Emmanuel de Waresquiel

historien français

Emmanuel de Waresquiel (né à Paris le ) est un historien français.

Emmanuel de Waresquiel
Image dans Infobox.
Emmanuel de Waresquiel en 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Emmanuel Marie Marc Baudouin Richard Thierry Berckmans de WaresquielVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

BiographieModifier

FamilleModifier

Emmanuel de Waresquiel est issu d’une famille, originaire de Flandre, anoblie par la charge de secrétaire du roi en 1681-1715[1]. Il descend par son père de Mme de Stael et d'Helvétius.

Par sa famille, il est propriétaire du château de Poligné à Forcé en Mayenne[2].

FormationModifier

Il grandit en Mayenne, près de Laval, et fait ses études secondaires au lycée privé de Vannes[3] tenu par les jésuites. Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (sciences humaines), il est docteur en histoire de l'université Paris-Sorbonne (1996)[4].

Lors de sa formation, il dit avoir été marqué par les ouvrages de Guillaume de Bertier de Sauvigny[3], Francis Haskell, Lucien Febvre et François Furet[5] et se sent « l'élève » de ce dernier[6].

ÉditeurModifier

Emmanuel de Waresquiel a été directeur littéraire et directeur de collections chez Perrin, Tallandier[7] puis chez Larousse, où il a, entre autres, dirigé des ouvrages collectifs comme Le Siècle rebelle. Dictionnaire de la contestation au XXe siècle ou le Dictionnaire des politiques culturelles en France au XXe siècle, ainsi que la collection « Textes essentiels »[8].

UniversitaireModifier

Habilité à diriger des recherches en 2006 sur le thème « Débat socio-politique des élites sous la Restauration (1814-1831). Idées et représentations », il est actuellement ingénieur de recherche[9] à l'École pratique des hautes études (IVe section, Sciences historiques et philologiques), spécialiste de la France du XIXe siècle, et plus généralement de l'histoire des idées[10] et des représentations de la Révolution au début du XXe siècle.

Il a publié une cinquantaine d'articles scientifiques et une vingtaine d'ouvrages. Il est surtout connu en tant que biographe (le duc de Richelieu, Talleyrand, Fouché, Marie-Antoinette, Félicie de Fauveau).

Il s'intéresse en particulier aux rapports de l'histoire à la mémoire et travaille sur les évolutions comme sur les déformations, dans le temps, des discours « qui disent le vrai de l'Histoire » (textes et images). Il a conduit sur ces questions plusieurs séminaires à l'École pratique des hautes études : sur les images et les mémoires du pouvoir dans l'espace public, sur ses représentations et ses légitimités, sur les formes de sa contestation (barricades, manifestations).

Du point de vue de la construction comme de l'écriture biographique, la méthode qu'il développe dans plusieurs de ses introductions comme dans L'Histoire à rebrousse-poil[11] (2005) s'apparente à ce qu'il appelle le « récit analysé », c'est-à-dire la prise en compte des problèmes de recherches et de méthode de l'historien au sein même de son récit : le choix de la question posée à son sujet, la quête, l'analyse et la critique de ses sources, son attention au temps — celui de l'histoire et celui de la mémoire, bien au-delà de ceux d'une génération ou des bornes chronologiques d'une vie.

ÉcrivainModifier

Il a également publié des essais littéraires dans lesquels il aborde de façon plus personnelle des questions qui sont celles de ses travaux d'historien : sur la mort des écrivains dans Fins de partie (2016), sur la mémoire et le temps dans Le Temps de s'en apercevoir (2019), sur certains auteurs qu'il aime, comme Stendhal dans J'ai tant vu le soleil (2020).

Il chronique régulièrement dans divers journaux et médias (Historia, La Croix). Il est, actuellement, membre du comité de rédaction de la revue Commentaire et de la Revue des deux Mondes.

AutresModifier

Il a été membre de la commission d'avance sur recettes du CNC[10] en 2003, membre du comité scientifique du projet de Maison de l'Histoire de France, chargé en 2011 par le CMN de redéfinir le projet muséographique de la Conciergerie.

Il est membre de plusieurs académies :

Vie privéeModifier

Il est marié et a une fille.

DécorationsModifier

PublicationsModifier

  • Le Duc de Richelieu, 1766-1822, Perrin, 1990 (ISBN 2262007578), rééd. 2009
  • Brèves machineries du silence, Le Cherche-midi, 1995 (ISBN 2862744034)
  • Histoire de la Restauration, 1814-1830 (avec B. Yvert), Perrin, 1999 (ISBN 2262019010 et 2262009120) ; rééd. Perrin,coll. « Tempus », 2002
  • Talleyrand : le prince immobile, Fayard, 2003, nouvelle édition augmentée, Fayard, 2006 (ISBN 2213630933 et 2213613265) ; rééd. poche, Tallandier,coll. « Texto », 2015
    2004 : prix Thiers de l'Académie française et grand prix de la Fondation Napoléon.
  • L'Histoire à rebrousse-poil, Fayard, 2005 (ISBN 2213625328) ; rééd. poche, Tallandier, coll. « Texto », 2014
  • Un groupe d'hommes considérables : Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration 1814-1831 (thèse), Fayard, 2006 (ISBN 2213628394)
  • Les Cent-Jours : la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815, Fayard, 2008 (ISBN 978-2213621586) ; rééd. poche, Tallandier,coll. « Texto », 2014
  • Une femme en exil : Félicie de Fauveau, artiste, amoureuse et rebelle, Robert Laffont, 2010 ; rééd. poche sous le titre Portrait d'une artiste romantique, Robert Laffont, coll. « Documento », 2013
  • Talleyrand : dernières nouvelles du diable, éditions du CNRS, 2011
  • Entre deux rives. Dix écrivains devant la mort, L'Iconoclaste, 2012 (ISBN 978-2-913366-47-3) ; rééd. poche sous le titre Fins de partie, éditions du CNRS, coll. « Biblis », 2016
  • Fouché : les silences de la pieuvre, Tallandier/Fayard, 2014 (ISBN 9782847347807)
    Élu meilleure biographie pour l'année 2014 par le magazine Lire.
    Prix Essai France Télévision, mars 2015.
    Prix du Mémorial, grand prix littéraire d'Ajaccio, 2015.
  • C'est la Révolution qui continue ! La Restauration, 1814-1830, Tallandier, 2015, 430 p.
  • Juger la reine. 14-15-16 octobre 1793, Tallandier, 2016, 368 p.
    2017 : prix Combourg.
  • Fouché. Dossiers secrets, Tallandier, 2017, 320 p.
  • Le Temps de s'en apercevoir, L'Iconoclaste, 2018, 250 p.
  • J'ai tant vu le soleil, Gallimard, 2020
  • Sept jours : 17-23 juin 1789. La France entre en révolution, Tallandier, 2020 (ISBN 979-1021029491)
  • Tout est calme, seules les imaginations travaillent, Tallandier, 2021

Édition de textesModifier

  • Mémoires de Boni de Castellane (1867-1932), Perrin, 1986 ; rééd. poche coll. « Texto », 2015
  • Lettres d'un lion : correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815), Nouveau Monde éditions, 2005 (ISBN 2847360883)
  • Mémoires et correspondances du prince de Talleyrand (édition intégrale), Robert Laffont,coll. « Bouquins », 2007

Direction d'ouvrages collectifsModifier

  • Le Siècle rebelle. Dictionnaire de la contestation au XXe siècle, Larousse, 1999 ; rééd. Larousse coll. « In Extenso », 2004 (ISBN 2035113202 et 203505432X)
  • Dictionnaire des politiques culturelles de la France de 1958 à nos jours, Larousse/éditions du CNRS, 2001
  • Mémoires du Monde. Cinq siècles d'archives inédites et secrètes au quai d'Orsay, éditions de l'Iconoclaste, 2002 ; rééd. poche, 2015
  • Talleyrand ou le miroir trompeur, catalogue de l'exposition « Talleyrand », musée Rolin d'Autun, Somogy, 2005 (ISBN 2850569062)
  • Mémoires de la France. Deux siècles de trésors inédits et secrets à l'Assemblée nationale, L'Iconoclaste, 2006
  • Les Lys et la République. Henri, comte de Chambord, actes du colloque Chambord, Assemblée nationale, 2014, Tallandier

Notes et référencesModifier

  1. Catalogue de la noblesse française, Régis Valette, 2007.
  2. « Le biographe de Fouché est comte de Poligny », sur ouestfrance.fr, le 10 février 2015.
  3. a et b « Emmanuel de Waresquiel : entre deux mondes », sur lhistoire.fr (consulté le 9 octobre 2020).
  4. SUDOC 043829910.
  5. « Emmanuel de Waresquiel, entretien », La Nouvelle Revue d'histoire, no 53, mars-avril 2011, p. 10-14.
  6. « Juin 1789, gouverner sans-culottes - Ép. 2/4 - Gouverner, une histoire de l'exercice du pouvoir », sur France Culture (consulté le 9 octobre 2020).
  7. Il y a fondé la collection « Guides Historia », dirigé « In-texte Tallandier » (ISSN 0757-715X).
  8. Qu'il a fondée en 1992 (ISSN 1160-3097), après « Références Larousse » (ISSN 0981-8200) en 1986.
  9. D'après Philippe Levillain en introduction de l'émission Les lundis de l'histoire, le 20 octobre 2008 sur France Culture, il serait directeur d'études, mais il porte le titre d'ingénieur de recherche d'histoire du droit public et de l'administration, selon l'annuaire de l'EPHE.
  10. a et b Cf. « Emmanuel de Waresquiel : face-à-face avec Talleyrand », propos recueillis par I. Delage, sept. 2003 texte en ligne.
  11. Jean-Claude Caron, Emmanuel de Waresquiel, L'Histoire à rebrousse-poil. Les élites, la Restauration, la Révolution, Fayard, 2005, 190 p.  (ISBN 2-213-62532-8) (OCLC 819124170, lire en ligne).
  12. Membres de l'Académie sur academie-du-maine.org.
  13. Voir sur academiedebretagne.com.
  14. « Emmanuel de Waresquiel » sur academiedeversailles.com
  15. Arrêté du 17 décembre 2004.
  16. Promotion du 31 décembre 2011.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier