Ouvrir le menu principal

Gil Brial

homme politique français

Gil Brial
Illustration.
Fonctions
2e Vice-Président de l'Assemblée
de la Province Sud
En fonction depuis le
(5 ans, 6 mois et 26 jours)
Prédécesseur Pascal Vittori
Président du Mouvement populaire calédonien
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 23 jours)
Prédécesseur Gaël Yanno
Membre du Congrès de la Nouvelle-Calédonie
En fonction depuis le
(10 ans, 7 mois et 2 jours)
Élection 10 mai 2009
Réélection 11 mai 2014
12 mai 2019
Biographie
Nom de naissance Gil Brial
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Nouméa
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique R-UMP (2009-2013)
MPC (depuis 2013)
Diplômé de Université de Franche-Comté
IUFM de Marseille
Profession Professeur

Gil Brial est un homme politique français de Nouvelle-Calédonie, né à Nouméa le . Il est le président du Mouvement populaire calédonien (MPC).

Origines et formationModifier

Gil Brial est issu, du côté paternel, d'une famille avec des origines wallisiennes et roussillonaises qui a donné plusieurs personnalités politiques ou coutumières à Wallis-et-Futuna ou à la Nouvelle-Calédonie. Il est ainsi l'arrière-petit-fils d'Aloïsia Brial (fille d'aliki de la lignée Manuka, branche de la famille des Uhilamoafa) qui est Lavelua (reine) d'Uvéa (royaume coutumier correspondant à l'île de Wallis) de 1954 à 1958, le petit-neveu de Benjamin Brial qui a été député gaulliste de Wallis-et-Futuna de 1967 à 1988 ainsi que le cousin issu de germain de Victor Brial et de Sylvain Brial qui ont à leur tour représenté cet archipel à l'Assemblée nationale respectivement pour le Rassemblement pour la République (RPR) puis l'Union pour un mouvement populaire (UMP) de 1997 à 2007 et en tant que divers droite depuis 2018[1]. Il est également cousin avec Veylma Falaeo, elle-aussi élue à l'Assemblée de la Province Sud et au Congrès en 2019 avec le parti politique ethnique L'Éveil océanien[2].

Gil Brial effectue des études supérieures à l'Université de Franche-Comté de 1995 à 1998 puis obtient son Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique (CAPET) en génie mécanique à l'IUFM d'Aix-Marseille. Il enseigne par la suite au collège de Hienghène[1].

Carrière politiqueModifier

En 2009 il fait son entrée au sein de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès, élu sous la bannière du Rassemblement-UMP. Il participe avec Gaël Yanno à la création du Mouvement populaire calédonien en 2013[3] dont il devient le président en 2018[4] et sous les couleurs duquel il est réélu lors des provinciales de 2014 (au sein d'une coalition baptisée Union pour la Calédonie dans la France ou UCF, qui existe jusqu'en 2017) et de 2019 (avec L'Avenir en confiance, nouvelle alliance de partis non-indépendantistes ayant remporté le scrutin). Il est le 3e vice-président de l'Assemblée de la Province Sud de 2012 à 2014 puis son 2e vice-président depuis 2014, reconduit en 2019[5].

RéférencesModifier