Polaire (actrice)

chanteuse, actrice
Polaire
Image dans Infobox.
Polaire en 1895.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Émélie Marie BouchaudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie

Polaire, nom de scène d'Émélie Marie Bouchaud, est une chanteuse[1] et actrice française née le à Mustapha (Algérie) et morte le (à 65 ans)[2] à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

BiographieModifier

Enfance et familleModifier

Émélie Marie Bouchaud est née le à Mustapha (Algérie), commune créée en 1835 par les Français durant la période coloniale et devenue en 1977 une des treize communes d'Alger sous le nom de Sidi M'Hamed[1].

Son père, né à Hussein Dey et dont la famille est originaire des Essards (Charente-Maritime), s'appelle François Bouchaud. Celui-ci est propriétaire de voitures. Sa mère, couturière, est Lucile Milandre, née à Clamecy (Nièvre). Ils se sont mariés le à Alger[3].

CarrièreModifier

En 1890, Polaire qui a alors seize ans rejoint à Paris son frère Edmond qui y exerce au café-concert sous le nom de Dufleuve. Elle a déjà chanté dans des cafés à Alger et continue sur cette voie. Elle se fait remarquer par son physique particulier tenant à une exceptionnelle taille de guêpe, à une époque où les femmes portent des corsets pour affiner leur taille. Elle est au programme d'un tour de chant à l'Européen dès le mois de [4].

En 1895, l'hebdomadaire humoristique Le Rire publie un dessin de Toulouse-Lautrec la représentant sur scène[5]. Son attitude, énergique et excentrique, fait d'elle un phénomène du « caf' conc' ». On dit d'elle qu'elle a le genre « gommeuse épileptique »[5], deux termes correspondant à deux genres du café-concert (les « gommeuses » adoptent une attitude aguicheuse et une élégance excessive, les « épileptiques » une intense activité corporelle et gestuelle combinant danse, grimaces et chanson). « Pour moi, dès mon début, je fis tout de suite ces gestes exaspérés qui m'ont toujours été propres. (…) Rejetant ma tête en arrière, je chantais, en quelque sorte, avec mes cheveux battant au vent, avec mes narines frémissantes, avec mes poings crispés… », dit-elle dans ses Mémoires[5].

 
Polaire et son « esclave noir » aux États-Unis en 1910.
 
Polaire avec un piercing nasal, Iskry n° 31, 1913.

Amie du couple en vue formé par Willy et Colette — coauteurs de la série des Claudine —, elle obtient 1902 au théâtre le rôle de Claudine dans Claudine à Paris aux Bouffes-Parisiens, qui fait un succès immense, et se produit aux États-Unis en 1910, puis à Londres.

En 1903 débutent les représentations du P'tit Jeune Homme aux Bouffes-Parisiens. Polaire y interprète le rôle d'un travesti qui « l'excédait », selon ses propres termes[5].

Elle pose également pour les peintres Antonio de La Gandara, Henri de Toulouse-Lautrec, Leonetto Cappiello, Rupert Carabin et Jean Sala, qui devint à partir de 1893 le portraitiste de la société parisienne.

À partir de 1909, elle interprète plusieurs rôles au cinéma. Après la Première Guerre mondiale, elle se consacre surtout au théâtre.

Durant sa carrière, elle interprète Tha ma ra boum di hé (son plus grand succès, à ses tout débuts)[6], La Glu (sur un poème de Jean Richepin), Tchique tchique de Vincent Scotto, et récite La Charlotte prie Notre-Dame de Jehan Rictus.

MortModifier

Polaire meurt le (à 65 ans) à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne)[2].
Sa tombe est située dans l'ancien cimetière du Centre à Champigny-sur-Marne - division 21[7].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ConfusionModifier

Certains sites spécialisés dans le cinéma confondent la carrière de Polaire avec celle de l'actrice italienne Pauline Polaire entrainant des erreurs dans l'attribution de rôle dans de nombreux films, cette méprise ayant été signalée par un de ses descendants directs de l'actrice italienne[8].

PostéritéModifier

 
Caricature d'Yves Marevéry sur les trois acteurs jouant dans la pièce de Jehanne d'Orliac, Joujou tragique, au théâtre du Gymnase en 1907.

RecordModifier

« Mlle Polaire » est citée par le Livre Guinness des records comme codétentrice (avec la Britannique Ethel Granger) de celui de la taille la plus fine, 33 cm[9],[10]. Elle-même déclare dans ses mémoires s'être plusieurs fois laissé entourer la taille « d'un faux-col de pointure normale, 41 ou 42[11]. »

ÉvocationModifier

Elle est également citée par l'écrivain Georges Simenon dans La Première Enquête de Maigret, 1913 publié en 1949 : « Elle avait la taille aussi fine que Polaire et elle était si menue que la masse de ses cheveux semblait devoir compromettre son équilibre. »

IconographieModifier

Son portrait en pied (huile sur toile datée de 1910) par Juan Sala est passé en vente à Paris le  ; il est reproduit en couleurs dans La Gazette de l'hôtel Drouot du (p. 55). Une photographie de la séance de pose a été publiée dans La Vie illustrée.

DiscographieModifier

78 tours
  • Arrêtez chauffeur (Vargues) - L'Omnium 69 - 1903
  • J'suis terrible en amour (Piccolini - Grimaldi - Bouchaud) - L'Omnium 70 - 1903)
  • Le petit frisson (Lestac) - L'Omnium 71 - 1903
  • Ma p'tite crotte (Rimbault - Arnould - Beretta) - L'Omnium 72 - 1903
  • Tchicke Tcchike (Scotto) - Odéon 75143 - 1923
  • Pour être heureux (Yvain) - Odéon 75143 - Matrice K1-510 - 1923
  • Allo ! Chéri (Boyer - Stamper) - Pathé 4970 - Matrice 2485 -
  • Pour être heureux (Yvain) - Aérophone - N° 1467 - 1920
  • La Glu (Richepin - Fragerole) - Aérophone - N° 1468 - 1920
  • Nocturne (Nozière) - Gramophone K-5798 - Matrice BS 4432-1 et 4433-2 - 1929
  • La Glu (Richepin - Fragerole) - Polydor 521531 - Matrice 2170 BK - 1929
  • Le P'tit Savoyard - Polydor 521531 - Matrice 2170 BK - 1929
  • Le Train du rêve (Aubret - Lenoir) - Parlophone 22716 - Matrice Pa 106124-2 - 1930
  • Le Premier Voyage (Lenoir) - Parlophone 22716 - Matrice Pa 106165-2 - 1930
  • La Prière de la Charlotte (Jehan Rictus - arr. Warms) - Cristal 6263 - Matrice CP 2082 et 2083 - 1936.
Réédition en CD

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

PublicationModifier

  • Polaire, Polaire par elle-même, Paris, Figuière, , (ASIN B001BUCG1Y).

Notes et référencesModifier

  1. a et b « La glu Polaire », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le ).
  2. a et b « Polaire », sur Les gens du cinema.com.
  3. « ANOM, Etat Civil, Résultats », sur anom.archivesnationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  4. Andrée Sallée et Philippe Chauveau, Music-hall et café-concert, Paris, Bordas Spectacle,
  5. a b c et d « Polaire - Emilie Marie Bouchaud (1874-1939) - Biographie - Page 1 », sur deesk.pagesperso-orange.fr (consulté le )
  6. « Tha-Ma-Ra-Boum-Di-Hé : chansonnette », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le )
  7. Site dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net, page sur Polaire,consulté le 16 juillet 2021.
  8. Site deesk.pagesperso-orange.fr, page sur Pauline Polaire, consulté le 17 juillet 2021.
  9. Guinness World Records 2015, Guinness World Records, , 255 p. (ISBN 978-1-908843-70-8, lire en ligne), p. 84.
  10. Iman Bassalah, La vie sexuelle des écrivains, Nouveau Monde Editions, (lire en ligne).
  11. Polaire, Polaire par elle-même, Paris, Eugène Figuière, 118 p. (lire en ligne), p. 38.
  12. Comoedia du 9 avril 1934

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

VidéosModifier

Liens externesModifier