Ouvrir le menu principal

Alexandre Gonsse de Rougeville

conspirateur royaliste
Alexandre Gonsse de Rougeville
Alexandre-gonsse-de-rougeville.jpg
Portrait de Gonsse de Rougeville
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
ReimsVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Alexandre Dominique Gonsse de Rougeville (Arras 1761- Reims 1814), est une des grandes figures de la contre-révolution, célèbre pour avoir été immortalisé par Alexandre Dumas sous le nom de chevalier de Maison Rouge.

BiographieModifier

Fils d'un négociant et riche laboureur de l'Artois, roturier de naissance, il n'a pas quinze ans quand, en 1776, il devance La Fayette pour partir faire la Guerre d'indépendance américaine. À son retour, devenu écuyer de Monsieur frère du roi, il suit le couple royal aux Tuileries dont il est dans l'ombre, participe à l'épisode royaliste des chevaliers du poignard et le 20 juin 1792, sauve la reine Marie-Antoinette des émeutiers.
Homme à femmes, dénoncé par sa maîtresse, sorte d'"Adèle H" qui le poursuivra toute sa vie, il est arrêté après le 10 août 1792 et enfermé aux Madelonnettes dont il parvient à sortir, à force de bourse déliée, deux jours avant les massacres de septembre. Dès lors, il n'a de cesse, par l'action comme par ses écrits, de chercher à libérer d'abord son roi puis sa reine jusqu'à la tentative échouée d'évasion qu'il organise à la Conciergerie en septembre 1793 et dite "Affaire de l'Oeillet". Sa tête mise à prix, caché dans les carrières de Montmartre, il parvient en sautant les barrières de Paris à fuir pour se rendre à Vienne demander à l'Empereur le secours de la dernière chance pour Marie-Antoinette. Au lieu de cela, accusé par les émigrés d'être un révolutionnaire et, officiellement pour séduction et dettes, il est enfermé dans les prisons autrichiennes.

En 1794, rentré en France, il est arrêté l'année suivante sur dénonciation de Guffroy, membre du Comité de sûreté générale, qui avec Robespierre et Le Bon avait travaillé au service de son père. Après deux ans passés à la Conciergerie entre la vie et la mort, il est libéré au moment de la victoire des royalistes au Conseil des Cinq-cents. Il regagne alors son pays natal où on le croit tranquille pendant quelque temps menant une paisible vie de gentleman farmer. Mais en 1804, au moment de l'affaire Cadoudal-Pichegru, à nouveau dénoncé par sa maîtresse, les gendarmes investissent son château et à nouveau Rougeville s'échappe par les souterrains. Finalement, il se rend et est mis sous haute surveillance par la police de Fouché à Reims où il reste, en 1814, notamment par l'intransigeance de Réal qui le pense particulièrement dangereux, un des derniers proscrits.

Rougeville croit tenir sa revanche à l'approche des troupes alliées quand, lors de la campagne de France de 1814, il sert de guide aux troupes cosaques à travers les forêts de Villers-Cotterêts d'Alexandre Dumas enfant et dans celles d'Epernay, participant à la chute de la ville. Un courrier de sa main adressée au général russe est intercepté par un détachement français. Aussitôt traduit devant le conseil de guerre, ce contre-révolutionnaire s'il en fut, est fusillé dans l'heure, contre le mur du cimetière du Champ-de-Mars, alors même qu'apparaissent sur les hauteurs de Reims les troupes, bientôt victorieuses de Saint-Priest, ramenant Monsieur frère du roi, son ex-maître.

Rougeville est mort... Vive Maison-Rouge !
Écrit en 1848, à quatre mains par Alexandre Dumas et Auguste Maquet qui, transposé à l'image par Claude Barma et devenu premier feuilleton télévisé de l'ORTF, réconciliera en 1963 autour de l'écran toute une nation héritière de Révolution et Contre-Révolution.

BibliographieModifier

    • Alexandre Dumas, Le chevalier de Maison-Rouge (épisode de 1793), Bruxelles, Hauman, 1845.
    • G. Lenotre, Le vrai chevalier de Maison-Rouge, A.D.J. Gonzze de Rougeville, 1761-1814, Paris, Perrin, 1894.
    • Jean-Luc Letho-Duclos, Le chevalier Gonsse de Rougeville : au secours de la reine de France Marie-Antoinette, s.l., Cercle d'Études et de Recherche Immercurien, 2014.
    • Michelle Sapori, Rougeville de Marie-Antoinette à Alexandre Dumas, Le vrai chevalier de Maison-Rouge, Paris, la Bisquine, 2016, (ISBN 979-10-92566-10-9). Cet ouvrage a reçu le prix Lire en Soissonnais 2016.
  • Audio-visuel
    • Une aventure secrète de Maison-Rouge, film, réalisation de Camille de Morlhon, France, 1910.
    • Le chevalier de Maison Rouge, film, réalisation d'Albert Capellani, France, 1912.
    • The Reign of Terror, film, réalisation de Frederic Wolff, USA, 1914.
    • Le prince au masque rouge, Il cavaliere di Maison-Rouge, film, réalisation de Vittorio Cottafavi, Italie, 1953/54.
    • Rose rosse per Angelica, film, réalisation de Steno, Italie, 1965.
    • Marie-Antoinette et le chevalier de Maison-Rouge, comédie musicale, réalisation de Didier Barbelivien, Polydor, France, 2015.
    • TV5MONDE, Michelle Sapori, Rougeville personnage rocambolesque de l'histoire

LiensModifier