Ouvrir le menu principal

Senoncourt

commune française du département de la Haute-Saône
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Senoncourt-les-Maujouy.

Senoncourt
Senoncourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Vesoul
Canton Port-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Saône
Maire
Mandat
Patrick Maire
2014-2020
Code postal 70160
Code commune 70488
Démographie
Population
municipale
206 hab. (2016 en diminution de 6,36 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 50″ nord, 6° 03′ 47″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 335 m
Superficie 11,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Senoncourt

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Senoncourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senoncourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senoncourt

Senoncourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Senoncourt fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1793 du canton d'Amance[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Port-sur-Saône.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la Communauté de communes Agir ensemble, créée en 1994.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[2] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyant d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, les communautés de communes :
- Agir ensemble ;
- de la Saône jolie ;
- des six villages ;
et les communes isolées de Bourguignon-lès-Conflans, Breurey-lès-Faverney et Vilory ont été regroupées pour former le la communauté de communes Terres de Saône, dont est désormais membre la commune.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Nelly Thiebaud    
2014[4] En cours Patrick Maire    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 206 habitants[Note 1], en diminution de 6,36 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550548635644664624628622629
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
524541592560506516505476447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
450423407363316314316299252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
245245251256239219213212222
2016 - - - - - - - -
206--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Lieutenant-colonel Pierre Aimé (1772-1840), officier de la Légion d'honneur[8]

Pierre-François Aimé, né à Senoncourt, le 10 août 1772, entra au service militaire en 1789 comme simple soldat. Il était passé successivement par tous les grades lorsqu'il fut admis à la retraite en qualité de lieutenant-colonel, après avoir fait vingt-deux campagnes en vingt-six ans, dans les 9e et 4e régiments de chasseurs à cheval. Voici un résumé de ses états de service :

  • A la bataille de Fleurus {26 juillet 1794), avec dix hommes il fit se rendre cent hommes d'infanterie.
  • Le 13 octobre 1795, à Vosselaar, il sauva la vie au colonel Thuillier, chef de corps du 2e régiment du génie.
  • Le 14 juillet suivant, à la tête de six hommes, il chargea sur deux-cents hommes d'infanterie, et les força de se rendre.
  • Avec un détachement de cinquante hommes, il prit, dans un autre engagement, quatre-cents hommes d'infanterie.
  • A Fussach, il s'empara d'un magasin de l'ennemi.
  • Commandant un détachement de quatre-vingts chasseurs à Saint-Michel, il traversa la colonne d'infanterie ennemie, tua le porte-étendard, s'empara du drapeau, d'une pièce de canon, et fit mettre bas les armes à tout un bataillon.
  • A Hanau (30 octobre 1813), à la tête de son régiment, il chargea et enfonça un bataillon carré et le fit prisonnier, en prenant le drapeau et deux canons. Cette dernière action d'éclat lui fit donner par l'empereur, sur le champ de bataille, la croix d'officier de la Légion-d'honneur.
  • À la bataille de Wurtzbourg (1796), à Lugano, à Raab (1809), à la Moskowa (1812), à Waterloo (1815), alors colonel, il eut sept chevaux tués sous lui dans des charges contre les factions ennemies et fut blessé à six reprises.

Retiré à Vesoul, où il avait épousé, en premières noces, Mlle Camus, fille du juge de ce nom, et, en secondes noces, Mlle Lange, le colonel Aimé mourut le 4 décembre 1840, à l'âge de soixante-huit ans.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Volume 1, Louis Suchaux, 424p

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  3. « Les maires de Senoncourt », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 4 septembre 2016).
  4. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 20 août 2016).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Aimé (Pierre, François) », base Léonore, ministère français de la Culture