Ouvrir le menu principal

Réorganisation des corps d'infanterie français (1775)

Ordonnance du 26 avril 1775
Réorganisation des corps d'infanterie français en 1775
Image illustrative de l’article Réorganisation des corps d'infanterie français (1775)
Drapeau du royaume de France

Création 1775
Dissolution 1776
Pays Drapeau du royaume de France Royaume de France
Branche Infanterie

L'ordonnance royale du 26 avril 1775 réorganise les corps d'infanterie de l'armée française en 68 régiments, dont 12 régiments à 4 bataillons et 56 régiments à 2 bataillons.

Ordonnance du roi concernant l'infanterie Française du 26 avril 1775Modifier

De par le Roi[1].
Sa Majesté voulant donner à ses régiments d'infanterie Française, une constitution qui lui a paru plus avantageuse au bien de son service, a ordonné et ordonne ce qui suit :

Article premier 

Les régiments de Picardie, Champagne, Navarre, Piémont, Normandie, La Marine, Béarn, Bourbonnais, Auvergne, Flandre, Guyenne et celui de sa Majesté seront conservé à quatre bataillons

Article 2 

Les régiments de Royal, Poitou, Lyonnais, Dauphin, Aunis, Touraine et Aquitaine, seront dédoublés pour former quatorze régiments de deux bataillons chacun.
Savoir :

Article 3 

Les régiments d'Eu, de Dauphiné, d'Île-de-France, Soissonnais, La Reine, Limousin, Royal-Vaisseaux, Orléans, La Couronne, Bretagne, Lorraine, Artois, Berry, Hainaut, La Sarre, La Fère, Royal-Roussillon, Condé, Bourbon, Beauvoisis, Rouergue, Bourgogne, Royal-Marine, Vermandois, Languedoc, Beauce, Médoc, Vivarais, Vexin, Royal-Comtois, Beaujolais, Monsieur, Penthièvre, Boulonnais, Foix, Quercy, Chartres, Conti et Enghien seront conservés à 2 bataillons.

Article 4 

Les régiments d'Angoumois, Périgord et Saintonge seront portés à l'avenir à deux bataillons, au moyen des régiments que Sa Majesté a résolu d'y faire incorporer.
Savoir :

Au moyen de quoi il y aura douze régiments de quatre bataillons et cinquante-six de deux bataillons.

Article 5 

Veut Sa Majesté que les régiments dédoublés, prennent rang immédiatement après les régiments d'où ils auront été tirés, et dans l'ordre où ils sont nommés dans les articles précédents.

Article 6 

Sa Majesté voulant établir l'uniformité dans le prix des régiments de son infanterie Française, donnera ses ordres pour faire réduire où augmenter, à mesure que les circonstances le permettront, le prix des régiments qu'Elle a résolu de conserver sur pied, jusqu'à ce que le régiment de Picardie et ceux qui le suivent, jusques et compris le régiment de La Fère, à la réserve de son régiment et de ceux qui ont à leurs tête des Princes de son Sang, soient tous à quarante mille livres et que le régiment de Royal-Roussillon et ceux qui le suivent, jusques et compris celui de Saintonge, soient tous à vingt mille livres.

Article 7 

Chaque bataillon d'infanterie Française, continuera d'être composé d'une compagnie de grenadiers et de 8 compagnies de fusiliers, indépendamment d'une compagnie de chasseurs, lorsque Sa Majesté jugera à propos de la créer....

Suit ensuite jusqu'à l'article 23, la composition des compagnies, escouades, sous-officiers, officiers, état-major etc... que l'on retrouvera en ligne.

Ordonnance du roi concernant le régiment Royal-Italien du 26 avril 1775Modifier

De par le Roi[2].
Sa Majesté ayant jugé utile au bien de son service, de donner à son régiment Royal-Italien, une composition plus solide, et de l'assimiler au reste de son infanterie, a ordonné et ordonne ce qui suit :

Article premier 

Le régiment d'infanterie Française de Tournaisis sera supprimé et les neuf compagnies qui le composent seront incorporées dans le régiment Royal d'infanterie Italienne, lequel, au moyen de cette incorporation, sera composé à l'avenir de deux bataillons, divisés chacun en neuf compagnies, dont une de grenadiers et huit de fusiliers.

Suit ensuite jusqu'à l'article 36, la composition des compagnies, escouades, sous-officiers, officiers, état-major etc... que l'on retrouvera en ligne.

Ordonnance du roi concernant le régiment Royal-Corse du 26 avril 1775Modifier

De par le Roi[2].
Sa Majesté étant dans l'intention de donner à son régiment Royal d'Infanterie Corse, une composition plus solide, et de l'assimiler au reste de son infanterie, a ordonné et ordonne ce qui suit :

Article premier 

Les neuf compagnies qui composent actuellement l'Infanterie de la Légion Corse seront incorporées dans le régiment Royal d'Infanterie Corse, lequel, au moyen de cette incorporation, sera composé à l'avenir de deux bataillons, divisés chacun en neuf compagnies, dont une de grenadiers et huit de fusiliers.

Liens externesModifier

Notes, sources et référencesModifier