dans de nombreux pays le nom d'Arras était synonyme de tapisserie bien après la quasi disparition des ateliers de tapisserie à Arras, comme en Italie, "arazzo", ou "arrasy" en Pologne. Il n'est pas toujours aisé de retrouver l'atelier d'origine d'une tapisserie médiévale. Après Arras, les centres les plus importants de production de tapisserie ont été Tournai, puis Bruxelles, Bruges, Anvers et Audenarde. Ce marché du luxe était coordonné par de grands entrepreneurs, qualifiés de "marchands tapissiers" ou "marcheteur" comme Pasquier Grenier, qui étaient aussi des manieurs d'argent, prêtant de grosses sommes d'argent aux princes, finançant les ateliers de tapisserie, mettant en relation commanditaires, ateliers et fournisseurs de matière première[17]. Quatre de ces marchands apparaissent régulièrement dans les comptes de Philippe le Hardi : Jacquet Dourdin, Jean Cosset, Colin/Nicolas Bataille et Pierre de Beaumez. On les trouve avec le titre de valet de chambre ou garde des tapisseries de ces princes. Dans le développement de leur marché, en Espagne et en Italie, les marchands tapissiers vont s'associer avec les banquiers italiens, en particulier avec la banque Médicis[18]. Les mariages sont aussi un moyen pour développer le commerce. Ainsi, dans les clauses du contrat de mariage entre Charles le Téméraire et Marguerite d'York, il y a celle de l'ouverture du marché anglais aux produits manufacturés des Pays-Bas[19]. À côté de la commande privée, le clergé continue à acheter des tapisseries, comme la tenture de Saint-Étienne[20], commandée par l'évêque d'Auxerre pour le chœur de sa cathédrale vers 1500.

Pendant la seconde moitié du XIVe siècle, avec l'apparition d'une importante clientèle privée, se produit un changement dans les thèmes abordés en tapisserie[21]. L'innovation majeure consiste à mettre en scène des histoires, qui sont plus élaborées, plus riches et surtout plus prestigieuses[12]. La tapisserie devient alors un objet de luxe, et commence à remplir trois grandes fonctions. Elles sont des objets d'ostentation, déployés dans les demeures des grands, ou à l'occasion de cérémonies publiques. D'autres ne sont pas présentées, mais entreposées à l'abri de la lumière. Les tentures sont aussi des cadeaux diplomatiques ou de mariage, pour faciliter des alliances entre maisons. Par exemple, pendant la guerre de Cent Ans, le duc de Bourgogne use de ce genre de présent, ce qui permet une rapide diffusion de ce produit à travers toute l'Europe occidentale[13]. De plus, les inventaires des puissants, laïcs ou ecclésiastiques, font état de nombreuses tentures qui font surtout office d'investissements. Celles-ci, parfois tissées de fil d'or et d'argent, constituent une réserve de capital, preuve du caractère précieux qu'elles renferment[13].

En revanche pendant la même période, après le trépas de Charles VI, l'inventaire dressé par Jean Du Val[22] montre qu'un grand nombre des étoffes et tapisseries constituant le mobilier du palais capétien et du Louvre ont été détournées et vendues, par et au profit des Anglais, comme des gens de cour.

Comme les tapisseries sont le plus souvent destinées à des lieux de vie, les thèmes religieux sont moins fréquents, mais restent bien sûr très présents. Beaucoup représentent classiquement la vie de la Vierge Marie, ou la Passion du Christ. Un accent particulier est mis sur la manière de raconter la vie des saints, avec plus d'originalité, une iconographie recherchée, comme dans L'Histoire de saint Étienne de la cathédrale d'Auxerre[23]. Des morceaux choisis de la Bible sont tissés, comme la tenture de L'Histoire de Gédéon commandée par Philippe le Bon à des tapissiers de Tournai pour les réunions du chapitre de l'Ordre de la Toison d'or, ou les scènes de repentir du roi David dans la tenture de David et Bethsabée réalisée à Bruxelles[24]. L'idée est de créer un rapprochement entre le propriétaire de la tapisserie et ce qui est représenté accroché au mur[25]. Les tentures racontent aussi des scènes de bataille, souvent appréciées, des événements contemporains comme le voyage de Vasco de Gama dans La Caravane de chameaux, des événements passés (le couronnement de Clovis commandé par Charles le Téméraire), des épisodes historiques réactualisés comme L'Histoire de César qui représente des chevaliers[26]. La chanson de geste avec L'Histoire de Jourdain de Blaye ou la littérature courtoise avec Hommes sauvages et Château d'amour ne sont pas en reste[27]. Enfin, d'innombrables scènes de chasse (Nobles chassant en costumes de sauvages), de travail des sujets (La Capture des lapins au furet) sont tissées[28].

Enfin, l'art de la tapisserie est aussi le témoin de l'art des peintres qui réalisaient les cartons préparatoires. C'est donc un aspect essentiel de l'histoire de l'art au Moyen Âge[29].

À partir du XVIIe siècle, la production des Pays Bas est concurrencée par la production française, jusqu'alors minoritaire, mais qui, grâce aux privilèges décernés par les rois de France à partir d'Henri IV, et grâce à leurs commandes somptueuses, vont pouvoir s'imposer face aux ateliers brabançons, hennuyers et flamands.

La tapisserie RenaissanceModifier

En France, vers 1530, François 1er fonde à Fontainebleau la première manufacture royale de tapisserie. En 1601, une manufacture de tapisserie est créée dans l'enclos des Gobelins par Henri IV.

L'arrivée de la Renaissance va introduire le style italien dans les tapisseries européennes en particulier grâce aux artistes tel que Raphaël (1483-1520) qui introduit l’art de la composition, l’ordre, la clarté, la perspective, le décor, les riches bordures et arabesques qui donneront le «haut en couleur» propre à la Renaissance, Giulio Romano (1499-1546) disciple de Raphaël et Perino del Vaga (1501-1547). La tenture « des Actes des apôtres » de Raphaël sera dans l'art de la tapisserie l'Annonce de la Renaissance

La tapisserie sous l'Ancien RégimeModifier

Au début des années 1660, Colbert restructure l'atelier des Gobelins pour en faire une manufacture regroupant l'ensemble des liciers parisiens, puis il créé Beauvais en 1664, également sous la protection du roi louis XIV. Plus de 800 peintres et tapissiers sont réunis aux Gobelins, à Paris, sous la direction de Charles Le Brun dont l’idée est de spécialiser les artistes selon leurs dons et leurs affinités. C’est pourquoi il n’est pas rare de trouver un carton signé par plusieurs artistes différents.

L'industrie se spécialise dans les tapisseries de laine fine, notamment celles d'Arras qui sont vendues pour décorer les palais et les châteaux partout en Europe. Peu de ces tapisseries ont survécu à la Révolution française : des centaines y sont brûlées pour récupérer les fils d'or tissés. Au XVIe siècle, la Flandre devient le principal centre de production européen de la tapisserie avec les villes d'Audenarde, de Bruxelles, de Grammont et Enghien. De nombreux exemplaires de cette époque existent encore, démontrant le détail complexe des motifs et des couleurs. Au XVIIe siècle, la tapisserie européenne imite la peinture, la couleur prenant désormais plus d’importance que les effets de tissages.

La tapisserie contemporaineModifier

Des artistes contemporains créent des cartons pour qu'ils soient réalisés en tapisserie.

On parle alors d'artistes cartonniers qui, le dessin effectué sur une commande ou un travail personnel, font exécuter leurs œuvres par des liciers de manufactures de tapisseries comme celles d'Aubusson ou des ateliers indépendants.

On peut citer Jean Lurçat, Pierre Saint-Paul, Jean Picart le Doux, Loewer, Le Corbusier, Alexander Calder, Jacques Lagrange, Enrico Accatino, Marc Petit, Nicolas de Staël, Serge Poliakoff, Charles Lapicque, Alfred Manessier, Jean Le Moal, Henri-Georges Adam, Édouard Pignon, Gustave Singier, Jean Labellie, Claude Lagoutte, Nicolas Carrega, Lanskoy, Linder, Alberto Magnelli, Michel Seuphor, Zadkine, Anne Aknin, Olivier Debré, Georges Chazaud, André Brasilier et, surtout, Dom Robert qui a grandement participé au renouveau de la tapisserie dans la seconde moitié du XXe siècle.

Mais certains artistes comme Josep Grau-Garriga ont su faire évoluer la tapisserie vers un autre monde : d'une tapisserie figurative il est passé à une tapisserie en relief et abstraite jusqu'à aller vers une tapisserie-sculpture (ou tapisserie tri-dimensionnelle). Grau-Garriga a appris la tapisserie en 1958 auprès de Jean-Lurçat. Il a considéré que pour être une véritable œuvre d'art, la tapisserie devait être créée et tissée par l'artiste lui-même (créateur-lissier).

À l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles et à l'Académie des beaux-arts et des arts décoratifs de Tournai, il existe toujours un atelier de tapisserie où les étudiants-artistes peuvent profiter de métiers hautes-lices et basses-lices pour leur propre création.

Quelques tentures ou tapisseries remarquablesModifier

 
L'une des dix tapisseries de la tenture de David et Bethsabée du XVIe siècle.
 
Christ en Gloire pour la cathédrale de Coventry, carton de Graham Sutherland.

Manufactures et muséesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Coffinet 1977, p. 31
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « tenture » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. Coffinet 1977, p. 33
  4. Sur le site du musée de la Renaissance.
  5. Exemple célèbre de tapisserie de lices : L'Apocalypse à Angers.
  6. Les deux orthographes sont admises.
  7. Sur le site web de la ville est fournie une présentation des techniques de restauration. Cette activité joua un grand rôle dans l'histoire de la ville.
  8. Joubert, Lefébure et Bertrand 1995, p. 10
  9. Abbé Lebeuf, Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse, Perriquet éditeur, Paris, 1848, tome 1, p. 186 (lire en ligne)
  10. Achille Jubinal, Recherches sur l'usage et l'origine des tapisseries à personnages dites historiées, p. 13-15.
  11. Tapisseries germaniques, dans sous la direction de Pascale Charron et Jean-Marie Guillouët, Dictionnaire d'histoire de l'art du Moyen Âge occidental, Robert Laffont (collection Bouquins), Paris, 2009, p. 904 (ISBN 978-2-221-10325-8)
  12. a, b et c Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 11
  13. a, b et c Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 14
  14. Archives du Pas-de-Calais : Les débuts de la tapisserie d’Arras
  15. Jules Guiffrey, Inventaire des tapisseries du roi Charles VI vendues par les Anglais en 1422, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1887, tome 48, no 1, p. 59-110 (lire en ligne)
  16. Jean Lestocquoy cite deux suites de tapisserie commandées par Philippe le Hardi sur le thèmes des Neuf Preux et Neuf Preuses. La première est commandée à Jacques Dourdin, tapissier d'Arras, en 1389, pour la seconde suite, le duc s'est adressé en 1399 à Jean de Beaumetz, tapissier à Paris ([ Sophie Cassagnes-Brouquet, Les Neuf Preuses, l'invention d'un nouveau thème iconographique dans le contexte de la Guerre de Cent ans, dans Bulletin Monumental, 1982, tome 140, no 4, p. 372-373 [http://books.openedition.org/pur/15907 (lire en ligne))
  17. Jean Lestocquoy, Financiers, courtiers, hautelisseurs d'Arras aux XIIIe-XIVe siècles, dans Revue belge de philologie et d'histoire, 1938, Volume 17, no 3, p. 911-922 (lire en ligne)
  18. Katherine Wilson, Paris, Arras et la cour : les tapissiers de Philippe le Hardi et Jean sans Peur, ducs de Bourgogne, dans Revue du Nord, 2011/1, no 389, p. 11-31 (lire en ligne)
  19. Serge Dauchy, Le douaire de Marguerite d'York, la minorité de Philippe le Beau et le Parlement de Paris 1477-1494, dans Bulletin de la Commission royale d'histoire. Académie royale de Belgique, 1989, Volume 155, no 1, p. 49-127 (lire en ligne)
  20. Sur le site du musée du Moyen Âge.
  21. La tapisserie au Musée de Cluny]
  22. Jules Guiffrey, Inventaire des tapisseries du roi Charles VI vendues par les Anglais en 1422 (lire en ligne), p. Compotus particularis Johannis Du Val
  23. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 16
  24. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 17
  25. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 20
  26. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 22
  27. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 23
  28. Joubert, et Lefébure Bertrand1995, p. 26
  29. Edina Bernard, Pierre Cabanne, Jannic Durand, Gérard Legrand, Histoire de l'art du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2006, pp. 132-133.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Nicole Viallet, Principes d'analyse scientifique. Tapisserie. Méthode et vocabulaire, Ministère des Affaires culturelles, Imprimerie nationale, Paris, 1971
  • Achille Jubinal, Recherches sur l'usage et l'origine des tapisseries à personnages dites historiées, depuis l'Antiquité jusqu'au 16e siècle inclusivement, chez Challamel et Cie éditeurs, Paris, 1840 (lire en ligne)
  • Jules Houdoy, Les tapisseries de haute-lisse. Histoire de la fabrication lilloise du XIVe au XVIIIe siècle et documents inédits concernant l'histoire des tapisseries de Flandre, L. Danel, Paris, A. Aubry, Paris, 1871 (lire en ligne)
  • Albert Castel, Les tapisseries, Librairie Hachette, Paris, 1876 ; 316p. (lire en ligne)
  • Eugène Müntz, La tapisserie, Maison Quantin, Paris, 1882 (lire en ligne)
  • Eugène Müntz, A Short History of Tapestry From the Earliest Times to the End of 18th Century, Casselle and Company, London, 1885 (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, Histoire de la tapissereie, A. Mame et fils éditeurs, Tours, 1886 ; pp. 534 (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, Inventaire des tapisseries du roi Charles VI vendues par les Anglais en 1422, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1887, tome 48, no 1 p. 59-110 et p. 396-444
  • Achille Jubinal, Les anciennes tapisseries historiées (1), Paris, 1888 (lire en ligne)
  • Achille Jubinal, Les anciennes tapisseries historiées (2), Paris, 1888 (lire en ligne)
  • Édouard Gerspach, Les tapisseries coptes, Maison Quantin, Paris, 1890 (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, La Tapisserie, A. Picard éditeur, Paris, 1904 ; pp. 128 (lire en ligne)
  • William George Thomson, A history of tapestry from the earliest times until the present day, Hodder and Stoughton, 1906 ; 506 p. (lire en ligne)
  • Adolphe Guesnon, Le hautelisseur Pierre Feré d'Arras, auteur de la tapisserie de Tournai (1402), dans Revue du Nord, 1910, tome 1, no 3, p. 201-215 (lire en ligne)
  • (en)George Leland Hunter, Tapestries their origin, history and renaissance, John Lane Company, New York, 1912 (lire en ligne)
  • Jean Lestocquoy, Financiers, courtiers, hautelisseurs d'Arras aux XIIIe-XIVe siècles, dans Revue belge de philologie et d'histoire, 1938, tome 17, no 3, p. 911-922 (lire en ligne)
  • Chefs-d'œuvre de la tapisserie du XIVe au XVIe siècle, exposition au Grand Palais, 26 octobre 1973-7 janvier 1974, Éditions des musées nationaux, Paris, 1973 ; 223p.
  • Julien Coffinet, Pratique de la tapisserie, Genève, Éditions du Tricorne, , 197 p.
  • Jean Lestocquoy, Deux siècles de l'histoire de la tapisserie (1300-1500), Paris, Arras, Lille, Tournai, Bruxelles, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1978 ; 140p. (Compte-rendu par Francis Salet dans Bulletin Monumental, 1982, tome 140, no 4, p. 372-373)
  • Fabienne Joubert, Amaury Lefébure et Pascal-François Bertrand, Histoire de la tapisserie : En Europe, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Flammarion, , 383 p. (ISBN 2-08-010969-3)
  • Fabienne Joubert, Les tapisseries de la fin du Moyen Âge : commandes, destination, circulation, dans Revue de l'Art, 1998-2, no 120, p. 89-99 (lire en ligne)
  • Francis Salet, Remarques sur le vocabulaire ancien de la tapisserie, dans Bulletin Monumental, 1988, tome 146, no 3, p. 211-229 (lire en ligne)
  • Lorraine Mailho-Daboussi, Les tapisseries : étude d’une collection publique, dans In Situ. Revue des patrimoines, 2010, no 13 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier