Intercompréhension

L'intercompréhension est avant tout une nécessité de la communication : pour communiquer il faut se comprendre mutuellement. Pour cela, bien des moyens sont possibles dont le plus courant, parmi les moyens verbaux, est bien sûr l'utilisation d'une même langue, que celle-ci soit langue première des interlocuteurs, langue étrangère pour l'un d'entre eux, langue tierce pour tous...

Mais la communication peut aussi s'établir avec plusieurs langues. Dans ce cas, l'intercompréhension (bilingue ou plurilingue) est une pratique réussie du dialogue entre des personnes de langues différentes où chacun s'exprime dans sa langue et comprend les autres personnes. Mais on peut aussi considérer qu'il n'y ait pas dialogue à proprement parler, ainsi que le dit F.J. Meissner : « Par le terme intercompréhension, on désigne la capacité de comprendre une langue étrangère sur la base d’une autre langue sans l’avoir apprise »[1]. Dans ce dernier sens, lorsqu'on parle également d'intelligibilité mutuelle, on considère les langues et non les personnes. L'intercompréhension se produit entre des personnes et l'intelligibilité mutuelle est une potentialité des langues, qui permet l'intercompréhension. Cet article traite de l'intercompréhension considérée comme pratique, une pratique digne d'un apprentissage, en raison de quoi il existe une pédagogie et une didactique de l'intercompréhension.

L'intercompréhensionModifier

L'intercompréhension plurilingueModifier

L'intercompréhension : se comprendreModifier

L'intercompréhension est donc une pratique de communication qui consiste à parler ou à écrire dans sa langue maternelle avec un locuteur d'une autre langue. Ce dernier, sans répondre dans la langue de l'autre, la comprend et répond dans sa langue. La question de l'intercompréhension appartient au domaine plus vaste du plurilinguisme. En didactique et pédagogie des langues, sous le terme d'intercompréhension, on propose l'apprentissage de la seule compréhension d'une langue, sans apprendre à s'exprimer dans cette langue, et aussi l'apprentissage simultané de plusieurs langues de la même famille, en apprenant seulement à les comprendre. Les dispositifs d'apprentissage ainsi créés mettent en relation des natifs de langues différentes ou bien préparent à ce type de dialogue par la comparaison et la traduction de textes et d'enregistrements.

Il est tout à fait possible d'employer le terme d'intercompréhension dès que deux personnes se comprennent, y compris en utilisant la même langue. En linguistique, il est couramment employé lorsque des locuteurs de dialectes différents de la même langue se comprennent.

La production se faisant dans sa propre langue, la précision de l'expression est naturellement plus grande. L'apprentissage doit alors surtout se tourner vers la compréhension de l'autre langue (ou d'autres langues). Il est en effet beaucoup plus simple d'apprendre à comprendre une langue que d'apprendre à la parler couramment.

Cette situation va aussi demander à celui qui parle (ou écrit) de faire des efforts pour se faire comprendre et donc de faire toute une réflexion sur l'autre. Ici entre en ligne de compte tous les aspects liés aux lignes de contact entre langues et tout leur fond commun (langues romanes, langues germaniques, langues slaves, etc.). L’apprentissage devra se tourner d'abord vers des méthodes centrées sur la compréhension globale, la prise de conscience des similitudes et différences entre langues, toutes choses que le cadre européen de référence défend.

Ce mode de communication existe d'ailleurs aujourd’hui comme dans les pays scandinaves où il est relativement facile pour un Norvégien de se faire comprendre d'un Danois ou d'un Suédois.

De l'intercompréhension dans le tandemModifier

La communication en tandem (utilisation de deux langues par deux interlocuteurs, chacun parlant alternativement la langue de l'autre et la sienne) a été pratiquée dans de nombreuses écoles. Elle est pour moitié de l'intercompréhension, c'est-à-dire pendant le temps où chacun écoute ou lit l'autre s'exprimer dans sa langue. C'est avec le tandem, qui a commencé en 1996, qu'on s'est habitué à l'idée qu'on pouvait apprendre une langue en continuant, au moins une partie du temps, à parler la sienne.

L'enseignement de l'intercompréhension plurilingueModifier

Si le tandem est relativement connu et pratiqué, ce n'est pas le cas de l'intercompréhension qui n'a pas encore réellement fait son entrée dans les institutions scolaires et universitaires, si ce n'est à l'état d'expériences, de projets, rarement de véritables formations. Un matériel abondant et une réflexion poussée existent pourtant.

Quatre méthodes ont vu le jour autour de l'année 2000 : Galatea[2], EuRom4[3],[4], EuroComRom (Les sept tamis)[5], et Comprendre les langues romanes[6]. Toutes ces méthodes visaient l'apprentissage de la lecture simultanément dans plusieurs langues romanes, en se fondant sur les textes, la similitude des langues romanes, et un développement de stratégies de compréhension, notamment une façon d'aborder le texte globalement avant d'entrer dans les détails. Elles résultaient toutes de projets financés par l'Union européenne.

Un peu plus tard, en 2003, a commencé à fonctionner une plate-forme Internet qui a pour nom Galanet et dont le principe est de mettre en relation à distance des équipes d'étudiants de langues romanes différentes pour leur faire réaliser en commun une publication en ligne au cours d'un semestre universitaire. Depuis 2009, la plate-forme Galapro permet la formation pédagogique de formateurs en intercompréhension. Redinter, un réseau européen d'organismes de formation, a rassemblé entre 2009 et 2011 un grand nombre de chercheurs et de formateurs, et a fédéré les courants connectiviste (Galanet et Galapro) et académique (EuRom5, EuroComRom).

Depuis 2015, la plateforme Miriadi[7] permet des formations en ligne et en réseau de groupes, et abrite un réseau international d'enseignants et de chercheurs spécialistes de l'intercompréhension et du travail en commun en ligne.

L'enseignement de l'intercompréhension plurilingue au BrésilModifier

On observe, au Brésil, un fort mouvement d'enseignement à travers la compétence de l'intercompréhension plurilingue dans les universités et dans les écoles publiques d'éducation de base. L'Université Fédérale de Rio Grande do Norte, située dans la ville de Natal (Rio Grande do Norte), a introduit le sujet de l'intercompréhension entre les langues romanes dans le cours de Lettres, en 2010[8]. Depuis cette année, l'institution a organisé deux congrès internationaux[9] et de nombreuses recherches scientifiques sous la direction de la professeur Selma Alas Martins : sur la lecture des genres littéraires plurilingues[10], l'intercompréhension pour l'enseignement des jeunes et des adultes[11], sur la formation continue des enseignants à Natal[12].

Entre 2011 et 2013, le linguiste Rudson Edson Gomes de Souza (qui a participé à la plate-forme Galapro[13] et il fait partie de l'équipe de collaborateurs de Miriadi[14]) a introduit le sujet de l'intercompréhension entre les langues romanes pour les élèves de 13 ans d'une école publique à la périphérie de la ville de Natal[15]. À travers d'un cours par semaine et avec l'utilisation du matériel didactique spécifique au plurilinguisme[16], les élèves qui ont participé à l'expérience ont obtenu une augmentation significative de la compréhension de textes écrits dans leur langue maternelle grâce à l'étude de textes dans d'autres langues romanes. Le résultat de cette recherche a atteint une portée mondiale de l'enseignement de l'intercompréhension plurilingue en utilisant les langues étrangères pour améliorer l'apprentissage des élèves dans leur langue maternelle[17].

Cette expérience pionnière auprès des élèves de l'école primaire publique a permis de réaliser la formation continue des enseignants, l'insertion de la compétence d'intercompréhension dans les programmes scolaires de la ville de Natal et l'élaboration de supports pédagogiques multilingues, entre les années 2010 et 2020[18].

Le concept d'intercompréhension chez Jürgen HabermasModifier

Jürgen Habermas (1929 - ) dans un article traduit en 1987[19] identifie dans toute communication des exigences minimales qui concernent l'intelligibilité, la vérité, la sincérité, la justesse, la confiance, et le partage des connaissances, des savoirs, des avis, des opinions, des hypothèses, des propositions, etc.

« Tout acteur communicationnel [.] qui veut participer à un processus d'intercompréhension, [.] ne peut éviter d'émettre les prétentions universelles suivantes et précisément celles-là :

  • S'exprimer de façon intelligible,
  • donner quelque chose à entendre,
  • se faire comprendre
  • et s'entendre l'un l'autre. »

Attention : Le verbe s'entendre est polysémique : écouter / comprendre l'Autre / être capable d'un accord.

« Le but de l'intercompréhension est de parvenir à un accord qui conduise la communauté intersubjective :

  • de la compréhension réciproque,
  • du savoir partagé,
  • de la confiance réciproque,
  • et... de la convergence de vue.

A ces quatre dimensions [.] correspondent quatre prétentions à la validité, qui sont l'intelligibilité, la vérité, la sincérité et la justesse et sur lesquelles l'accord repose. »


« [.] ceux qui participent à la communication peuvent aussi s'entendre sur quelque chose qui existe dans le monde, comme ils peuvent rendre compréhensible l'un à l'autre la nature de leurs intentions. »

Notes et référencesModifier

  1. Esquisse p. 22
  2. Voir Galatea
  3. Voir Eurom4
  4. Voir EuRom5
  5. Voir Les Sept Tamis
  6. Voir Comprendre les langues romanes
  7. Voir Miriadi
  8. (pt) Selma Alas Martins, « A intercompreensão de línguas românicas: proposta propulsora de uma educação plurilíngue », MOARA – Revista Eletrônica do Programa de Pós-Graduação em Letras ISSN: 0104-0944, no 42,‎ , p. 117–126 (ISSN 0104-0944, DOI 10.18542/moara.v0i42.2059, lire en ligne, consulté le )
  9. (pt-BR) « COLÓQUIO INTERNACIONAL DE INTERCOMPREENSÃO – AF Natal » (consulté le )
  10. (pt) Carmelia Pereira de Lima, « Intercompreensão de línguas românicas: uma proposta para a leitura literária plurilíngue no ensino fundamental », Repositório UFRN,‎ (lire en ligne   [PDF], consulté le )
  11. (pt) Janaina Michelle França de Oliveira, « A intercompreensão de línguas românicas nas aulas de inglês: uma experiência inovadora nos cursos de Educação de Jovens e Adultos do Instituto Federal do Rio Grande do Norte », Repositório UFRN,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le )
  12. (pt) Ana Catarina de Melo Silva, « Intercompreensão de línguas românicas: repercussões no campo educacional potiguar », Repositório UFRN,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le )
  13. Maria Helena Araújo e Sá, Maddalena de Carlo et Marie-Noëlle, Antoine Antoine, L'intercompréhension : la vivre, la comprendre, l'enseigner ..., Universidade, (ISBN 978-989-96794-8-1 et 989-96794-8-8, OCLC 761264096, lire en ligne)
  14. « Missions de travail et d'étude | miriadi », sur www.miriadi.net (consulté le )
  15. (pt) Rudson Edson Gomes de Souza, Escola plurilingue: efeitos da intercompreensao na aprendizagem de lingua portuguesa, (ISBN 978-85-473-2806-1, OCLC 1246621158, lire en ligne)
  16. (pt) Rudson Edson Gomes de Souza, « Intercompréhension entre romance Langues - Apprendre avec les langues »   [PDF], sur Miriadi.net, (consulté le )
  17. (es) Ángela María Erazo Muñoz, « Fundamentos, prácticas y estrategias para la didáctica de la Intercomprensión en América Latina, p.p 208, 434, 495 et 514. »   [PDF], sur Université de Cordoba - Argentine, (consulté le )
  18. (pt) Érica Sarsur-Câmara, « Eveil aux Langues and Intercomprehension for Brazilian Students », Sisyphus — Journal of Education, vol. 10, no 1,‎ , p. 22–48 (ISSN 2182-9640, DOI 10.25749/sis.23917, lire en ligne, consulté le )
  19. « Signification de la Pragmatique universelle », Logique des sciences sociales,‎ , p. 330,331

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (es), (fr), (pt) Carrasco, E. (coor.) (2010) Intercompréhension(s) : repères, questions et perspective, Synergies Europe/5 https://gerflint.fr/Base/Europe5/europe5.html
  • (it) De Carlo, M. (a cura di) (2011). Intercomprensione e educazione al plurilinguismo. Porto S. Elpidio: Wizarts editore.
  • (it) Marie-Christine Jamet, Orale e intercomprensione tra lingue romanze, Collana Le bricole 16, 210 p , 2009 (ISBN 9788875432447)
  • (fr) Pierre Escudé et Pierre Janin, Le point sur l'intercompréhension, clé du plurilinguisme, Paris, CLE international, , 128 pp. (ISBN 978-2-09-038260-0)
  • (fr) L'intercompréhension : le cas des langues romanes, réd. Claire Blanche-Benveniste, André Valli, Le français dans le monde, Recherches et applications, no 11,
  • (fr) Bonvino E. (coord.), Caddéo S, Vilaginés Serra E, Pippa S (2011).EuRom5 - Ler e compreender 5 línguas românicas – Leer y entender 5 lenguas románicas – Llegir i entendre 5 llengües romàniques – Leggere e capire 5 lingue romanze – Lire et comprendre 5 langues romanes. MILANO : Hoepli. www.eurom5.com.
  • (fr) Blanche-Benveniste Claire (coord.), Valli André, Mota Maria Antonia, Simone Raffaele, Bonvino Elisabetta, Uzcanga de Vivar Isabel,  (1997) EuRom4, metodo di insegnamento simultaneo delle lingue romanze, Firenze, La Nuova Italia (con annesso un CD-Rom). [1]
  • (es) Jack Schmidely (Coord.), Manuel Alvar Ezquerra et Carmen Hernández González, De una a cuatro lenguas Del español al portugués, al italiano y al francés Arco/Libros, 2001, (ISBN 84-7635-473-8)
  • (en) Erik Hemming ; Horst G. Klein ; Christina Reissner. English - the Bridge to the Romance Languages - Aachen : Shaker, 2011. - 169 S. (Editiones EuroCom ; 33)
  • (fr) Meissner Franz-Joseph, Meissner Claude, Klein Horst, Stegmann Tilbert, Introduction à la didactique de l’eurocompréhension, EuroComRom. Les sept tamis. Lire les langues romanes dès le début.- Aachen : Shaker-Verlag, 2004 ; achat en ligne sur www.eurocomcenter.com
  • (fr) Teyssier Paul, Comprendre les Langues Romanes, du français à l'espagnol, au portugais, à l'italien et au roumain : méthode d'intercompréhension, Chandeigne, Paris, 2004.
  • (es) Chavez Tassara Gilda, Moreno Farias Patricio, Manual Interlat Ediciones Universitarias de Valparaiso, Valparaiso, Chili 2007, (ISBN 978-956-17-0393-3).
  • (es) Carullo Ana María, Manuel InterRom: Intercomprension en lenguas romances. Propuesta didactica para el desarrollo de estrategias de lectura plurilingue (2007) : 1 : De similitudes y diferencias ; 2 : Hacia el reconocimiento de los esquemas de organizacion textual. InterRom 1 (ISBN 978-987-563-134-2) et InterRom 2 (ISBN 978-987-563-135-9).
  • (fr) I. Paganon, A. Nacry, G. Innocenti, N. Martinez, S. Ferraioli, De langue en langue, Vers l’intercompréhension des langues romanes CRDP, 2009, 64 pages + compléments en ligne.
  • (pt), (fr), (es), (it) Rudson Edson Gomes de Souza (2019) Escola plurilíngue : efeitos da intercompreensão na aprendizagem de língua portuguesa, Appris : Curitiba, Brésil (ISBN 978-85-473-2806-1)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :