Ouvrir le menu principal

Montfermier

commune française du département de Tarn-et-Garonne

Montfermier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Quercy-Aveyron
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy caussadais
Maire
Mandat
Rémy Soupa
2014-2020
Code postal 82270
Code commune 82128
Démographie
Population
municipale
104 hab. (2016 en diminution de 1,89 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 13′ 12″ nord, 1° 24′ 38″ est
Altitude 210 m
Min. 125 m
Max. 229 m
Superficie 6,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montfermier

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montfermier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montfermier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montfermier

Montfermier est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

GéographieModifier

Montfermier est une petite commune rurale située sur les coteaux à mi-chemin entre Montauban et Cahors et sur la RD 20 à mi-chemin entre Molières et Montpezat (6 km), dans le Quercy Blanc ou Bas Quercy.

Les paysages sont formés de terres agricoles très variées : bois, prairies, cultures, lacs collinaires...

Communes limitrophesModifier

La commune est limitrophe du département du Lot.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Une autre petite commune voisine, Lesparre aujourd'hui lieu-dit, existait. Son conseil, par délibération, demanda à ce qu’elle soit rattachée à la commune de Montfermier, le . Le conseil de cette dernière délibéra favorablement dans ce sens. Mais, c'est seulement le 3 février 1797, que le préfet du Lot (le Tarn-et-Garonne n‘existait pas encore), autorisa la fusion des deux communes. Lorsque Napoléon Ier créa le Tarn-et-Garonne en 1808, Montfermier se trouva incluse dans ce nouveau département, en position limitrophe du Lot (commune de Castelnau-Montratier). Une péninsule, partant de Lesparre, englobant les lieux-dits Poujols et Brousse, demeura au département du Lot quelques années (vraisemblablement par la volonté des propriétaires, qui avaient des relations).

Puis un échange eut lieu avec le Lot, avec des terres situées entre la rivière Lemboulas et le chemin Moissaguais, pour que les contours de la commune soient plus cohérents et forment d’ailleurs ainsi un quadrilatère presque parfait.

Les copies de différents documents d’archives, nous permettent de remonter, pour certaines origines, jusqu’au XIIe siècle :

  • château de Lesparre, dont subsiste la motte castrale avec souterrain ;
  • la famille De Beaufort, seigneurs et comtes de Lesparre, dont nous trouvons trace du XIIe siècle à fin XIXe siècle (nobles, militaires, officiers, écuyers du roi) ;
  • les armes de Jean de Beaufort[Lequel ?], étaient un écu azur avec une fleur de lis d’or posée à droite de l’écu et deux demi-fleurs de Lis de même posées une au-dessus de l’autre du côté gauche, (preuve pour l’école militaire en 1775).

La paroisse, au XIVe siècle, était propriété de la famille Des Prés de Montpezat-de-Quercy. Au XVIIIe siècle, l'abbaye de La Garde Dieu en avait le patronage. Mais c’était l’évêque de Cahors qui nommait directement les prêtres à la cure.

Un registre ouvert en 1611 et tenu quelques années par Jean Robert, consul, reflète ce qu’était une juridiction, telle que Montfermier, à l’époque.

L'école communale est désaffectée depuis les années 1980. Elle a été transformée en salle des fêtes. Depuis 2004, une nouvelle salle polyvalente attenante à l'école a été construite.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1925 François Landou    
1925 1929 Guillaume Arades    
1929 1965 Elie Lafargues    
mars 1965 1995 Jean Soupa    
Juin 1995 2014 Rémy Theron    
mars 2014 En cours
(au avril 2014)
Rémy Soupa    

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Fermier-montois.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 104 habitants[Note 1], en diminution de 1,89 % par rapport à 2011 (Tarn-et-Garonne : +5,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
202216285321315290326308308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
313298301286265249260264263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
249239203195188189187190180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
176143118126120109111111105
2016 - - - - - - - -
104--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Les cultures et productions agricoles sont : vignobles pour le raisin de table chasselas (le chasselas de Moissac qui bénéficie de l'appellation d'origine contrôlée AOC depuis 1971), muscat...) et le vin coteaux-du-quercy labellisé AOC depuis le 29 octobre 2011, pétillant de muscat...), céréales, fruits (melons du Quercy, prunes, pêches...).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L’église de Montfermier, paroisse Saint Jean Baptiste, au village, est un édifice du début du XVIe siècle. Plusieurs fois endommagée, elle fut souvent réparée avec des moyens de fortune. Il y a une dizaine d’années, elle a fait l’objet de travaux plus conséquents, et l’on peut à nouveau admirer les ogives gothiques à la base du clocher.
  • Motte féodale au lieu-dit Lesparre.
  • L'ancienne école et la salle des fêtes sont situées à 1 km au nord du bourg.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier