Antioccidentalisme

Le sentiment anti-occidental (aussi appelé antioccidentalisme) se réfère à une large opposition ou l'hostilité à la population, les politiques ou les gouvernements dans le monde occidental[1].

En Europe, l'antioccidentalisme fut aussi promu par des nationalistes hostiles aux États-Unis. Dès 1920, des nationalistes comme Gabriele D'Annunzio en Italie, Ernst Niekisch en Allemagne et d'autres membres de la Révolution conservatrice allemande furent hostiles à l'occidentalisme[2][source insuffisante].

Ce sentiment anti-occidental évolue, selon Nina Bachkatov, journaliste spécialiste de la Russie, vers ce qu'elle appelle l'a-ocidentalisme. Les dirigeants chinois et russes, par exemple, partagent une même volonté d'intégration dans un monde globalisé. Ils font partie d'un groupe croissant de pays qui n'est pas anti-occidental mais a-occidental et qui veut suivre ses propres voies de développement [3]. Pour la Russie, il s'agit de la reprise en compte sous des formes nouvelles des opinions répandues au XIXe siècle avec le panslavisme telles que celles de Nikolaï Danilevski, par exemple, qui récusait la partition du monde entre Orient et Occident. Pour lui, les Russes n'avaient pas à être les émissaires et propagateurs de la civilisation européenne en Orient. Depuis la fin de la guerre froide ces théories transmises notamment par des écrivains des siècles précédents tels que Dostoïevski sont reprises dans la conception de l'eurasisme par des théoriciens politiques contemporains tels que Alexandre Douguine et des clubs tels que le Club d'Izborsk[4].

Après la guerre froide, Samuel Huntington considère que le régionalisme économique et politique entrainera de plus en plus de pays non occidentaux à s'engager dans des liens géopolitiques avec des pays partageant leurs valeurs[5].

Notes et référencesModifier

  1. « L'anti-occidentalisme », sur France culture, (consulté le )
  2. (de) Revolutionäre Politik, 1926. Réimpression : Ernst Niekisch, Widerstand, Sinus-Verlag, 1982.
  3. Nina Bachkatov, Poutine, l'homme que l'occident aime haïr, Bruxelles-Paris, Editions Jourdan, , 200 p. (ISBN 978-2-87466-481-6), p. 171-172
  4. Lorraine de Meaux, La Russie et la tentation de l'Orient, Paris, Fayard, , 425 p. (ISBN 978-2-213-63812-6, BNF 42153163), p.293 et ss
  5. (en-US) Samuel P. Huntington, « Le Choc des Civilisations/The Clash of Civilizations? », Foreign Affairs,‎ (lire en ligne)

Articles connexesModifier