Chemin de fer de Beyrouth à Damas

Ligne de
Beyrouth à Damas
Image illustrative de l’article Chemin de fer de Beyrouth à Damas
Viaduc du Djellala.
Pays Drapeau du Liban Liban,
Drapeau de la Syrie Syrie
Historique
Mise en service 1895
Fermeture 1975
Concessionnaires Société des Chemins de fer Ottomans économiques de Beyrouth-Damas-Hauran (de) (1891 – 1893)
DHP (1893 – 1955)
Chemins de fer de l'État Libanais et Chemins de Fer Syriens (à partir de 1955)
Caractéristiques techniques
Longueur 144 km
Écartement étroit (1 050 mm)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 72 
Crémaillère De type Abt

Le Chemin de fer de Beyrouth à Damas est une ligne ferroviaire ottomane qui relie Beyrouth (Liban) à Damas (Syrie), construit par une société française en 1895.

Pose du dernier rail a Damas le 25 juin 1895.

La ligne à voie métrique (1,05 m) a une longueur totale 117 km, dont 92 km au Liban est construite par la Société de construction des Batignolles dans le cadre d'une concession de 1891. Il est prolongé à l'est par le chemin de fer du Hauran construit par la Société des Chemins de fer Ottomans économiques de Beyrouth-Damas-Hauran (de).

Le même consortium construit ensuite le chemin de fer Damas-Hama et Prolongements qui va jusqu'à Alep où il se raccorde au chemin de fer Berlin-Bagdad construit par un groupe à dominante allemande.

Le but était de relier Beyrouth à Damas, faisant de Beyrouth l'accès de la Syrie à la mer et contrecarrant ainsi le projet britannique de relier Damas à Jaffa.

Les gares et les maisons des gardes-barrières sont des copies d'ouvrages français, les rails et le matériel de voie sont belges, les locomotives à vapeur sont suisses. La voie franchit la chaîne du Mont-Liban et culmine à 1 400 mètres. Des locomotives à crémaillère sont nécessaires.

HistoireModifier

ProjetModifier

ConstructionModifier

Description de la ligneModifier

Caractéristiques techniquesModifier

C'est une ligne à voie étroite, à crémaillère sur une partie de son trajet. Les trains de passagers circulent à 18,5 km/h, ceux de marchandises à 10 km/h, de sorte qu'il faut de 12 à 13 heures pour aller de Beyrouth à Damas. A Rayak, il est nécessaire de changer de train pour passer sur la ligne à écartement standard qui va vers Hama et Alep[1].

ParcoursModifier

Matériel roulantModifier

LocomotivesModifier

VoituresModifier

WagonsModifier

Véhicules de serviceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Murat Özyüksel, The Hejaz Railway and the Ottoman Empire, I.B. Tauris, 2014, p. 31

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Philippe Berger, « Le chemin de fer de Beyrouth à Damas et au Hauran : I Beyrouth », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le ),
  • Philippe Berger, « Le chemin de fer de Beyrouth à Damas et au Hauran : II de Beyrouth à Damas », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le ),
  • Philippe Berger, « Le chemin de fer de Beyrouth à Damas et au Hauran : III la ligne du Hauran », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le ),
  • Philippe Berger, « Le chemin de fer de Beyrouth à Damas et au Hauran : IV Salamein », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ),
  • M. Blanche (ingénieur du service technique central de la société ottomane des chemins de fer de Beyrouth-Damas-Hauran), « Le chemin de fer de Beyrouth-Damas-Hauran », Revue générale des chemins de fer, vol. XIX 1er semestre, no 1,‎ , p. 342-354 (lire en ligne, consulté le ).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier