Saint-Just-Saint-Rambert

commune française du département de la Loire

Saint-Just-Saint-Rambert
Saint-Just-Saint-Rambert
Église Saint-André de Saint-Just-Saint-Rambert
Blason de Saint-Just-Saint-Rambert
Blason
Saint-Just-Saint-Rambert
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Intercommunalité Loire Forez Agglomération
Maire
Mandat
Olivier Joly
2020-2026
Code postal 42170
Code commune 42279
Démographie
Gentilé Pontrambertois(es)
Population
municipale
15 083 hab. (2017 en augmentation de 5,2 % par rapport à 2012)
Densité 371 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 01″ nord, 4° 14′ 26″ est
Altitude Min. 358 m
Max. 673 m
Superficie 40,63 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Just-Saint-Rambert
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Just-Saint-Rambert
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Just-Saint-Rambert
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Just-Saint-Rambert
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Just-Saint-Rambert
Liens
Site web stjust-strambert.fr

Saint-Just-Saint-Rambert est une commune française, située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes, faisant partie de Loire Forez Agglomération.

Ses habitants sont les Pontrambertois. Les Pontois sont les habitants de Saint-Just-sur-Loire et les Rambertois de Saint-Rambert-sur-Loire.

Saint-Just-Saint-Rambert est née de la fusion de Saint-Just-sur-Loire et de Saint-Rambert-sur-Loire en 1973. Ces deux villes ont un passé historiquement riche.

GéographieModifier

 
Localisation de la ville et des communes aux alentours

Saint-Just-Saint-Rambert est la première commune située en aval du barrage de Grangent sur la Loire.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Just-Saint-Rambert
Bonson Bonson
Andrézieux-Bouthéon
Andrézieux-Bouthéon
Saint-Marcellin-en-Forez   La Fouillouse
Saint-Marcellin-en-Forez Saint-Étienne (Saint-Victor-sur-Loire)
Chambles
Saint-Genest-Lerpt

Chemin de ferModifier

 
L'ancienne gare de Saint-Just-Saint-Rambert, au début du XXe siècle.

Saint-Just-Saint-Rambert a été desservie par la ligne de Saint-Just-sur-Loire à Fraisses - Unieux, qui fut noyée lors de la mise en eau du lac de Grangent. La gare de Saint-Just-Saint-Rambert, qui garde une fonction marchandises, a accueilli des trains de voyageurs de 1885 à 1939.

HistoireModifier

 
Statue équestre de Saint-Rambert au Musée des Civilisations.

Saint-Just-sur-LoireModifier

Saint-Just-sur-Loire est une ville d'industrie. Son histoire est liée à celle de la batellerie, la teinturerie, la verrerie et la métallurgie. Installée sur les rives de la Loire, Saint-Just était, jusqu'au milieu du XIXe siècle, le point de départ des « rambertes »[1] qui acheminaient charbon et autres marchandises parfois jusqu'à Nantes ou Paris.

En 1937, le hameau d'Étrat et le cret du Brizet deviennent célèbres à la suite de la découverte de la « Vénus aux navets ».

L'église Saint-Just de Saint-Just-sur-Loire a été construite en 1828 avec les pierres de l'ancien pont détruit qui reliait Saint-Just-sur-Loire et Saint-Rambert-sur-Loire. Tout comme Saint-Rambert, l'église de Saint-Martin dépendait de l'abbaye de l'Ile-Barbe en 1183[2].

Saint-Rambert-sur-LoireModifier

Village gallo-romain à l'origine, Saint-Rambert-sur-Loire, alors nommé Occiacum, fut donné à l'abbaye de l'Île-Barbe[3]. Les moines y fondèrent un prieuré et rebaptisèrent le lieu en Saint-André-des-Olmes.

En 1078, lorsque les reliques de Ragnebert gardées à Saint-Rambert-sur-Loire furent apportées, le village prit son nom définitif, et fut alors un lieu important de pèlerinage.

Bâti sur une butte dominant la plaine et le fleuve, Saint-Rambert était, au Moyen Âge, entouré de deux murs d'enceinte dont il reste aujourd'hui quelques éléments.

Depuis la fusionModifier

Saint-Just-Saint-Rambert a été créée par arrêté du , paru au Journal officiel le et ayant pris effet au . Elle a regroupé, par fusion association, les anciennes communes de Saint-Just-sur-Loire et Saint-Rambert-sur-Loire, toutes deux situées dans le canton de Saint-Rambert devenu par la même occasion canton de Saint-Just-Saint-Rambert. Le code Insee attribué à la nouvelle commune est celui de l'ancienne commune de Saint-Rambert-sur-Loire : 42279.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Saint-Just-Saint-Rambert se blasonnent ainsi :

Deux écus accolés :
(1) Parti : au 1er d’azur au poisson d’or posé en pal, au 2e de gueules à deux pots enflammés d’argent, l’un au-dessus de l’autre (Saint-Rambert-sur-Loire).
(2) D’azur à deux ancres d’or passées en sautoir (Saint-Just-sur-Loire).
Conservation des deux blasons après l'unification des communes.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1973 mars 1977 Marcel Chapelon    
mars 1977 mars 1983 Jacques Poncin    
mars 1983 mars 1989 Jean Alligier[4] RPR Médecin
Conseiller général (1982-2001)
mars 1989 mars 2001 Jean-François Chossy UDF puis UMP Député (1993-2011)
mars 2001 mars 2014 Alain Laurendon DVD Conseiller général (2001-2015)
Vice-président du conseil général
mars 2014 En cours Olivier Joly DVD Ancien directeur d’un magasin de bricolage
Vice-président de la communauté d'agglomération Loire Forez
Les données manquantes sont à compléter.

Saint-Just-Saint-Rambert faisait partie de la communauté d'agglomération de Loire Forez de 2003 à 2016 puis a intégré Loire Forez Agglomération.

Tendances politiques et résultatsModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2017, la commune comptait 15 083 habitants[Note 2], en augmentation de 5,2 % par rapport à 2012 (Loire : +1,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3002 3552 5562 7263 0153 0123 0783 0262 759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4582 5452 5152 4002 4322 6192 8002 9893 049
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 2403 1353 0262 7962 9632 9823 2632 9943 634
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 4198 1569 01010 53312 29913 19214 80914 13515 232
2017 - - - - - - - -
15 083--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Saint-Just-Saint-Rambert est aujourd'hui, de par son expansion démographique, la sixième ville du département de la Loire derrière Saint-Étienne, Saint-Chamond, Roanne, Firminy et Montbrison. Au dernier recensement, la ville est ainsi passée devant Rive-de-Gier et Le Chambon-Feugerolles.

Culture et patrimoineModifier

Il y a une médiathèque intercommunale située 1 Place Gapiand[8].

Édifices et sitesModifier

  • L'église Saint-André de Saint-Rambert des XIe et XIIe siècles a été classée monument historique le [9]. L'église du quartier de Saint-Rambert qui a connu de nombreuses modifications au cours des siècles, et le prieuré qui la prolonge sur le côté, forment un ensemble qui était à l'origine un monastère fondé à Occiacum (premier nom de Saint-Rambert) par douze moines venus de l'Île-Barbe, près de Lyon, entre 603 et 608.
  • La chapelle Saint-Jean est située à Saint-Rambert a été construite aux XIe et XIIe siècles. Il a été découvert sous le sol de la chapelle de nombreux corps enterrés à la suite d'une épidémie de peste qui frappa le village au Moyen Âge. Elle a été inscrite monument historique le [10].
  • La porte dite de la Franchise a été inscrite monument historique le [11]. Il est dit que François Ier passa la nuit en ce lieu lors d'un de ses voyages à travers la France.
  • Le Château de La Baraillère - XIVe siècle - Privé
  • Le château de Grangent date du XIIe siècle. Il est situé sur une île au centre du lac de Grangent. La tour a été inscrite monument historique le et le site a été inscrit le [12].
  • Le château de la Merlée date de 1767, il fut construit par André Gabriel Gonyn de Lurieu.
  • L'hôtel de ville de Saint-Just-Saint-Rambert, rue Gonyn, construit au XVIIe siècle, est l'ancien hôtel particulier de la famille Gonyn de Lurieu.
  • La ramberte est un bateau à usage unique fabriqué sur la Loire de 1704 à 1860.
  • Musée des civilisations de Saint-Just-Saint-Rambert.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

  Târgu Neamt (Roumanie) depuis 1999, après 9 années d'échanges fructueux (scolaires, culturels, sportifs et familiaux).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Les « rambertes », ou « sapines », étaient des embarcations utilisées une seule fois. Ensuite, elles servaient de bois de chauffage. La réplique d'une ramberte est visible sur les bords de Loire (côté Saint-Rambert).
  2. Masures de l’Ile Barbe, t.1,p. 117. Lire en ligne
  3. Claude Le Laboureur, Les Mazures de l'abbaye royale de l'Isle-Barbe-lez-Lyon, ou Recueil historique de tout ce qui s'est fait de plus mémorable en cette église depuis sa fondation jusques à présent, avec le catalogue de tous ses abbez, tant réguliers que séculiers, t. 1, Paris, éd. J. Couterot, , 674 p., sur gallica (lire en ligne), p. 65.
  4. Jean Alligier, un artisan de la fusion entre Saint-Just et Saint-Rambert
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Médiathèque Loire Forez » (consulté le 13 février 2015)
  9. « Église de Saint-Rambert », notice no PA00117639, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Chapelle Saint-Jean », notice no PA00117637, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Porte dite de la franchise », notice no PA00117640, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Château de Grangent », notice no PA00117638, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Les Amis du Vieux Saint-Just Saint-Rambert, "Les croix, témoins du temps, des Pontrambertois racontent...", imprimerie Diazorama, , témoignages et anecdotes sur le patrimoine de la ville.
  • "Verrerie de Saint-Just, quand le verre devient art", édition Latecoma, , ouvrage bilingue, à la découverte de l'histoire de la verrerie de Saint-Just Saint-Rambert, qui fournit entre autres les vitraux du château de Versailles, la Maison Blanche à Washington...).
  • Guy Blanchard et Henri Nochez, "Des sapines foréziennes à la Royale et au-delà", un siècle de commerce sur la Loire, imprimerie Chirat, 2e semestre 2009, histoire de la Ramberte (ou sapine forézienne).
  • Sarry Alain, Les croix monumentales de Saint-Just / Saint-Rambert, imprimerie Chirat, édité par l'auteur, 2009, 156 p. environ et 70 illustrations à la plume plans et cartes, photos noir et blanc, riche bibliographie.

Liens externesModifier