Ouvrir le menu principal

Bonson (Loire)

commune française du département de la Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonson.

Bonson
Bonson (Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Saint-Just-Saint-Rambert
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Joseph Deville
2014-2020
Code postal 42160
Code commune 42022
Démographie
Gentilé Bonsonnais
Population
municipale
3 818 hab. (2016 en augmentation de 5,06 % par rapport à 2011)
Densité 741 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 27″ nord, 4° 13′ 00″ est
Altitude Min. 355 m
Max. 385 m
Superficie 5,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonson
Liens
Site web mairie-bonson.fr

Bonson est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

La commune de Bonson est située dans la plaine du Forez, à 3 kilomètres d'Andrézieux-Bouthéon et à 20 min de Saint-Étienne.

La gare de chemin de fer, sur la ligne de Clermont-Ferrand à Saint-Just-sur-Loire, est desservie par des TER Rhône-Alpes reliant Montbrison à Saint-Étienne-Châteaucreux.

Ses communes limitrophes sont :

HistoireModifier

Article détaillé : Comté de Forez.

C'est vraisemblablement[1] l'église de Bonson qui est mentionnée dans les possessions de l'abbaye de l'Île Barbe en 1183 : une erreur du copiste la donnant « Ecclesiam de Benerone » à la place de « Bonczon » (Bonson)[2].

Bonson ne compte que 34 feux en 1789[3].

Au milieu du XIXe siècle, l'élevage du ver à soie fait connaitre la petite commune. En 1838, Bonneton, spécialiste de la culture des mûriers, vient de Chavanay, à la demande du préfet, afin de procéder à la taille des mûriers pour les propriétaires foreziens. Mobilisé par Fleury Robert, il passe à Bonson 4 journées pleines sur les 39 qu'il consacre aux arrondissements de Montbrison et de Roanne[4].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 mai 1953 Julien Chareyre    
mai 1953 mars 1977 Marcel Pouillon    
mars 1977 mars 1983 Jean Relave    
mars 1983 mars 1989 Marcel Pouillon    
mars 1989 mars 2008 Marcel Murgue PS Technicien métallurgiste
mars 2008 En cours Joseph Deville MoDem Retraité

Tendances politiques et résultatsModifier

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Bonson sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Bonson Maire Joseph Deville 2014 2020
Cantonales Saint-Just-Saint-Rambert Conseiller général Alain Laurendon 16 mars 2008 2015
Législatives 4e circonscription Député Dino Cinieri
Régionales Rhône-Alpes Président du conseil régional Jean-Jack Queyranne 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande
Autres résultats : Élections à Bonson (Loire)

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

En 2016, la commune comptait 3 818 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Bonson, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[5]. Les populations légales des années 2008, 2013, 2018 correspondent à des recensements exhaustifs[6].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176191188240216224214237240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
210256244252282313329311335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
367335364365368476536616709
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9041 0961 5132 5663 8803 8163 7103 6953 680
2013 2016 - - - - - - -
3 7153 818-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Âge de la populationModifier

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Bonson en 2010[9] ainsi que, comparativement, celle du département de la Loire la même année[10], sont représentées avec les graphiques ci-dessous.

La population de la commune comporte 49,4 % d'hommes et 50,6 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge similaire à celle de la France métropolitaine[11].

L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[12], est en effet de 0,98 pour la commune, soit 98 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est par contre supérieur à celui du département (0,95) et inférieur à celui de la région (1,16)[13].

Pyramide des âges à Bonson en 2010 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,3 
5,0 
75 à 89 ans
7,3 
17,0 
60 à 74 ans
16,4 
25,4 
45 à 59 ans
26,3 
17,1 
30 à 44 ans
17,1 
18,6 
15 à 29 ans
16,8 
16,7 
0 à 14 ans
15,8 
Pyramide des âges dans le département de la Loire en 2010 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
7,4 
75 à 89 ans
11,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,5 
20,0 
45 à 59 ans
19,5 
19,4 
30 à 44 ans
18,0 
18,5 
15 à 29 ans
17,0 
19,3 
0 à 14 ans
17,1 

Lieux et monumentsModifier

VoiesModifier

113 odonymes recensés à Bonson
au 7 avril 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Pont Route Rue Sentier Venelle Autres Total
4 [N 1] 6 [N 2] 1 [N 3] 4 [N 4] 0 6 [N 5] 0 0 5 [N 6] 0 0 84 [N 7] 0 0 3 [N 8] 113
Notes « N »
  1. Allée des Mirabelles, Allée Éric Richard, Allée Jean Drillon et Allée Michel Deville.
  2. Avenue de la Mairie, Avenue de Saint-Marcellin, Avenue de Saint-Rambert, Avenue de Sury, Avenue des Grillettes et Avenue du Mail.
  3. Boulevard des Alouettes.
  4. Chemin des Lièvres, Chemin du Bois Doré, Chemin du Château d'Eau et Chemin du Serpent.
  5. Impasse Claude Monet, Impasse de l'Amitié, Impasse de l'Industrie, Impasse de la Violletière, Impasse des Hirondelles et Impasse du Pré Fleuri.
  6. Place Charles de Gaulle, Place de l'Hôtel de Ville, Place François Mitterrand, Place Jules Verne et Place du 11-Novembre.
  7. Dont Rue du 19-Mars-1962.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sitesModifier

Chapelle Notre-Dame de BonsonModifier

La chapelle, nichée au fond du bourg ancien[réf. souhaitée], est l'ancienne église du village. Elle fut construite au XIe siècle puis agrandie aux XVe et XVIe siècles par l'adjonction de trois petites chapelles collatérales. La chapelle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques.

Notre-Dame de Bonson est l'un des principaux lieux de pèlerinage marial du Forez.

La chapelle collatérale datée de 1549 est la chapelle sépulcrale des Gonyn connus depuis le XIVe siècle à Saint-Rambert en Forez. Ceux-ci possédèrent à Bonson la terre de Lurieu et le fief de Forette (14) dont les deux branches de la famille prirent le nom.

Autres édificesModifier

  • Château de Bonson, toujours dans la descendance des Gonyn de Forette et des Praire de Neysieux, datant de 1686 pour sa partie la plus ancienne. Son parc sert d'écrin naturel au sanctuaire.
  • Château de Lurieu, construit au XIXe siècle sur l'un des anciens domaines ruraux des Gonyn de Forette.
  • La gare, construite en 1865, typique des petites gares de village édifiées sous Napoléon III.

Et, un peu plus loin :

  • Château de la Merlée ;
  • Château de Bouthéon ;
  • Château d'Essalois ;
  • Château de la Péguette.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Fleury Robert (1779-1859), maire de Bonson du 28 septembre 1821 au 25 janvier 1826, puis maire de Saint-Rambert-sur-Loire et député de la Loire (1831-1834) fit de Bonson l'une des principales communes séricicoles de la plaine du Forez[14]. Il construisit à Saint-Rambert, à l'époque de la monarchie de Juillet, un pont suspendu, méthode Seguin (pont dit en fil de fer) pour remplacer le bac à traille qui avait pris la suite d'un vieux pont de pierre disparu dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Au début de son mandat, il fut le premier à envisager la création du canal d'irrigation qui devait être réalisé plus tard par Fialin de Persigny[15]. Second mari de Benoite Gonyn (1772-1847), il initia les premières transformations du vieux bourg de Bonson et mourut sans postérité.
  • Antoine Philippe Praire de Neysieux (1793-1860), fils du défenseur de Lyon bien connu des historiens foreziens et de Benoite Gonyn, fut élu maire de Saint-Étienne mais déclina cet honneur. Avec quelques personnalités locales, il fonda une société qui, en 1851, reconstruisit le pont suspendu de Saint-Rambert, emporté par la grande inondation de 1846. Il poursuivit la restauration du bourg de Bonson. Son tombeau est visible dans l'ancien cimetière de la commune[réf. nécessaire].
  • Florian Balas, gendre du précédent, mort à Bonson en 1924, avait été en 1898, l'un des principaux fondateurs des manufactures réunies de Saint-Chamond. Il avait procédé, en 1895, aux toutes dernières constructions dans le vieux bourg de Bonson qui, depuis, n'a subi aucune modification[réf. nécessaire].

Vie industrielleModifier

  • L'entreprise Souvignet, fabricant de mobilier et d'ameublement possède son siège social sur la commune de Bonson.

Vie culturelle et sportiveModifier

  • FJEP Bonson (Korfbal) : "meilleur palmarès français, avec 14 titres de champion de France et 17 coupes de France. Et la fédération de la Loire fournit 100 % des joueurs de l’équipe de France de korfbal"[16]
  • Lieues Foréziennes organisées chaque 11 novembre : 3 lieues (10,6 km) et 5 lieues (21,1 km)[17]

Notes et référencesModifier

  1. « En 1225, la cure de Bonson avait pour collateur le prieure de Saint-Rambert ». J.-E. DUFOUR, Dictionnaire topographique du département de la Loire, Presses universitaires de Saint-Étienne, (réimpr. 2006), p. 87.
  2. Parrochia de Bonczonis (1224). Cart. du Forez, no 42, p. 2.
  3. cahier de doléances
  4. rapport de Bonneton au préfet du 17 juin 1838-BUL DE LA DIANA- 5- 1964
  5. Le recensement de la population en bref, Insee (consulté le 8 août 2013).
  6. Calendrier de recensement des communes de la Loire, Insee (consulté le 8 août 2013).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a et b Chiffres clés évolution et structure de la population de Bonson, Insee (consulté le 8 août 2013).
  10. a et b Chiffres clés évolution et structure de la population du département de la Loire en 2010, Insee (consulté le 8 août 2013).
  11. Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010, Insee (consulté le 8 août 2013).
  12. Indicateur de jeunesse, Insee (consulté le 8 août 2013).
  13. Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Rhône-Alpes en 2010, Insee (consulté le 8 août 2013).
  14. au bourg de Bonson éditions aux arts, Lyon
  15. Thierry Monnet, Le canal du Forez, une aventure humaine et technique.
  16. « Le korfbal dans la Loire : 30 ans de mixité sur les terrains »
  17. « Site officiel des Lieues Foréziennes »

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Josette Garnier, Bourgeoisie et propriété immobilière en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles, Centre d'études foreziennes,
  • Thierry Monnet, « Le canal du Forez, une aventure humaine et technique », sur Les carnets de l'Inventaire, étude sur le patrimoine culturel, Rhône-Alpes & Auvergne (consulté le 22 mars 2018).
  • Charles Signerin, Notre Dame de Bonson et son pélerinage, Saint-Etienne, imp. Théolier,
  • Frederique Tezenas du Montcel _ Bonson analyse paysagère _ Jardin Patrimoine Ecully 2015
  • Jean-Baptiste Sonyer Du Lac, Les fiefs du Forez, Lyon, impr. de L. Perrin, (lire en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :