Ouvrir le menu principal

Napole Polutele
Illustration.
Napole Polutele en 2017.
Fonctions
Membre de l’Assemblée territoriale
des îles Wallis et Futuna
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 18 jours)
Élection 26 mars 2017
Circonscription Mu'a, Wallis
Président David Vergé
Groupe politique Ensemble pour un avenir meilleur
Député français

(4 ans, 11 mois et 5 jours)
Élection 24 mars 2013
Réélection 11 juin 2017
Circonscription Wallis-et-Futuna
Législature XIVe et XVe
Groupe politique NI (2013)
App. SRC (2013-2016)
App. SER (2016-2017)
App. LC (2017)
App. UAI (2017-2018)
Prédécesseur David Vergé
Successeur Sylvain Brial (indirectement)
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Mu'a (Wallis, France)
Nationalité Française
Parti politique Sans étiquette
Profession Enseignant

Napole Polutele, né le à Mu'a, est un homme politique français. Il est député français pour Wallis-et-Futuna de 2013 à 2018 et membre de l’Assemblée territoriale des îles Wallis et Futuna depuis 2017.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études à Toulouse et à Bordeaux, Napole Polutele exerce la profession de professeur d'histoire-géographie, pendant un an à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), puis à Wallis-et-Futuna[1].

De 2009 à 2012, il est membre du conseil territorial de Wallis-et-Futuna, qui participe à l'administration de l'archipel aux côtés de l'administrateur supérieur.

À la suite de l'annulation de l'élection législative de 2012 dans la circonscription de Wallis-et-Futuna sur décision du Conseil constitutionnel, Napole Polutele se présente au scrutin partiel avec le soutien de l'UMP[2]. Il l'emporte au second tour, le , avec 37,5 % des voix, dans le cadre d'une triangulaire l'opposant aux candidats de gauche Mikaele Kulimoetoke (32,3 %) et Lauriane Vergé (30,2 %)[3].

À l'Assemblée nationale, pendant la XIVe législature, il siège d'abord parmi les députés non inscrits, puis rejoint, deux mois après son élection, le groupe socialiste en tant qu'apparenté. Après cette décision, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Christian Jacob, dénonce « le scandale du débauchage par le PS d'un député dont la candidature, comme non-inscrit, avait été soutenue et financée par l'UMP » et s'interroge sur les raisons de ce ralliement[4].

Lors des élections territoriales de 2017, il est élu membre de l'Assemblée territoriale. Il est membre du groupe centriste « Ensemble pour un avenir meilleur » et devient président de la commission de l'Enseignement de l'assemblée.

Il parraine Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle 2017[5]. Classé divers gauche et soutenu par La République en marche lors de l'élection législative de 2017, il est réélu député au premier tour, avec 50,2 % des voix[6]. Pour la XVe législature, il s'apparente au groupe LC, qui devient par la suite le groupe UAI[7]. En octobre 2017, il relaie à l'Assemblée nationale, avec des députés LR, un amendement portant sur la fiscalité des entrepôts et fourni par le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises[8],[9],[10].

Le , statuant sur un recours déposé par Sylvain Brial, le Conseil constitutionnel annule son élection en raison de défauts d'émargement lors du vote[11]. Lors de l'élection partielle organisée le 15 avril 2018, il est classé divers droite et soutenu par l'UDI[12]. Il obtient 48,4 % des voix dans un duel l'opposant au premier tour à Sylvain Brial (LR), qui lui succède ainsi à l'Assemblée nationale[13]. Le Conseil constitutionnel rejette par la suite un recours formé par Napole Polutele contre cette élection[14],[15].

Notes et référencesModifier

  1. Victoire de la droite à la législative partielle de Wallis et Futuna, Le Parisien, .
  2. http://www.tahitinews.co/legislative-partielle-a-wallis-et-futuna-victoire-de-napole-polutele/
  3. [PDF] https://www.interieur.gouv.fr/content/download/39266/300317/file/leg%20par%20Wallis%20et%20Futuna%2017%2024%20mars%202013%20T1T2.pdf
  4. « Débauchage d'un député: Jacob dénonce », Le Figaro, .
  5. [1].
  6. Aurélie Delmas, « Législatives : qui a été élu dès le premier tour ? », liberation.fr, .
  7. http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA693008.
  8. « Quand le Medef livre des amendements clé en main aux députés LR et Modem », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  9. « Ces amendements "made in" Medef présentés par les députés », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  10. « Assemblée nationale ~ PLF POUR 2018(no 235) - Amendement no 293 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 novembre 2017)
  11. « Décision n° 2017-5162 AN du 2 février 2018 », sur Conseil constitutionnel, .
  12. https://www.nouvelobs.com/politique/20180415.AFP9189/legislatives-partielles-le-sortant-battu-a-wallis-et-futuna-selon-des-resultats-provisoires.html
  13. « Législative partielle à Wallis et Futuna: Sylvain Brial arrive en tête - nouvelle calédonie la 1ère », nouvelle calédonie la 1ère,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2018)
  14. https://la1ere.francetvinfo.fr/wallisfutuna/legislative-partielle-2018-wallis-futuna-recours-napole-polutele-rejete-630304.html
  15. https://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2018/20185662AN.htm

Voir aussiModifier