Ouvrir le menu principal

Bourbre

cours d'eau français

la Bourbre
Illustration
La Bourbre à L'Isle-d'Abeau en juin 2019
Carte.
Cours de la Bourbre (carte interactive)
Caractéristiques
Longueur 72,2 km [1]
Bassin 728 km2 [1] ou 750 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 7,65 m3/s (Tignieu-Jameyzieu) [3]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire SMABB - Syndicat Mixte d'Aménagement du Bassin de la Bourbre[2]
Régime pluvial
Cours
Source près du lieu-dit Piotière
· Localisation Burcin
· Altitude 495 m
· Coordonnées 45° 25′ 57″ N, 5° 25′ 56″ E
Confluence le Rhône
· Localisation Chavanoz
· Altitude 189 m
· Coordonnées 45° 46′ 26″ N, 5° 11′ 14″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Hien, l'Agny
· Rive droite Loudon, Bion, Catelan, Galoubier
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Isère, Rhône
Arrondissements La Tour-du-Pin, Villefranche-sur-Saône et Vienne
Cantons Grand-Lemps, Chartreuse-Guiers, La Tour-du-Pin, Bourgoin-Jallieu, L'Isle-d'Abeau, La Verpillière, Charvieu-Chavagneux, Genas
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Virieu, Bourgoin-Jallieu, La Tour-du-Pin, L'Isle-d'Abeau, Chavanoz

Sources : SANDRE:« V17-0400 », Géoportail, Banque Hydro, OpenStreetMap

La Bourbre est une rivière française de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui coule dans le département de l'Isère et dans le département du Rhône. C'est un affluent direct en rive gauche du Rhône.

ÉtymologieModifier

Nom actuelModifier

Du gaulois borua[4], de l'ancien français borbe/bourbe comparable à l'occitan borba, "boue, bourbier", tous deux d'origine gauloise avec le mot borba/borva, source bouillonnante, d'où la boue qu'elle produit. On retrouve cette racine dans d'autres noms de villes comme Bourbon-Lancy ou Bourbonne-les-Bains.

Ancienne dénominationModifier

La Bourbre s'appelait autrefois le Chéruis[5], dérivé du latin Carusius[6] (du pré-celtique kar signifiant « gros gravier dans le lit des rivières » et du suffixe -ucius signifiant « glouton »[7]), donnant son nom à la commune dont le pont la franchit, Pont-de-Chéruy.

La vallée de la Bourbre fut dénommée le « Petit Grésivaudan » par l'historien local Félix Crozet à la fin du XIXe siècle[8])

GéographieModifier

La longueur de son cours est de 72,2 km[1]. La Bourbre naît sur la commune de Burcin, à 495 mètres d'altitude, au lieu-dit Piotière[9], en limite de la commune de Châbons, à moins de six kilomètres à l'ouest du lac de Paladru, et à moins d'un kilomètre de l'autoroute française A48.

La Bourbre baigne les communes de Virieu, La Tour Du Pin et Bourgoin-Jallieu puis se jette dans le Rhône à Chavanoz, à 189 mètres d'altitude[9], au sud du confluent de l'Ain.

Communes et cantons traversésModifier

 
La Bourbre à Chavanoz.

Dans les deux départements de l'Isère et du Rhône, la Bourbre traverse trente-quatre communes[1] ( trente-trois dans l'isère et Colombier-Saugnieu dans le Rhône) et neuf cantons :

Soit en termes de cantons, la Bourbre prend source dans le canton du Grand-Lemps, traverse les canton de Chartreuse-Guiers, canton de La Tour-du-Pin, canton de Bourgoin-Jallieu, canton de l'Isle-d'Abeau, canton de La Verpillière, canton de Charvieu-Chavagneux, canton de Genas puis reviens et conflue dans le canton de Charvieu-Chavagneux, le tout dans les trois Arrondissement de La Tour-du-Pin, Arrondissement de Villefranche-sur-Saône et Arrondissement de Vienne.

Bassin versantModifier

La Bourbre traverse les nuits zones hydrographiques V170, V171, V172, V173, V174, V175, V176, V177 pour une superficie totale de 728 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 69,71 % de « territoires agricoles », à 17,55 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 11,86 % de « territoires artificialisés », à 0,81 % de « zones humides », à 0,13 % de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaireModifier

 
Source de la Bourbre à Burcin

Les enjeux liés à la gestion de la ressource en eau sur le bassin versant de la Bourbre ont été approfondis par les acteurs "inter-agissant" sur le territoire ("inter-agissant" par leur(s) usage(s) de l'eau ou des milieux aquatiques ou leur impact qualitatif, de manière positive ou négative), dans le cadre de la mise en place d'un Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (S.A.G.E)… Faire un SAGE, c'est « connaître, pour ensemble préserver partager et valoriser durablement la ressource dans le respect des équilibres naturels », selon les principes inscrits par les lois et règlements centralisés dans le code de l'environnement. La Commission Locale de l'Eau (CLE), instance de concertation (élus, usagers, administrations), a approuvé le projet de SAGE en juillet 2007. Ce projet va faire l'objet d'une consultation des collectivités puis d'une enquête publique avant d'être opposable (par arrêté inter-préfectoral restant à intervenir) [10].

Le Syndicat Mixte d'Aménagement du Bassin de la Bourbre, regroupant soixante-quinze communes, est la structure de gestion du bassin[2].

AffluentsModifier

La Bourbre a quatorze affluents contributeurs référencés[1] :

 
Vallée de la Bourbre en été 2019

Rang de StrahlerModifier

Donc son rang de Strahler est de quatre par l'Hien ou le Loudon.

HydrologieModifier

La Bourbre est une rivière assez abondante à régime pluvio-nival.

La Bourbre à Tignieu-JameyzieuModifier

Son débit a été observé depuis le (110 ans), à Tignieu-Jameyzieu, localité du département de l'Isère située à peu de distance de son débouché dans le Rhône[3],[18]. Le bassin versant de la rivière est de 703 km2.

Le module de la rivière à Tignieu-Jameyzieu est de 7,65 m3/s[3].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : V1774010 - La Bourbre à Tignieu-Jameyzieu pour un bassin versant de 703 km2 et à 202 mètres d'altitude[3]
(le 21/02/2019 données calculées sur 110 ans de 1909 à 2019)
 
Source : Banque Hydro - MEDDE

La Bourbre présente des fluctuations saisonnières de débit fort modérées, avec des hautes eaux d'hiver-printemps, de décembre à mai inclus, portant les débits mensuels moyens au niveau de 8,71 m3/s à 10,7 m3/s (avec un maximum en février-mars), et des basses eaux d'été, de juillet à septembre, avec un minimum mensuel de 3,74 m3/s au mois d'août, ce qui reste abondant.

Étiage ou basses eauxModifier

Le VCN3 peut chuter jusque 1,6 m3/s, en cas de période quinquennale sèche[3], ce qui reste assez appréciable et n'est de ce fait nullement sévère.

CruesModifier

Les crues peuvent être relativement importantes, mais sans commune mesure avec les affluents du Rhône débouchant en aval de Lyon. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 29 m3/s et 39 m3/s. Le QIX 10 est de 46 m3/s, le QIX 20 se monte à 52 m3, tandis que le QIX 50 vaut 61 m3/s. le QIX est non calculé malgré une période d'observation de cent-onze ans[3].

La hauteur maximale instantanée est de 263 cm ou 2,63 m, le . Le débit instantané maximal enregistré a été de 84,6 m3/s le [note 3], tandis que le débit journalier maximal était de 82,6 m3 le même jour[3]. En comparant ces valeurs aux QIX de la rivière, il apparait que cette crue était bien plus importante que la crue cinquantennale calculée (QIX 50) et était donc tout à fait exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifiqueModifier

La Bourbre est une rivière de piémont assez abondante, alimentée par des précipitations suffisantes. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 344 millimètres annuellement, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres), mais nettement inférieure à la moyenne de la totalité du bassin du Rhône (680 millimètres à Valence). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 10,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[3].

Aménagements et écologieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche
  2. cours d'eau connu au SANDRE mais non relié et non compté dans les quatorze affluents vu plus haut
  3. à 18h31

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 5 mai 2013).
  2. a b et c « SMABB - Syndicat Mixte d'Aménagement du Bassin de la Bourbre », sur www.smabb.fr (consulté le 5 mai 2013).
  3. a b c d e f g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Bourbre à Tignieu-Jameyzieu (V1774010) » (consulté le 5 mai 2013)
  4. Jean-Paul Savignac, Dictionnaire français-gaulois, 2004, La Différence, p. 67
  5. V. Brunet, Géographie historique, physique, politique, industrielle, commerciale, statistique et pittoresque du département de l'Isère, Grenoble, , 162 p. (lire en ligne), p. 144.
  6. André Devaux, Les noms de lieux dans la région lyonnaise aux époques celtique et gallo-romaine, Lyon, , 48 p. (lire en ligne), p. 12.
  7. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, t. 1, Genève, , 708 p. (lire en ligne), p. 33-34.
  8. Félix Crozet, Description topographique, historique et statistique des cantons formant le département de l'Isère, 1870
  9. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 11 décembre 2010).
  10. Cf. Projets de Plan d'Aménagement et de Gestion Durable et règlement approuvés le 9 juillet 2007 Développement - Cf. État des lieux/Diagnostic approfondi juillet 2002
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'hien (V1720500) » (consulté le 5 mai 2013).
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'agny (V1730500) » (consulté le 5 mai 2013).
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau du loudon (V1740500) » (consulté le 5 mai 2013).
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau le bion (V1740520) » (consulté le 5 mai 2013).
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau du galoubier (V1760500) » (consulté le 5 mai 2013).
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de bivet (V1761020) » (consulté le 5 mai 2013).
  17. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal de dessèchement de catelan (V1755002) » (consulté le 5 mai 2013).
  18. RDBRMC - Situation hydrologique de la station de Tignieu-Jameyzieu
Ressource relative à la géographie  :