Ouvrir le menu principal

Super Rugby

compétition de rugby à XV
(Redirigé depuis Super 15)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Super 10.
Super rugby
Description de l'image Super15.png.
Généralités
Sport Rugby à XVVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1986
Autre(s) nom(s) South Pacific Championship (1986-1990)
Super 6 (1992)
Super 10 (1993-1995)
Super 12 (1996-2005)
Super 14 (2006-2010)
Super Rugby (depuis 2011)
Organisateur(s) SANZAAR
Périodicité annuelle
Nations Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Japon
Participants 15 franchises
Statut des participants Professionnel
Site web officiel super.rugby/superrugby/

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders (2019)
Plus titré(s) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders (10)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Saison 2019 de Super Rugby

Le Super Rugby est une compétition internationale de rugby à XV qui oppose quinze franchises argentines, australiennes, sud-africaines, japonaises et néo-zélandaises depuis 2016. La compétition a connu plusieurs noms et formules dans le passé. Héritière d'une compétition lancée dans les années 1980 entre six équipes du Pacifique, elle devient professionnelle en 1996 et prend le nom de Super 12. Puis en 2006, elle passe à quatorze équipes et est renommée Super 14. En 2011, une quinzième franchise est introduite, la compétition est renommée Super Rugby. En 2016, le Super Rugby passe à 18 équipes et accueille pour la première fois des franchises basées au Japon et en Argentine, enfin en 2018 on revient à 15 équipes. On utilise parfois abusivement, notamment en France, le terme de Super 15 pour faire référence à cette compétition, tous formats confondus.

La compétition se déroule de février à août et comprend une première phase de poules suivie d'une phase finale à élimination directe sur trois tours.

Les Crusaders possèdent le plus grand nombre de titres avec dix victoires dans l'épreuve.

Le Super Rugby connaît un grand succès : le jeu pratiqué repose davantage sur l'offensive que dans les autres compétitions internationales, privilégiant souvent la vitesse plutôt que le combat.

Depuis les origines, ce sont les fédérations nationales, et non les franchises à titre individuel, qui gèrent la compétition et signent les contrats avec les joueurs et les télévisions.

Sommaire

Histoire de la compétitionModifier

Origines (1986-1995)Modifier

L'histoire des compétitions interprovinciales de l'hémisphère sud remonte à 1986. C'est cette année-là qu'une initiative néo-zélandaise donna naissance au South Pacific Championship (Championnat du Pacifique Sud). Six équipes participèrent à cette première édition: les provinces néo-zélandaises de Canterbury, Auckland et Wellington, les sélections australiennes des États de Nouvelle Galles du Sud et du Queensland, ainsi que l'équipe nationale des Fidji. Cette compétition dominée par Auckland et disputée à chaque fois par les mêmes équipes, perdura jusqu'en 1990. Après une année d'arrêt en 1991, la compétition reprit sous le nom de Super Six en 1992, toujours avec les mêmes équipes.

Avec le retour de l'Afrique du Sud sur la scène internationale, le Super 6 devient le Super 10 en 1993 en intégrant des équipes provinciales sud-africaines. Les dix équipes participant en 1993 étaient l'équipe nationale des Samoa, le Queensland, Otago, Auckland et le Natal en poule A, Waikato, North Harbour, le Transvaal, le Northern Transvaal et la Nouvelle Galles du Sud en poule B. Excepté les Samoa, toutes ces équipes étaient des sélections provinciales, déterminées en fonction du classement dans le championnat national en ce qui concernait les provinces néo-zélandaises et sud-africaines. Pour cette première édition, le Transvaal triompha d'Auckland à l'Ellis Park. En 1994, l'Eastern Province remplaça le Northern Transvaal, et c'est le Queensland qui remporta la compétition en disposant du Natal en finale. Le Natal atteignit la finale grâce à quatre points obtenus sur tapis vert à la suite du refus de l'équipe de Nouvelle Galles du Sud de se déplacer à Durban, prétextant une trop grande insécurité. Le Queensland s'imposa également en 1995.

Super 12 (1996-2005)Modifier

1996 vit une révolution : l'arrivée du professionnalisme. Décidé à exploiter le filon, le magnat australien des médias Rupert Murdoch décida de pérenniser cette compétition en incitant les trois fédérations sud-africaine, australienne et néo-zélandaise à s'associer pour former la SANZAR, chargée de l'organisation de la compétition qui devint le Super 12, en échange de quoi Murdoch diffuserait les rencontres. Le contrat de dix ans signé entre la SANZAR et le groupe News Corporation se monte à 555 millions de dollars américains. Le Super 12 comptait cinq équipes néo-zélandaises, quatre sud-africaines et trois australiennes. Les îles du Pacifique (Samoa et Fidji) invitées dans les compétitions antérieures furent laissées de côté. Les Néo-Zélandais alignèrent des franchises regroupant des provinces du NPC (championnat national des provinces), les Australiens les deux sélections traditionnelles du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud, transformées en franchises professionnelles, ainsi qu'une nouvelle franchise représentant le Territoire de la capitale australienne et ses alentours, créée pour l'occasion, les ACT Brumbies. Enfin les Sud-Africains alignèrent les deux premières années des provinces de Currie Cup avant de copier le modèle néo-zélandais et de créer des franchises associant plusieurs provinces. En 1996, les équipes alignées étaient : Natal Sharks, Waikato, Western Province, Canterbury, Otago, Queensland, ACT, Transvaal, Wellington, Northern Transvaal, Nouvelle Galles du Sud et Auckland. Ce nouveau Super 12 comportait une poule unique, ce qui occasionnait de nombreux déplacements, particulièrement fatigants pour les équipes sud-africaines partant durant six semaines consécutives en Australie et Nouvelle-Zélande. Sous l'influence du marketing, les noms des équipes se simplifièrent, chaque entité devant être une marque facilement identifiable comme dans les sports américains. Seules les deux équipes australiennes des New South Wales Waratahs et des Queensland Reds possédaient des surnoms historiques. Dès l'an 2000, chaque équipe était essentiellement identifiée à un simple surnom, presque débarrassé de son origine géographique (on connaît désormais l'équipe du Queensland sous son surnom de Reds, celle de Canberra sous son surnom de Brumbies etc.). Les franchises néo-zélandaises accolèrent des surnoms à leur appellation originale (Waikato Chiefs par exemple) dès leur première saison, mais les équipes sud-africaines ne portèrent que leur nom géographique lors des deux premières saisons. Ainsi est-on passé du Northern Transvaal aux Northern Bulls, puis aux Bulls, le Transvaal est devenu les Gauteng Lions, puis les Cats et enfin les Lions, le Natal est devenu les Coastal Sharks puis les Sharks, et la Western Province s'est nommée Western Stormers, puis Stormers.

Super 14 (2006-2010)Modifier

En 2005, la SANZAR renouvelle le contrat, arrivé à expiration, avec News Corporation (pour l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni et Supersport (pour l'Afrique du Sud), moyennant 323 millions de dollars sur cinq ans, en échange de l'exclusivité sur le Super 12 et le Tri-Nations. Le tournoi s'élargit, le Super 12 devenant le Super 14, avec l'intégration de deux nouvelles franchises: la Western Force, basée à Perth en Australie et préférée à la candidature des Melbourne Rebels, et les Cheetahs, qui jouent à Bloemfontein en Afrique du Sud. En 2007, une des cinq franchises sud-africaines devait laisser sa place à la nouvelle franchise des Southern Spears, mais ce processus est annulé. Cette année-là, pour la première fois, deux équipes sud-africaines, les Sharks et les Bulls, terminent aux deux premières places de la phase préliminaire. Elles remportent leur demi-finale avant de s'affronter en finale à Durban dans la première finale 100 % sud-africaine de l'histoire. L'année suivante, les Crusaders remportent leur septième titre en treize éditions, soit plus d'une victoire tous les deux ans. En 2009, les Bulls accrochent leur deuxième titre en battant les Chiefs 61-17, il s'agit de la plus large victoire en finale depuis le début de la compétition. Ils font le doublé l'année suivante an battant les Stormers en finale[1].

Super Rugby (à partir de 2011)Modifier

Dès novembre 2009, dans la perspective de la renégociation du contrat entre la SANZAR et les diffuseurs devant prendre effet en 2011, le principe d'une quinzième franchise basée en Australie est acceptée : il s'agira des Melbourne Rebels, qui avaient été recalés en 2006[2]. Un accord d'un montant de 437 millions de dollars portant sur la diffusion de la compétition ainsi que celle du Tri-Nations pour cinq années est signé par la SANZAR avec Supersport (Afrique du Sud), Fox Sports (Australie) et SKY Television, alors propriété à 44 % de News Corp (Nouvelle-Zélande)[3]. Les quinze franchises sont groupées en trois conférences séparées (Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud) de cinq équipes chacune. Chaque équipe joue en matchs aller et retour contre les quatre autres équipes de la même conférence et dispute quatre matchs contre quatre des cinq équipes de chacune des deux autres conférences, soit un total de 16 matchs par équipe dont 8 à domicile. Six équipes, au lieu de quatre précédemment, sont qualifiées pour les playoffs : les vainqueurs des trois conférences ainsi que les trois équipes non classées premières qui comptent le plus de points (wildcards teams). Les deux vainqueurs de conférences qui comptent le plus de points sont qualifiés directement pour les demi-finales et affrontent sur leur terrain les deux vainqueurs d'un tour éliminatoire disputé par les quatre autres équipes qualifiées.

Le Super 15 débute lors de la dernière semaine de février et se termine en août, sauf en 2011, le calendrier devant être modifié pour tenir compte de la coupe du monde. Sur le plan sportif, la période est dominée par quatre franchises jamais titrées jusqu'alors : les Australiens des Reds (2011) et des Waratahs (2014) et les Néo-Zélandais des Chiefs (2012 et 2013) et des Highlanders (2015) et des Hurricanes (2016). Après les trois titres des Bulls entre 2007-2010, les équipes sud-africaines sont en retrait, seuls les Sharks parvenant en finale en 2012. Les Crusaders, franchise la plus titrée de la compétition, connaissent deux finales perdues (2011 et 2014).

En février 2012, la SANZAR annonce qu'elle réfléchit à de nouveaux projets d'expansion avec l'ajout de franchises en Argentine, au Japon et aux États-Unis, des marchés potentiellement porteurs, anticipant sur l'expiration du contrat télévisé après 2015. La compétition change effectivement à nouveau de format en 2016 en passant de 15 à 18 équipes. En septembre 2013, la fédération sud-africaine (SARU) a d'abord obtenu la garantie d'une sixième franchise, évitant les déchirements entre ses propres équipes (six candidats pour cinq places) qui marquaient son histoire depuis 2007. Puis en novembre 2014, une candidature japonaise, en battant un projet basé à Singapour[4], et l'Argentine obtiennent chacun une franchise[5]. Pour le Japon, il s'agit d'une avancée décisive car il engagera son équipe nationale afin de la rendre compétitive dans la perspective de l'organisation de la Coupe du monde en 2019 et des Jeux olympiques en 2020 (le rugby à sept étant devenu discipline olympique) sur son territoire. Pour l'Argentine, qui n'a pas de championnat de clubs ou de provinces professionnel, il s'agit de poursuivre son développement après ses bons résultats en Coupe du monde (régulièrement qualifiée pour les quarts de finale, elle termine troisième en 2007) et l'entrée de son équipe nationale dans le Tri-Nations (rebaptisé Rugby Championship à cette occasion), en 2014. La fédération argentine (UAR), qui a négocié l'accord, alignera son équipe nationale et se passera des internationaux jouant en France ou dans les îles Britanniques, obligeant tout joueur souhaitant représenter les Pumas à évoluer au pays. La franchise devrait être basée à Buenos Aires.

L'augmentation du nombre d'équipes entraîne une modification profonde du système du championnat. Quatre poules sont créées : une en Australie (cinq équipes), une en Nouvelle-Zélande (cinq équipes), deux en Afrique du Sud (quatre équipes : trois sud-africaines et la franchise japonaise ou argentine). Entre 2010 et 2015, les Pampas XV, équipe d'espoirs argentins, avait déjà joué en Vodacom Cup, compétition sud-africaine des provinces. Pour les besoins de la phase préliminaire, les poules australienne et néo-zélandaises sont placées dans un groupe australasien, et les deux poules sud-africaines dans un groupe sud-africain. Chaque équipe jouera 17 matches préliminaires : deux (aller-retour) contre les équipes de sa poule, un contre les cinq autres équipes du groupe, et un contre quatre équipes de l'autre groupe. Les playoffs se déroulent avec huit équipes, qualifiés pour les quarts de finale, 5 issues du groupe australasien, trois du groupe sud-africain : les vainqueurs des quatre conférences, ainsi que quatre "wildcards", les trois équipes les mieux classées du groupe australasien (en dehors des vainqueurs des conférences australienne et néo-zélandaise) et l'équipe la mieux classée du groupe sud-africain (en dehors des vainqueurs des conférences sud-africaines). Les huit équipes sont ensuite classées pour déterminer les lieux des rencontres : les quatre vainqueurs de conférence reçoivent les quatre détenteurs des wildcards selon leur classement après les matches préliminaires (le meilleur vainqueur de conférence reçoit le dernier qualifié comme wildcard et.). Les demi-finales et la finale se déroulent sur le terrain de l'équipe la mieux classée.

La saison s'étendra du 26 février au 16 juillet, date de la finale (142 rencontres au total). Basée à Tokyo, l'équipe japonaise jouera néanmoins trois matches à Singapour au Singapore Sports Hub dans le cadre du développement sportif autant qu'économique du rugby en Asie du Sud-Est souhaité par la SANZAR.

En 2018 la formule repasse à quinze équipes avec trois poules comme en 2011.

Équipes disputant le Super RugbyModifier

À compter de 2018, la compétition oppose les quinze franchises issues de cinq nations. Pour plus de détails sur les zones géographiques concernées par les franchises, australiennes, sud-africaines et néo-zélandaises, voir l'équivalence géographique des franchises du Super 15. La compétition oppose quinze franchises issues d'Afrique du Sud, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Japon et d'Argentine. Chaque franchise représente une aire géographique.

Conférence Nom Ville Stade Entraîneur Capitaine
  Afrique du Sud Jaguars   Buenos Aires Stade José Amalfitani   Gonzalo Quesada Jerónimo de la Fuente
Bulls Pretoria Loftus Versfeld   Pote Human Lood de Jager
Lions Johannesburg Ellis Park Stadium   Swys de Bruin Warren Whiteley
Sharks Durban Kings Park Stadium   Robert du Preez Louis Schreuder
Stormers Cape Town Newlands Stadium   Robbie Fleck Siya Kolisi
  Nouvelle-Zélande Blues Auckland Eden Park   Leon MacDonald Patrick Tuipulotu
Chiefs Hamilton Waikato Stadium   Colin Cooper Sam Cane
Crusaders Christchurch Rugby League Park   Scott Robertson Sam Whitelock
Highlanders Dunedin Forsyth Barr Stadium   Aaron Mauger Ben Smith
Hurricanes Wellington Westpac Stadium   John Plumtree Dane Coles
  Australie Brumbies Canberra Canberra Stadium   Dan McKellar Christian Lealiifano
Rebels Melbourne AAMI Park   David Wessels Dane Haylett-Petty
Waratahs Sydney Sydney Football Stadium   Daryl Gibson Michael Hooper
Queensland Reds Brisbane Suncorp Stadium   Brad Thorn Samu Kerevi
Sunwolves   Tokyo Chichibunomiya Rugby Stadium
  Tony Brown Michael Little

PalmarèsModifier

South Pacific ChampionshipModifier

Super 6Modifier

  • 1992 :   Queensland

Super 10Modifier

Super 12Modifier

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs 1er de la phase régulière
  Blues 45 – 21 Sharks   Eden Park, Auckland   Queensland Reds
  Blues 23 – 7 Brumbies   Eden Park, Auckland   Blues
  Crusaders 20 – 13 Blues   Eden Park, Auckland   Blues
  Crusaders 24 – 19 Highlanders   Carisbrook, Dunedin 41 500   Queensland Reds
  Crusaders 20 – 19 Brumbies   Canberra Stadium, Canberra 27 489   Brumbies
  Brumbies 36 – 6 Sharks   Canberra Stadium, Canberra 26 271   Brumbies
  Crusaders 31 – 13 Brumbies   Jade Stadium, Christchurch   Crusaders
  Blues 21 – 17 Crusaders   Eden Park, Auckland 47 000   Blues
  Brumbies 47 – 38 Crusaders   Canberra Stadium, Canberra 28 753   Brumbies
  Crusaders 35 – 25 Waratahs   Jade Stadium, Christchurch 36 500   Crusaders
On accède à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score.

Super 14Modifier

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs 1er de la phase régulière
  Crusaders 19 – 12 Hurricanes   Jade Stadium,
Christchurch
36 500   Crusaders
  Bulls 20 – 19 Sharks   ABSA Stadium,
Durban
54 000   Sharks
  Crusaders 20 – 12 Waratahs   AMI Stadium,
Christchurch
26 000   Crusaders
  Bulls 61 – 17 Chiefs   Loftus Versfeld Stadium,
Pretoria
55 000   Bulls
  Bulls 25 – 17 Stormers   Orlando Stadium,
Soweto
40 000   Bulls
On accède à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score.

Super 15Modifier

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs 1er de la phase régulière
  Reds 18 – 13   Crusaders Suncorp Stadium,
Brisbane
52 113   Reds
  Chiefs 37 – 6   Sharks Waikato Stadium,
Hamilton
25 100   Chiefs
  Chiefs 27 – 22   Brumbies Waikato Stadium,
Hamilton
25 114   Chiefs
  Waratahs 33 – 32   Crusaders ANZ Stadium,
Sydney
61 823   Waratahs
  Highlanders 21 – 14   Hurricanes Westpac Stadium,
Wellington
35 896   Hurricanes

Super RugbyModifier

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs 1er de la phase régulière
  Hurricanes 20 – 3   Lions Westpac Stadium,
Wellington
39 000   Hurricanes
  Crusaders 25 – 17   Lions Ellis Park Stadium,
Johannesbourg
62 000   Lions
  Crusaders 37 – 18   Lions AMI Stadium,
Christchurch
19 600   Crusaders
  Crusaders 19 – 3   Jaguares AMI Stadium,

Christchurch

19 600   Crusaders

Palmarès par équipeModifier

Rang Franchise Victoires Finales perdues
1   Crusaders 10 4
2   Blues 3 1
3   Bulls 3 0
4   Brumbies 2 4
5   Chiefs 2 1
6   Waratahs 1 2
-   Hurricanes 1 2
8   Highlanders 1 1
9   Reds 1 0
10   Sharks 0 4
-   Lions 0 3
-   Stormers 0 1
-   Jaguares 0 1

Palmarès par nationModifier

Rang Pays Victoires Finales perdues
1   Nouvelle-Zélande 17 9
2   Australie 4 6
3   Afrique du Sud 3 8
4   Argentine 0 1
5   Japon 0 0

Records de la compétitionModifier

Records par équipesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Score le plus haut : Crusaders 96 – 19 Waratahs, 2002
  • Score le plus bas : 0 - Hurricanes v Reds (11), 1999 ; Bulls v Brumbies (15), 1999 ; Bulls v Sharks (29), 1999 ; Cats v Brumbies (64), 2000 ; Bulls v Highlanders (23), 2005 ; Brumbies v Blues (17), 2006 ; Reds v Brumbies (36), 2006 ; Force v Crusaders (53), 2007 ; Stormers v Crusaders (22), 2008 ; Crusaders v Highlanders (6), 2009 ; Highlanders v Stormers (33), 2011 ; Rebels v Waratahs (43), 2015 ; Bulls v Crusaders (27), 2015 ; Reds v Brumbies (29), 2015 ; Kings v Sharks (53), 2016 ; Sharks v Hurricanes (41), 2016 ; Highlanders v Crusaders (17), 2017 ; Waratahs v Lions (29), 2018 ; Sunwolves v Highlanders (52), 2019 ; Sunwolves v Brumbies (33), 2019 ; Rebels v Crusaders (66), 2019
  • Plus petit écart de points : Brumbies vs Reds (6-3) 2007
  • Plus grand écart de points : 89 – Bulls v Reds (92-3), 2007
  • Victoires consécutives : 16 – Crusaders, 2018/2019
  • Défaites consécutives : 17 – Lions, 2009-2011
  • Le plus grand nombre d’essais en un match : 18 – Lions v Chiefs, 2010
  • Le plus grand nombre d’essais en une saison : 97 – Hurricanes, 2017
  • Le plus petit nombre d’essais en une saison : 13 – Lions, 2010
  • Le plus grand nombre de points en une saison : 12 – Crusaders, 2008 saison régulière
  • Le plus petit nombre de victoires en une saison : 0 – Bulls, 2002 saison régulière, Lions, 2010 saison régulière
  • Le plus grand nombre de victoires d'affilée à domicile : 26 – Crusaders 2004-2006

Records individuelsModifier

Les records référencés par la SANZAR sont[6] :

Sur un matchModifier

Sur une saisonModifier

En carrièreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jérémy Fadat, « Les Bulls s'offrent un doublé », sur rugbyrama.fr, Midi olympique, (consulté le 3 février 2011)
  2. (en) Super 14 expansion plans revealed, sur planetrugby.com
  3. http://www.abc.net.au/news/2010-04-22/sanzar-secures-lucrative-tv-deal/406214 SANZAR secures lucrative TV deal
  4. http://www.sanzarrugby.com/superrugby/news/japan-given-the-nod-for-super-rugby/ Japan given the nod for Super Rugby
  5. http://www.sanzarrugby.com/superrugby/news/japan-and-argentina-officially-join-super-rugby/ Japan and Argentina officially join Super Rugby
  6. (en) « About Super Rugby » (consulté le 10 juin 2014)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier