ATR 42

avion de ligne biturbopropulsé

ATR 42
ATR 42-600
ATR 42-600

Constructeur Drapeau : France/Drapeau : Italie Avions de transport régional
Premier vol
Mise en service
Premier client Air Littoral
Variantes ATR 72
Dimensions
Longueur 22,67 m
Envergure 24,57 m
Hauteur 7,58 m
Aire alaire 54,5 m2
Masse et capacité d'emport
Passagers 48
Performances
Autonomie 1 580 km
Plafond 7 620 m

L'ATR 42 est un avion de transport de passager à turbopropulseurs.

Le premier appareil fabriqué par ATR a effectué son premier vol le

et a été mis en service le . Il existe une variante cargo (sur la base de l'ATR 42-300) et quick change (ATR 42-500). La version actuellement produite par ATR est l'ATR 42-600.

12 ATR 42 ont également été spécialement aménagés pour la surveillance des espaces maritimes par Alenia et livrés aux garde-côtes et à la douane italienne.

CaractéristiquesModifier

À partir du modèle initial, -300, il a été produit en plusieurs versions successives dont une révision majeure, le modèle -500 à partir de 1995. Celui-ci est équipé de moteurs plus puissants (PW127E) et offre un bien meilleur confort aux passagers grâce à la réduction des vibrations (hélices à 6 pales, renfort du fuselage, absorbeurs).

Les structures secondaires de l’ATR 42 sont essentiellement réalisées en matériau composite. Les dérives en matériau composite ont fait leur apparition sur les ATR 42-500 pour alléger les appareils. Les matériaux composites représentent environ 20 % de la structure totale des ATR 42-500.

VariantesModifier

ATR 42-300Modifier

ATR livre son premier avion, l'ATR 42-300 le 3 décembre 1985 à la compagnie française Air Littoral. Face au succès de son avion régional, ATR augmente ses cadences de production. Elle obtient de grosses commandes provenant de compagnies nord-américaines comme Texas Air Corporation (50 ATR 42-300 en 1988). En 1989, ATR annonce avoir atteint son objectif initiale de 400 commandes. La version 42-300 a été produite jusqu'en 1996, lorsque l'ATR 42-320 a pris le relai.

ATR 42-320Modifier

Dans le marché concurrentiel des avions régionaux, ATR commercialise une version améliorée de l'ATR 42-300, l'ATR 42-320. Celle-ci se distingue par des moteurs PW121 de Pratt & Whitney Canada plus puissants.

ATR 42-500Modifier

L'ATR 42-500 a effectué son vol inaugural le 16 septembre 1994. Cette nouvelle version est équipée des nouveaux moteurs PW127, de nouvelles hélices à six pales, de meilleures performances, d'une capacité de poids accrue et d'une cabine passagers améliorée. Le premier ATR 42-500 a été livré le 31 octobre 1995 à la compagnie italienne Air Dolomiti.

ATR 42-600Modifier

La version actuellement produite par ATR est l'ATR 42-600. Le 2 octobre 2007, le PDG d'ATR, Stéphane Mayer, annonce le lancement de l'avion de la série -600; comprenant l'ATR 42-600 et l'ATR 72-600. Ces derniers ont pour but d'accroître l'efficacité, la fiabilité, réduire la consommation de carburant et les coûts d'exploitation par rapport à la série -500. Les différences se situent également à l'adoption de moteurs PW127M améliorés par Pratt & Whitney Canada, d'écrans LCD dans le cockpit. Le prototype d'ATR 42-600 a volé pour la première fois le 4 mars 2010 sous l'immatriculation F-WWLY. [1],[2] Le premier avion a été livré à la compagnie aérienne tanzanienne Precision Air en novembre 2012. [3]

ATR 42-600S (STOL)Modifier

Le , ATR annonce le développement de l'ATR 42-600S, une variante STOL (décollage/atterrissage court), pour une certification prévue en 2022.

Capable de se poser sur des pistes de 800 m minimum, l'objectif de cette version est de conquérir le marché du renouvellement prévu des avions courte distance de 30 à 50 sièges, actuellement opéré par les vieillissants SAAB 340 & DHC Dash 7.

Autres versionsModifier

 
Un ATR 42-300F de Fedex, transformé en cargo

ATR 42 CargoModifier

Les ATR 42 cargo (56 m3, 5 600 kg) sont construits ou transformés sur la base de l'ATR 42-300. L'ATR 42-500 est également proposé en version « Quick-change » permettant de passer rapidement d'un équipement passager en une soute cargo de 30 m3.

ATM 42RModifier

ATM 42R : l'armée de l'air française est à la recherche d'un « caboteur militaire » pour succéder aux vieux Noratlas 2501 et Nord 262, en vue de leurs retraits, livraison prévue en 1987 puis 1991 [4]. Le besoin cumulé de l'armée de l'air serait de 20 à 25 machines. Les partenaires du GIE ATR sont, en 1987, en attente de l'autorisation de lancer le programme ATM 42R : M pour Militaire, R pour Rampe arrière. Bien qu'un marché total de 200 appareils soit évalué, les priorités du GIE vont à la version allongée ATR 72 pour concurrencer, entre autres, l' ATP de Bristish Aerospace. Sur le plan militaire, le GIE ATR veut aussi concurrencer le CN-235 de Casa - Espagne - et Nurtanio - Indonésie- qui est structurellement moins optimisé, ces 2 derniers constructeurs n'ayant pas l'expérience de l'Aérospatiale et de Aeritalia. Diverses solutions intérimaires sont imaginées par le GIE ATR en attendant l' ATM 42R: G.222 ou ATR 42F - uniquement une porte cargo latérale arrière -. Cet ATR 42F n'est pas encore lancé, et par ailleurs il y a un contentieux au sein du GIE sur la localisation de la production de la rampe. On sait que finalement cette version ATM 42R ne vit jamais le jour. L'Armée de l'Air de France acheta le CN-235 en 1991.

ATR 42 MP SurveyorModifier

ATR 42 MP Surveyor est utilisé pour de la patrouille maritime par les garde-côtes italiens (12 appareils). Leurs missions sont la surveillance en mer, recherche et identification de bateaux, recherche et sauvetage en mer, lutte contre le trafic de drogue, la contrebande et la piraterie, surveillance de l’environnement (pollution par les hydrocarbures et les substances chimiques) ou surveillance des zones économiques spécifiques (pêche, plates-formes pétrolières). Ses missions secondaires sont les suivantes : transport de personnel, de parachutistes et de marchandises, fret, évacuation sanitaire et protection civile.

SpécificationsModifier

Spécifications[5]

ATR 42-200 ATR 42-300 ATR 42-320 ATR 42-500 ATR 42-600
Équipage 2
Sièges 42–50 46-50
Longueur 22,67 m
Envergure 24,57 m
Hauteur 7,59 m
Surface alaire 54,5 m2
Forme et ratio des ailes 11,1:1[6]
Empattement 8,78 m
Longueur de la cabine 13,85 m
Masse à vide 10 500 kg 11 250 kg 11 250 kg
Masse maximale au décollage 15 550 kg 16 900 kg 16 900 kg 18 600 kg 18 600 kg
vitesse de croisière 494 km/h en croisière 1 554 km/h 554 km/h
Distance franchissable (en charge) 885 km 1 555 km 1 555 km
Capacité maximale en carburant 5 625 L
Plafond 7 600 m
Moteurs(×2) Pratt & Whitney Canada PW120 Pratt & Whitney Canada PW121 Pratt & Whitney Canada PW127E Pratt & Whitney Canada PW127M

UtilisateursModifier

Opérateurs civilsModifier

Les plus importants opérateurs de l'ATR-42 sont FedEx Express, EasyFly Colombia et FirstAir. Nombre d'appareils (fév.2021). Ci-dessous les compagnies opérant 4 ATR 42 ou plus, ainsi que les compagnies aériennes françaises en possédant au moins un :

D'autres compagnies aériennes utilisent également un nombre restreint de ces appareils[7].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Utilisateurs militaires et gouvernementauxModifier

 
Guardia di Finanza ATR 42MP (MM62166). Décollage au Royal International Air Tattoo à la base de Fairford.
  France
  Colombie
  Gabon
  Italie
 
ATR 42 modifié des garde-côtes italiens.
  Jamahiriya arabe libyenne
  Nigeria

AccidentsModifier

  • Le à 19 h 28, un ATR 42–312 de la compagnie Aero Trasporti Italiani (ATI), le vol 460 ATI (en), s'est écrasé à Conca di Crezzo en Italie pendant un vol de l'aéroport de Milan en Italie à l'aéroport de Cologne en Allemagne. 37 personnes étaient à son bord, aucun survivant. Des conditions de givrage existaient[10].
  • Le , vers h du matin, un ATR 42-500 de la compagnie Airlinair, qui effectuait un vol à la demande entre les aérodromes d'Auxerre et de Lyon-Bron, a subi des « dommages au train d'atterrissage principal » à cause d'un « atterrissage dur ». Il ramenait l'équipe de football de l'Olympique lyonnais.
  • Le , un ATR 42 de la compagnie vénézuélienne Santa Barbara s'écrase dans les Andes à 10 km de Mérida, lors d'un vol Mérida-Caracas, à 4 750 mètres d'altitude. 46 personnes étaient à son bord, aucun survivant.
  • Le , un ATR-42-300 de la compagnie vénézuélienne Conviasa, s'écrase à une dizaine de kilomètres de Puerto Ordaz quelques minutes après le décollage, faisant au moins 14 morts.
  • Le , le vol Trigana Air Service 267, un ATR 42-300 de la compagnie indonésienne Trigana Air, s’écrase dans la région de Papouasie, dans l’est de l’Indonésie. Il y avait à son bord 49 passagers et 5 membres d’équipage ; il n'y a aucun survivant.
  • Le , le vol PK661, de la compagnie Pakistan International Airlines (PIA) s’est écrasé dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan faisant 47 morts, aucun survivant.
  • Le , un ATR-42-300 de la compagnie West Wind Aviation s’écrase alors qu’il venait de décoller de l'aéroport de Fond-du-Lac dans la province du Saskatchewan, pour un vol en direction de Stony Rapids[11]. L'avion a piqué du nez alors qu'il volait à basse altitude et s'est écrasé dans une forêt. Malgré des ailes remplies de kérosène, l'avion ne s'est pas enflammé. On dénombre une dizaine de blessés dont certains cas graves parmi les 22 passagers et 3 membres d'équipage.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's — IHS » (consulté le 26 décembre 2014)
  2. « Photos: ATR ATR 42-600 Aircraft Pictures », Airliners.net (consulté le 26 décembre 2014)
  3. « First ATR 42-600 delivered to Precision Air Services », ATR, (consulté le 28 janvier 2013)
  4. S. Brosselin, « ATM 42R, imbroglio », AIR FAN n°90,‎ , p. 42 à 45
  5. "ATR 42–500". ATR. Lu le 8 novembre 2010.
  6. Jackson 2003, p. 224–225.
  7. Flight International, 3–9 October 2006.
  8. (en)https://www.planelogger.com/Aircraft/Registration/F-SEBK/420669.
  9. Alenia Aeronautica livre le second ATR 42 MP à l'armée de l'air Nigériane aviationnews.eu.
  10. « ASN Aircraft accident ATR-42-312 I-ATRH Conca di Crezzo », sur aviation-safety.net, (consulté le 26 septembre 2018)
  11. Arnaud, « Un ATR-42 s’écrase au décollage au Saskatchewan », sur Avions légendaires, .
Bibliographie
  • (en) Paul Jackson (editor-in-chief), Kenneth Munson (deputy editor) et Lindsay Peacock (assistant editor), Jane's All The World's Aircraft, 2003–2004, Coulsdon, UK, Jane's Information Group, coll. « Jane's yearbooks », , 837 p. (ISBN 0-710-62537-5 et 978-0-710-62537-3, OCLC 52547234).
  • (en) Michael J.H. Taylor, Brassey's world aircraft and systems directory, 1999-2000, Herndon, VA, Brassey's Inc, , 787 p. (ISBN 978-1-857-53245-6, OCLC 41510501).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :