KwaZulu-Natal

province d'Afrique du Sud

Le KwaZulu-Natal (souvent connu tout simplement comme le KZN) est une province de l'Afrique du Sud. Il représente une fusion de l'ancienne province de Natal avec le bantoustan zoulou de KwaZulu.

KwaZulu-Natal
Flag of the KwaZulu-Natal Province.png
KwaZulu-Natal Parliament building, Pietermaritzburg, South Africa.jpg
Noms officiels
(zu) KwaZulu-Natal
(xh) IPhondo yaKwaZulu-Natala
(ss) KaZuluVoir et modifier les données sur Wikidata
Noms locaux
(zu) KwaZulu-Natal, (xh) IPhondo yaKwaZulu-Natala, (ss) KaZuluVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Chef-lieu
Superficie
94 361 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
1 276 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
KwaZulu-Natal in South Africa.svg
Démographie
Population
10 267 300 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
108,8 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Willies Mchunu (en) (du au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Assemblée délibérante
KwaZulu-Natal Legislature (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelage
Shanghai (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Remplace
Natal (en), KwaZuluVoir et modifier les données sur Wikidata
Identité
ISO 3166-2
ZA-KZNVoir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Site web

Deuxième province la plus peuplée de l'Afrique du Sud (avec environ 11,1 millions d'habitants en 2016[1]), le KZN est surnommée « la province jardinière » et est très largement zouloue.

Elle s'étend de l'Eswatini et du Mozambique jusqu'au Cap-Oriental au sud. Dans l'intérieur, le KZN est limitrophe du Lesotho et des provinces de l'État libre et du Mpumalanga. Il subsiste une monarchie zouloue dans la province.

ToponymieModifier

Le nom de KwaZulu-Natal est l'adjonction de KwaZulu, qui signifie « pays des Zoulous » ou « lieu du peuple du ciel », et de Natal, nom donné à cette partie du monde par Vasco de Gama qui naviguait au large des côtes durant la période de Noël 1497[2].

GéographieModifier

Les monts du Drakensberg (les « montagnes du Dragon » en afrikaans ou uKhahlamba en zoulou) traversent la région. Le parc classé sur la liste du patrimoine mondial protège la faune, la flore et les nombreux vestiges archéologiques locaux. L'un des plus beaux panoramas de la région est très certainement l'Amphithéâtre.

La province compte aussi avec la prestigieuse réserve d'Hluhluwe-Umfolozi.

Villes majeuresModifier

Durban et Pietermaritzburg sont les pôles urbains principaux. D'autres villes notables sont : Empangeni, Kokstad, Ladysmith, Newcastle, Port Shepstone, Richards Bay, KwaDukuza, Tongaat, Ulundi, et Vryheid.

HistoireModifier

En 1970, ce qui subsiste de l'ancien Royaume zoulou est intégré dans le bantoustan appelé Zululand puis KwaZulu, dans le cadre de la politique de l'apartheid. La région est dirigée par Mangosuthu Buthelezi, prince zoulou, fondateur en 1975 du Parti Inkatha de la liberté (IFP), avec l'approbation du Congrès national africain (ANC), mais qui, à partir de 1980, se veut initialement une alternative modérée à celui-ci. Des affrontements sanglants ont par la suite opposé les partisans de l'IFP et de l'ANC dans les années 1990[3],[4], alors que l'IFP perdait progressivement de son influence[5].

En , des pluies torrentielles et des glissements de terrain provoquent la mort d'au moins 51 personnes et des dégâts importants[6].

DémographieModifier

 
Zoulous du Natal en habit traditionnel.
 
Paysages du Drakensberg en hiver.
Évolution de la population
AnnéePop.±%
19968 417 021—    
20019 426 017+12.0%
201110 267 300+8.9%
Source : recensements[7],[8]

Par groupe ethniques en 2011[8] :

Par langue maternelle en 2011[8] :

Politique et administrationModifier

Gouvernement provincialModifier

Le gouvernement provincial de KwaZulu-Natal siège à Pietermaritzburg.

Titulaires de la fonction de Premier of KwaZulu-Natal (en) 
PortraitIdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
 Frank Mdlalose (en)
(né en )
2 ans, 9 mois et 18 jours Parti Inkatha de la liberté
 Ben Ngubane (en)
(né en )
1 an, 11 mois et 8 jours Parti Inkatha de la liberté
 Lionel Mtshali (d)5 ans, 2 mois et 13 jours Parti Inkatha de la liberté
 S'bu Ndebele (en)
(né en )
5 ans et 13 jours Congrès national africain
 Zweli Mkhize (en)
(né en )
4 ans, 3 mois et 26 jours Congrès national africain
 Senzo Mchunu
(né en )
2 ans, 9 mois et 1 jour Congrès national africain
 Willies Mchunu (en)[9],[10]
(né en )
3 ans et 2 jours Congrès national africain
 Sihle Zikalala (en)
(né en )
Congrès national africain
Résultats des élections provinciales de 2018[11]
Parti Voix % Sièges
Congrès national africain 1 951 027 54,22 44
Parti Inkatha de la liberté 588 046 16,34 13
Alliance démocratique 500 051 13,90 11
Combattants pour la liberté économique 349 361 9,71 8
National Freedom Party (en) 56 587 1,57 1
Minority Front (en) 18 864 0,52 1
African Transformation Movement (en) 17 729 0,49 1
Parti chrétien-démocrate africain 17 214 0,48 1
Autres 99 385 2,77 0
Total 3 597 024 100 80
Composition de la législature provinciale depuis 1994
Année ACDP ANC ATM (en) DP/DA EFF IFP MF (en) NFP (en) NP/NNP PAC UDM Autres
1994 1 26 2 41 1 9 1 0
1999 1 32 7 34 2 3 0 1 0
2004 2 38 7 30 2 0 0 1 0
2009 1 51 7 18 2 0 0 0 1
2014 0 52 10 2 9 1 6 0 0 0 0
2019 1 44 1 11 8 13 1 1 0 0 0 0

Gouvernements municipauxModifier

Lors des élections municipales du , l'ANC obtient 46,54 % des suffrages provinciaux contre 38,57 % au Parti Inkatha de la liberté suivi de la DA (8,38 %) et du Minority Front (1,61 %).

Universités et enseignement supérieurModifier

Lors du recensement de 2001, 22,9 % de la population du KwaZulu-Natal âgée de 20 ans au moins n'ont reçu aucune éducation, et 4,8 % ont bénéficié d'études supérieures[12].

RéférencesModifier

  1. http://cs2016.statssa.gov.za/
  2. Jacqueline Polunic, « KwaZulu, Natal, KwaZulu-Natal : identités ou identité d'une nouvelle province sud-africaine ? », Géographie et Cultures, no 28 « L'Afrique du Sud recomposée »,‎ , p. 15-30 (ISBN 2738473539, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via L'Harmattan
  3. « La violence au Kwazulu-Natal menace toujours la paix civile en Afrique du Sud », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Frédéric Chambon, « Le président Mandela dénonce la flambée de violence au Kwazulu-Natal », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Frédéric Chambon, « Le recul de l'Inkatha au Kwazulu-Natal limite son influence en Afrique du Sud », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « En Afrique du Sud, 51 morts dans des inondations et glissements de terrain », sur www.20minutes.fr (consulté le 24 avril 2019)
  7. (en) Statistics South Africa., Census 2001 : primary tables [name of province] : 1996 and 2001 compared, Statistics South Africa, (ISBN 0621343218, 9780621343212 et 0621343242, OCLC 57586426, lire en ligne)
  8. a b et c (en) « Census 2011: Province: KwaZulu-Natal », sur census2011.adrianfrith.com (consulté le 9 novembre 2019)
  9. « https://www.iol.co.za/news/politics/willies-mchunu-sworn-in-as-kzn-premier-2026327 »
  10. « http://www.kznonline.gov.za/index.php/jcontentxmipsum-potenti-leo-malesuada-amet-sociis-nascetur-variusxm/office-of-the-premier »
  11. (en) « KWAZULU-NATAL - PROVINCIAL LEGISLATURE », sur www.elections.org.za (consulté le 9 novembre 2019)
  12. « Provincial Profile 2004. KwaZulu-Natal », sur statssa.gov.za

Voir aussiModifier

Liens externesModifier