Ouvrir le menu principal

Claude-Joseph Gignoux

homme politique français
Claude-Joseph Gignoux
Claude-Joseph Gignoux.jpg
Claude-Joseph Gignoux, député de la Loire (1931)
Fonctions
Président
Confédération générale du patronat français
depuis
Président
Union du commerce et de l'industrie pour la défense sociale
-
Sous-secrétaire d'État
-
Député de la Loire
-
Maire de Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Paris, VIIe
Nom de naissance
Claude Marie Joseph Gignoux
Nationalité
Activités
Père
Irénée Marie Victor Gignoux
Mère
Marie Adèle Suzanne Lacroix
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Partis politiques
Membre de
Distinctions
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gignoux.

Claude-Joseph Gignoux est un homme politique, économiste, et journaliste français, président d'associations patronales, né le à Lyon et mort le à Paris.

BiographieModifier

Claude-Joseph Gignoux est issu d'une famille bourgeoise; le grand-père est industriel, le père, Irénée Gignoux[1], est avocat à Lyon. Après trois années de service militaire, il est mobilisé le 1er août 1914 comme sous-lieutenant. Il a été deux fois blessé et deux fois cité. Grièvement blessé à la jambe en Champagne en 1915, il s'installe dans le domaine de Saint-Jean-le-Puy, hérité d'un oncle en 1903, d'où il observe la construction de l'arsenal de Roanne. Ce licencié en droit consacre sa thèse d'économie commencée en 1917 à cet arsenal; ce libéral y dénonce les méfaits de l'étatisme[2]. Il rejoint l'armée en mars 1918 comme officier dans les chars. Il reçoit la Légion d'honneur à titre militaire en 1920.

Gignoux commence sa carrière en 1919 comme secrétaire de la commission économique de la conférence de la paix, attaché au ministère du commerce, puis sous-chef de bureau à la direction des accords commerciaux (dirigée par Daniel Serruys) au ministère du commerce, d'avril 1920 à janvier 1923 et expert technique des délégations françaises de Gênes et Lausanne (1922). Docteur en sciences économiques en 1920, il est ensuite chargé de cours d'économie politique à la Faculté de droit de l'Université de Nancy, de 1923 à janvier 1925. Il obtient l'agrégation d'économie politique en 1924[3].

Il se met au service des milieux d'affaires. D'abord comme rédacteur en chef puis directeur du quotidien La Journée industrielle, de février 1925 à 1936. Ce journal est contrôlé par ces milieux: le Comité central des houillères de France, le Comité des industries chimiques, le Comité central des fabricants de sucre, l'Union syndicale des compagnies d'assurances, le syndicat général de l'industrie cotonnière, etc.[4]. Ensuite comme membre en 1926 du comité de direction de la Société d'économie nationale, présidée par Lucien Romier, ancien rédacteur en chef de la Journée industrielle, et du comité de rédaction de "La Réforme économique", liés à l'Association de l'industrie et de l'agriculture françaises[5].

Maire de Saint-Jean-le-Puy de 1919 à 1944, il s'engage en politique comme membre de l'Alliance démocratique (centre-droit). Conseiller de Raymond Poincaré en 1926, il est député de la Loire de 1928 à 1932 et sous-secrétaire d'État chargé de l'économie nationale dans le cabinet de Pierre Laval de septembre 1931 à janvier 1932. Il entre au comité directeur de l'Alliance démocratique en 1930 et devient en 1935 l'un des vice-présidents de ce parti, présidé alors par Pierre-Étienne Flandin[6]. Candidat radical indépendant en 1936 à Paris dans le 3e arrondissement, il ne parvient pas à se faire réélire député[7].

Il préside trois associations patronales. Il succède tout d'abord en juin 1933 à l'ancien député Louis Dubois[8] à la tête de l'Union du commerce et de l'industrie pour la défense sociale, fondée en 1897. Il en était auparavant vice-président. Cette association à l'activité réduite organise des déjeuners mensuels où se rencontrent élites économiques et hommes politiques modérés. Gignoux préside ces déjeuners à l'issue desquels un invité donne une conférence[9]. Il y discourt également[10]. En janvier 1935, il succède ensuite à Edmond Philippar, décédé en octobre 1934, comme président de la Fédération des industriels et commerçants français (FICF), fondée par André Lebon en 1903[11]. A ce titre, il cosigne en 1935 une déclaration des principales associations patronales hostiles à une dévaluation, appelant au rétablissement de l'équilibre budgétaire et à la diminution des dépenses publiques[12]. Et enfin, en octobre 1936, il abandonne ces deux présidences pour prendre celle de la toute nouvelle Confédération générale du patronat français (CGPF), alors qu'il n'est pas un patron; son accession à ce poste s'inscrit dans la réaction du patronat au Front populaire et aux Accords Matignon (1936). C'est alors le temps de la contre-offensive patronale. Gignoux préside la CGPF jusqu'à sa suppression par le régime de Vichy. Il tente d'élargir les bases de la CGPF, en s'appuyant sur les patrons de PME et les organisations patronales régionales. Il enjoint aux patrons d'établir un barrage contre la « révolution communiste » et le « marxisme révolutionnaire », de défendre le régime capitaliste menacé, de créer un « capitalisme rénové » et organisé – c’est le thème de l’organisation professionnelle -, de rompre avec l’individualisme et l’étatisme, d'être au premier rang dans la défense de l’organisation sociale et économique de la France, notamment dans son opuscule de 1937 Patrons, soyez des patrons![13].

Il préside le comité préparatoire de la Conférence impériale de 1934-1935 et est secrétaire général de son bureau permanent; il démissionne de cette fonction en 1936[14]. Il est désigné conseiller technique de la présidence du conseil (fonction occupée par Pierre Laval) en juin 1935[15]. Il est promu commandeur de la Légion d'honneur cette année-là. Le déjeuner organisé pour fêter cette promotion accueille des hommes politiques du centre-droit (Flandin, président du conseil, qui le préside, les ministres Pierre Laval et Louis Rollin), les administrateurs de la Journée industrielle et du quotidien Le Temps, des représentants du monde des affaires[16].

Mobilisé en 1939 comme chef d'escadrons d'un régiment de chars, fait prisonnier en juin 1940, il est libéré en février 1941. Il se rallie au régime de Vichy à son retour en France, en acceptant en novembre 1941 la fonction de membre du Conseil national de Vichy; il préside sa 5e commission, celle de l’organisation économique, qui avait pour objectif d’adapter l’une à l’autre la loi sur les CO et la Charte du travail[17]. Tout en critiquant le dirigisme[18], il se rallie aussi au thèses corporatistes: il enseigne l'économie industrielle à l'Institut d'études corporatives et sociales, est membre de son comité de patronage, et de son conseil supérieur en janvier 1943. Il est aussi membre du Comité d'information interprofessionnelle qui remplace alors la CGPF, du Conseil consultatif du commerce extérieur[19], du Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale, mis en place en 1942[20]. Il préside aussi le Centre interprofessionnel des commissions de reclassement des prisonniers de guerre rapatriés, constitué fin 1942[21]. Il est décoré de la francisque. Ce qui lui vaut d'être arrêté et brièvement interné à la Libération.

Après la guerre, il critique le GPRF du général de Gaulle dans son livre Feu la liberté[22] et adhère au mouvement proeuropéen fédéraliste La Fédération. Il a fondé en 1945 et dirigé jusqu'en 1954 la SEDEIS (Société d’études et de documentation économiques, industrielles et sociales), qui fait paraître une chronique d’actualité économique hebdomadaire ronéotypée et qui est financée par le Conseil national du patronat français, actionnaire majoritaire de cette structure. La SEDEIS est l’héritière d’une société semblable, la SEES, fondée après la défaite de 1940, et animée aussi par Gignoux[23].

Il enseigne à l'ESSEC, alors lié à l'Institut catholique[24] et collabore à plusieurs journaux et revues: Écrits de Paris (1947), le quotidien L'Époque (fin des années 1940), Le Monde français (1948-50), Fédération, l’hebdomadaire Le Présent (1952-53), qu'il aurait fondé en liaison avec le CNPF[25], la Nouvelle revue de l'économie contemporaine d'Achille Dauphin-Meunier[26], l'hebdomadaire Journal des finances (il assure son éditorial depuis 1953). Il devient en mars 1954 le directeur-gérant de la vénérable Revue des deux Mondes, après y avoir tenu la rubrique économique depuis février 1948. Cette revue est un fief de la droite académique. Ce qui lui permet d'être élu en 1958 à l'Académie des sciences morales et politiques, dans la section d’économie, statistiques et finances.

Il est membre du conseil supérieur du Centre des hautes études américaines (animé par Achille Dauphin-Meunier), dès ses débuts en 1946, et participe régulièrement à ses déjeuners mensuels qui rassemblent des hommes politiques, des patrons, des universitaires. Il est proche aussi du Centre d'études politiques et civiques, dont il a été « un ami sûr et un conseiller écouté »[27]. Ce libéral adhère tardivement, en 1964, à la Société d'économie politique et participe à ses travaux[28].

C'est un proche en outre de ce qui reste de l'Alliance démocratique de Pierre-Étienne Flandin[29] ainsi que du Centre national des indépendants et paysans et de son leader Antoine Pinay. Ce-dernier le fait participer en 1959 au comité Rueff (Jacques Rueff), chargé de l'instauration du nouveau franc, et lui remet son épée en 1960 à l’Académie des sciences morales et politiques[30]. Gignoux a été « l’un des plus fidèles soutiens des dirigeants du (CNIP) » selon Gilles Richard; il partage le programme libéral et anticommuniste de ce parti de droite. Gignoux écrit dans l’hebdomadaire du CNIP, France indépendante, durant les années 1950, et la SEDEIS qu’il fonda et présida a financé le parti des modérés[31]. Gignoux a fait partie des commissions d’études du CNIP, mises en place en 1954 par le principal animateur du CNIP, Roger Duchet[32].

Dans les colonnes de la Revue des deux mondes, il critique le dirigisme gaullien sous la Ve République et loue les vertus d'un libéralisme tempéré[33]. Son biographe, l'historien Gilles Richard, présente d'ailleurs Gignoux comme « l'archétype du libéral modéré, membre actif des classes dirigeantes »[34].

Il est le père d'Hubert Gignoux.

Principales publicationsModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Décédé à 72 ans en 1937: Le Petit Parisien, 13 octobre 1937
  2. Gilles Richard, dans le Dictionnaire historique des patrons français, op. cit., p. 325
  3. Gilles Richard, dans le Dictionnaire historique des patrons français, p. 325
  4. Son administrateur-délégué depuis 1931 est Jean Duhamel, délégué général du Comité central des houillères de France et directeur de la Société générale d'immigration: "Les documents politiques, diplomatiques et financiers", octobre 1933, Ibid., juin 1928, Ibid., décembre 1931. Il est le père de Jacques Duhamel.
  5. La Lanterne, 25/3/1926, L'Eveil économique de l'Indochine, 18/7/1926, Le Figaro, 3/6/1932, Journal des débats, 29/4/1931. Parmi les dirigeants de la société d'économie nationale et les membres du comité de rédaction de la Réforme économique, on trouve Pierre Lyautey, Jean Duhamel, Émile Mireaux, Alexandre de Lavergne, délégué général de la Confédération générale de la production française, Edmond Sohier, administrateur du Comité central des fabricants de sucre. Membre aussi en 1928 du Comité international économique, dont la présidence d'honneur est confiée à Daniel Serruys, initié par la Société d'économie nationale: Le temps, 24/5/1928
  6. Gilles Richard, dans le Dictionnaire historique des patrons français, op. cit., p. 325
  7. Le Temps, 5 mai 1936
  8. L'Homme libre, 29 juin 1933
  9. La Croix, 17 mars 1934 ( général Duval ), Ibid., 10 mai 1934 ( Paul Reynaud ), Ibid., 14 novembre 1934 ( Achille Mestre, professeur de droit ), L'Homme libre, 1er décembre 1933 ( Henri Garnier, président de la chambre de commerce de Paris ), L'Homme libre, 21 février 1935 ( Alexandre Millerand ), Le Matin, 25 octobre 1933 (Pierre-Étienne Flandin, président de l'Alliance démocratique), Le Matin, 2 février 1934 (Pierre de Monicault), Ibid., 12 décembre 1935 (Henry Franklin-Bouillon), Le Temps, 6 avril 1935 (André Siegfried), Le Temps, 27 juin 1935 (Joseph Barthélemy)
  10. La Croix, 23 janvier 1935, Le Temps, 27 mars 1936
  11. Gilles Richard, dans le Dictionnaire historique des patrons français, p. 325 (Une erreur factuelle: il ne succède pas à André Lebon, qui avait laissé la présidence de la FICF en 1932 à Philippar, vice-président du Crédit foncier d'Algérie et de Tunisie : Joël Dubos, André Lebon: Un homme d'affaires en République (1859-1938), Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 353), Le Temps, 25 janvier 1935, Le Petit Parisien, 29 mai 1935 (AG et banquet), Le Temps, 29 mai 1935, L'Echo d'Alger, 17 juin 1936 (congrès de la FICF, déjeuner avec comme invité Louis Germain-Martin)
  12. L'Action française, 26 mai 1935
  13. Cf. Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ? Réflexions sur les relations entre stratégies patronales et stratégies partisanes à droite, de 1936 à la Libération », dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2002, n° 109-3 ( en ligne )
  14. Le Temps, 24 avril 1935, Ibid., 2 avril 1936
  15. Le Temps, 17 juin 1935, Le Temps, 30 juin 1935
  16. Le Temps, 30 mars 1935, Esprit, mai 1935
  17. Informations générales, 11/11/1941, Ibid., 18/11/1941, Ibid., 25/11/1941 ; Pierre Nicolle, Cinquante mois d’armistice. Vichy 2 juillet 1940 – 26 août 1944. Journal d’un témoin, Ed. André Bonne, 1947
  18. Il plaide pour « qu’on ne fasse pas de l’accident une doctrine » et pour le respect de « l’initiative privée et la légitimité de sa récompense (…), qui est le profit », au-delà des « circonstances présentes », et déplore la multiplication des fonctionnaires, de l’Etat et des comités d’organisation: La Croix, 31-1-1942, 13/14-6-1942, 17-7-1942, 14-1-1944 ; publiant ses articles dans Lyon-soir. Cf. aussi sa conférence sous les auspices de l’Institut d’études corporatives en 1944, « L’initiative privée en régime corporatif »
  19. Informations générales, 20/1/1942
  20. La séance inaugurale du Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale eut lieu le 14 octobre 1942. Le conseil est composé de 45 membres désignés, ainsi que de 9 membres de droit, représentant les ministères. Il est chargé d’ « étudier et de dégager la doctrine de la nouvelle économie française » dans la mesure où, selon les mots de Bichelonne, « l’économie administrée est – il faut bien l’avouer – beaucoup trop complexe ». Le ministre souhaite que soient dégagées « des formules les plus aérées, les plus claires, les plus intelligibles possibles ».
  21. Informations générales, 29/12/1942
  22. Il ne « peut pas excuser ( sa ) faute contre l’unité nationale ». Son livre s’ajoute aux réquisitoires des pétainistes contre de Gaulle: cf. François Broche, Une histoire des antigaullismes, des origines à nos jours, Bartillat, 2007, p. 346
  23. Sur la SEDEIS : Laurence Badel, Hélène Michel, Patronats et intégration européenne, L’Harmattan, 2011, p. 109, Jacques Plassard, « Avant Sociétal », et Michel Drancourt, « Sociétal avant sociétal », Sociétal, n° 75, 2006, ( la SEDEIS n’apparaît qu’en 1950 selon J. Plassard, qui a collaboré à la SEES à partir de 1942. Sociétal a succédé à la SEDEIS, longtemps présidée par Bertrand de Jouvenel ), Maurice Roy, Commentaire, 1987/2, n° 38, p. 368
  24. Nouvelles de l'Institut catholique de Paris, avril-mai 1954
  25. Selon Mathias Bernard, in « Droites nationales et droites parlementaires en France au XXe siècle », Studia historica, 30/2012, Modèle:P. 129 (en ligne)
  26. Cf. Olivier Dard, "Les économistes et le service public, d'une guerre à l'autre", dans Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2005/3, n° 52-3
  27. Jean-François Colas, Patronat et réseaux d'influence: l'exemple de Georges-René Laederich, ou les ambiguïtés du néolibéralisme chrétien, dans Collectif, Histoire de l'Europe libérale, Libéraux et libéralisme en Europe, XVIIIe-XXIe siècle, Nouveau monde éditions, 2016, p. 276, Les Cahiers du CEPEC, n° 37, 42e dîner du 28 avril 1966, Allocution de Laederich, p. 5
  28. Annales de la Société d'économie politique, 1965
  29. Le Monde, 10/6/1955: exposé de Gignoux lors d'une réunion de ce parti, aux côtés de Flandin.
  30. La Revue des deux mondes, avril 1960
  31. Cf. Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ?», op. cit.,
  32. Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ?», op. cit., Olivier Dard, Bertrand de Jouvenel, Perrin, 2008, p. 277 
  33. Jean-François Colas, op. cit.
  34. Gilles Richard, dans le Dictionnaire historique des patrons français, op. cit., p. 326