Ouvrir le menu principal
Astarac
Blason
Blason des Comtes d'Astarac
Description de cette image, également commentée ci-après
L'Astarac parmi les fiefs gascons au Moyen Âge.
Informations générales
Statut Ancienne circonscription
de la province de Gascogne
Capitale Mirande
Langue Gascon

Entités suivantes :

L'Astarac est une région naturelle située sur les départements actuels du Gers et des Hautes-Pyrénées et une ancienne circonscription de la province historique de Gascogne.

Sommaire

GéographieModifier

Défini comme région naturelle[1], l'Astarac est situé en Gascogne, au sud du département du Gers et au nord des Hautes-Pyrénées. Longeant le plateau de Lannemezan, c'est un pays très vallonné, au sol argileux, traversé par plusieurs rivières dont la Baïse, l'Arrats et le Gers, permettant la formation de lacs artificiels comme le Lac de l'Astarac.

Il partage ses frontières avec l'Armagnac au nord-ouest, la Rivière-Basse et la Bigorre à l'ouest, le Magnoac (des Quatre-Vallées) au sud-est, le Savès à l'est. Il regroupe les villes de Mirande, Masseube, Miélan, Pavie, Idrac-Respaillès, Castelnau-Barbarens, Berdoues-Ponsampère, Mont-d'Astarac, Miramont-d'Astarac, Laas d'Astarac, Fontrailles.

DémographieModifier

L'Astarac est une région à l'habitat dispersé.

ÉconomieModifier

C'est une région dans laquelle on pratique principalement l'élevage.

HéraldiqueModifier

Les armoiries du comté d'Astarac se blasonnent ainsi : écartelé d'or et de gueules.

ÉtymologieModifier

Astarac, au Moyen Âge Asteriacum, Asteirac, est a priori, comme son homonyme Estirac, un nom de domaine gallo-romain basé sur le nom local Aster (Uciando Aster, Dato Aster, Sancio Aster, Atton Aster sont des noms de personne documentés, les trois premiers en Bigorre, le quatrième à Lézat-sur-Lèze). Le village d'Asté près de Beaucens, est un ancien Aster. Le linguiste Joan Coromines rapproche ce nom du mot biscayen azterren 'racine, fondement'.

HistoireModifier

Protohistoire et AntiquitéModifier

Moyen Âge tardifModifier

 
Carte des fiefs de Gascogne vers 1150
Article détaillé : Maison d'Astarac.

La bastide de Mirande, construite en 1280, devint la capitale du comté d'Astarac en 1297. En 1307, le Comte Bohémond d'Astarac tenait le château de Renso, où fut construite la bastide de Tournay dans les Hautes-Pyrénées. Il tenait ainsi un nœud stratégique entre la Bigorre et le comté d'Aure, sur la rivière Arros face au château de Mauvezin. Le comté d'Astarac était divisé en quatre châtellenies, à savoir : les châtellenies de Castelnau-Barbarens, de Durban, de Moncassin et de Villefranche. Il comprenait, en outre, le perche de Mirande et divers lieux abbatiaux et hommagers.

La châtellenie de Castelnau-BarbarensModifier

La châtellenie de Castelnau-Barbarens comprenait Castelnau-Barbarens, Faget-Abbatial, Fanjaux, Grenadette, La Garde-Propre, Lartigolle, Lartigue, Mazéres, Pépieux, Pontéjac, Saint-Guiraud, Saramon et Sémézies (aujourd'hui, partie de Sémézies-Cachan).

La châtellenie de DurbanModifier

La châtellenie de Durban comprenait Arbechan, Arcagnac, Artiguedieu, Aulin, Auterive, Bonnes, Boucagnères, Durban, Delempouy, Gramont, Gramoulas, Haulies, Labéjan, Lamazère, Lasséran, Lougarrané, Marseillan-d'Astarac, Mauvezin, Miramont, Vienau, Montarrabé, Orbessan, Plavés, Saint-Jean-le-Comtal, Sansan, Traversères, Vidaillan et Villeneuve.

La châtellenie de MoncassinModifier

La châtellenie de Moncassin comprenait Arroux, Arrouède, Attus, Aujan (aujourd'hui, partie de la commune d'Aujan-Mournède), Auriac, Auriaguet, Barcugnan, Belloc-Lapalu, Bernet, Bézues (aujourd'hui, partie de Bézues-Bajon), Bidore, Bieuzan, Chélan, Clarens, Clermont-Noble, Clermont-Propre, Duffort, Esclassan et Labastide (aujourd'hui, parties d'Esclassan-Labastide), Feissau, Fontarailles, Gaujan, Gaujac, Labarthe, Lacassaigne, Lacaze, La Garde-Noble, La Garde-Racané, Lembège, Lamothe (aujourd'hui, hameau de Pouy-Loubrin]), Lannabère, Lasserre-Berdoues (aujourd'hui, partie de Berdoues), Libou, Loubersan, Loucazau de Seillan, Loumassés, Lourties et Monbrun (aujourd'hui, parties de Lourties-Monbrun), Lasseube-Propre, Manas (aujourd'hui, partie de Manas-Bastanous), Maneat, Masseube, Maumus, Mongardin, Monlaur, Montané, Montaut, Mont-d'Astarac, Mont-de-Marrast, Mournède, Montastruc, Noilhan, Ponsampère, Ponsan-Soubiran, Pouy-Loubrin, Puységur, Saint-Arailles, Saint-Arroman, Sainte-Aurence (aujourd'hui, partie de Sainte-Aurence-Cazaux), Saint-Maur, Saint-Ost, Samaran, Sauviac et Theux (aujourd'hui, partie de Saint-Élix-Theux).

À Theux, le quartier du prieuré, dont la directe appartenait aux jésuites d'Auch, relevait du roi comme dépendance du prieuré de Sainte-Dode, dépendant jadis de l'abbaye de Simorre.

La châtellenie de VillefrancheModifier

La châtellenie de Villefranche comprenait Aguin et Betcave (aujourd'hui, parties de Betcave-Aguin), Aussos, Baillasbats, Bellegarde, Cabas (aujourd'hui, partie de Cabas-Loumassès), Cachan (aujourd'hui, partie de Sémézies-Cachan), Lasseube-Noble, Meilhan, Monbardon, Moncorneil-Derrière et Moncorneil-Devant (aujourd'hui, parties de Moncorneil-Grazan), Monferran, Moulas, Pis, Saint-Blancard, Saint-Élix, Sarcos, Sère, Viola et Villefranche.

Perche de MirandeModifier

Mirande, Artigues, Arcoues, Bascous, Bazugues, Cuélas, Laffitte-Toupière, Pouyguillés, Respaillés, Sarragailloles, Saint-Clément, Saint-Élix, Saint-Jaymes, Saint-Martin, Saint-Hezart, Saint-Michel, Soulés et Valentées.

Lieux abbatiauxModifier

Les lieux abbatiaux dépendants du comté d'Astarac étaient : Faget, Gramoulas (commenderie), Idrac (aujourd'hui, partie d'Idrac-Respaillès), Lasserre-Berdoues, Mongausy, Ponsampère, Pavie, Pessan, Saramon, Seissan et Tachoires.

Lieux hommagersModifier

Les lieux hommagers du comté d'Astarac étaient : Arrouède, Atlas, Aussas, Cère, Chélan, Duffort, FontrailIes, Lacaze, Lamaguère, Laouméde, Loumassés, Marseillan, Mauvezin, Mazères-Campeils, Monbardon, Montagnan, Mont-d'Astarac, Orbessan, Ornézan, Ponsan-Soubiran, Pontéjac et Tirent (aujourd'hui, parties de Tirent-Pontéjac), Pouy-Loubrin, Saint-Arailles, Saint-Blancard, Saint-Guiraud et Sarcos.

XVIIIe siècleModifier

Après la Révolution, l'Astarac est l'une des circonscriptions administratives de la province de Gascogne.

CultureModifier

 
Aire d'influence du gascon.

L'Astarac se trouve dans l'aire d'influence du gascon, dialecte de l'occitan.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Dictionnaire des pays et provinces de France, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, , 349 p. (ISBN 978-2-87901-367-1).