Ouvrir le menu principal

Syrie sous l'Empire ottoman

سورية في العصر العثماني
Syrie ottomane

1516–1918

Drapeau
Drapeau de l'Empire ottoman
Description de cette image, également commentée ci-après
Provinces de la Syrie ottomane vers 1900
Informations générales
Statut Provinces de l'Empire ottoman
Langue Arabe, turc ottoman
Sultan mamelouk
(1er) Al-Muizz Izz ad-Dîn Aybak
(Der) Al-Achraf Tuman Bay
Sultan ottoman
(1er) Sélim Ier
(Der) Mehmed VI

Entités précédentes :

Vue de Lattaquié.
Vue de Bethléem.

La Syrie ottomane fait référence au Levant dans l'Empire ottoman entre 1516 et 1920. La Syrie au cours de l'ère ottomane incluait la Syrie, le Liban, Israël, la Cisjordanie, la Bande de Gaza, la Jordanie et des parties de l'Irak et de la Turquie.

Histoire de la Syrie ottomaneModifier

Au cours de cette période, les firmans (décrets) de la Sublime Porte de 1839 et, de manière plus décisive, de 1856 - égalisent le statut des sujets musulmans et non musulmans. Les premiers, ressentant cette perte de supériorité, régulièrement agressent et massacrent les communautés chrétiennes - à Alep en 1850, à Naplouse en 1856, à Damas et au Liban en 1860. Parmi les conséquences à long terme de ces conflits internes seront l’émergence d’un Liban dominé par les chrétiens dans les années 1920 et 1940 et la profonde scission entre les Arabes palestiniens chrétiens et musulmans face à l’afflux sioniste après la Première Guerre mondiale[2].

Le massacre de milliers de civils chrétiens lors du conflit au Liban en 1860 entraîne l'envoi d'un corps expéditionnaire des puissances européennes. Sous une pression européenne croissante, principalement de la France, un décret ottoman de 1861 transforme "Al Kaimaqumyateen", l'ancien régime fondé sur un régime religieux qui a conduit à la guerre civile, en un Moutassarifat du Mont-Liban, gouverné par un mutasarıf qui, selon la loi, devait être un chrétien non libanais. Il a pour conséquence l'autonomie du Liban vis-a-vis de Damas.

PopulationModifier

Le voyageur et essayiste Volney, à la fin du XVIIIe siècle, distingue cinq groupes de populations : les Arabes musulmans, qui forment la grande majorité, les "Grecs", c'est-à-dire les chrétiens orthodoxes ou maronites, les Turkmènes, les Kurdes et les Bédouins. Les Turkmènes de Syrie, selon lui, sont environ 30 000 dans les pachaliks d'Alep et de Damas. Ils migrent pendant l'été avec leurs troupeaux sur les plateaux d'Anatolie. Ils passent pour de bons guerriers et maintiennent une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir ottoman mais leurs divisions de clan ne leur permettent pas de jouer un rôle politique important[3]. Selon le même auteur, ces deux provinces comptent 20 000 tentes (familles) de Kurdes de Syrie (en), répandus dans les régions montagneuses à l'est d'Antioche : ceux-ci ont une réputation de pillards[4].

Un mouvement d'émigration se dessine, d'abord assez réduit, vers l’Égypte, au XVIIIe siècle, puis, aux XIXe et XXe siècle, vers les Amériques et l'Afrique occidentale (voir Diaspora libanaise et Diaspora syrienne. Inversement, après le traité de Berlin (1878), le Levant reçoit quelques dizaines de milliers de déplacés des Balkans et du Caucase (muhacir (en))[5].

La population totale du Levant ottoman est connue par des recensements et estimations, avec une forte marge d'erreur.

  • Vers 1780 : 2 305 000 habitants
  • Vers 1840 : 2 800 000
  • Vers 1895 : 3 100 000
  • Vers 1913 : 3 500 000[5].

Administration territorialeModifier

 
Palais Azim construit en 1750 par le gouverneur de Syrie Azim Pacha, Hama

La Syrie, après sa conquête par Sélim Ier en 1517, est divisée en deux eyalets (pachaliks) : Damas et Alep, comprenant chacun plusieurs subdivisions, appelées sandjak. L'eyalet de Tripoli est créé en 1579, celui de Raqqa (Urfa) en 1586, celui de Sidon en 1660. À partir de 1865, la Syrie ottomane est divisée entre les vilayets de Syrie (Damas), Alep, Beyrouth (créé en 1888), le moutassarifat du Mont-Liban et le sandjak ou moutassarifat de Jérusalem (détaché en 1872).

Organisation des sandjaks à la fin de l'époque ottomaneModifier

 
Les costumes populaires de la Turquie en 1873 - Partie 3 - Planche 037 : Un homme et deux femmes arabes des environs de Jérusalem. Album pour le pavillon ottoman à l'exposition universelle de Vienne, Pascal Sebah, 1873

Vilayet de Syrie

Vilayet d'Alep

Vilayet de Beyrouth

Moutassarifats autonomes

Notes et référencesModifier

  1. (en) Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire Ottoman, Paris, Fayard, , 810 p. (ISBN 978-2-213-01956-7, OCLC 968175287), p. 378 à 380
  2. (en) Benny Morris, Excerpt from Righteous Victims: A History of the Zionist-Arab Conflict, 1881–1999, accessed 27 septembre 2015
  3. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 & 1785, Paris 1785 ; Paris, Volland et Dessenne, 1787, 2 vol., 1787, t. 1, p. 337-340
  4. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 & 1785, Paris 1785 ; Paris, Volland et Dessenne, 1787, 2 vol., 1787, t. 1, p. 340-344
  5. a et b Samman Mouna Liliane, "La situation démographique de la Syrie" in: Population, 31e année, no 6, 1976. p. 1253-1288.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) The policy of Divide and Rule in Syria, A history of the Modern Middle East, 3e Édition, Cleveland.
  • (en) Bayyat, Fadil, The Ottoman State in the Arab Scope, 2007)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier