Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bays.
Ne doit pas être confondu avec Nicolas Bay.

Nicolas Bays
Illustration.
Nicolas Bays le 23 avril 2013.
Fonctions
Député de la 12e circonscription du Pas-de-Calais

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Jean-Pierre Kucheida (PS)
Successeur Bruno Bilde
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Béthune (Pas-de-Calais)
Nationalité française
Parti politique PS
Conjoint Aurore Bergé (divorcé)

Nicolas Bays, né le à Béthune, est un homme politique français, député du Pas-de-Calais de 2012 à 2017 dans la douzième circonscription. Membre du Parti socialiste, il est également conseiller municipal de Wingles.

Sommaire

Carrière politiqueModifier

Commençant son engagement politique dans le Mouvement des jeunes socialistes dont il a été secrétaire départemental du Pas-de-Calais, Nicolas Bays est assistant parlementaire de Daniel Percheron de 1997 à 2002, chef de cabinet de Jacques Mellick à Béthune, puis collaborateur du député européen Jean-Louis Cottigny[1].

Il devient conseiller municipal de Wingles en 2001[2]. Il devient candidat du Parti socialiste aux élections législatives de 2012 dans la douzième circonscription du Pas-de-Calais après le refus du PS de soutenir Jean-Pierre Kucheida, député sortant, qui fait l'objet d'une enquête judiciaire[3]. Jean-Pierre Kucheida maintiendra sa candidature en tant que candidat dissident, et se fera de fait exclure du Parti Socialiste. Nicolas Bays se qualifie pour le second tour en devançant Jean Pierre Kucheida au premier tour, arrivé en 3e position[4] avant d'être élu député une semaine plus tard en battant au second tour Charlotte Soula du Front national[2]. À l'Assemblée nationale, Nicolas Bays occupe les fonctions de premier vice-président de la commission de la Défense nationale et des Forces Armées. Il est également vice-président des groupes d'amitiés parlementaires avec la Pologne, le Qatar, Djibouti, Bahrein, et les Émirats arabes unis. L'un de ses assistants parlementaires est sanctionné en février 2017, après avoir été filmé en caméra caché donnant des cours à de futurs lobbyistes pour leur expliquer comment influencer un parlementaire et orienter le dépôt d’un amendement à l’Assemblée[5]. En 2017, après avoir initialement reçu l'investiture du PS pour les législatives, Nicolas Bays en est écarté et se rapproche du mouvement d’Emmanuel Macron[6].

En mai 2017, il annonce qu'il ne briguera pas un nouveau mandat de député [7].

Après avoir quitté le monde de la politique, il annonce se lancer dans la carrière télévisuelle à compter de janvier 2018 [8].

ControversesModifier

En octobre 2016, Nicolas Bays fait l’objet de vives critiques de la part de deux journalistes, Georges Malbrunot du Figaro et Christian Chesnot de France Inter. Dans leur ouvrage sur les relations ambiguës entre la France et le Qatar intitulé Nos très chers émirs, ils affirment que l’élu socialiste du Nord-Pas-de-Calais aurait entretenu des relations très proches avec l’ancien ambassadeur du Qatar en France, Mohammed al-Kuwari, qui lui aurait offert de nombreux avantages en nature tels que des montres de la marque Rolex[9], des voyages et des bons d’achat dans des grands magasins[10].

Selon les auteurs, le successeur d’al-Kuwari à l’ambassade du Qatar, Meshaal al-Thani, aurait même reçu des demandes de cadeau de la part de Nicolas Bays, tels que le SMS cité dans le livre : « J'ai des problèmes financiers actuellement. La mère de mon jeune enfant est fatiguée. Je voudrais l'emmener à l'étranger. Mais mon budget est un peu serré » ; « Peux-tu me faire inviter dans un hôtel de Doha et nous payer un billet d'avion sur Qatar Airways ? Cela m'aiderait, s'il te plaît »[11].

Meshaal al-Thani soutient par ailleurs que Nicolas Bays lui aurait à d’autres occasions réclamé des chaussures de marque de luxe[12] mais aussi de l’argent destiné à financer des travaux dans sa résidence privée[13]. Nicolas Bays a démenti ces affirmations par le biais de son compte Twitter : « Monsieur Nicolas Bays dément formellement les imputations le concernant formulées par les auteurs dans leur ouvrage. »[14].

Vie privéeModifier

Il a été le compagnon puis le mari de Aurore Bergé[15].

MandatsModifier

  • Conseiller municipal de Wingles (Pas-de-Calais)
  • Député de la douzième circonscription du Pas-de-Calais
    • Vice-Président du groupe parlementaire d’amitié France – Pologne
    • Vice-président de la commission de la défense nationale et des forces armées
    • Membre suppléant de la commission chargée de l’application de l’article 26 de la Constitution[16]
    • Vice-Président du groupe d’amitié France – Qatar de l’Assemblée Nationale[17]

Notes et référencesModifier

  1. « Nord-Pas-de-Calais: Nicolas Bays, un député socialiste pas si inconnu », sur lexpress.fr, (consulté le 8 juin 2017)
  2. a et b « Nicolas Bays succède à Kucheida dans le Pas-de-Calais #circo6212 », sur maville.com,
  3. « Un candidat PS investi contre Kucheida », sur lefigaro.fr,
  4. Charles Montmasson, « Jean-Pierre Kucheida éliminé par le candidat officiel du PS », sur nordeclair.fr, .
  5. « L’assistant de Nicolas Bays et ses cours pour savoir influencer les députés », La voix du nord,‎ (lire en ligne)
  6. « Qui sont les soutiens d'Emmanuel Macron dans le Nord et le Pas-de-Calais ? », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne)
  7. « Nicolas Bays (PS) ne se représente pas dans la 12e circonscription », La voix du nord,‎ (lire en ligne)
  8. CB, « Lensois : Nicolas Bays, de la députation à la télévision », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne)
  9. Un livre dénonce les relations entre le Qatar et certains politiques. 20 octobre 2016. La Voix du Nord.
  10. Ces politiques français qui abusent du Qatar. 20 octobre 2016. Le Point.
  11. Nos Très Chers Emirs, de Christian Chesnot et Georges Malbrunot. Paru le 20 octobre 2016 aux Editions Michel Lafon.
  12. « Nos très chers Émirs » : les responsables politiques visés porteront-ils plainte ? Le 21 octobre 2016. Public Sénat.
  13. Le député Nicolas Bays accuse d’avoir réclamé de l’argent et des avantages en nature au Qatar. 20 octobre 2016. La Voix du Nord.
  14. Page Twitter Officiel de Nicolas Bays (@nicolasbays). 20 octobre 2016.
  15. Nolwenn Le Blevennec, « Aurore Bergé, 26 ans, la candidate qui a tout pour plaire à la gauche », in rue89.com, 28 octobre 2013.
  16. Site Web Officiel de Nicolas Bays, Député de la 12ème circonscription du Pas-de-Calais. Section Activité Parlementaire. Retrouvé le 27 octobre 2016.
  17. Site Web Officiel de l’Assemblée Nationale. Section « Les Députés – Composition du groupe d'amitié France-Qatar de la 14ème législature ». Retrouvé le 27 octobre 2016.

Liens externesModifier