Seissan

commune française du département du Gers

Seissan
Seissan
La place Carnot.
Blason de Seissan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gers
(siège)
Maire
Mandat
François Rivière
2020-2026
Code postal 32260
Code commune 32426
Démographie
Population
municipale
1 087 hab. (2018 en augmentation de 0,18 % par rapport à 2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 36″ nord, 0° 35′ 38″ est
Altitude 187 m
Min. 168 m
Max. 283 m
Superficie 18,56 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Astarac-Gimone
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Seissan
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Seissan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seissan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seissan
Liens
Site web Site officiel

Seissan (Sheishan en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Seissan se situe dans le canton d'Auch-Sud-Est-Seissan et dans l'arrondissement d'Auch, dans l'aire urbaine d'Auch, dans la vallée du Gers. Elle se trouve à 19 km au sud d'Auch. Historiquement, Seissan fait partie de l'Astarac[1].

 
Situation de Seissan.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

L'altitude de la commune varie entre 168 et 283 mètres. La superficie est de 1 856 hectares[3].

Seissan se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[4].

HydrographieModifier

Seissan est traversée par le Gers et le Cédon.

Le canal de Monlaur, construit entre 1848 et 1862 par l’ingénieur Montet pour des motifs militaires, long de 29 km, servit d'abord à alimenter les troupes napoléoniennes en grandes manœuvres l’été. L’eau est acheminée de la montagne par simple gravité de Sarrancolin à Lannemezan. De 1951 à 1959, le canal est prolongé jusqu’à Ornézan. Il est utilisé aujourd’hui pour l’irrigation. De nombreux siphons permettent la circulation de l’eau en supportant les dénivelés. Sa gestion est confiée à la Compagnie d’Aménagement des coteaux de Gascogne.

Voies de communications et transportsModifier

Seissan est traversée du nord au sud par la D 929 qui relie Auch à Lannemezan.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Seissan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (54,1 %), terres arables (24,6 %), forêts (8,9 %), prairies (8,2 %), zones urbanisées (4,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Le nom de la commune en occitan gascon est Sheishan[11].

HistoireModifier

 
Le monument aux morts.

De nombreux vestiges découverts au lieu-dit le Gleyzia, sur la rive droite du Gers, attestent une présence gallo-romaine.

L’ancien Seissan a disparu, mais un castelnau a vu le jour au XIIe siècle, sur la rive gauche du Gers, autour d’un château, dont il ne reste que la tour, érigé par les abbés de Faget-Abbatial, propriétaires de la ville de Seissan[12].

La bastide est fondée en 1266, par le comte Bernard IV d'Astarac, en paréage avec l’abbé Bernard II, représentant l’abbaye de Faget-Abbatial. La bastide, aménagée autour du château, reçoit une charte de coutumes en 1288 mais se développa peu par la suite[12].

Vers 1775, l'aménagement de la nouvelle route menant d'Auch vers le sud dans la vallée d'Aure modifie profondément la structure de Seissan qui s'agrandit alors le long de ce nouvel axe[12].

ArtiguedieuModifier

Artiguedieu est une ancienne commune qui absorba Le Garrané en 1822 et fut réunie à Seissan en 1972[13].

Le GarranéModifier

Le Garrané est une ancienne commune absorbée par Artiguedieu en 1822[14].

AuriacModifier

Auriac est une ancienne commune réunie à Seissan en 1829[15].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Le conseil municipal de Seissan comprend quinze élus : le maire, quatre adjoints et dix conseillers municipaux[16].

Liste des mairesModifier

 
Mairie de Seissan.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1990 Pierre Prénéron MRP  
1990 2005 Henri Datas RPR Chef d'entreprise
novembre 2005 En cours François Rivière[17] UDI[18] Chef d'entreprise
Président de la Communauté de Communes
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

la population en 2020 est de 1126 habitants

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 1 087 habitants[Note 3], en augmentation de 0,18 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
532400690793731821817829818
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
850842902962924915869876837
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
882870786776785680633666724
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
8209651 0119841 0021 0321 0371 0411 085
2018 - - - - - - - -
1 087--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[23] 1975[23] 1982[23] 1990[23] 1999[23] 2006[24] 2009[25] 2013[26]
Rang de la commune dans le département 35 31 24 27 27 30 31 30
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Le marché de la commune a lieu les vendredis. Ce jour de la semaine pour le marché de Seissan est fixé par une lettre patente de François Ier en 1532[27].
  • Le marché à l’ancienne « Lou Marcat de Bet Tems A », a le premier vendredi d’août.
  • Le Festival Welcome in Tziganie est organisé par l'association L'Air des Balkans et a lieu au printemps. Auparavant à Pavie puis Auch, ce festival est dédié aux cultures et musiques tziganes et balkaniques[28].

SantéModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Notre-Dame, construite de 1874 à 1890, après que l'ancienne église a été rasée en 1869[16].
  • La maison abbatiale du XVe siècle à encorbellement, dont le second étage est formé de colombages disposés en croix de Saint-André, située au bord du Gers.
  • L’église Notre Dame-de-l'Assomption d'Artiguedieu[29].
  • Église Saint-Jean-Baptiste de Seissan, édifice du XIe siècle aux origines pré-romanes.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption du Garanné.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Édouard Lartet (1801-1871) : paléontologue mort à Seissan ;
  • Anselme Batbie (1828-1887) : juriste et homme politique né à Seissan ;
  • Louis Lartet (1840-1899) : paléontologue, fils d'Édouard Lartet, mort à Seissan ;
  • Jo-El Azara (1937-) : auteur de bande dessinée belge vivant à Seissan.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
De sable aux six quintefeuilles d'argent ordonnées 3, 2 et 1.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Notice Cassini de la commune de Seissan
  4. Plan séisme
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  11. (oc) Toponimia occitana e senhalizacion en occitan : Gèrç
  12. a b et c Benoît Cursente et Gilbert Loubès, Villages gersois : Les bastides, t. II, Auch, Chambre d'agriculture du Gers, coll. « Gascogne insolite », , 116 p..
  13. Notice Cassini de l'ancienne commune d'Artiguedieu
  14. Notice Cassini de l'ancienne commune de Lougerrané
  15. Notice Cassini de l'ancienne commune d'Auriac
  16. a et b Site officiel.
  17. Site de la préfecture - Fiche de Seissan
  18. « Résultats municipales 2020 à Seissan », sur Le Monde.fr (consulté le 10 juin 2020).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  26. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  27. P. Préneron, « Troubles au marché de Seissan sous le Directoire », Bulletin de la Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers, vol. XL,‎ 3e trimestre 1946, p. 140.
  28. site du festival Welcome in Tziganie
  29. « Notre Dame de l’Assomption | Mairie de Seissan », sur www.seissan.fr (consulté le 21 octobre 2020).