Ouvrir le menu principal

Sylvain Brial

personnalité politique française

Sylvain Brial
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 6 jours)
Élection 15 avril 2018
Circonscription Wallis-et-Futuna
Législature XVe
Groupe politique NI (2018)
LT (depuis 2018)
Prédécesseur Napole Polutele (indirectement)
Membre de l'assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 18 jours)
Élection 26 mars 2017
Circonscription Sigave
Président David Vergé
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Futuna
Nationalité Française
Parti politique SE
Profession Chef d'entreprise

Sylvain Brial, né le à Futuna, est un homme politique français. Conseiller territorial de Wallis-et-Futuna, il est élu député en 2018.

Sommaire

BiographieModifier

Il est le petit-fils de Julien Brial (commerçant originaire des Pyrénées-Orientales) et d'Aloïsia Manuka, Lavelua, ou reine, d'Uvéa de 1954 à 1958, le fils de l'homme politique Cyprien Brial (élu à l'assemblée territoriale pour la circonscription de Sigave de 1967 à 1987 et gérant des affaires familiales pour Futuna), le frère de Julien Brial (conseiller territorial pour Sigave de 1987 à 1997) et Victor Brial (député de 1997 à 2007 et plusieurs fois président de l'assemblée territoriale) et le neveu de Benjamin Brial (député de 1967 à 1988)[1]. Il est enfin le cousin de Gil Brial, pour sa part engagé en politique en Nouvelle-Calédonie.

Il est chef d'entreprise en bâtiment de profession[1].

En , il fait son entrée en politique en se présentant sans étiquette aux élections territoriales. Élu conseiller territorial dans la circonscription de Sigave, il siège dans l'opposition à David Vergé[1].

Candidat lors de l'élection législative de 2017 à Wallis-et-Futuna, classé divers gauche par le ministère de l'Intérieur, il est battu au premier tour par le sortant Napole Polutele (également divers gauche, soutenu par La République en marche)[2]. Sylvain Brial dépose un recours auprès du Conseil constitutionnel, qui annule l'élection de Napole Polutele le , en raison de défauts d'émargement lors du vote[3].

Lors de l'élection partielle qui suit, il se porte à nouveau candidat, classé divers droite et soutenu par Les Républicains (LR). Le 15 avril 2018, lors d'un duel au premier tour face au député sortant, il recueille 51,6 % des voix, ce qui fait de lui le nouveau député pour Wallis-et-Futuna[4],[5]. À l'Assemblée nationale, il siège chez les non-inscrits puis au sein du groupe Libertés et territoires[6].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier