Ouvrir le menu principal

Saint-Ondras

commune française du département de l'Isère

Saint-Ondras
Saint-Ondras
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Le Grand-Lemps
Intercommunalité Communauté de communes Bourbre-Tisserands
Maire
Mandat
Christian Vieux-Melchior
2014-2020
Code postal 38490
Code commune 38434
Démographie
Population
municipale
631 hab. (2016 en augmentation de 4,47 % par rapport à 2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 07″ nord, 5° 32′ 52″ est
Altitude 410 m
Min. 361 m
Max. 626 m
Superficie 8,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Ondras

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Ondras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ondras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ondras

Saint-Ondras est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Commune adhérente à la Communauté de communes Bourbre-Tisserands, dont le siège est fixé dans la ville voisine des Abrets en Dauphiné, Saint-Ondras est également situé au nord de la micro-région des Terres froides,

Étymologiquement, le nom Saint-Ondras est une déformation patoisante de Saint-Honoré et ses habitants se dénomment les Ondrasien(ne)s [1].

Sommaire

GéographieModifier

 
Carte de Saint-Ondras

Situation et descriptionModifier

Saint-Ondras est un petit village positionné sur une colline surplombant la micro-région des Terres froides et la vallée de la Bourbre, petite rivière qui traverse une grande partie du Nord-Isère, laquelle correspond en partie à l'arrondissement de La Tour-du-Pin.

Son territoire est à approximativement situé à égale distance des agglomérations de Grenoble, de Lyon et de Chambéry, soit à une cinquantaine de kilomètres de chacune de ces villes.

GéologieModifier

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

La commune est bordée dans sa partie occidentale par la rivière de la Bourbre, affluent du Rhône et d'une longueur de 72,2 km[2] et des marais. Cette rivière comptent deux affluents répertoriés sur le territoire :

  • le Ruisseau de Clandon, d'une longueur de 5,6 km[3];
  • le Ruisseau des Fosges, d'une longueur de 1,9 km[4].
  • le Ruisseau de Biôt
  • le Ruisseau de Combaud

ClimatModifier

Article connexe : Climat de l'Isère.

Le secteur du Nord-Isère présente un climat de type semi-continental[5] qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver.

Les étés sont chauds et secs. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Voies de communicationModifier

Le territoire communal est traversé par plusieurs routes départementales :

  • La RD 73 qui relie la commune des Abrets en Dauphiné à celle de Beaurepaire (Isère)|
  • La RD 73m qui relie la RD 76 au bourg central
  • La RD 142d qui relie la commune avec celle de Charancieu
  • La RD 17c et la RD 76k

TransportModifier

La gare ferroviaire la plus proche de la commune est la gare des Abrets - Fitilieu. Celle-ci est desservie par desservie par des bus TER Auvergne-Rhône-Alpes entre les gares de Saint-André-le-Gaz et Chambéry.

UrbanismeModifier

 
Le bourg de Saint-Ondras

Morphologie urbaineModifier

Il s'agit d'une petite commune rurale de dimension très modeste comprenant un petit bourg central où se situe la mairie, l'école et l'église paroissiale entouré par quelques hameaux. Cet ensemble est composé essentiellement de maison individuelles, de fermes, pour la plupart réaménagées en maisons de résidence.

Hameaux, Lieux-dits et écartsModifier

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Saint-Ondras, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[6].

  • La Rochette
  • Brocardière
  • Buclas
  • Moulin de la Robinière
  • Vercours
  • Barriaux
  • Perrodière
  • Pont de Clandon
  • Vieux Saint-Ondras
  • Moulin de Bugnon
  • Durand
  • Catinière
  • le Château Feuillet
  • Bazin
  • les Allimards
  • le Fayet
  • Pont de Cour
  • Grepatière
  • les Fosges
  • Jalinière
  • le Mont
  • le Poutat
  • la Croix
  • Brénier

Risques naturelsModifier

Risques sismiquesModifier

La totalité du territoire de la commune de Saint-Ondras est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[7].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

ToponymieModifier

HistoireModifier

 
Le hameau de Vercourt en 1908.

Préhistoire et AntiquitéModifier

Au début de l'Antiquité, le territoire des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et au nord de l'Isère. Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Moyen-Âge et Temps moderneModifier

En 1737, il est fait mention du château de Buclas comme propriété de André Nicolas de Virieu, chevalier, descendant de la branche cadette des Virieu de Faverges [8].

Époque contemporaineModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours M. Christian Vieux-Melchior SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 631 habitants[Note 1], en augmentation de 4,47 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
534655766901870813836814762
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
695684714693669665638610574
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
533535472450411373378380360
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
336307362478496558567612631
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Équipements culturel et sportifModifier

MédiasModifier

Presse régionale

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

CultesModifier

Culte catholiqueModifier

La communauté catholique et l'église de Saint-Ondras (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Sainte-Anne qui est, elle-même, rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[13].

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Patrimoine architecturalModifier

Monuments religieuxModifier

 
Église Saint Honoré en 2019
  • L'église Saint-Honoré
Datant du XXe siècle, cet édifice religieux est formé d'une large nef et de deux étroits bas-côtés. La façade assez austère, surmontée par un clocher est percée par porte centrale en plein cintre surmontée d'une petite rose polylobée dans laquelle est positionnée une horloge [14].

Monuments civilsModifier

  • Le château de Buclas
Cet édifice civil qui date du XIXe siècle, probablement construit sur le site d'une ancienne maison forte, fut la propriété d'Antonin Dubost, maire de La Tour-du-Pin et président du Sénat sous la IIIe République. Il s'agit d'une propriété privée qui ne se visite pas[15].
  • Le moulin La Pérouse
Datant de 1872, ce petit moulin à eau rénové en 2016 se situe en contre-bas du bourg au bord du ruisseau du Combeau

Patrimoine naturelModifier

La ZNIEFF des marais de Clandon, situé en tête du bassin du ruisseau du Clandon, affluent de la Bourbre. le site est caractérisé par une mosaïque de milieux naturels : secteurs tourbeux, roselières, étangs et boisements humides [16]

Personnalités liées à la communeModifier

Saint-Ondras dans les artsModifier

Dans la littératureModifier

 
Christian Bobin

La commune est connue pour avoir hébergé l'écrivain Christian Bobin, lors de son écriture de L'Inespérée. C'est d'ailleurs une Ondrasienne (Gislaine dans le texte) qui a inspiré l'écrivain pour la constitution de la petite histoire « La plus que vive »[17].

L'action de l'œuvre se déroule elle-même dans le village :

« [Ce] village où parfois vous passez quelques jours sans rien faire, pas même écrire, surtout pas écrire, le village de Saint-Ondras, en Isère[18] »

« Les fleurs sur la tombe de Saint-Ondras, en Isère, ont fané une semaine après ton enterrement[18] »

Héraldique, logotype et deviseModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr page sur le noms des habitants des communes de l'Isère, consulté le 6 mars 2019
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 3 mars 2019)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Ruisseau de Clandon (V1700840) » (consulté le 6 mars 2019)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Ruisseau des Fosges (V1701020) » (consulté le 6 mars 2019)
  5. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  6. Site géoportail, page des cartes IGN
  7. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  8. Site Château de France, page sur le château de Buclas, consulté le 6 mars 2019
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Site de messe-infos, page sur la paroisse Sainte-Anne
  14. Site isère patrimoine, page sur l'église de Saint-Ondras, consulté le 6 mars 2019
  15. Site chateau de France, page sur le château de Buclas, consulté le 6 mars 2019
  16. Site de la DRAD, page sur la Znieff des marais de Clandon, consulté le 6 mars 2019
  17. http://www.lavie.fr/culture/litterature/la-plus-que-vive-27-10-2015-67660_30.php, article sur le livre de Christian Bobin, "La plus que vivre], consulté le 6 mars 2019
  18. a et b La plus que vive, Christian Bobin, Gallimard, 1996, Gallimard/folio, 1999.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Lien externeModifier