Tapisserie médicéenne

manufacture de tapisseries

L'industrie du tissage des tissus de laine et de soie avait une longue histoire à Florence : dès le XIIIe siècle, les tisserands appartenaient à un Art et avaient leurs propres statuts.

Tapisserie médicéenne
Image dans Infobox.
Surporte avec vase de fleurs et putti, sur dessin attribué à Michelangelo Cinganelli, 1622-1624
Présentation
Destination initiale
Usine textile
Créateurs
Construction
Commanditaire
Localisation
Pays
Commune

L'usine de Tapisserie médicéenne (Tapisserie Florentine) a été une heureuse intuition de Cosme Ier de Toscane (duc de Florence et en 1569 grand-duc de Toscane) qui en 1546 appela à Florence deux maîtres tapissiers flamands - Nicolas Karcher (it) et Jan Rost (it) - qui travaillaient à Ferrare, à la cour du duc Hercule II d'Este. Son but était d'implanter dans la ville un atelier de tapisserie.

Les tapisseries anciennes sont des spécimens d'une forme particulière d'art. Elles sont parfois compromises par l'usage et par la lumière, donc dans des conditions précaires : pour cette raison on les conserve, pendant longtemps, enroulées et enfermées dans les dépôts.

HistoriqueModifier

 
B. Squilli, Les trois âges de l’homme, 1595 (Londres).

La tapisserie médicéenne, ou florentine est née sur l'impulsion et par la volonté de Cosme Ier qui, poussé par la passion pour l'art, mais aussi par l'intuition d'entrepreneur, en 1545 chargea les deux tapissiers flamands Giovanni (Jan) Rost et Nicolas Karcher d'installer à Florence une tapisserie et de former des ouvriers textiles toscans.

Selon le contrat du , le duc aurait fourni aux deux maîtres tapissiers flamands 24 métiers à tisser et payé 600 écus d'avance, en versements mensuels, ainsi qu'un montant supplémentaire pour chaque tapisserie terminée, qui pouvait varier selon la finesse du travail effectué. Les deux tapissiers pouvaient aussi tisser pour des commettants toscans ou étrangers et ils étaient alors libres de fixer le prix. Le salaire des travailleurs était à la charge des deux tapissiers, qui devaient aussi pourvoir au matériel à tisser. Les dessins restaient en leur propriété et ils pouvaient les réutiliser[note 1].

Cosme Ier entendait donc attirer des maîtres tapissiers - qui devaient s'engager à garder toujours actifs un certain nombre de métiers - mais aussi fournir du travail aux ouvriers locaux. La production florentine des laines et des tissus précieux garantissait des matières premières produites localement, en évitant des importations coûteuses en provenance des pays étrangers. Une véritable entreprise industrielle fut donc crée[note 2].

Le début. Le ManiérismeModifier

Les ateliers des tapissiers étaient dispersés dans toute la ville : en la rue des Arazzieri, la rue des Servi (Giovanni de Marchionne da Fivizzano et Benedetto de Michele Squilli, 1559), la rue des Cimatori (Nicolas Karcher), la rue de la Ninna, la rue de San Gallo (Jan Rost) et la rue du Cocomero (Filippo di Jacopo et Giovanni di Bastiano Sconditi, 1555)[note 3].

La tapisserie médicéenne se distingua par l'utilisation des matériaux précieux - soie, or, argent - et par des techniques de tissage élaborées. Au fil du temps et à cause des métaux lourds qu'on utilisait autrefois dans la phase de teinture des laines, les couleurs des tapisseries s'estompent ; mais à l'origine ils étaient lumineux, comme on peut le voir de l'envers du tissu. Les fils de laine toscane étaient tissés avec des fils de soie, d'or, d'argent, pour créer des reflets.

 
Bronzino, Joseph fuit Putifarre, 1549 (Quirinal).

Les tapissiers, à Florence, interprétaient les dessins des peintres connus, tels que Bronzino, Francesco Salviati, Bachiacca (Francesco d'Ubertino).

Giorgio Vasari, dans Les Vies a écrit que le Bachiacca « [...] Fit ensuite de petites figures qui furent destinées aux cartons de tous les mois de l'année, il mit en œuvre des beaux tissus de tapisserie de soie et d'or. »[note 4],[note 5].

Giorgio Vasari - inventeur prolifique et souffleur des sujets pour les tapisseries florentines - conçut une décoration complexe pour Palazzo Vecchio. Chaque salle devait avoir ses tapisseries qui faisaient allusion - parfois de manière symbolique - aux fresques des plafonds : c'était un projet artistique qui prenait ses idées du monde littéraire[note 6].

Parmi les premières pièces tissées, les « spalliere » à grotesques (Espaliers grotesques), réalisées pour la Salle de l'Audience de Palazzo Vecchio. La première série de tapisseries, les Histoires de Joseph, fils de Jacob, fut tissée en 10 « panni », en 1546-1549 et la seconde en 1549-1552. La double texture empêchait la détérioration des tapisseries, garantissait leur rotation et donc leur conservation. Bronzino, auteur du plus grand nombre des dessins de cette série, remplissait avec des figures en style « michelangiolesco », en laissant peu de place au paysage. Pour les dessins, il fut aidé par Raffaellino del Colle. Salviati exécuta le carton pour Le Rêve des vaches maigres et des grasses ; Jacopo Pontormo exécuta les dessins pour Lamentation de Jacob et Benjamin retenu (mais cette dernière tapisserie pose quelques doutes, même s'il existe un dessin de Pontormo au Cabinet des dessins et des estampes du Musée des Offices)[note 7].

Les bordures, dessinées par Bronzino, s'inspirent à des tapisseries flamandes, achetées auparavant par Cosme Ier : ce sont des arbousiers, des grenades, des concombres, des melons, mais aussi des figures animales et anthropomorphiques qui constituent un ensemble de symboles, en partie hermétique et difficile à interpréter.

La tradition de la manufacture grand-ducale des « creati fiorentini » poursuit en 1555, avec Giovanni Sconditi et Benedetto Squilli qui ont dirigé les deux « botteghe » ducalles de Rost et de Karcher et qui ont produit des tapisseries pour l'ameublement du Palazzo Vecchio et de la villa de Poggio a Caiano[note 8]. En 1588, le chef de la tapisserie était Guasparri Papini.

 
Entrée de Cosme Ier à Rome, gravure dépuis le Stradano, 1580[note 9].

Le peintre flamand Jan van der Straet, dit le Stradano, est connu aussi pour l'activité de dessinateur pour la manufacture médicéenne de tapisseries : il a réalisés plus de 130 dessins, illustrant les techniques et l'histoire de la pêche et de la chasse. Parmi ces dessins, certains ont été choisis pour les cartons de la série des Chasses, qui a été tissée entre le 1568 et le 1570, pour décorer la Villa médicéenne de Poggio a Caiano.

À partir du 1565, le Stradano commence à dessiner la série Storie Fiorentine, conçue comme une collection de faits exemplaires - qu'ils se soient produits ou qu'ils soient symboliques - qui ont le but d'exalter les vertus de la dynastie de' Médicis. Ce projet de louange courtisane, selon l'idée de Giorgio Vasari, doit remplir entièrement le Palazzo Vecchio. Les tapisseries sont restées à Florence, mais divisées entre les Offices, la Galerie de l'Académie et la Bibliothèque Laurentienne. En 1583 a été publié à Anvers une collection de 22 gravures, qui reproduisent une partie des dessins du Stradano pour les Storie Fiorentine[note 10],[note 11].

De la manufacture grand-ducale est sorti aussi la série de la Passion du Christ, tissée par Guasparri Papini, sur les cartons d'Alessandro Allori et de Lodovico Cigoli. Le tapissier Guasparri Papini a réalisé aussi, après le 1589 et sur les dessins d'Alessandro Allori, trois surportes (« portiere ») aux armes de' Médicis et de Lorraine[1].

Images (Bronzino)Modifier

Le XVIIe siècle. Le BaroqueModifier

 
LÉté, Pietro Févère sur dessin du Stradano et carton di M. Cinganelli, 1637

Entre le 1613 et le 1618, fut tissé un « panno » pour le comte espagnol d'Altavilla avec les Histoires du roi Ferdinand et en 1622 fut réalisée la série Histoires de Sainte Catherine, destinée à Naples. Guasparri Papini meurt en 1621 et lui succède, dans la direction de la tapisserie, le flamand Ebert Van Asselt. Au marquis de Pescara furent envoyées en 1623 des tapisseries avec Le Chasses et en 1629, au cardinal Borgia, à Rome, des tapisseries avec Histoires de Scipion l'Africain[note 12].

Michelangelo Cinganelli a dessinée une Histoire de Phetont (Offices). En 1630 mourut Ebert Van Asselt et à sa place fut choisi le chef de la tapisserie Pietro Févère (Lefebvre) - ami du peintre Giusto Sustermans - qui introduisit à Florence la technique de tissage à haut lice. Les dessins furent preparés par des nouveaux peintres, tels que Filippo Tarchiani (it), Gismondo Coccapani, Baccio del Bianco, Jacopo Vignali et Lorenzo Lippi. À Palazzo Vecchio l'on conserve la série Les Saisons et la série Les heures (Le Char du soleil, Le Crépuscule, La Nuit, Le Crépuscule du matin)[note 13].

Les petites « portiere » et les tapisseries en colonne, qui créaient des effets scénographiques et illusionnistes, étaient très recherchées : les motifs ornementaux et architecturaux et les éloges au grand-duc et a sa famille étaient préférés. Agostino Melissi dessina la série Histoire d'Alexandre, 1642-1650 et la série Histoire de Moïse, 1650-1659 qui, dans les cadrages architecturaux du sujet, interprétait avec douceur le nouveau goût baroque. Melissi donna aussi le dessin pour une tapisserie des Histoires Florentines, que la tapisserie médicéenne avait recommencé à tisser, avec des nouveaux épisodes et des autres dessins (Histoires de Laurent le Magnifique, 1653 ; Histoires de Jeanne d'Autriche, 1654 ; Histoires du Grand-Duc Cosme, 1658-1665)[note 14].

Le XVIIIe siècle. La finModifier

 
America, Vittorio Demignot sur dessin de Gio. Camillo Sagrestani, 1739.
 
Autoportrait de Gio. Camillo Sagrestani[2].

De la tapisserie médicéenne sortirent la série Les Vertus, tissée par Giovan Battista Termini, 1700-1705 (Palazzo Vecchio) ; la série Les Quatre parties du monde, tissée par Vittorio Demignot et Leonardo Bernini, sur les cartons de Giovanni Camillo Sagrestani, 1723-1730 - série qui fut exposée le jour de l'entrée à Florence du nouveau grand-duc François II de Lorraine, (grand-duc de Toscane du 1737 au 1765) et de son épouse Marie-Thérèse d'Autriche (Musée Bardini) ; Le Rat de Proserpine de Leonardo Bernini, sur le carton de Giuseppe Grisoni, 1733 ; La Chute de Phaéton, tapisserie de Bernini et dessin de Vincenzo Meucci[note 15].

Giovanni Camillo Sagrestani a dessinés trois tapisseries de la série Les Quatre Éléments, avec l'aide de Lorenzo del Moro, 1735-1740. De cette série, Le Feu, sous les traits du dieu Vulcain, est sur le dessin de Matteo Bonecchi (Palais Pitti)[note 16].

En 1738 le grand-duc François II de Lorraine a fermé les ateliers de la manufacture et beaucoup de tisserands, restés sans travail, sont émigrés à Naples, en retirant de Florence les métiers à tisser, les matériaux de tissage et les dessins. Il n'est pas facile de comprendre les motifs de cette décision : peut-être François de Lorraine n'aimait pas les tapisseries, ou peut-être qu'il voulait marquer une discontinuité avec la dynastie de' Médicis, ou peut-être, vivant la plupart de son temps à Vienne, il considérait comme excessives les dépenses pour les palais florentins ; ou peut-être qu'il voulait simplement suspendre cette activité pour la reprendre ultérieurement, mais les préoccupations pour la Guerre de Succession d'Autriche le détournerent de ce projet. Il appela cependant à Florence des tapissiers de Lorraine qui réalisèrent un portrait du grand-duc lui-même, des « panni » avec des fleurs et des ornements pour les sièges. Après 1744 on n'a plus de nouvelles de travaux à tapisserie exécutés à Florence[note 17].

Combien de tapisseries ont été tissées? Des milliers. Il faut aussi compter que, en plus les tissus pour meubler des villas et des palais et pour décorer des églises, les tapissiers à Florence avaient créés des étendards et même des draps, avec des sujets religieux, ou avec des fleurs, et des « panni » à exposer aux fenêtres et aux balcons à l'occasion des fêtes religieuses, comme la fête de Saint Jean, la Fête-Dieu (Corpus Domini) et le Scoppio del Carro, le Samedi saint[note 1].

Le Royaume d'ItalieModifier

Le gouvernement du baron Bettino Ricasoli disposa que tous les objets d'art appartenant à l'État et qui se trouvaint à Florence devaient être réunis, par le Domaine de l'État, au Palazzo Vecchio. En 1864 les tapisseries (un millier environ) furent cédées à la Direction des RR. Galeries et Musées qui, en partie, les a exposées dans le Corridor de Vasari. En 1884, les tapisseries florentines ont été transférées dans un nouveau musée, au Palazzo della Crocetta en rue de la Colonna 26, où elles restèrent jusqu'en 1922[note 18]. Après, on les partage : les Offices en reçoivent 45, d'autres tapisseries restent enroulées dans des entrepôts, ou sont exposées dans des bureaux publics[note 1].

Certaines séries ont été démembrées. Les « spalliere », tissées par Karcher sur dessin de Salviati, sont aujourd'hui partagées entre les Offices, le Musée des Arts décoratifs (Paris) et l'ambassade d'Italie à Londres. Les 20 tapisseries qui représentent les Histoires de Joseph, fils de Jacob, racontées dans la Genèse (37-50), furent divisées en 1882, pour volonté du roi de Savoie, entre Florence (Palazzo Vecchio) et le Palais du Quirinal (salle du Bronzino). Après cent cinquante ans, une exposition itinérante - à Rome, à Florence et à Milan - a réuni ces 20 tapisseries. En le Quirinal annonce : « Les tapisseries de Cosme de Médicis retournent à leur Maison »[3].

Les collectiosModifier

 
Histoires de Joseph, fils de Jacob, relocalisation temporaire dans la Salle des Dugento, Florence.

ItalieModifier

Bergame. Basilique Santa Maria Maggiore de Bergame
  • Tapisseries de la Vie du Christ, sur le dessin d'Alessandro Allori, 1583-1586 : Annonciation, Adoration des Mages, Adoration des pasteurs, Circoncision de Jésus.
 
Sur carton d'Alessandro Allori, Adoration des Mages, 1583 (Bergame).
Cerretto Guidi. Villa Medicea di Cerreto Guidi
  • Les Saisons, tissées par Peter Van Asselt, sur dessin du Stradano et le carton de Michelangelo Cinganelli, 1637.
Côme. Cathédrale Santa Maria Assunta
  • Tapisseries tissées sur les cartons d'Alessandro Allori et données par la Compagnie du Sacrement : Le Sacrifice d'Isaac, 1597-1598; La Récolte de la manne, 1596; Caïn et Abel, 1597-1598; Le Rencontre entre Abraham et Melchisédek, 1596. Tapisseries tissées sur carton d’Alessandro Allori et données par le Consorzio dei Battilana : La Pentecôte 1596.
Florence. Académie du dessin de Florence
  • « Portiera » aux armes de' Médicis et une tapisserie de la série Histoire de Phaéton.
Florence. Bibliothèque Laurentienne
  • La Prudence, sur dessin de Baccio del Bianco (attribution), 1637-1640. Sur le dessin d'Allori, Le Baptême de Christ et La Visitation. Sur le dessin d'Alessandro Rosi, une « portiera » avec Vénus, 1696. Sur le dessin d'Alessandro Rosi, une « spalliera » avec des lions couronnés par des Putti et des figures allégoriques, 1691-1694. Sur le dessin par Bernardino Poccetti et de Michelangelo Cinganelli, une colonne avec un tronc d'olivier et médaillons aux armes de' Médicis et le Capricorne. Sur le dessin de Ferdinand Paoli, La Justice et La Forteresse et deux tapisseries verticales avec une colonne, 1707-1709. Sur le dessin de Giovanni Rosi, Saint Paul dans le Troisième Ciel et Saint Paul couronné par un ange, 1645-1646. Sur le dessin de Lorenzo Lippi, Le Temps et La Nuit, 1643. Sur le dessin de Michel-Ange Cinganelli et de sa « bottega », une « portiera » avec Putti et la Paix, 1622 et une tapisserie à colonne avec le médaillon de Caïn et Abel, 1626-1630. Sur le dessin de Michel-Ange Cinganelli, une « portiera » avec un paysage et des chasseurs, 1619-1621. Sur le dessin de Rinaldo Botti, une partie d'un frise avec un bouclier, des palmiers croisés et les armes de' Médicis avec les lys de France, 1711. Sur le dessin de Vincenzo Dandini, une « portiera » avec la Loi de Moïse, 1662.
Florence. Biblioteca Marucelliana
  • Dessins préparatoires d'Agostino Melissi pour les Histoires de Cosme Ier.
 
Alessandro Allori, Les Amours de Jupiter (Florence).
Florence. Galleria dell'Accademia de Florence
  • Histoires Florentines, Cosme l'Ancien aide Francesco Sforza, dessin du Stradano, 1571.
Florence. Musée archéologique national
  • Le Rat de Proserpine, Antonio Leonardo Bernini, sur le carton de Giuseppe Grisoni, 1733 et La Chute de Phetont, Antonio Leonardo Bernini, sur le carton de Vincenzo Meucci, 1737.
Florence. Musée Bardini
  • Les Quatre parties du monde, Antonio Leonardo Bernini e Vittorio Demignot sur les cartons de Giovanni Camillo Sagrestani, 1723-1730.
Florence. Musée national du Bargello
  • « Portiera » d'Alessandro Allori avec les Amours de Jupiter.
Florence. Musée des Offices
Tapissier Dessinateur Titre Date Dimensions Matériels Destination
destinataire
N. Inventaire
Note
Nicolas Karcher Francesco Salviati Déposition de la Croix 1549 202 200cm Seta lana oro argento Pour un autel 1 925,773[note 19],[note 20].
Nicolas Karcher Francesco Salviati Ecce Homo 1549 226 218cm Soie Pour un autel 1 925,60
En 1884, a été exposé au Palais de la Crocetta[note 21].
Nicolas Karcher Francesco Salviati Résurrection du Christ 1553 228 218cm Soie, laine, or, argent Benedetto Accolti 1 925,59[note 22]
Nicolas Karcher Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Spalliera 1549-1553 299 348cm Soie, laine, or, argent Palazzo Vecchio 1 925,38
En 1884, a été exposé au Palais de la Crocetta. Aux Offices en 1928.
Nicolas Karcher Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Spalliera 1549-1553 299 348cm Soie, laine, or, argent Palazzo Vecchio 1 925,39
En 1884, a été exposé au Palais de la Crocetta. Aux Offices en 1928.
En 1884, a été exposé au Palais de la Crocetta. Aux Offices en 1928[note 23].
Nicolas Karcher Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Mars, Avril, Mai 1552 269 439cm Soie, or, argent - 1 925,526[note 24].
Jan Rost Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Juin, Juillet 1553 269 318cm Soie, or, argent - 1 925,524
Jan Rost Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Août, Septembre, Octobre, Novembre 1553 270 534cm Soie, or, argent - 1 925,527
Jan Rost Francesco Ubertini
dit le Bachiacca
Décembre, Janvier, Février 1553 363 430cm Soie, or, argent - 1 925,525
Guasparri Papini Alessandro Allori Portiera 1589-1600 216 198cm Laine - 234[note 25].
Guasparri Papini Alessandro Allori Portiera 1589-1600 195 190cm Laine - 240[note 26].
Guasparri Papini Alessandro Allori Portiera 1590-1600 190 200cm Laine - 241[note 27].
Guasparri Papini Alessandro Allori La Prière de Jésus dans le Jardin 1591 367 358cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,518[note 28].
Guasparri Papini Alessandro Allori La Dernière Cène 1595 367 363cm Soie, laine, or Palazzo Pitti? 1 925,519[note 29].
Guasparri Papini Alessandro Allori Le Baiser de Judas 1600 365 486cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,514[note 30].
Guasparri Papini Alessandro Allori Le Lavement des pieds 1600 368 368cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,520[note 31].
Guasparri Papini Cigli Christ devant Hérode 1600-1601 365 376cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,517[note 32].
Guasparri Papini Alessandro Allori Christ porte la Croix 1605 365 353cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,516[note 33].
Guasparri Papini - Christ montré au peuple 1616 [?] 366 490cm Soie, laine, or Palazzo Pitti [?] 1 925,515[note 34].
Guasparri Papini Michelangelo Cinganelli Phaéton demande le guide du char 1613-1620 472 487cm Soie, laine, or, argent Cardinal Del Monte 1 925,51[note 35].
Guasparri Papini Michelangelo Cinganelli Febo montre le char à Phaéton 1613-1620 472 487cm Soie, laine, or, argent Cardinal Del Monte 1 925,52
Bernardino Van Asselt Agostino Melissi Moïse sauvé des eaux 1653 c. 527 765cm Soie, laine - 1 925,90[note 36].
Bernardino Van Asselt Agostino Melissi Le Passage de la Mer Rouge 1653 c. 530 818cm Soie, laine - 1 925,630
Giovanni Pollastri Giacinto Gemignani Le Couronnement de Jeanne d'Autriche 1554-1556 545 870cm Laine - 96[note 37],[note 38].
Giovanni Pollastri Agostino Melissi Entrée de Cosme Ier à Sienne 1666 550 865cm Laine - 95[note 39].
Florence. Cabinet des dessins et des estampes du musée des Offices
  • Cartons d'Alessandro Allori. Dessin de Pontormo. Dessins préparatoires d'Agostino Melissi pour les Histoires de Cosme Ier.
 
Nicolas Karcher, Les mois de l'année : Mars - Avril - Mai, 1552 (Offices).

Florence. Palazzo Davanzati
  • « Spalliere » avec des grotesques, sur le dessin de Francesco Ubertini, dit le Bachiacca. La composition à grotesque couvre tout le champ de la tapisserie. Le Fond, en teinte douce, accentue les détails, même minutes, de la décoration. Des tapisseries à colonne et des sièges avec garnitures.
Florence. Palais Medici-Riccardi
  • De la série Les Mois, Octobre ou Le Bacchus sur le tonneau, tapisserie tissée par Guasparri Papini, sur un dessin d'Alessandro Allori, 1619 et une « Portiera » avec une vue en perspective et les armes de' Médicis, première moitié du XVIIe siècle.
Florence Palais Pitti
  • De la Série Les Quatre Éléments, Le Feu, sur le carton de Matteo Bonecchi, 1735-1740. Portrait de Gian Gaston de' Médicis, 1735-1740 et Portrait de François de Lorraine, 1740-1744. En dépôt des tapisseries en état de conservation précaire et des fragments de tapisserie.
Florence, Palazzo Vecchio
  • Histoires de Joseph, fils de Jacob, une série que fut tissée en 10 « panni », par Jan Rost et Nicolas Karcher, sur cartons d'Agnolo Bronzino, de Jacopo Pontormo et de Francesco Salviati.
  • De la décoration complexe de ce palais, conçue par Giorgio Vasari, il ne reste que quelques tapisseries, sur place : de la série Histoire Romaine, la tapisserie L'Empereur Trajan et la veuve ; de la série Histoires d'Hercule, La Victoire d'Hercule sur le Centaure ; de la série Histoire de David, la tapisserie L'onction de David; de la série Les Vertus, La Flore, 1555 et La Justice libère l'Innocence, 1549, tapisseries de Jan Rost sur le dessin du Bronzino. Palazzo Vecchio possède aussi 2 tapisseries de la série Les Virtus : La Chasteté et La Forteresse, tissées par Giovan Battista Termini, 1700-1705. De la série les Chasses, destinée à la Villa médicéenne de Poggio a Caiano, le palais possède les tapisseries La Chasse au porc-épic, 1577, La Chasse au chat sauvage, 1578 et La Chasse au blaireau, 1576-1577, tissées par Benedetto Squilli, sur les dessins du Stradano[note 40].
Naples. Musée de Capodimonte
  • Le Sacrifice d'Alexandre, sur le dessin de Francesco Salviati.
Pescia. Museo civico di scienze naturali e archeologia della Valdinievole
  • « Portiera » avec La Visitation.
Pise. Museo nazionale di Palazzo Reale
  • Les tapisseries médicéennes se trouvent au Palais Royal depuis 1770. 6 tapisseries représentent des scènes de chasse : La Chasse à l'ours, La Chasse aux lapins à l'arbalète, La Chasse aux lièvres avec les braques. Dessinées par Giovanni Stradano (Jan van der Straet), tissées entre le 1568 et le 1570 par Benedetto di Michele Squilli et destinées à la Villa médicéenne de Poggio a Caiano, ces tapisseries font partie d'une série de 36, dont sont conservées 15 - à Florence, à Pise et à Sienne - tissées par volonté du Grand-Duc Cosme Ier, avec le conseil de Giorgio Vasari et de Vincenzo Borghini. Un'autre tapisserie (5 m sur 7 m environ) Clément VII nomme camerlingue le cardinal Hippolyte et 3 « portiere » héraldiques du XVIIe siècle, aux armes de' Médicis et Della Rovere, avec des Vertus et des Putti, tissées sur dessin de Michelangelo Cinganelli et d'Alessandro Rosi[4].
Poggio a Caiano. Villa médicéenne de Poggio a Caiano
  • La Chasse au cygne, sur un dessin d'Alessandro Allori, 1567, Giovanni Sconditi et Benedetto Squilli.
Rome. Ambassade d'Italie auprès du Saint-Siège. (Palais Borromeo)[5]
Tapissier Dessinateur Titre Date Dimensions Matériels Destination
destinataire
N. Inventaire
Note
- Alessandro Rosi Portiera
(aux armes de' Medicis)
1693-1698 270 181cm laine et soie - 352
- Alessandro Rosi Portiera
(aux armes de' Medicis)
1693-1698 257 170cm laine et soie - 357[note 41].
Guasparri Papini Alesandro Allori La Cène à Emmaus 1598-1600 320 230cm laine et soie - 267
Guasparri Papini Alessandro Allori La Visitation 1598-1600 310 215cm laine et soie - 265[note 42].

Rome. Palais Madame
  • « Portiera » avec La Prudence, tissée par Michelangelo Cinganelli.

Alexandre scelle avec l'anneau la bouche de Phocion, (XVIIe siècle) et Les pèlerins en Emmaüs[6].

Rome. Palais du Quirinal
  • Au Palais du Quirinal il y a 10 tapisseries florentines - tissées par Jan Rost et Nicolas Karcher, sur cartons d'Agnolo Bronzino, de Jacopo Pontormo et de Francesco Salviati - qui ont donné le nom à la Salle du Bronzino, aujourd'hui utilisée comme lieu de la première rencontre entre le Président de la République et les chefs d'État en visite officielle. Ces tapisseries, qui font partie de la série biblique des Histoires de Joseph, fils de Jacob, ont été tissées entre le 1544 et le 1553, sur commande de Cosme Ier de Médicis et étaint destinées à orner la Salle de' Dugento du Palazzo Vecchio. Est actif un laboratoire de restauration des tapisseries.
Sienne. Palais royal de Sienne
  • La Chasse au cerf, de la série les Chasses, sur le dessin du Stradano et la tapisserie Le Char de Diane du XVIIe siècle.
Venise. Musée de la Basilique Saint-Marc
  • La Vie du Saint, 4 tapisseries, soie, or, argent, 1551, Jan Rost, sur le dessin de Giovanni Battista del Moro. « Paliotto dogale » de Marino Grimani, 1595, sur un dessin d'Alessandro Allori ; « paliotto dogale » d'Alvise Ier Mocenigo, 1571, Alessandro Allori [?][note 43].

AngleterreModifier

 
La Nuit, dessin de Lorenzo Lippi,1644 (Londres).
 
La Dernière Cène d'Alessandro Allori, 1601 (Londres).
Londres. Ambassade d'Italie au Royaume-Uni
  • La Nuit, tapisserie tissée par Pietro Lefèbvre, sur dessin de Lorenzo Lippi (1606-1665), 1644, laine et soie, 245 280cm, provenance : Florence, Offices, 248. En dépôt temporaire à l'Ambassade Italienne à Londres, depuis 1933. Dans une bande à tresses, l'allégorie de La Nuit est représentée par une femme, étendue sur un rocher et couronnée de coquelicots. Symboles : une chouette, une demi-lune et deux masques. Cette tapisserie fait partie d'une série de 6, représentante les Heures et tissue en double exemplaire, en 1643 et en 1644. Pietro Lefèbvre, qui a été le responsable de la tapisserie des Médicis depuis 1629, a introduit le métier à tisser vertical à haute lise. La première série a été tissée avec de la laine, de la soie et des fils d'or et d'argent. Un autre exemplaire de La Nuit se trouve à Florence, à la Bibliothèque Laurentienne[7]. « Spalliera » à grotesque, tissée par Nicolas Karcher, sur un dessin de Francesco Ubertini, dit le Bachiacca, 1549-1553.

Figure féminine avec un flambeau, XVIIe siècle, 269 190cm, laine et e soie, 35−37−38. En état de conservation précaire[8].

Londres. British Museum
  • Dessins : Agnolo Bronzino, bordure de tapisserie ; Lodovico Cigoli, « studio » pour une tapisserie pour la Villa della Petraia, réalisée par Melissi en 1660 ; Bronzino, « studio » pour La Justice libère l'Innocence, une des « portiere » - avec Abondance et Primavera et Vénus - commandées par Cosimo Ier[9].
Londres Victoria and Albert Museum
  • Des 14 tapisseries représentant la Vie de l'homme, réalisées à la « bottega » de Benedetto Squilli en 1565 pour le Palazzo Vecchio, seulement 4 survivent : une tapisserie, Les trois âges de l'homme, est conservée dans ces musée. Tapisserie de la La Dernière Cène d'Alessandro Allori, 1601, de la série la Passion du Christ, tissée par Guasparri Papini, 380 390cm[note 44].

États-UnisModifier

Minneapolis.Minneapolis Institute of Art
  • La Rencontre de Dante et Virgile, sur le dessin de Francesco Salviati, aux armes de la famille Salviati.
New York. MET
  • Deux études préliminaires d'Agnolo Bronzino, pour les cartons de la série Histoires de Joseph, fils de Jacob[10].

FranceModifier

Paris. Louvre
  • Une « portiera » aux armes de' Médicis, 1588-1621, tissée par Guasparri Papini et ornée de personnages et de grotesques, sur fond jaune ; marque de l'atelier « P ». La Chasse au loup, carton pour tapisserie de Jan van der Strae, 1567, pour la décoration de la villa de Poggio a Caiano. Les Figures en adoration devant une statue de dieu terme, dans un paysage, dessin de Stradano, identifié par Alessandra Baroni Vannucci comme l'étude probable pour un des cartons de tapisserie des Histoires du dieu Terme, destinée au Quartiere degli Elementi du Palazzo Vecchio[note 45]. Francesco Salviati, étude pour la figure agenouillée, en bas à droite, dans le Sacrifice d'Alexandre, tapisserie conservée à Naples (Capodimonte). Un dessin de Lodovico Cardi Un pape écrivant sous l'inspiration divine, avec des anges à ses coté, pour une tapisserie, jamais exécutée, pour le cardinal Montalto, commission enregistrée par Filippo Baldinucci[note 46],[11].
Paris. Musée des Arts décoratifs
  • « Spalliera » à grotesque, tissée par Nicolas Karcher, sur un dessin de Francesco Ubertini, dit le Bachiacca, 1549-1553.

Images (tapisseries)Modifier

Tapisseries perduesModifier

 
Venationes Ferarum, Avium, Piscium, 1580-1596[note 47].

Les grands-ducs de' Médicis considéraient les tapisseries comme des meubles, ils les exposaient aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de leurs palais et ils les transféraient dans leurs demeures toscanes. Parfois, pour les adapter à un mur différent, ils les faisaient couper. L'humidité, la fumée des bougies, la lumière du soleil ont détérioré les tapisseries et beaucoup sont perdues.

En 1547, Salviati conçut le carton pour une Histoire de Tarquin et Lucrèce, sur commande du marchand Cristofano Rinieri et un Ecce Homo (en plus de celui connu) qui fut tissé par Nicolas Karcher. Trois « portiere » sont également perdues, tissées sur le dessin de Bachiacca ; une Histoire de Narcisse, tissée par Romolo et Francesco di Pascino ; la Source du Parnasse et une Histoire de Marsia, sur le dessin de Bronzino. Du Stradano manquent quelques tapisseries des Histoires Florentines et sont également perdues quelques tapisseries de la série des Chasses, mais on en connaît les dessins, parce qu-ils ont été reproduits en gravure et publiés par Filippo Galle (Venationes ferarum, avium, piscium pugnae bestiariorum, 1580-1596)[note 48],[note 6].

Des informations sur les travaux exécutés proviennent des registres de la tapisserie[note 49]. Parmi les tapisseries perdues il y a un parement avec les Histoires de David, tissé pour un Tiepoli de Venise ; des « portiere », 1585, tissées sur les cartons d'Allori et destinées à un noble espagnol ; une Histoire de la Guerre du Portugal, tissée sur les cartons d'Allori, 1589 ; un drap avec Florence et Sienne, envoyé en Espagne ; deux « spalliere » avec les Histoires de Saint Jean l'Évangéliste et Saint Jean le Baptiste, destinées à la Basilique Saint-Jean-de-Latran ; 12 « spalliere » avec les Histoires d'Alexandre, envoyées à Venise ; des « panni » avec Histoire de Saint Michel, envoyés en cadeau par le grand-duc à un gentilhomme espagnol à Alicante, 1594 et une Histoire des Centaures, également envoyée en Espagne, en 1590. Un'autre Histoire des Centaures, tissée pour le grand-duc en 1580-1581, est perdue ; tandis que sa réplique, 1588-1594, est conservée. Ont a également perdu les deux séries jumelles Histoire de Phétont, 1585-1586 et 1594. Ces tapisseries étaient destinés à la villa de Poggio à Caiano[note 50].

Images (Paoli)Modifier

ExpositionsModifier

  • 1870 : Florence, Oratoire du Complesso di San Firenze.
  • 1980 : Florence, Palazzo Vecchio, Committenze e Collezionismo medicei[note 51],[note 52].
  • 2006 : Florence, Musée des Offices, Aula de San Pier Scheraggio - -, Gli arazzi dei Granduchi. Un patrimonio da non dimenticare[note 53].
  • 2008 : Florence, Palazzo Pitti, Palazzina de la Meridiana, La nascita dell'arazzeria medicea. Dalle botteghe dei maestri fiamminghi alla manifattura ducale dei "Creati fiorentini"[12],[note 54].
  • 2010 - : Rome, Palais du Quirinal, Galleria di Alessandro VII, Giuseppe negli arazzi di Pontormo e Bronzino[note 55].
  • 2014 : Florence, Musée des Offices, Salle des Reali poste - -, Arazzi Medici, giganti fragili[note 56],[note 57].
  • 2015-2016 : Florence, Palazzo Vecchio, Salle des Dugento - - ; Rome, Palais du Quirinal, Salon des Corazzieri - -  ; Milan, Palais royal de Milan, Salle des Cariatides, "Il Principe dei Sogni" : gli arazzi medicei a Palazzo Vecchio[note 58],[note 59].
  • 2016 : Florence, Musée des Offices, La Bellezza Salvata. Firenze 1966-2016[13],[note 60].
  • 2016-2017 : Florence, Palazzo Pitti, I Quattro Continenti. Arazzi fiorentini su cartone di Giovanni Camillo Sagrestani - -[14].
  • 2019 : Florence, Palazzo Pitti, Salle Bianca e Salle des Nicchie, Omaggio a Cosimo I - Una biografia tessuta. Gli arazzi in onore di Cosimo I. -[15],[note 61],[note 62].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a b et c Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1047.
  2. Mercedes Viale Ferrero, p. 26.
  3. Mercedes Viale Ferrero, p. 35.
  4. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1058. « [...] Fece poi di figure piccole che furono infinite i cartoni di tutti i mesi dell'anno, messe in opera di bellissimi panni d'arazzo di seta e d'oro. »
  5. Arazzi fiorentini1997 p. 172-184 ; p. 143-146.
  6. a et b Mercedes Viale Ferrero, p. 35-36.
  7. Mercedes Viale Ferrero, p. 27-28.
  8. Nascita dell'arazzeria medicea.
  9. Mediceae familiae rerum.
  10. (la) Philippe Galle, Mediceae familiae rerum feliciter gestarum victoriae et triumphi elegantissimis iconibus : à Iohanne Stradano Flandro, artificiosissimo penicillo delineata et à Philippo Gallaeo in aes incisa et edita, Anvers, Philippe Galle, , 12 p. (Service bibliothécaire national RML0212857).
  11. Mercedes Viale Ferrero, p. 37.
  12. Mercedes Viale Ferrero, p. 41.
  13. Mercedes Viale Ferrero, p. 43-44.
  14. Mercedes Viale Ferrero, p. 44.
  15. Mercedes Viale Ferrero, p. 53-54.
  16. (it) Mina Gregori et Mara Visona, Fasto privato : la decorazione murale in palazzi e ville di famiglie fiorentine. Dal tardo barocco al romanticismo, vol. II, Florence, Edifir, , p. 165-180.
  17. Mercedes Viale Ferrero, p. 55.
  18. R. galleria degli arazzi.
  19. (it) Gianna Bacci et Clarice Innocenti, « Tre arazzi di Francesco Salviati. Dalla Gallerria degli Uffizi. Note sul restauro », sur www.jstor.org, (consulté le 7 avril 2021).
  20. Fut remise à la « Garde-robe des Offices » le . En 1884, a été exposée au Palais de la Crocetta (catalogue 119. En copie, même image dans une peinture au Palais Pitti. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1054.
  21. Fut remise à la « Garde-robe des Offices » le .
  22. Remise le à Benedetto Accoliti, cardinal de Ravenne, à la mort duquel la tapisserie arriva en héritage à Cosme Ier, qui fit enlever les armoiries cardinalices et la destina à la chapelle du Palazzo Pitti. Deux sont les répliques : à Milan, Musée Poldi Pezzoli (cat. 20) et à Venise, Museo Correr (cat. 566) Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1056.
  23. Les tapisseries 1 925,38 et 1 925,39 ont sur la lisière « F. FLO » (Factun Florentiae) et les initiales de Nicolas Karcher entrelachées. Des registres de la « Garde-robe des Offices » l'on déduit que 10 « spalliere » ont été réalisées, avec un'invention « bizarre » à grotesque. La série a été divisée entre les Offices, l'Ambassade d'Italie à Londres et le Musée des Arts Décoratifs à Paris. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1056.
  24. Chaque tapisserie de la série des Mois est divisée en scènes - où ils sont représentés les travaux dans les champs, caractéristiques d'un mois donné - qui sont partagées par des fines colonnes. Chaque scène porte le signe zodiacal caractéristique du mois. Frise avec des fleurs, des fruits et des figures. Le bord inférieur de cette tapisserie, détruit par un incendie, fut refait par Pierre Févère, qui a laissé dans la cymaise ses initiales « PF ». Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1058.
  25. Les armes de' Médicis et de Loraine. En 1589 Ferdinand Ier de Médicis a épousé Christine de Lorraine.
  26. Les armes de' Médicis et de Loraine.
  27. Les armes de' Médicis et de Loraine. Une similaire est au Palazzo Vecchio.
  28. La série de la Passion du Christ est composée de 7 tapisseries, précieuses, tissées en soie et en or. Une réplique en laine fut réalisée en 1601. En haut : « TRANSEAT A ME / CALIX ISTE / FIAT VOLVNTAS / TVA ». Fut remise à la « Garde-robe des Offices » le . Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1067.
  29. En haut : « QUI INTINGIT / MECVM ». En bas : « IN PAROPSIDE / HIC ME TRADET ». Une réplique en laine, du 1601, est citée dans la « Garde-robe ». Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1067.
  30. En haut : « AVE RABBI, / OSCVLATVS, EST / EVM » ; en bas : « IVDA OSCVLO FILIV / HOMINIS TRADIS. ». Sur la lisière : « F.A.F. » (Factun Florentiae), les armes de' Medicis et la date 1600. Fut remise à la « Garde-robe des Offices » le . Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1068.
  31. En haut : « DOMINE NON / TANTVM PEDES / MEOS » ; en bas : « SED MANVS / ET CAPVT. ». Une réplique en laine fut réalisée en 1601. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1068.
  32. En haut : « PILATVS MISIT / EVM AD HERODEM, » ; en bas : « HERODES / REMISIT / AD PILATVM. ». Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1068.
  33. En haut : « VT CRVCIFIGERENT / EVM » ; en bas : « MILITES / DVSSERVNT / EVM. ». Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1068.
  34. En haut : « ECCE HOMO » ; en bas : « CRVCIFIGE / EVM. ». Fut remise à la « Garde-robe des Offices » en 1616. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1070.
  35. Pour les deux tapisseries avec les Histoires de Phébus, Michelangelo Cinganelli utilisa en partie les cartons préparés par Alessandro Allori et tissés par Benedetto Squilli en 1585. Ces tapisseries font partie d'une série tissée pour le cadinal Alessandro Damasceni Peretti et refusée par les héritiers à la mort du cardinal, en 1628. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1070-1071.
  36. En haut : « MOYSES EX AQVIS EDVCITVR / SVPER AQVAM REFECTIONIS / POPVLVM EDVCATVRVS ». Les cartons pour les Histoires de Moïse étaient 6 et ont été réutilisés 7 fois, avec des retouches. La série a été divisée entre les Offices, le Palais Montecitorio, le Palais Medici- Riccadi, la Galerie nationale de Parme, la Préfecture de Florence, le Palais des Anziani à Pistoia et le Palais Pitti. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1071.
  37. Mariée par procuration à François Ier de Médicis, grand-duc de Toscane, elle rejoint son mari à Florence le .
  38. En haut : « JOANNAM. AVSTRIACAM. NVRUM. / REGIO, CVLTV, EXCIPIT. ». En bas, signature et date : « H GIMIGNANVS / PIN. 1564 » Le carton pour cette tapisserie fut remis à la « Garde-robe des Offices » le . Les cartons pour cette série sont 8. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1072.
  39. En haut : « M. D. COSMVS / FORTITVDINE PRAEEVNTE / ET CLEMENTIA COMITANTE / SENAS PRIMVM INGREDITVR ». Une réplique est conservée au Palais Pitti. Les dessins préparatoires sont à la Biblioteca Marucelliana et au Cabinet des dessins et des estampes des Offices. Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1074.
  40. Mercedes Viale Ferrero, p. 36-37.
  41. R. galleria degli arazzi, p. 7.
  42. Arazzi fiorentini1997, p. 412-413, v. I.
  43. Le dessin de la série La Vie du Saint a été inspiré par Jacopo Sansovino, comme il résulte du contrat. Dans une tapisserie est reproduite la ville de Venise. Une tapisserie est datée 1551 et signé « FF » (« Fait à Florence »). La quantité d'argent a altéré et obscurci la couleur des tapisseries. L'attribution à Alessandro Allori du dessin du « paliotto dogale » de Marino Grimani pose quelques doutes. Mercedes Viale Ferrero, p. 32.
  44. Il n'est pas possible, ici, de faire une comparaison visuelle entre la tapisserie de La Dernière Cène des Offices et celle conservée à Londres, parce que de la première n'est pas disponible l'image sur Commons : cependant il s'agit de deux dessins très différents. Celui des Offices (Gaeta Bertelà Gli Uffizi 1980, p. 1067) a des mesures différentes, différent est le fond et le bord est avec des figures et des festons de fruits et de fleurs.
  45. (it) Alessandra Baroni Vannucci, Jan van der Straet detto Giovanni Stradano : flandrus pictor et inventor, Milan-Rome, Jandi Sapi, , 469 p., p. 103.
  46. (it) Filippo Baldinucci (Riproduzione facsimilare dell'edizione: Firenze : Santi Franchi, 1681), Notizie de' professori del disegno da Cimabue in qua ..., Delhi, Facsimile Publisher, , 615 p., p. 36.
  47. La ville de Florence avec le Ponte Vecchio, vu avant la rénovation, pour réaliser le Couloir de Vasari. Les pêcheurs ont construit un barrage avec des fagots, pour arrêter les poissons. Venationes ferarum.
  48. (la) Philippe Galle (carmine illustratae a C. Kiliano), Venationes ferarum, avium, piscium pugnae bestiariorum & mutuae bestiarum : depictae a Ioanne Stradano, Anvers, Philippo Gallaeo, 1580-1596, 104 p. (Service bibliothécaire national RML0212856).
  49. Archivio di Stato di Firenze, Guararoba Medicea, Arazzi La Guardaroba medicea.
  50. Mercedes Viale Ferrero, p. 38.
  51. (it) Palazzo Vecchio : committenza e collezionismo medicei (Catalogo della mostra tenuta a Firenze nel 1980), Milan-Florence, Electa, , 410 p. (Service bibliothécaire national MOD0135428).
  52. L'exposition a mis en évidence la séparation arbitraire des séries et l'état précaire de conservation des tapisseries de' Médicis, souvent rangées dans des lieux publics impropres et exposées à la lumière, aux fumées, à l'humidité, aux thermosiphons. L'Opificio delle pietre dure activa au Palazzo Vecchio un laboratoire de restauration des tapisseries qui est toujours actif et un appel à un changement radical fut lancé par Giovanna Gaeta Bertalà. (it) Giovanna Gaeta Bertalà, « L'arazzo : un problema emergente dalla mostra medicea di Palazzo Vecchio », Bollettino d'arte, Rome, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato,‎ , p. 129-138 (Service bibliothécaire national RCA0724083).
  53. (it) Caterina Chiarelli, Giovanna Giusti et Lucia Meoni (curatelle de) (Catalogo di mostra Galleria degli Uffizi, Aula di San Pier Scheraggio 4 aprile-4 giugno 2006), Gli arazzi dei Granduchi : Un patrimonio da non dimenticare, Livourne, Sillabe, , 34 p. (ISBN 88-8347-323-X).
  54. (it) Lucia Meoni (curatelle de) (Catalogo della mostra a Palazzo Pitti, Galleria del Costume), La nascita dell'arazzeria medicea : dalle botteghe dei maestri fiamminghi alla manifattura ducale dei «creati fiorentini», Livourne, Sillabe, , 95 p. (ISBN 978-88-8347-468-2).
  55. (it) Louis Godart (curaterlle de) (catalogo della mostra (Roma, Palazzo del Quirinale, Galleria di Alessandro VII, 29 aprile-30 giugno 2010), Giuseppe negli arazzi di Pontormo e Bronzino : viaggio tra i tesori del Quirinale, Loreto, , 319 p. (Service bibliothécaire national UFI0553156).
  56. Une sélection de tapisseries des Médicis. Leur qualité et leur conservation. Ce sont des artefacts qui craignent la lumière et les insectes et ont la tendance à se déformer par le poids : pour cette raison, on les montre en rotation.
  57. (it) Giovanna Giusti (curatelle de) (Catalogo della mostra tenuta a Firenze, Galleria degli Uffizi, Sala delle Reali poste, 28 maggio-28 giugno 2014), La Galleria degli arazzi : fragilità della bellezza / Galleria degli Uffizi, Florence-Milan, Firenze Musei-Giunti, , 131 p. (ISBN 978-88-09-79620-1).
  58. Réuni pour la première fois, après la longue et compliquée restauration, le cycle de tapisseries des Histoires de Joseph juif qui fut divisé par les Savoia en 1882, entre Rome et Florence, lorsque la moitié des tapisseries fut transférée au Quirinal. (it) Città di Firenze, « Tornano a casa per tre anni, rinnovabili, gli arazzi medicei del Quirinale », sur www.comune.fi.it, (consulté le 19 avril 2021).
  59. (it) Segretariato generale della Presidenza della Repubblica, Il principe dei sogni : Giuseppe negli arazzi medicei di Pontormo e Bronzino, Milan, Skira, , 367 p. (ISBN 978-88-572-2796-2).
  60. Tapisseries de la manufacture des Médicis, tissées sur les cartons de Michelangelo Cinganelli et représentant les Histoires de Phaéton, 1617. En 1966, étaient au rez-de-chaussée des Offices.
  61. Ces grandes tapisseries - cinq mètres jusqu'à plus de huit mètres de longueur - ont été réalisées pour la Salle de Saturno du Palazzo Pitti, réservée aux audiences secrètes du grand-duc Ferdinand II de Médicis
  62. (it) Alessandra Griffo et Lucia Meoni (curatelle de), Una biografia tessuta : gli arazzi seicenteschi in onore di Cosimo I, Livourne-Florence, Sillabe-Galleria degli Uffizi, , 87 (champ libre=Catalogo della Mostra tenuta a Firenze nel 2019 p. (ISBN 978-88-334-0088-4).

RéférencesModifier

  1. (it) Giovanna Giusti, « 2008 - Portiera con lo stemma dei Medici », sur www.amicidegliuffizi.it, (consulté le 24 mars 2021).
  2. Gravure de A. Volpini. (it) « Raccolta di 324 ritratti di artisti eccellenti. Gio. Cammillo Sagrestani Pitt. », sur www.lombardiabeniculturali.it (consulté le 10 avril 2021). Voire aussi : Museum Florentinum.
  3. (it) « Gli arazzi di Cosimo de' Medici tornano a Casa », sur www.quirinale.it, (consulté le 24 mars 2021).
  4. (it) Museo Nazionale di Palazzo Reale di Pisa, « Pisa, Museo Nazionale di Palazzo Reale, "Gli Arazzi del Granduca: attività dei laboratori didattici per le scuole dell'anno scolastico 2017-2018" », sur www.polomusealetoscana.beniculturali.it, (consulté le 15 avril 2021).
  5. (it) Lucia Meoni, « Palazzo Borromeo. Gli arazzi della collezione medicea, p. 125-137 », sur ambsantasedevaticano.esteri.it (consulté le 30 avril 2021).
  6. (it) Senato della Repubblica, « Sala dello Struzzo », sur www.senato.it (consulté le 30 avril 2021).
  7. (it) Ministero degli Affari Esteri, « Arazzo raffigurante La Notte », sur www.esteri.it (consulté le 15 avril 2021).
  8. (it) Ministero Affari Esteri. Ambasciata Italiana a Londra, « Arazzo raffigurante Figura Femminile con Fiaccola », sur www.esteri.it (consulté le 30 avril 2021).
  9. (en) British Museum, « Tapestry », sur www.britishmuseum.org (consulté le 26 avril 2021).
  10. (en) « The Drawings of Bronzino. JANUARY 20–APRIL 18, 2010 », sur www.metmuseum.org, (consulté le 18 avril 2021).
  11. (it) Louvre, « Tapisserie Florence », sur collections.louvre.fr (consulté le 25 avril 2021).
  12. (it) Katty Colzi, « Se qualcuno adottasse un arazzo... », sur www.artearti.net, (consulté le 24 mars 2021).
  13. (it) Università degli Studi di Firenze, « La Bellezza Salvata. Firenze 1966-2016 », sur mostre.sba.unifi.it (consulté le 24 mars 2021).
  14. Ces tapisseries, tissées par Vittorio Demignot sur le dessin de Giovanni Camillo Sagrestani, représentent de façon allégorique et imaginative les quatre continents : Europe, Asie, Amérique, Afrique. Elles furent exposées pour la première fois le , pour décorer Florence à l'occasion de l'entrée du nouveau grand-duc François de Lorraine et de son épouse Marie-Thérèse, future impératrice. (it) Arte.it, « I Quattro Continenti. Arazzi fiorentini su cartone di Giovanni Camillo Sagrestani », sur www.arte.it, (consulté le 19 avril 2021).
  15. (it) Le Gallerie degli Uffizi, « Per celebrare i cinquecento anni dalla nascita di Cosimo I de' Medici », sur www.uffizi.it (consulté le 24 mars 2021).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Cosimo Conti, Ricerche storiche sull'arte degli arazzi in Firenze, Florence, Sansoni, , XVI, 120 p. (Service bibliothécaire national RML0057850).
  • (it) Gallerie e musei Firenze, Catalogo della R. galleria degli arazzi, Florence-Rome, Tip. dei Fratelli Bencini, , XXI, 88 p. (Service bibliothécaire national RML0104946).
  • (it) Mercedes Viale Ferrero, Arazzi italiani, Milan, Electa Editrice, , 262 p. (Service bibliothécaire national RER0000031).
  • (it) Giovanna Gaeta Bertelà, « gli arazzi : Catalogo generale », dans Gallerie degli Uffizi, Gli Uffizi, Florence, Centro Di, (1re éd. 1979), 1211 p. (ISBN 88-7038-021-1), p. 1045-1075.  
  • (it) Maria Grazia Vaccari (édité par), La Guardaroba medicea dell'Archivio di Stato di Firenze, Florence, Regione Toscana, Giunta regionale, , 375 p. (Service bibliothécaire national NAP0193466, lire en ligne), p. 259-273.
  • (en) Candace J. Adelson, The tapestry patronage of Cosimo I de' Medici, vol. I-IV, Ann Arbor, UMI, , VII, 890 p.
  • (it) Clarice Innocenti (édité par), Meraviglie tessute della Galleria degli Uffizi : il restauro di tre arazzi medicei, Florence, Edifir, , 95 p. (ISBN 88-7970-090-1).
  • (it) Lucia Meoni (édité par), Gli arazzi nei musei fiorentini : La collezione medicea. Catalogo completo, vol. I-III, Florence-Livourne, Musei Fiorentini-Sillabe, 1997, 2007, 2018.
  • (it) Lucia Meoni (édité par) et Maria Matilde Simari (édité par), La Cacce dei Granduchi : due arazzi della celebre serie per la villa di Poggio a Caiano, Livourne, Sillabe, , 36 p. (ISBN 978-88-8347-601-3)
  • (it) Lucia Meoni, « Due arazzi ritrovati con le Storie di Paride da cartoni di Lorenzo Lippi », Un metodo per l'antico e per il nuovo : in ricordo di Chiara D'Afflitto, Florence, Mandragora,‎ , p. 213 (ISBN 978-88-7461-156-0).
  • (it) Clarice Innocenti, Gli arazzi con storie di Giuseppe Ebreo per Cosimo I De' Medici : il restauro, Florence, Polistampa, , 314 p. (ISBN 978-88-596-1330-5).
  • (it) Giovanna Giusti, La Galleria degli arazzi : fragilità della bellezza / Galleria degli Uffizi, Florence-Milan, Giunti-Firenze Musei, , 131 p. (ISBN 978-88-09-79620-1).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :