Ouvrir le menu principal

Création et différentes dénominationsModifier

  • 1757 : Formation d'un Régiment de volontaires du Hainaut
  • 1762 : Devient la Légion de Hainaut
  • 1768 : Devient Légion de Lorraine
  • 1776 : Dissolution
  • 1779 : Reformé en tant que 9e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1788 : Renommé régiment de chasseurs de Lorraine
  • 1791 : Renommé 9e Régiment de Chasseurs
  • 1815 : Dissolution
  • 1816 : Reformé en tant que Régiment des chasseurs de la Dordogne
  • 1825 : 9e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1831 : Dissolution (9e chasseurs)
  • 1831 : 9e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1919 : Dissolution
  • 1956 : 9e Régiment de Chasseurs à Cheval
  • 1957 : Dissolution
  • 1966 : Reformé en tant que régiment de réserve du 5e régiment de Chasseurs à Périgueux
  • 4 juin 1971 : Reçoit l’étendard du 9e Régiment de Chasseurs d'Afrique
  • 21 janvier 1994 : Dissolution

GarnisonsModifier

Colonels/chef de brigadeModifier

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Colonels tués ou blessés alors qu'il commandait le 9e Chasseurs :

  • 13 novembre 1795 : chef de brigade Allard, tué
  • 26 mars 1799 : chef de brigade Gardane, blessé
  • 6 novembre 1799 : chef de brigade Liebault, mortellement blessé
  • 8 mai 1809 : colonel Delacroix, blessé
  • Janvier 1813 : colonel de Sainte-Suzanne, mort de fatigue
  • 23 août 1813 : colonel Dukermont, blessé

Officiers tués et blessés alors qu'ils servaient au 9e Chasseurs à Cheval durant la période (1805-1815) :

Officiers tués: 10
Officiers mort des suites de leur blessures: 3
Officiers blessés: 53

...

  • 1907 : Cabany

Chefs de corps régiment de réserve

  • 1967 : Croiset
  • 1970 : Tandonnet
  • 1973 : ?
  • 1976 : de Laville Montbazon
  • 1977 : Perromat
  • 1980 : Watebled de Ducla
  • 1983 : Vichard
  • 1986 : Bertrand
  • 1990 : Candon
  • 1992 : Schricke

CampagnesModifier

  • Guerre de Sept Ans, 1756-63 ; Armée de la Moselle, 1792-94 ; Armée de Sambre et Meuse, 1794-97 ; Italie, 1799-09 ; Allemagne, 1809 ; Naples, 1810 ; Russie, 1812 ; Allemagne, 1813 ; France, 1814 ; Belgique, 1815 Espagne, 1823 ; Algérie, 1840-46 ; Algérie, 1866-70 ; France, 1870-71 Tunisie, 1881 ; Sud-Oranais, 1881 ; Grande Guerre, 1914-18.

Historique des combats et batailles du 9e Chasseurs à chevalModifier

Ancien RégimeModifier

Guerres de la RévolutionModifier

La France est menacée de toute part. Le 9e se bat avec l'armée de la Moselle en Belgique. Il participe à la victoire de Fleurus où il enlève à l'ennemi 3 pièces de canon et fait prisonniers 300 Croates. En 1797, à Neuwied, le 9e montre la plus grande valeur sous le chef de brigade Gardane. Le capitaine Thuillier charge un régiment de cuirassiers et lui enlève 150 chevaux. Le 9e combat ensuite en Italie dans l'armée du général Bonaparte. À Vérone, en 1799 Moreau charge à la tête du régiment. À la bataille de Novi le chef de brigade Liébault est tué en chargeant les Russes.

Après Wagram, en 1809 où le régiment fournit des charges superbes il fait partie de la Grande Armée opposée aux 100 000 hommes des deux empereurs d'Autriche et de Russie.

De 1815 à 1848Modifier

En 1823, il prend part à la campagne d'Espagne. Au combat de Lograno le maréchal des logis Dorado fait prisonnier le général Don Juan Sanchez. Il redeviendra le 9e de chasseurs à cheval en 1825.

De 1839 à 1846, le régiment effectue sa première campagne sur la terre Algérienne. Il fait partie de la colonne Gery sur Saida et Brizina où il se signale particulièrement contre les Ouled-Sidi-Cheikh.

Deuxième RépubliqueModifier

Second EmpireModifier

De nouveau, en Algérie de 1868 à 1870 il participe à la répression de l'insurrection avec la colonne Cerez à Laghouat.

Après un retour rapide sur la France au moment de la guerre franco-prussienne de 1870 où il est employé à la défense de Paris.

De 1871 à 1914Modifier

Le 31 octobre 1870, durant la guerre franco-prussienne, un escadron du 9e régiment de chasseurs à cheval, qui formait le 6e régiment mixte de cavalerie, fut engagé au Combat d'Illiers en Eure-et-Loir.

Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante.

Il revient en Algérie en 1871. Il se bat encore sous Cerez au combat de Guer El Drah.

Puis en 1881 il prend part à l'expédition en Tunisie et à celle d'Oran pour rentrer définitivement en France en 1883.

Le 9e a donc chevauché plus de dix ans sur le sol d'Afrique du Nord et combattu très souvent à côté de ses frères d'armes les chasseurs d'Afrique. Il est le régiment de chasseurs à cheval qui est resté le plus longtemps en Algérie.

Première Guerre mondialeModifier

Journal de marche du régiment durant la première Guerre mondiale

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

  • Le 9e régiment de chasseurs d'Afrique a été créé le 1er juillet 1941 à Mascara par la réunion des 5e et 6e escadrons des 3e et 5e Régiments de Chasseurs d’Afrique.
  • Il reçoit le 23 septembre 1941, la garde de l'étendard du 9e Régiment de Chasseurs à Cheval.
  • De novembre 1942 à mars 1943, il participe à la campagne de Tunisie contre l'Armée allemande. Il prend part aux batailles de Pichon, Kef El Amar et Fondouk-El-Okbi.
  • En juin 1943 rééquipé le tout premier avec du matériel américain (tank Destroyer). Le 9e Régiment de Chasseurs d'Afrique devient le régiment de chasseurs de Chars de la 1re Division Blindée de la 1re Armée française.
  • Le 16 août 1944, les premiers éléments du régiment débarquèrent à Sainte-Maxime.

Ils se distinguèrent à Aubagne et participèrent à l'investissement de Marseille et à la libération de Villefranche-sur-Saône. Durant ces combats, le 2e escadron s'empare d'un train blindé et fait 300 prisonniers. Ce même train blindé servit par la suite à tourner La Bataille du rail.

  • En octobre 44 toutes les unités sont engagées dans les Vosges puis participent à la percée sur l'Alsace.

Ils atteignent le Rhin prennent Altkirch et Mulhouse et livrent de durs combats dans la forêt de la Hardt à Heimsbrun, pont d'Aspach et enfin Colmar dernière grande étape de cette campagne de France avant le franchissement du Rhin.

  • En avril 1945 débute pour le régiment la campagne d'Allemagne avec la 1re DB dont la mission est de couper la retraite des forces allemandes de la Forêt Noire en progressant rapidement vers la Suisse.

Le régiment passe le Rhin à Benheim occupe le 20 avril Obendorf et les usines Moser et après le franchissement du Neckar bouscule les résistances ennemies à Tuttlingen où il s'empare du pont sur le Danube. Il repousse encore de nombreuses attaques pour atteindre le 22 avril Stockach où 2500 Allemands se rendirent sous l'implacable pression du 9e RCA. Il arrive le premier sur l'Iller et le 30 avril il stoppe sa progression au pied des pics tyroliens recouverts de neige. Les Armées nazies capitulent, la guerre est terminée.

Guerre d’Algérie 1954 - 1961Modifier

  • Regroupé à Issoudun après la guerre le 9e RCA n'y restera que peu de temps.
  • Il embarque en 1946 pour l'Afrique du Nord où fusionnant avec le 9e Régiment de Spahis Algériens il s'installera à Batna pour huit années de paix.
  • Le 1er novembre 1954 à 3 heures du matin le quartier du 9e RCA est attaqué par (les rebelles algériens).

Le chasseur Audat, sentinelle, est tué pendant sa faction.

  • Au cours des années suivantes la phase terroriste s'accentue. Le 9e reçoit la mission de rechercher et de détruire les bandes rebelles ; d'assurer le maintien de l'ordre et la protection des biens.
  • Le 1er avril 1959 le 9e Régiment de Chasseurs d'Afrique devient le 4e Régiment de Chasseurs d'Afrique.
  • Le 3 novembre de la même année le 9e RCA est recréé et constitue le bataillon du Secteur de Pacification d'Imckermann de la Zone Nord Oranais.
  • Il est dissous définitivement le 1er octobre 1961.

Batailles portées sur l'étendard du 9e régiment de chasseurs à chevalModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

 

InsigneModifier

Héraldique : Cet insigne copie sa forme sur celui du 8e chasseurs pour souligner la fraternité des deux régiments issus, en 1757, du dédoublement des "Volontaires de Flandres". Les sabres ont été choisis pour évoquer la chevalerie, la noblesse, l'ordre, la foi et l'abnégation des charges désespérées.

9e régiment de chasseurs d'AfriqueModifier

(*) Les noms inscrits portée sur l'étendard du régiment.

Campagnes :

PersonnalitésModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Roland Jehan et Jean-Philippe Lecce, Encyclopédie des insignes de l'Arme Blindée Cavalerie, tome II, Les chasseurs à cheval, Cheminements Éditions, 2008 (ISBN 978-2-84478-708-8)
  • 9e régiment de chasseurs (active) : historique sommaire du régiment, Paris, Charles-Lavauzelle, , 27 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier