Willy (écrivain)

journaliste, critique musical, romancier et traducteur français
(Redirigé depuis Henry Gauthier-Villars)
Willy
Portrait par Giovanni Boldini.
Biographie
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Paris
Sépulture
Nom de naissance
Henri Jean Albert Gauthier-Villars
Surnom
Henry Maugis
Robert Parville
L’Ouvreuse
L’Ouvreuse du Cirque d’été
L’Ex-ouvreuse du Cirque d’été
Jim Smiley
Henry Willy
Boris Zichine
Pseudonyme
WillyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Madeleine Gauthier-Villars (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Colette (de à )
Meg Villars (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique

Henry Gauthier-Villars, dit Willy, né à Villiers-sur-Orge le [1] et mort à Paris (15e arrondissement) le [2], est un journaliste, critique musical et romancier français.

Il a également utilisé divers autres pseudonymes, comme Henry Maugis, Robert Parville ou Henry Willy.

Biographie modifier

 
Sépulture au cimetière du Montparnasse.

Willy est le fils aîné de Jean-Albert Gauthier-Villars, qui dirige la maison d'édition Gauthier-Villars, mais il ne participe pas à l'entreprise[réf. nécessaire] : c'est son frère, Albert-Paul, qui prendra la succession.

Willy est, entre autres, l'amant de la femme d'Émile Cohl, Marie-Louise Servat, avec laquelle il a un fils, Jacques Henry Gauthier-Villars (né en 1889). C'est d'ailleurs en mettant cet enfant en nourrice à Châtillon-sur-Loing qu'il commence à fréquenter Colette. En 1893 à Châtillon-sur-Loing, il l'épouse. Elle a vingt ans, lui trente-quatre. Le couple s’installe à Paris, quai des Grands-Augustins, dans la garçonnière d'Henry, au-dessus de la maison d'édition familiale, et mène une vie mondaine.

 
Portrait par Félix Vallotton.

Il est en effet un des hommes les plus en vue de la vie parisienne : boulevardier, écrivain polisson, critique musical, un homme qui signe une centaine d'ouvrages (dont les six premiers romans de Colette) mais qui fait travailler de nombreux « nègres » : Jean de Tinan, Curnonsky, Paul-Jean Toulet, Lugné-Poe, Tristan Bernard, Francis Carco, Émile Vuillermoz, etc[3]. Jules Renard écrira d'ailleurs dans son journal, à la date du 21 janvier 1905, "Willy ont beaucoup de talent". Erik Satie s'est un jour opposé en duel à Willy.

En 1901, Colette et son mari déménagent 93, rue de Courcelles (Paris), dans un atelier d'artiste au 6e étage, « torride en été, glacial en hiver »[4]. Ils quittent cet appartement dès 1902 pour s'installer au 177 bis.

Willy vend les droits des Claudine à ses éditeurs, sans même en avertir celle qui les a écrits. Elle ne le lui pardonnera jamais. Elle dira de ce personnage étonnant : « Je le trouve d'une taille, et d'une essence, à inspirer et à supporter la curiosité. Ce qu'il faudrait écrire, c'est le roman de cet homme-là. »

Le , le couple se sépare. Ils divorcent en 1910.

En 1911 Willy épouse l'actrice et écrivaine Marguerite Maniez.

« Les derniers jours de Willy sont difficiles. La souscription lancée en 1929 par les amis de Willy, recueille quatre mille francs. Colette, sollicitée, refuse d’y participer. Mais Willy a eu un bel hommage posthume : trois mille personnes suivent son convoi mortuaire. »[5]

.Il meurt en 1931, à soixante-et-onze ans. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (10e division).

Œuvres principales modifier

Romans, nouvelles et récits modifier

Les romans de Colette ne sont pas inclus dans cette liste.

  • Lettres de l'ouvreuse, voyage autour de la musique, avec Alfred Ernst (1890)
  • Histoires normandes, avec Léon Épinette (1891)
  • L'Année fantaisiste (4 volumes, 1892-1896)
  • Bains de sons, par l'Ouvreuse du Cirque d'été, avec Alfred Ernst (1893)
  • Les enfants s'amusent, avec Pierre Veber (1894)
  • Une passade, avec Pierre Veber (1894)
  • La Mouche des croches, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1894)
  • Rythmes et Rires (1894)
  • Soirées perdues (1894)
  • Entre deux airs, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1895)
  • Notes sans portées, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1896)
  • Poissons d'avril (1896)
  • L'Argonaute, avec André Trémisot (1897)
  • Maîtresse d'esthètes (1897), écrit par Jean de Tinan]
  • Accords perdus, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1898)
  • Fervaal, avec Pierre de Bréville (1898)
  • Un vilain monsieur !, roman (1898)
  • À manger du foin (1899)
  • La Colle aux quintes (1899)
  • Suzette veut me lâcher (parfois avec le sous-titre : Tropical Gigolo) (Albin Michel, 1900)
  • Le Mariage de Louis XV, d'après des documents nouveaux et une correspondance inédite de Stanislas Leczinski (1900)
  • L'Odyssée d'un petit Cévenol (1900)
  • La Ronde des blanches (1901)
  • Dans le noir !, avec André Trémisot (1901)
  • Garçon l'audition ! (1901)
  • L'Automobile enchantée, avec Georges Trémisot (1903)
  • La Maîtresse du prince Jean, roman (1903)
  • Le Petit Roi de la forêt (1903)
  • Danseuses (1904)
  • La Môme Picrate, roman (1904)
  • Une plage d'amour, roman (1905)
  • Chaussettes pour dames, défense et illustration du mollet féminin, avec Curnonsky (1905)
  • Maugis amoureux, roman (1905)
  • Le Roman d'un jeune homme beau (1905)
  • Jeux de princes (1906)
  • Un petit vieux bien propre (1907)
  • Pimprenette (1908)
  • Le Retour d'âge (1909)
  • Maugis en ménage, roman (1910)
  • Lélie, fumeuse d'opium, roman (1911)
  • Avec mon régiment, de l'Aisne à La Bassée, par un chef de peloton (1916)
  • La Bonne Maîtresse (1916)
  • La Bonne Manière, avec la baronne d'Orchamps (1916)
  • La Virginité de Mademoiselle Thulette, avec Jeanne Marais (1918) lire sur Wikisource
  • Do dièze (1918), écrit par René-Louis Piachaud
  • Ledos, tapissier (1919)
  • Ginette la rêveuse, roman (1919)
  • La Petite Vestale, nouvelles (1920)
  • La Femme déshabillée, roman, avec Paul Max (1922)
  • Mady écolière, roman, avec Madeleine de Swarte (1922)
  • Ça finit par un mariage, roman (1923)
  • L'Ersatz d'amour, roman, avec Suzanne de Callias (1923)
  • Le Naufragé, roman, avec Suzanne de Callias (1924)
  • Les Messieurs de ces Dames, Éditions du Siècle (1924)
  • La Fin du vice, avec A. Henry-Rossi (1925)
  • Les Bazars de la volupté, avec Pol Prille (1926)
  • Gaillardises, avec José de Berys (1926)
  • Les Aphrodisiaques (1927)
  • Le Fruit vert, nouvelles (1927)
  • Le Troisième Sexe (1927)
  • Histoires de la manucure, histoires courtes, faciles à lire, faciles à retenir, faciles à raconter (1928)
  • Contes sans feuille de vigne (1928)
  • La Tournée du petit duc (s.d.)

Théâtre modifier

  • P'stt ! vaudeville en 1 acte, avec André Trémisot, Paris, Théâtre des Mathurins,
  • Le Friquet, pièce en 4 actes, d'après Gyp, Paris, Théâtre du Gymnase,
  • Allo…263-69, revue en 2 actes, avec Mathonnet de Saint-Georges, 1908
  • La Petite Jasmin, comédie en 3 actes, avec Georges Docquois, Paris, Théâtre Impérial,
  • L'Homme sandwich, pièce écrite en collaboration avec José de Bérys, Paris, Théâtre Moderne, 1920

Biographies modifier

  • La Vie privée d'un prince allemand au XVIIe siècle. L'Électeur palatin Charles Louis, (1617-1680), avec F. Aussaresses (1926)
  • Bizet, biographie critique (1928)

Autres publications modifier

  • Quelques livres, année 1895 (1896)
  • Almanach Willy (1904)
  • Anches et Embouchures, album inédit (1905)
  • Souvenirs littéraires… et autres (1925)
  • L'Esprit de Willy, propos, anecdotes et variétés recueillis par Léon Treich (1926)

Notes et références modifier

  1. Archives départementales de l'Essonne Acte de naissance no 7 dressé le 11/08/1859, vue 93 / 124
  2. Archives de Paris Acte de décès no 239, vue 25 / 31
  3. Cf. François Caradec, Willy, Le père des Claudine, p. 13, 56 et al.
  4. Jean-Jacques Lévêque, Les Années folles, 1918-1939. Le triomphe de l'art moderne, Paris, ACR Édition, , 660 p. (ISBN 9782867700545), p. 606
  5. Carmen Boustani, « Willy : le bonheur de l’imposture », dans L'imposture dans la littérature, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-915751-43-7, DOI 10.4000/books.pur.12172., lire en ligne), p. 181–194

Voir aussi modifier

Liens externes modifier

Bibliographie modifier

  • Henri Albert, Willy, Paris, 1904 (en ligne).
  • Marie-Jeanne Viel, Colette au temps des "Claudine", Paris, Publications essentielles, 1978.
  • Sylvain Bonmariage, Willy, Colette et moi, préface de Jean-Pierre Thiollet, Anagramme, Paris, 2004
  • François Caradec, Willy - Le père des Claudine, Fayard, 2004
  • Patrick Cardon, Willy, Le Troisième Sexe (1927), QuestionDeGenre/GKC, 2014.
  • Mirande Lucien, Willy avec Suzanne de Callias, L'Ersatz d'amour (1923), QuestionDeGenre/GKC, 2014.
  • Sanchez Nelly, Préface de "Willy, l'à peu près grand homme, Cahiers Léautaud, no 34, p. 49-53, 2004.
  • Carmen Boustani, « Willy : le bonheur de l’imposture », L'imposture dans la littérature (sous la direction d'Arlette Bouloumié), Presses Universitaires de Rennes,‎ , p. 181-194 (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :