Ouvrir le menu principal

Reichstag (Autriche)

La première séance du Reichstag à Vienne en 1848.

Le Reichstag [ʁajʃstaɡ][1] (de l'allemand [ˈʁaɪ̯çsˌtaːk][2] Écouter litt. « Diète d'Empire ») était la première assemblée élue en Autriche mise en place à la suite de la révolution de 1848. Il a été inauguré le par l'archiduc Jean-Baptiste d'Autriche, qui représente l'empereur en fuite[3]. Les premières sessions ont eu lieu dans le manège d'hiver (Winterreitschule) de l'École espagnole d'équitation au palais impérial du Hofburg à Vienne.

ConstitutionModifier

 
Le manège d'hiver à nos jours.

L'assemblée est constituée de 383 députés de langue germanique et slave issus des terres de la Couronne de l'empire d'Autriche. Les pays du royaume de Hongrie n'y sont pas représentés, ayant leur propre assemblée à Pest. Les nationalités représentées sont donc les Tchèques des pays de la Couronne de Bohême, les Polonais, les Ruthènes et les Roumains de la Galicie, les Italiens du Tyrol et du Littoral autrichien, les Croates de la Dalmatie, et les Allemands des territoires héréditaires des Habsbourg, qui sont en minorités. Cette grande diversité linguistique rend la communication difficile. 92 députés sont agriculteurs ou petits propriétaires terriens, en comparaison au parlement de Francfort ils ne sont que 3[4],[3].

Parmi les députés figuraient les ministres Alexander Bach, Anton von Doblhoff-Dier, Franz von Pillersdorf et Johann von Wessenberg, ainsi que les écrivains Karel Havlíček Borovský, František Ladislav Rieger et Josef Kajetán Tyl, le historien František Palacký, l'aristocrate Alfred Józef Potocki et le rabbin Isaak Mannheimer.

TravailModifier

Son principal fait d'armes est d'avoir aboli la seigneurie le . L'empereur ratifiant la loi le 7 septembre[5],[3]. Le servage avait été déjà abrogé dans le cadre du Joséphisme en 1792, confirmé par le Code civil autrichien (ABGB) de 1812.

FinModifier

Dès le , il doit déménager de Vienne à Kroměříž (Kremsier) en Moravie pour fuir la révolution d'octobre qui éclate dans la capitale autrichienne. Il est finalement dissous le [5],[3].

ConséquencesModifier

 
Plaque commémorative dans la Reitschulgasse

Un projet de renaissance d'une assemblée né avec la mise en place du diplôme d'octobre en 1860. Toutefois, il n'aurait pas été élu directement, les assemblées régionales auraient désigné les membres.

La Patente de février 1861 prévoit également une assemblée élue. Elle est portée par le ministre-président Anton von Schmerling. Finalement la Hongrie, l'Italie, puis par la suite les tchèques empêchent sa mise en place. Un parlement croupion prend tout de même place dans un bâtiment provisoire en bois devant le Schottentor. Le peuple l'appelle en dérision le « théâtre de Schmerling[6] ». Son nom est changé en Reichsrat, l'empereur François-Joseph ne voulant au départ ne lui donner qu'une valeur consultative. Cette nouvelle assemblée obtient une base institutionnelle lors de la mise en vigueur de la constitution associée au compromis austro-hongrois de 1867.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API.
  2. Prononciation en allemand standard (haut allemand) retranscrite selon la norme API.
  3. a b c et d Siemann 1985, p. 143
  4. Siemann 1985, p. 126
  5. a et b Botzenhart 1998, p. 132
  6. « Schmerlingtheater »

BibliographieModifier

  • (de) Manfred Botzenhart, 1848/1849 Europa im Umbruch, Paderborn, Schöningh, (ISBN 3-506-97003-8) 
  • (de) Wilhelm Brauneder, Österreichische Verfassungsgeschichte, Viennes, (ISBN 3-214-14874-5)
  • (de) Andreas Gottsmann, Der Reichstag von Kremsier und die Regierung Schwarzenberg. Die Verfassungsdiskussion des Jahres 1848 im Spannungsfeld zwischen Reaktion und nationaler Frage., Viennes, coll. « Geschichte und Politik »,
  • (de) G. Kolmer, Parlament und Verfassung in Österreich, t. 1,
  • (de) Herbert Schambeck, Österreichs Parlamentarismus, Berlin, Duncker & Humblot, (ISBN 978-3-428-06098-6)
  • (de) Wolfram Siemann, Die deutsche Revolution von 1848/49, Francfort-sur-le-main, Suhrkamp, (ISBN 3-518-11266-X) 

Liens externesModifier