Moravie

région historique tcheque

Moravie
Morava
Drapeau de la région
Drapeau de la Moravie.
Blason de la région
Armoiries de la Moravie.
Localisation de la Moravie (en vert) en République tchèque.
Localisation de la Moravie (en vert) en République tchèque.
Pays Drapeau de la Tchéquie République tchèque
Population 3 100 000 d'hab.
Superficie 22 348,87 km2
Principales langues Tchèque
Morave
Cours d'eau Morava
Ville(s) Brno
Olomouc

Sur les autres projets Wikimedia :

La Moravie /mɔʁavi/[1] (en tchèque : Morava, /ˈmorava/[2] Écouter ; en allemand : Mähren /ˈmɛːʁən/[3] Écouter) est une région d’Europe centrale, ayant jadis englobé l'actuelle Tchéquie et un large territoire autour, mais formant aujourd’hui la région historique orientale de la République tchèque. Ses villes principales sont Brno et Olomouc. Depuis le premier tiers du XIe siècle, la Moravie est rattachée à la Bohême, sous le nom de margraviat de Moravie, en usage jusqu’au XXe siècle, ou de duché de Méranie (adaptation de la prononciation allemande).

HistoireModifier

Pendant l’Antiquité, la Moravie est peuplée par les Celtes et notamment les Volques, puis elle sera occupée par différents peuples germaniques : Quades, Ruges et Hérules.

Durant l'Antiquité, la région est traversée du nord au sud par une route de l'ambre : celle qui relie la mer Baltique à la péninsule italienne (Aquilée, Venise, Rome), par Wrocław (Vratislavie, Breslau), Olomouc (Olomuntium, Olmütz), Brno (Eburodunum, Bruna, Brünn, Brin), Bratislava (Prešporok, Prešpurk, Pressburg), Sopron (Scarbantia, Suprún, Ödenbourg) et Ljubljana (Alluviana, Laibach).

Des années 250-260 sont datées des sépultures héritées des Lombards sur une partie des territoires actuels de la Tchéquie orientale (région de Zlín), de la Slovaquie et de la Hongrie. Au VIe siècle, des Slaves nommés « Moraves » s’y installent : partis du royaume de Samo au VIIe siècle, ils subissent l’influence des Avars à l'Est et des Francs à l'Ouest. Ce sont les ancêtres des futurs Tchèques et Slovaques, mais à l’époque la distinction n’a pas encore lieu d’être. En 822, les annales franques signalent la présence d’ambassadeurs moraves auprès de la diète de Francfort.

Le knèze Mojmír Ier occupe, en 833, la principauté voisine de Nitra. Cette date est retenue pour la fondation de la Grande-Moravie, qui correspond aux territoires actuels de la Moravie, de la Slovaquie, du nord de l'Autriche et de la Hongrie, de l'ouest de l'Ukraine subcarpatique et, plus tard, de la Bohême (889-894) et du sud-est de la Silésie. À partir de 863, les Moraves passent de la mythologie slave au christianisme sous l'influence des deux missionnaires Cyrille et Méthode. Le terme de Grande-Moravie est connu grâce aux écrits de Constantin VII Porphyrogénète. On ignore cependant si les Moraves eux-mêmes appelaient alors ainsi leur principauté.

Par la suite, la Moravie a fait partie, successivement :

ChronologieModifier

  • 846 : la Grande-Moravie passe aux mains de Louis le Germanique, à la suite du décès de Mojmír.
  • 862 : Ratislav, fils de Mojmír Ier reprend le trône du pays.
  • 870 : Svatopluk, neveu de Rastislav, fait alliance avec Carloman de Bavière pour se débarrasser de son oncle, et Carloman reçoit en échange la Moravie occidentale, soit l'actuelle Bohême (Svatopluk règne sur la partie est de la Grande-Moravie, actuelles Moravie et Slovaquie). Plus tard, Svatopluk, qui n’est pas à une volte-face près, se retourne contre son allié d’hier, et reprend la Moravie occidentale (Bohême et Silésie). Son règne marque l’extension maximale du royaume.
  • 894 : mort de Svatopluk : les Slaves de Bohême font alliance avec Arnulf de Carinthie pour reprendre leur indépendance.
  • 901 : face au péril hongrois, les Moraves à nouveau réunis font alliance avec les Francs.
  • , à Bratislava, les Hongrois mettent en déroute les Bavarois et les Carentanes. La présence des Moraves à cette bataille n’est pas mentionnée dans les chroniques franques de l’époque mais il est probable que la Moravie a été vaincue en même temps que les Bavarois et les Carentanes, car la Grande-Moravie s’effondre et les Hongrois prennent la Slovaquie, alors partie centrale du royaume, qui devient pour eux la « Haute-Hongrie »[4]. L'ethnogenèse des Moraves occidentaux en Bohême et Moravie a donné naissance au peuple tchèque tandis que celle des Moraves orientaux, dans le territoire devenu durant neuf siècles la « Haute-Hongrie », a donné naissance au peuple slovaque.

Union avec la BohêmeModifier

Après 907 les Moraves sont divisés en plusieurs principautés vassales de leurs voisins plus puissants, les Hongrois et les Francs. À l'ouest, les Přemyslides de Bohême émergent progressivement, au cours du Xe siècle, comme suzerains sur ces terres slaves, et prennent définitivement — en 1019 ou 1029 (la date est incertaine) — le contrôle de la Moravie. Trois duchés sont constitués pour les fils cadets des ducs de Bohême à Brno, Olomouc et Znojmo. Lors de la séparation des Églises d'Orient et d'Occident, les Moraves choisissent l’obédience de l’Église de Rome. La Moravie devient un margraviat en 1182, et partagera désormais l’histoire de la Bohême à laquelle elle est couplée, sous le Saint-Empire romain germanique puis à l’époque de l’Empire d’Autriche, et enfin, après la Première Guerre mondiale, au sein de la république de Tchécoslovaquie.

Liste des princes, ducs et margraves de MoravieModifier

HéraldiqueModifier

 
Armes de la Moravie.
 
Le drapeau historique de la Moravie.[5],[6]

Les margraves de Moravie portaient : d’azur, à l’aigle échiquetée d’argent et de gueules, becquée, languée, membrée et couronnée d’or.

GéographieModifier

La Moravie est aujourd’hui entourée par la Bohême à l’ouest, l’Autriche au sud, la Slovaquie à l’est, la Silésie et la Pologne au nord.

La Porte de Moravie est la ligne de partage des eaux séparant le bassin hydrographique de l’Oder de celui de la Morava.

Linguistique et régionalismeModifier

Le tchèque parlé en Moravie présente plusieurs variétés dialectales. Une caractéristique commune des dialectes moraves est l’utilisation plus fréquente de la première personne des verbes en -u : jsu en Moravie et jsem en Bohême, chcu en Moravie et chci en Bohême.

PolitiqueModifier

Un parti politique, le Parti démocratique morave, défend son autonomie au sein de la République tchèque.

Régions ethniquesModifier

Découpage administratif actuelModifier

Personnalités nées en MoravieModifier

Né au XVIe siècle

Nés au XIXe siècle

Nés au XXe siècle

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API.
  2. Prononciation en tchèque retranscrite selon la norme API.
  3. Prononciation en allemand standard (haut allemand) retranscrite selon la norme API.
  4. Voir Relations entre la Hongrie et la Slovaquie et Slovaquisation.
  5. Zbyšek Svoboda, Pavel Fojtík, Petr Exner et Jaroslav Martykán (2013). « Odborné vexilologické stanovisko k moravské vlajce » Vexilologie. Zpravodaj České vexilologické společnosti, o.s. č. 169: 3319, 3320 p.. 
  6. František Pícha (2013). « Znaky a prapory v kronice Ottokara Štýrského » Vexilologie. Zpravodaj České vexilologické společnosti, o.s. č. 169: 3320-3324 p.. 

Articles connexesModifier