Kimberley (Afrique du Sud)

bourg sud-africain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kimberley.

Kimberley
Kimberley (Afrique du Sud)
Administration
Pays Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Cap-du-Nord
District Frances Baard
Municipalité Sol Plaatje
Démographie
Population 225 000 hab.
Géographie
Coordonnées 28° 44′ sud, 24° 46′ est
Altitude 1 184 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud
Voir sur la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Kimberley
Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud
Voir sur la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Kimberley

Kimberley est une ville d'Afrique du Sud située à 1 230 mètres d'altitude dans la province du Cap-du-Nord dont elle est le chef-lieu.

Située en plein désert du Grand Karoo, Kimberley se trouve dans la région historique du Griqualand Ouest. Elle est célèbre pour sa mine de diamant (le Big Hole).

La ville est gérée par la municipalité post-apartheid de Sol Plaatje.

DémographieModifier

 
Poste de KIMBERLEY en 1893, alors colonie anglaise du Cap de Bonne-Espérance
 
Centre de Kimberley vers 1905 (Du Toitspan Road)
 
Le Big Hole de Kimberley, le plus grand trou jamais creusé par la main de l'Homme

Selon le recensement de 2011, la population de Kimberley compte 96 977 habitants[1]. En comptant la population des townships de Galeshewe (107 920 habitants) et de Roodepan (20 263 habitants)[2],[3], la zone urbaine de Kimberley compte alors 225 160 habitants dont 63,1% recensés comme Noirs, 26,8% recensés comme Coloured, 8 % comme "Blancs" et 1,2% recensés comme hindo-asiatiques.

La langue maternelle majoritaire de la population est l'afrikaans (43,2%) suivie par le Setswana (35,8%) et par l'anglais sud-africain (8,7%).

HistoireModifier

La découverte en 1866 par un enfant, nommé Erasmus Jacobs, d'un petit caillou brillant sur les rives du fleuve Orange allait bouleverser l'économie de la région, déclencher une véritable ruée vers le diamant et aboutir à la fondation de Kimberley.

La découverte de ce caillou a lieu précisément sur une ferme près de Hopetown, à 120 kilomètres au sud de Kimberley. Ce caillou se révèle être un diamant brut de 21,25 carats qui est baptisé Eureka[4].

Trois ans plus tard, en 1869, la découverte d'un diamant brut de de 83,50 carats (l'Étoile d’Afrique du Sud) déclenche le rush vers le diamant dans cette région aride du Karoo. En 1871, trois diamants sont ainsi découverts au sommet d'une petite colline autour de laquelle va naître le village de New Rush rebaptisé par la suite Kimberley, du nom du secrétaire britannique aux colonies.

La petite colline est rapidement prise d'assaut et creusée par des centaines de mineurs et aventuriers à la recherche de diamant et devenir le Big Hole, le grand trou, au bord duquel la ville de Kimberley va prospérer et devenir la première ville électrifiée d'Afrique[5].

En 1876, le cumul des concessions minières est autorisé. Le britannique Cecil Rhodes a l'idée de racheter toutes les concessions mises en vente dont la ferme des frères de Beers et d'entreprendre ^à contrôler le marché. En 1888, il co-fonde la compagnie De Beers Consolidated Mines Limited qui possède alors les trois quarts des mines de Kimberley.

Durant la Seconde guerre des Boers, la ville est assiégée par les Républicains boers durant 124 jours.

C'est une ville anglophone et métisse, rivale de l'africaine Bloemfontein dans l'État libre d'Orange.[réf. nécessaire]

C'est dans cette ville, qu'en mai 2000, a débuté le processus de Kimberley, un accord international signé en 2003 et destiné à lutter contre les diamants de conflits[6].

Administration et politiqueModifier

Depuis 1995, la municipalité est politiquement dominée par l'ANC mais l'opposition de l'Alliance démocratique y effectue d'excellents scores bien qu'elle ait échoué de peu à plusieurs reprises à remporter la majorité des suffrages.

Lors des élections municipales de 2006, l'ANC remporte 40 des 55 sièges du conseil municipal en laissant seulement 10 à l'Alliance démocratique et 2 aux démocrates indépendants.

Monuments et muséesModifier

 
Locomotive restaurée exposée au Kimberley Mine Museum
 
La bibliothèque Kimberley Africana (1887)
 
Mémorial de la Première Guerre mondiale à Kimberley
  • le Big Hole (anciennement Kimberley Mine Museum) comprend la mine historique et la reproduction à ciel ouvert sur 17 hectares de Kimberley à l'époque de la ruée vers le diamant
  • le McGregor Museum (1897), inauguré en 1907
  • la Duggan-Cronin Gallery présente une partie de l'héritage photographique et des artefacts ethnographiques du photographe Alfred Martin Duggan-Cronin (1874-1954).
  • la Galerie d'art William Humphreys (1952) présente une grande partie de la collection de peintures de maitres des 16è et 17ème siècle donnée par William Humphreys (1889-1965) à la ville de Kimberley ainsi que d'importantes œuvres d'art sud-africaines contemporaines.
  • la bibliothèque Kimberley Africana (1887)[7].
  • le Pionniers of Aviation Museum (première école de pilotage d'Afrique du Sud) abrite une réplique d'un des premiers biplans utilisés pour l'entraînement en vol.
  • le Sol Plaatje Museum, situé dans la maison où Sol Plaatje a vécu et écrit Mhudi.
  • Le Mémorial aux mineurs, situé dans les jardins Oppenheimer et construit en l'honneur de tous les mineurs de Kimberley. Le mémorial se compose de cinq creuseurs représentés grandeur nature soulevant un tamis en diamant.
  • le Honorored Dead Memorial (1904), commande de Cecil Rhodes, réalisé par Herbert Baker, commémore ceux qui sont morts en défendant la ville lors du siège de Kimberley durant la seconde guerre des Boers. Le canon Long Cecil est monté sur son stylobate et fait symboliquement face à l'État libre d'Orange[8]
  • le Cénotaphe érigé à l'origine pour commémorer les défunts de la Première Guerre mondiale et sur lequel ont été ajoutés des plaques à la mémoire des volontaires de Kimberley tombés au combat pendant la Deuxième Guerre mondiale.
  • le mémorial du camp de concentration sur Hertzog Square rappelle les personnes internées par les Britanniques dans le camp de concentration de Kimberley durant la deuxième guerre des Boers.
  • la statue équestre de Cecil Rhodes
  • la statue de Henrietta Stockdale sculptée par Jack Penn commémore la religieuse anglicane, soeur Henrietta Stockdale, qui avait milité auprès du Parlement du Cap pour obtenir une loi reconnaissant par l’État la profession d'infirmière.
  • la statue de Frances Baard (2009).
  • la statue de Sol Plaatje (2010), sculptée par Johan Moolman, située au Civic Center
  • le Burger Monument près du champs de bataille de Magersfontein
  • le mémorial à la police du Cap

DesserteModifier

L'aéroport de Kimberley (ex-B.J Vorster Airport) est situé à 7 kilomètres au sud du centre ville.

OdonymieModifier

Anciens noms de rues Nouveaux noms en 2011
Jan Smuts Boulevard Sol Plaatje Drive [9]
Transvaal Road
Jones Road
Phakamile Mabija[10] Drive [9]

Personnalités nées à KimberleyModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Main Place Kimberley », sur Census 2011
  2. « Main Place Galeshewe », sur Census 2011
  3. « Main Place Roodepan », sur Census 2011
  4. Claire Koenig, Diamant : la mine de Kimberley (Big Hole), en Afrique du Sud, futura sciences
  5. Claire König, « Diamant : la mine de Kimberley (Big Hole), en Afrique du Sud », sur Futura Sciences (consulté le 4 avril 2019)
  6. Elise Rousseau, « Le Processus de Kimberley et la lutte contre le commerce des "diamants de sang" », Courrier hebdomadaire du CRISP,‎ (lire en ligne)
  7. [Kimberley Africana Library]
  8. The Honoured Dead Memorial
  9. a et b inauguré le 24 septembre 2011
  10. Phakamile Mabija, mort défénestré en juillet 1977 alors qu'il était en détention au poste de police du Transvaal à Kimberley, était un activiste anti-apartheid, membre du mouvement de la Conscience noire et de l'organisation des étudiants sud-africains (South African Student Organisation)

Sur les autres projets Wikimedia :