Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Jérémie

prophète du Tanakh dans l'hébraïque ou de l'Ancien Testament pour les chrétiens
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeremiah et Jérémie (homonymie).
Jérémie
Description de cette image, également commentée ci-après

Jérémie, triptyque de l'Annonciation d'Aix.

יִרְמְיָהוּ

Naissance Anatot
Nationalité Israélite de la tribu de Benjamin
Activité principale
Deuxième des quatre grands prophètes
Autres activités
Ascendants
Hilqiyahou (père)

Compléments

Contemporain des rois de Juda Josias et Sédécias, ainsi que des prophètes Ézéchiel et Sophonie

Jérémie (VIe siècle av. J.-C.) est un personnage de la Bible qui apparaît principalement dans le livre de Jérémie, dont il est souvent présenté comme l'auteur. Il est également évoqué dans le deuxième livre des Chroniques. C'est un prophète du Tanakh dans le judaïsme ou de l'Ancien Testament pour les chrétiens.

Il est fêté le 1er mai par l’Église catholique.

Sommaire

Jérémie le prophèteModifier

Le nom de Jérémie vient de l'hébreu יִרְמְיָהוּ (Yirməyāhū) qui signifie Dieu élèvera, rehaussera.

Selon Jr 1 1, il était fils de Hilqiyahou, prêtre (kohen) à Anatot, dans le territoire de Benjamin, à quelques kilomètres au nord de Jérusalem. Il existe encore un village arabe du nom de Anata (عناتا) dans les environs, bien que le Anatoth historique soit plutôt localisé au lieu-dit Khirbet El-Yahoud (littéralement, « les ruines des Juifs »).

Jérémie a prouvé aux Israélites la véracité de ses songes après une altercation avec un autre prophète nommé Hananya (28:1). Ainsi Jérémie annonce la mort de Hananya pour l'année à venir car ses prophéties ne sont pas divines et qu'il s'est attiré la colère de Dieu. Il meurt en effet le septième mois de cette année.

La traduction œcuménique de la Bible de 2004 présente Jérémie comme un « grand solitaire » que sa mission a contraint à rester à l'écart de la société (Jr 15,17), situation dont il a souffert. En outre, Jérémie n'aura ni femme ni enfant. Il connut aussi la prison, fut brutalisé, et exilé en Égypte à Taphnis[1]. En effet, Jérémie annonça l'arrivée des Chaldéens et prédit la destruction de Jérusalem, ainsi que l'exil des Judéens à Babylone du fait de leur manque de foi. Il encouragea la réforme de Josias et essaya d'enrayer les progrès de l'idolâtrie[2].

Jérémie prophétise la destruction de nombreux peuples étrangers, royaumes et cités, dont « Dedân, Téma, Buz, tous les hommes aux tempes rasées » (25:23).

Il fut un contemporain du prophète Sophonie.

Le substantif féminin jérémiade est dérivé, avec le suffixe -ade, du nom du prophète, par allusion au livre des Lamentations (Lm 1) que la tradition attribue à Jérémie[3],[4]. Prononcé ʒeʁemjad en français standard[4], jérémiade est attesté au XVIIIe siècle[3].

L'auteur du livre de JérémieModifier

Article détaillé : Livre de Jérémie.

La tradition lui attribue la rédaction du livre de Jérémie, mais les investigations exégétiques modernes résumées dans l'introduction à ce livre de la Traduction Œcuménique de la Bible[5], modifient cette perspective traditionnelle :

  1. à côté d’oracles « d’une authenticité à toute épreuve »[6], de nombreux passages évoquent un travail rédactionnel d’individus appartenant à l’école dite deutéronomique ;
  2. certains récits pourraient avoir été écrits par Baruch ben Neria, secrétaire de Jérémie ;
  3. d’autres passages rapportent indirectement Jérémie : il s’agirait possiblement de traditions orales réunies par un compilateur anonyme.

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. TOB, 2004, p. 919.
  2. Les cahiers de l'histoire : novembre 1965, no 51 page 42.
  3. a et b Entrée « Jérémiade » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 27 janvier 2017].
  4. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « jérémiade » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 27 janvier 2017].
  5. Cf. TOB, 2004, pp. 919-926.
  6. TOB, 2004, p. 926.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :