Ouvrir le menu principal

Reine du Ciel

titre de la Vierge Marie et dévotion chrétienne

Reine du Ciel
Image illustrative de l’article Reine du Ciel
Le Couronnement de la Vierge par Diego Vélasquez, XVIIe siècle
Vénérée par Église catholique, communion anglicane, quelques Églises évangéliques luthériennes, Église orthodoxe
Fête 22 août
Attributs Bienheureuse Vierge Marie, couronne d'étoiles, fleurs

Reine du ciel ((la) Regina Caeli) est un titre donné à Marie, mère de Jésus, par les chrétiens principalement de l'Église catholique et l'Église orthodoxe, dans une certaine mesure, par l'anglicanisme et certaines Églises évangéliques luthériennes telles que l'Église de Suède. Le titre est une conséquence du premier concile d'Éphèse au Ve siècle, dans lequel Marie fut proclamée « Theotokos », titre traduit en latin par Mater Dei, en français « Mère de Dieu ».

L'enseignement catholique sur ce sujet est exprimé dans l'encyclique Ad caeli Reginam, publiée par le pape Pie XII. Il est dit que Marie s'appelle Reine du Ciel (en) parce que son fils, Jésus-Christ, est « le roi d'Israël et le roi céleste de l'univers » et que la tradition davidique d'Israël reconnaissait la mère du roi comme la reine mère d’Israël.

Le titre de « Reine du ciel » a longtemps été une tradition catholique, incluse dans les prières et la littérature de dévotion, et apparaissant dans l'art occidental dans le sujet du couronnement de la Vierge, depuis le haut Moyen Âge, bien avant que l’Église ne lui en donne une définition formelle.

HistoriqueModifier

 
Le couronnement de la Vierge par Fra Angelico (XVe siècle)

Au IVe siècle, saint Éphrem a appelé Marie « Dame » et « Reine ». Plus tard, les pères de l'Église et les docteurs de l'Église ont continué à utiliser ce titre. Un texte venant probablement d'Origène (mort vers 254) lui donne le titre de « domina », la forme féminine du dominus latin (Seigneur). Ce même titre apparaît également dans de nombreux autres premiers écrivains, par exemple saint Jérôme et Pierre Chrysologue. La première définition mariologique et la base du titre de « Marie reine du ciel » se sont développées au concile d'Éphèse, où Marie a été définie comme étant la mère de Dieu. Les pères conciliaires ont expressément approuvé cette version contre l'opinion selon laquelle Marie n'est « que » la mère de Jésus : « Personne n'a participé plus à la vie de son fils que Marie, qui a donné naissance au Fils de Dieu »[1].

Le mot de « reine » est commun pendant et après le VIe siècle[2]. Les hymnes du XIe siècle au XIIIe siècle traitent de Marie comme reine : « Salut, Reine sainte », « Salut, Reine du ciel », « Reine du ciel ». Le chapelet dominicain et la couronne franciscaine intègrent de nombreuses invocations dans leurs litanies invoquant la royauté de Marie[3]. Pendant des siècles, Marie a été invoquée comme la « Reine du ciel »[4].

Fondements théologiquesModifier

Sources bibliquesModifier

 
Une statue de l'Assomption de Marie couronnée de 12 étoiles. Une référence à la vision biblique décrite dans le livre de l'Apocalypse chap 12. Statue à Attard (Malte).

Dans la Bible hébraïque, sous certains rois davidiques, la Gebirah (en), la « grande dame », généralement la mère du roi, détenait une grande puissance en tant qu'avocate auprès du roi. Dans 1R 2,20, Salomon dit à sa mère Bethsabée, assise sur un trône à sa droite, « Fais ta demande, Mère, car je ne te refuserai pas ». William G. Most y voit une sorte de Marie[2].

Dans le Nouveau Testament, ce titre (de reine) a plusieurs sources bibliques. À l'Annonciation, l'archange Gabriel annonce que [Jésus] « ... sera grand et sera appelé le Fils du Très-Haut; et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de son père David. Il dominera la maison de Jacob pour toujours et son règne sera sans fin ». (Lc 1,32). Le précédent biblique dans le royaume d'Israël est que la mère du roi devient la reine mère[5]. La royauté de Marie est intégrée dans la royauté de Jésus[3].

L'Église catholique reconnaît Marie comme étant « la femme revêtue de soleil » dans Apocalypse 12,1-3: « Un grand et merveilleux signe est apparu dans le ciel : une femme vêtue de soleil, avec la lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête. Elle était enceinte et a crié de douleur alors qu’elle était sur le point d’accoucher. Un autre signe est alors apparu au ciel : un énorme dragon rouge à sept têtes et dix cornes et sept couronnes sur la tête ». L’Église accepte le chapitre 12 de l'Apocalypse comme étant une référence à Marie, Israël et à l’Église ; comme un symbole à trois volets du livre d'Isaïe et affirme que Marie est la mère de Jésus comme l’accomplissement prophétique décrit dans Apocalypse 12 (cf. Es 7,14; Es 26,17, Es 54,1, Es 66,7)[6].

Dans la Bible hébraïque, le terme « reine du ciel » apparaît dans un contexte sans rapport avec Marie. Le prophète Jérémie écrit vers 628 av. J.-C. fait référence à une « reine des cieux » aux chapitres 7 et 44 du livre de Jérémie lorsqu'il réprimande le peuple pour avoir « péché contre le Seigneur » en raison de ses pratiques idolâtres consistant à brûler de l'encens, à faire des gâteaux, et lui versant des offrandes de boissons. Ce titre a probablement été attribué à Ashera, une idole et déesse canaanite vénérée dans le royaume d'Israël et dans le royaume de Juda[7],[N 1].

Fondements théologiquesModifier

 
Le couronnement de la Vierge par Pierre Paul Rubens (XVIIe siècle).

« Reine du Ciel » ((la) Regina Caeli) est l’un des nombreux titres de « reine » de Marie, mère de Jésus. Le titre dérive en partie de l'ancien enseignement catholique selon lequel Marie, à la fin de sa vie terrestre, a été physiquement et spirituellement élevée au ciel et qu'elle y est honorée en tant que reine[8],[9].

Dans un message radio adressé à Fátima le [10], le pape Pie XII expliqua les raisons théologiques de son titre de reine :

« Lui, le Fils de Dieu, reflète sur sa Mère céleste la gloire, la majesté et la domination de sa royauté, car, ayant été associée au Roi des martyrs dans le travail de rédemption humaine en tant que mère et coopératrice, elle Lui reste associée à jamais, avec un pouvoir pratiquement illimité, dans la distribution des grâces qui découlent de la Rédemption. Jésus est Roi de toute éternité, par nature et par droit de conquête : par lui, avec lui et subordonnée à lui, Marie est reine par grâce, par relation divine, par droit de conquête et par une élection singulière [du Père][N 2] »

Dans son encyclique Ad caeli Reginam (À la reine du ciel) du [11], Pie XII affirme que Marie mérite le titre de Reine du Ciel (en), car elle est mère de Dieu, que son fils Jésus-Christ, est « le roi d'Israël et le roi céleste de l'univers »[12]. De plus, elle est étroitement associée en tant que nouvelle Ève au travail rédempteur de Jésus, à cause de sa perfection prééminente et à cause de son pouvoir d'intercession[3]. Ad caeli Reginam affirme que le principe fondamental sur lequel repose la dignité royale de Marie est sa maternité divine. C'est pour cela qu'au VIIIe siècle saint Jean Damascène écrivait : « Quand elle est devenue mère du Créateur, elle est vraiment devenue reine de toutes les créatures »[13].

En 1964, le concile Vatican II déclare Marie « Reine de l'univers » dans l'encyclique Lumen gentium[14].

DévotionModifier

LitaniesModifier

Les Litanies de Lorette invoquent Marie sous différents titres de Reine :

  • Reine des Anges
  • Reine des Patriarches
  • Reine des Apôtres
  • Reine des Prophètes
  • Reine des Martyrs
  • Reine des Confesseurs
  • Reine des Vierges
  • Reine de tous les Saints
  • Reine conçue sans le péché originel
  • Reine élevée aux cieux
  • Reine du très Saint Rosaire
  • Reine des familles[4]
  • Reine de la paix[15]

Liturgie des heuresModifier

Les quatre antiques antiennes mariales de la liturgie des Heures expriment la royauté de Marie: le Salve Regina, l'Ave Regina, l'Alma Redemptoris Mater et le Regina Caeli. Ceux-ci sont priés à différents moments de l'année, à la fin du jour, lors des complies.

 
Statue de Notre-Dame des Douleurs portant une couronne (Warfhuizen, Pays-Bas.
Salve Regina
Article détaillé : Salve Regina.

Marie en tant que Reine du ciel est louée dans le Salve Regina (Salut Sainte Reine), chanté de la fête de la Sainte Trinité au samedi précédent l'Avent. Cette prière apparut pour la première fois en latin aurait été composée par un moine bénédictin allemand, Hermann Contract (1013-1054). En langue vernaculaire, cette prière à la Vierge Marie est récitée à la fin du rosaire. Traditionnellement, l'hymne est chanté en latin, même s'il existe de nombreuses traductions. Au Moyen Âge, l'office du Salve Regina avait lieu tous les samedis[16]. Au XIIIe siècle, la coutume s'est développée de célébrer la Reine des cieux avec le Salve Regina, considéré comme la plus ancienne des quatre antiennes mariales. Dans le cadre de la Réforme catholique, le Salve Regina a été prié tous les samedis par des membres des congrégations mariales.

Ave Regina
Article détaillé : Ave Regina.

L'Ave Regina (Salut, Reine des cieux) est un antienne mariale louant Marie, la reine des cieux. Il est traditionnellement dit ou chanté après chacune des heures canoniques de la liturgie des heures. La prière est utilisée surtout après les Complies, la dernière heure canonique de prière avant de s'endormir. Il est prié de la fête de la Présentation de Jésus au Temple (2 février) au mercredi de la semaine sainte. Il était chanté lors de la fête de l'Assomption de Marie. La version aujourd'hui de l' Ave Regina est légèrement différente (d'une intonation) de celle en usage au XIIe siècle[17]. L'Ave Regina comprend quatre parties : Ave, Salve, Gaude et Vale (en français : Je vous salue, Salut, joie et au revoir). Il était utilisé pour les processions en l'honneur de la reine des cieux. L'Ave Regina a reçu de nombreuses versions musicales, dont une célèbre a été composée en 1773 par Joseph Haydn[18]

 
Le couronnement de la Vierge par Pierre Paul Rubens (1625).
Alma Redemptoris Mater
Article détaillé : Alma Redemptoris Mater.

L'Alma Redemptoris Mater (Mère aimante de notre Sauveur) est récité dans l'Église catholique à Complies seulement du premier dimanche de l'Avent jusqu'à la fête de la Purification de la Vierge Marie (2 février). Des discussions théologiques se poursuivent sur l’origine et le date d'apparition de cette antienne mariale. L'hymne comporte deux parties égales : la Vierge Marie est la Mère aimante du Sauveur, et la Vierge toujours très haut placée dans les cieux. Puisse-t-elle écouter son peuple avec miséricorde, dans la misère qui est la sienne[19].

Regina Caeli
Article détaillé : Regina Caeli.

Le Regina Caeli (Reine du ciel) est un hymne de l'Église catholique qui remplace l'Angélus à Pâques, et durant les cinquante jours suivant jusqu'au dimanche de la Pentecôte[20]. Son titre correspond à premiers mots (en latin) de l'hymne. Différents arrangements musicaux du texte ont été composés au cours des siècles par des compositeurs connus et inconnus. Toutes les attributions ne sont pas correctes, un Regina Caeli souvent attribué à Joseph Haydn n'est pas de lui[18]. L’hymne est d’origine inconnue et était utilisé dans l'ordre franciscain au cours de la première moitié du XIIIe siècle. Avec trois autres hymnes mariaux, il fut incorporé à l'office de la curie romaine, que les franciscains popularisèrent rapidement et qui, sur l'ordre du pape Nicolas III (1277-1280), remplaça tous les anciens bréviaires des églises de Rome[21].

VénérationModifier

Marie Reine du Ciel est vénérée par les chrétiens, principalement de l'Église catholique, ainsi que l'Église orthodoxe, dans une certaine mesure, par l'anglicanisme[22],[23],[24], et enfin certaines Églises évangéliques luthériennes telles que l'Église de Suède[25],[26].

Dans l’Église catholiqueModifier

L’Église catholique déclare, en tant que dogme, que Marie a été élevée au ciel et qu'elle demeure avec Jésus-Christ, son divin fils. Marie devrait être appelée reine, non seulement à cause de sa maternité divine de Jésus, mais aussi parce que Dieu l'a voulue pour jouer un rôle exceptionnel dans l'œuvre du salut éternel. Le catholicisme romain emploie l'expression latine liturgique Ora Pro Nobis, ce qui signifie « prie pour nous » et n'enseigne pas aux adeptes d'adorer les saints, mais plutôt de demander (demander est une forme de prière) à ces saints de prier pour eux. L'encyclique Ad Caeli Reginam soutient que le Christ, en tant que rédempteur, est Seigneur et Roi. La Sainte Vierge est reine à cause de la manière unique avec laquelle elle a contribué à notre rédemption, en se donnant elle-même, en l'offrant librement pour nous, par son désir et sa demande singulière et par son intérêt actif[27]. Marie a été choisie Mère du Christ pour pouvoir aider à réaliser le plan de Dieu dans la rédemption de l'humanité. Selon Pie XII, l'Église catholique vénère depuis toujours Marie, Reine du ciel « dès les premiers âges de l'Église catholique, le peuple chrétien, soit en période de triomphe, soit plus particulièrement en période de crise, a adressé des prières de demandes et des hymnes de louange et de vénération à la reine du ciel et cet espoir qu'ils ont placé dans la Mère du Roi Divin, Jésus Christ, n'a jamais vacillé ; La foi qui nous enseigne que Marie, la Vierge Mère de Dieu, règne avec la sollicitude d'une mère sur le monde entier, tout comme elle est couronnée dans la bénédiction céleste de la gloire d'une reine »[28].

La royauté de Marie est commémorée dans le dernier des mystères glorieux du Rosaire: « le couronnement de la Vierge en tant que reine du ciel et de la terre »[29].

Les paroisses et les groupes de fidèles tressent souvent une couronne avec des fleurs pour mettre sur une image de Marie. Ceci est souvent appelé « un couronnement ». Ce rite peut être célébré lors des solennités et des fêtes de la Bienheureuse Vierge Marie, ou d’autres jours de fête, et offre à l’Église une occasion de réfléchir au rôle de Marie dans l’histoire du salut[30].

Fêtes de Marie ReineModifier

« Marie Reine » est une fête mariale de l'Église catholique, créée par le pape Pie XII. Le , le pontife, dans son encyclique Ad caeli reginam institue une nouvelle fête dans le calendrier liturgique, le 31 mai (dernier jour du mois marial). La cérémonie initiale de cette fête impliquait le couronnement de l'icône de Marie de Salus populi romani à Rome par Pie XII dans le cadre d'une procession[31].

En 1969, le pape Paul VI reporta la fête au 22 août[32], soit huit jours[N 3] après l'Assomption[3] afin de souligner le lien étroit qui unissait la royauté de Marie à sa glorification corporelle et spirituelle aux côtés de son Fils. La Constitution Lumen gentium du concile Vatican II stipule que « [Marie] fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils, Seigneur des seigneurs »[33],[4].

Le mouvement de reconnaissance officielle de la royauté de Marie a été initialement promu par plusieurs congrès mariologiques catholiques à Lyon (France), Fribourg (Allemagne) et Einsiedeln (Suisse). Gabriel Roschini a fondé à Rome (Italie), une société internationale chargée de promouvoir le règne de Marie, Pro Regalitate Mariae[34]. Plusieurs papes ont décrit Marie comme « reine » et « reine du ciel », ce qui a été documenté par Gabriel Roschini. Le pape Pie XII a répété ce titre dans de nombreuses encycliques et lettres apostoliques, en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale[35],[36],[37],[38].

Processions marialesModifier
 
Grande procession mariale annuelle dans le centre-ville de Los Angeles.

À Los Angeles (Californie), une procession mariale a eu lieu chaque année environ pendant les cent premières années qui ont suivi la fondation de la ville (en 1781). Afin de faire revivre la coutume des processions religieuses, la fondation Reine des Anges (en), fondée par Mark Anchor Albert (en), a inauguré en septembre 2011 une « Grande procession mariale » au cœur du centre historique de Los Angeles[39],[40]. Cette procession annuelle, qui devait coïncider avec l'anniversaire de la fondation de la ville de Los Angeles, commence à l'extérieur de la paroisse de l'église de nuestra señora reina de los Angeles, qui fait partie du centre historique de Los Angeles Plaza (en), mieux connu sous le nom de « La Placita ». En passant par les rues de la ville, la procession se termine finalement à la cathédrale Notre-Dame des Anges où le chapelet et une messe publics sont célébrés en l'honneur de la Bienheureuse Vierge Marie[41]. Les années suivantes ont vu la participation et la participation de nombreux ordres et congrégations religieuses, d'ordres équestres, de paroisses, de groupes laïcs, de personnalités politiques ainsi que d'autres organisations religieuses et civiles[42].

En Corse, une procession a lieu tous les ans le 15 août pour célébrer « Marie Reine de la Corse »[43],[44].

En France, plusieurs processions ont lieu pour le 15 août pour célébrer « Marie Reine » comme à Lyon[45].

Dans certains paysModifier

La Vierge est appelée « reine de France » depuis 1638, époque à laquelle Louis XIII lui attribua officiellement ce titre, en partie en remerciement pour sa victoire sur les Huguenots et dans l'espoir de la naissance d'un héritier après des années de mariage sans enfant[46].

En Italie, la ville de Sienne (Toscane) salue la Vierge en tant que « reine de Sienne » et observe chaque année la course et le spectacle appelé « palio » en son honneur[46].

En 1735, l’assemblée de Corse (la consulta), composée des représentants des diverses couches de la société, choisit Marie sous le vocable de l’Immaculée Conception, comme « Reine du pays », « Marie Reine de la Corse ». Depuis cette date, des processions ont lieu chaque année pour rappeler cet événement, et le statut de « Marie reine de la Corse »[43],[44].

Marie fut déclarée « reine de Pologne » par le roi Jean II Casimir Vasa lors du serment de Lwów (en) au XVIIe siècle. Depuis cette date, le peuple polonais estime que la Vierge aurait sauvé le pays miraculeusement durant « le déluge », les partages de la Pologne, la guerre soviéto-polonaise, la Seconde Guerre mondiale et la République populaire de Pologne. La solennité de Notre-Dame Reine de Pologne est célébrée le 3 mai[47],[48].

Au Portugal le roi Jean IV du Portugal fait proclamer, en 1646, la Vierge Marie « reine et patronne du Portugal ». Aujourd'hui encore, le 8 décembre est férié au Portugal, et les catholiques portugais fêtent « celle qui est reine, patronne et protectrice de leur pays »[49],[50].

Dans les ArtsModifier

 
Première représentation romaine connue (VIe siècle) dans l'église Santa Maria Antiqua (Rome).

La plus ancienne représentation connue de la Vierge Marie la décrivant comme reine date du VIe siècle et se trouve dans la modeste église de Santa Maria Antiqua construite au Ve siècle dans le Forum Romain. Marie y est représentée, sans équivoque, comme une impératrice[51],[52],[53]. En tant que l'une des premières églises mariales catholiques romaines, cette église a été utilisée par le pape Jean VII au début du VIIIe siècle comme siège de l'évêque de Rome. Toujours au VIIIe siècle, le deuxième concile de Nicée décréta que de telles images de Marie devaient être vénérées[1].

 
Le Couronnement de la Vierge par Jacopo di Mino, 1340–1350

Au début du XVIe siècle, les réformateurs protestants ont commencé à décourager l'art marial et certains, comme Jean Calvin ou Ulrich Zwingli, ont même encouragé leur destruction. Mais après que le concile de Trente, au milieu du XVIe siècle, ait confirmé la vénération des peintures mariales (pour les catholiques), Marie a souvent été peinte comme une Vierge à la couronne, entourée d'étoiles, se tenant au sommet du monde ou sur une lune partiellement visible. Après la victoire contre les Turcs à Lépante, Marie est décrite comme la « reine de la victoire », portant parfois la couronne de l'empire des Habsbourg[54]. Des interprétations nationales existaient également en France, où Jean Fouquet a peint la reine du ciel en 1450 avec le visage de la maîtresse du roi Charles VII[55]. Des statues et des images de Marie ont été couronnées par les rois de Pologne, de France, de Bavière, de Hongrie et d'Autriche[55], utilisant parfois apparemment des couronnes précédemment portées par des monarques du pays. Un couronnement récent fut celui du portrait du Salus populi romani en 1954 par le pape Pie XII. La vénération de Marie en tant que reine se poursuit au XXIe siècle, bien que les expressions artistiques ne jouent plus le rôle principal, comme ce fut le cas par le passé[55].

Les œuvres d'art, notamment les peintures, les mosaïques et les sculptures représentant le couronnement de Marie en tant que reine du ciel, sont devenues de plus en plus populaires à partir du XIIIe siècle. Les œuvres suivent un schéma bien défini, montrant Marie agenouillée dans la cour céleste et couronnée soit par Jésus seul, soit par Jésus et Dieu le Père ensemble, avec le Saint-Esprit, généralement sous la forme d'une colombe complétant la Trinité. Le couronnement de Marie est presque entièrement un thème de l'art occidental. Dans l'Église orthodoxe orientale, bien que Marie soit souvent représentée avec une couronne, le couronnement lui-même n'est jamais devenu un sujet artistique accepté[8],[21].

PeinturesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

StatuesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

FresquesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RetablesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Pour une discussion sur « reine des cieux » dans l'Ancien Testament, voir Reine du Ciel (Antiquité) (en).
  2. (pt) « Ele o Filho Deus, reflecte sobre a celeste Mãe a glória, a majestade, o império da sua realeza; — porque associada, como Mãe e Ministra, ao Rei dos mártires na obra inefável da humana Redenção, lhe é para sempre associada, com um poder quasi imenso, na distribuição das graças que da Redenção derivam. Jesus é Rei dos séculos eternos por natureza e por conquista; por Ele, com Ele, subordinadamente a Ele, Maria é Rainha por graça, por parentesco divino, por conquista, por singular eleição. ». (lire en ligne).
  3. Ce qui crée une octave entre les deux fêtes.

RéférencesModifier

  1. a et b (de) E. Fastenrath et F. Tschochner, Marienlexikon, vol. 3, Remigius, , 704 p. (ISBN 9783880968936), p. 590.
  2. a et b (en) Fr. William G. Most, « Mary's Queenship », Global Catholic Network,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2019).
  3. a b c et d (en) « Queenship of Mary, Saint of the Day for August 22 », sur Franciscan Media, franciscanmedia.org (consulté le 17 juillet 2019).
  4. a b et c (en) Zenit staff / Benoît XVI, « On the Queenship of Mary », Zenit,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2019).
  5. (en) Taylor Marshall, The Crucified Rabbi : Judaism and the Origins of Catholic Christianity, Saint John Press, , 236 p. (ISBN 978-0-578-03834-6), p. 41.
  6. (en) Saunder, Rev. William., « Woman Clothed with the Sun », sur Arlington Catholic Herald, catholiceducation.org, (consulté le 17 juillet 2019).
  7. Voir Jr 7,18 et Jr 44,17-19,25.
  8. a et b (en) Otto John, Dictionary of Mary, New York, Catholic Book Publishing Co, , 554 p. (ISBN 9780899423678), p. 283–284.
  9. « 15 août, Solennité de l'Assomption de la Vierge Marie », sur missel.free.fr (consulté le 17 juillet 2019).
  10. (pt) Pie XII, « Anuncio Radiofonico do papa Pio XII aos fieis portugueses pour ocasião da solene celebração da coroação de nossa sehnora de Fatima », sur vatican.va, Vatican, (consulté le 17 juillet 2019).
  11. Encyclique Ad caeli Reginam, publiée par le pape Pie XII le ((en) lire en ligne).
  12. Ad caeli Reginam § 8,11,20,28.
  13. Ad caeli Reginam § 34.
  14. Lumen gentium, pape Paul VI, le , chap 8, § 59 (lire en ligne).
  15. (en) Paul VI, « Christi Matri encyclical of pope Paul VI on prayers for peace during october », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 17 juillet 2019).
  16. Marienlexikon, p. 648.
  17. Marienlexikon, p. 321.
  18. a et b Marienlexikon, p. 88.
  19. Marienlexikon, p. 104.
  20. (la) « Missale Romanum 2002 81 », sur Congrégation pour le Clergé, clerus.org (consulté le 18 juillet 2019).
  21. a et b (en) Hugh Thomas Henry, « Regina Coeli (Queen of Heaven) », Catholic Encyclopedia,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2019).
  22. (en) « On The Virgin Mary », sur The Anglican Catholic Church, anglicancatholic.org (consulté le 17 juillet 2019).
  23. (en) Roger Greenacre, Maiden, Mother and Queen : Mary in the Anglican Tradition, Canterbury Press Norwich, , 236 p. (ISBN 9781848252783, lire en ligne), xiv-xv.
  24. (en) A. M. ALLCHIN, « Mary, Virgin and Mother: An Anglican Approach », Marian Library Studies, vol. 1,‎ , p. 96-112 (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2019).
  25. (su) « Jungfru Marie bebådelsedag », sur blogg.svenskakyrkan.se, (consulté le 17 juillet 2019).
  26. (su) « Lyngsjö kyrka, Degebergavägen 190, Everöd. », sur svenskakyrkan.se, (consulté le 17 juillet 2019).
  27. Ad caeli Reginam, Pie XII, 1954, § 38.
  28. Ad caeli Reginam, Pie XII, 1954, § 1.
  29. « Marie Reine, 22 août », sur catholique.org, (consulté le 19 juillet 2019).
  30. (en) Suzanne M. Lewis, « Crowning an Image of the Blessed Virgin Mary », sur Pastoral Liturgy, pastoralliturgy.org (consulté le 19 juillet 2019).
  31. (en) « Religion: The Queenship of Mary », Time Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019).
  32. « Mémoire de la Vierge Marie Reine », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 20 juillet 2019).
  33. Lumen Gentium, Paul VI, 1964, § 59 (lire en ligne).
  34. Marienlexikon, p. 591.
  35. Acta Apostolicae Sedis, 1942, p. 126,325, 346 (lire en ligne).
  36. Acta Apostolicae Sedis, 1943, p. 169,248 (lire en ligne).
  37. Acta Apostolicae Sedis, 1946, p. 266 (lire en ligne).
  38. Acta Apostolicae Sedis, 1950, p. 780,824 (lire en ligne).
  39. (en) Robert Dellinger, « 2011 ‘Grand Procession’ revives founding of L.A. Marian devotion » [PDF], sur Queen of Angeles Fondation, thequeenofangels.com, (consulté le 22 juillet 2019).
  40. (en) « Marian procession seeks prayer for Los Angeles on city's 'birthday' » [PDF], sur Queen of Angeles Fondation, thequeenofangels.com, (consulté le 22 juillet 2019).
  41. (en) Brenda Rees, « Sept. 3: A day for a spiritual procession and walking history » [PDF], sur Queen of Angeles Fondation, thequeenofangels.com, (consulté le 22 juillet 2019).
  42. (en) « Marian procession to mark Los Angeles' 235th birthday », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).
  43. a et b Jean-Paul-Lottier, « 15-Août religieux : Procession de Sainte Marie sous protection à Calvi », Corse Net Info,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).
  44. a et b « Pèlerinage Notre-Dame des Grâces à Lavasina (Corse) Chaque année le 8 septembre, fête de la Nativité de la sainte Vierge Marie, Mère de Dieu », sur Pelerinage de France, pelerinagesdefrance.fr (consulté le 22 juillet 2019).
  45. Nicolas Ballet, « Procession du 15 août : Mgr Barbarin célèbre Marie « Reine de la paix » », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).
  46. a et b (en) « The Queenship of Mary », sur thequeenofangels.com, QUEEN OF ANGELS FOUNDATION (consulté le 19 juillet 2019).
  47. (en) Hannah Brockhaus, « Polish parliament recognizes coronation of Mary as nation's queen », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  48. (en) Polish Bishops’ Conference, « Spokesman of the Polish Episcopate: Mary wanted to be called the Queen of Poland », sur Conferencja Epikopatus Polski, episkopat.pl, (consulté le 19 juillet 2019).
  49. « Vila Viçosa et le 8 decembre », portugalredecouvertes.blogspot.com (consulté le 19 juillet 2019).
  50. « La couronne royale du Portugal est portée par Marie depuis plus de trois siècles », sur mariedenazareth.com (consulté le 19 juillet 2019).
  51. (en) Erik Thuno, Image and Relic : Mediating the Sacred in Early Medieval Rome, L'Erma Di Bretschneider, coll. « Analecta romana Instituti danici. Supplementa », , 292 p. (ISBN 978-8882652173), p. 34.
  52. (en) Bissera V. Pentcheva, Icons and Power : The Mother of God in Byzantium, Pennsylvania State University Press, , 312 p. (ISBN 978-0271064000), p. 21.
  53. (en) Anne Duggan, Queens and Queenship in Medieval Europe : Proceedings of a Conference held at King's College London, April 1995 (ASIN B01F9QOM2G), p. 175.
  54. Marienlexikon, p. 595.
  55. a b et c Marienlexikon, p. 596.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier