Ouvrir le menu principal

Kermes vermilio

espèce de coléoptères

Kermes vermilio est le nom d'une variété de cochenilles, le kermès des teinturiers, plus connu sous le nom de « graine d'écarlate »,une espèce d'insectes hémiptères, parasite du chêne kermès.

EtymologieModifier

Les origines du nom sont sans équivoque

  • (chêne) kermès a des racines indo-européennes, à la fois dans le sanskrit krmi-ja (कृमिज), de krmih (कृमि) « tourment du corps (ver) » et ja (ज) « né de, émergé de, sorti de, tiré de (produit) » et dans le persan qirmiz (قرمز) « sanglant », et par extension « rouge », dont dériveront carmin, dont dérivera ensuite cramoisi.
  • vermillo a pour origine le lat. vermiculus « petit ver, vermisseau » la cochenille étant considérée dans l'antiquité, comme un 'petit ver'; par extension, la teinture rouge obtenue grâce à cet insecte, prendra le nom de vermillon.

UtilisationModifier

La désignation de plusieurs nuances de rouge dérive directement du nom de cet insecte, kermès vermilio : rouge carmin, cramoisi, rouge écarlate, vermillon

Seule la femelle de Kermes vermilio est utilisée pour produire cette substance tinctoriale rouge vif[1].

La cochenille reste aujourd'hui encore sous la rubrique des colorants alimentaires, c'est le E120[2], mais cette cochenille est une espèce mexicaine (Dactylopius coccus avec l'acide carminique) qui a pris le pas sur la petite cochenille méditerranéenne.

Le principe tinctorial de cette cochenille est l'acide carminique, un pigment rouge sang du type anthraquinone.

HistoireModifier

Dans le Sud de la France (Languedoc et Provence) et au Sud-Est de l'Espagne (actuelle Castille-la-Manche), le parasite, de forme sphérique, de taille minuscule (6 à 8 mm) et se tenant immobile sur son hôte végétal, était récolté sur le chêne kermès afin de la dessécher puis de la broyer pour tirer une teinture rouge écarlate, ou à moindre dose des couleurs rosées et violettes. La récolte, par matinée, était d'environ 1 kg de « graines d'écarlate », permettant de produire 10 à 15 g de pigment pur.

On en décèle la présence dans les pigments des peintures rupestres du Néolithique. Dès l'antiquité, son usage se répand de l'Extrême Orient à l'Occident, car sa production est nettement moins fastidieuse et onéreuse que celle de la pourpre. Cette dernière, obtenue à partir d'un processus complexe d'extraction du Murex, sera vite exclusivement réservée à la symbolique du pouvoir et de l'influence aussi bien chez les Egyptiens[3], que chez les Hittites, les Perses, grecs et Romains[4]. Elle est utilisée par les moines copistes pour egayer l'encre des enluminures des manuscrits médiévaux. Elle fait la richesse des teinturiers et des drapiers de Montpellier, atteingnant son apogée au XIVe siècle, grâce à de magnifiques tissus écarlates concurrençant le rouge de la garance d'Avignon. Le prix - élevé - dépendait de l'abondance de l'insecte, elle-même soumise aux aléas climatiques, d'une récolte fastidieuse, de la stabilité de la teinte obtenue sur les tissus et les soies[5]. Ainsi pour teindre un drap fin, il était nécessaire de récolter 1 à 1,5 million d'insectes et son prix était l'équivalent de près de trois ans de gage d'un maître maçon[6].

L'utilisation de cette cochenille méditerranéenne persiste jusqu'à la découverte du Nouveau Monde au XVIe siècle et de la cochenille du cactus (Dactylopius coccus) dont la concentration et le pouvoir colorant sont supérieurs et le coût de production moins élevé. Il s'en suit une premiere crise de l'utilisation du Kermes vermilio et il devint à son tour l'apanage des puissants et des cercles d'influence, tantôt pour teindre les étoffes royales, tantôt les soies papales. Au milieu du xIxe siècle, la mise au point des teintures de synthèse donna le coup de grâce à cette activité. Le gouvernement français fut pratiquement le dernier soutien de la culture de la cochenille, ne servant guère plus qu'à teinter les uniformes des soldats, ce qui en fit de magnifiques cibles tant en 1870 qu'en 1914.

RéférencesModifier

  1. [1]
  2. http://www.les-additifs-alimentaires.com/E120.php
  3. Sa présence a été décelée sur les sarcophages des momies égyptiennes.
  4. Chez les romains, l'usae du vermillon etait réservé aux classes sociales supérieures: à partir du rang de sénateur, la toge était rouge vermillon.
  5. Cardon Dominique ; Le guide des teintures naturelles. Éditions Delachaux et Niestlé, 1990
  6. Rouge, bleu, blanc : teintures à Nîmes, 1989, 84 p

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier