Montaigu-de-Quercy

commune française du département de Tarn-et-Garonne

Montaigu-de-Quercy
Montaigu-de-Quercy
Vue générale.
Blason de Montaigu-de-Quercy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Serres en Quercy
Maire
Mandat
Robert Alazard
2020-2026
Code postal 82150
Code commune 82117
Démographie
Population
municipale
1 306 hab. (2018 en diminution de 4,67 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 28″ nord, 1° 01′ 08″ est
Altitude 250 m
Min. 131 m
Max. 295 m
Superficie 76,44 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Pays de Serres Sud-Quercy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montaigu-de-Quercy
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montaigu-de-Quercy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaigu-de-Quercy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaigu-de-Quercy
Liens
Site web montaigu-de-quercy.fr/

Montaigu-de-Quercy est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montacutains.

GéographieModifier

Commune située dans le Quercy et plus précisément dans le Quercy Blanc en Agenais, à 33 km au nord de Moissac, entre Fumel et Lauzerte. La commune est limitrophe des départements du Lot et de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophesModifier

Montaigu-de-Quercy est limitrophe de onze autres communes dont trois dans le département du Lot et trois dans le département de Lot-et-Garonne.

 
Carte de la commune de Montaigu-de-Quercy et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par la Petite Séoune et son affluent le Ruisseau de Montsembosc ainsi que par le Boudouyssou un affluent du Lot.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 7 644 hectares ; son altitude varie de 131 à 295 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Accès avec les routes départementales D 2 et D 7. Voir aussi l'ancien Tramways de Tarn-et-Garonne.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 12,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 10,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 873 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1992 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records MONTAIGU (82) - alt : 225m, lat : 44°19'18"N, lon : 01°00'12"E
Statistiques établies sur la période 1992-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1992 au 30-04-2014
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,6 4,5 6,6 10,2 13,4 15 15,2 11,9 9,9 5,2 2,9 8,3
Température moyenne (°C) 5,8 6,8 9,7 12 16,1 19,6 21,4 21,5 17,7 14,4 8,9 6 13,4
Température maximale moyenne (°C) 9,1 11 14,9 17,5 21,9 25,7 27,8 27,7 23,6 19 12,5 9,2 18,4
Record de froid (°C)
date du record
−10
13.01.03
−14
09.02.12
−10
01.03.05
−2,5
04.04.1996
1
06.05.02
4
01.06.06
7
02.07.12
6,5
29.08.1998
2,5
27.09.10
−4
16.10.09
−7
17.11.07
−10
26.12.10
−14
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
18,5
15.01.1993
23,5
15.02.1998
26
20.03.05
30
08.04.11
34
30.05.01
39
21.06.03
38,5
21.07.06
41
12.08.03
36
03.09.05
30
02.10.11
23
01.11.1999
18
08.12.10
41
2003
Ensoleillement (h) 118,3 129,2 169,2 170,2 189,1 197,9 204,9 206 189,8 150,6 117,5 108,7 1 951,2
Précipitations (mm) 73 66,4 62,2 78,6 86,5 67,1 53,7 61,4 68,1 73 74,3 76,2 840,5
Source : « Fiche 82117001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Montaigu-de-Quercy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[9],[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (37,4 %), terres arables (24,1 %), forêts (19,2 %), prairies (14,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,4 %), zones urbanisées (0,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme castello quem vocant Montem acutum, c’est-à-dire un « château qu’on appelle mont aigu » dans un texte de 1040, de Gotz en 1328[15].

Son nom fait référence à la capacité de défense que recèle sa situation[style à revoir]. En effet, le toponyme est issu du latin mons, « montagne », « mont », et acutus, « aigu »[16].

HistoireModifier

En 1580, la ville est prise par les protestants commandé par Agrippa d'Aubigné, qui la défend ensuite contre les troupes royales du comte de Lude[17].

HéraldiqueModifier

La ville de Montaigu-de-Quercy a adopté le blason de la branche aînée de la famille Montagu-Mondenard qui possédait un château à Montaigu-de-Quercy qui a disparu[18].

Présentation du blason

Les armes peuvent se blasonner ainsi :
« Écartelé d'argent et d'azur. »

Politique et administrationModifier

 
Mairie

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[19],[20].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de l'arrondissement de Castelsarrasin de la communauté de communes du Pays de Serres en Quercy et du canton du Pays de Serres Sud-Quercy (avant le redécoupage départemental de 2014, Montaigu-de-Quercy était le chef-lieu de l'ex-canton de Montaigu-de-Quercy et avant le elle faisait partie de la communauté de communes de Montaigu-de-Quercy Pays de Serres).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 2001 André Combedouzou    
mars 2001 2008 François Comte    
mars 2008 En cours Robert Alazard DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux-ditsModifier

La commune de Montaigu-de-Quercy compte 181 lieux-dits ou écarts, parmi lesquels[21] : Le Clos, Maison-Neuve, Bel-Air, Le Chalet, Laval, La Tuiliere, Montplaisir, Le Faure, Le Roc, La Serre, etc.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2018, la commune comptait 1 306 habitants[Note 4], en diminution de 4,67 % par rapport à 2013 (Tarn-et-Garonne : +3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3603 7263 8724 2214 1724 2054 0733 8913 788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7003 5003 4503 2203 0903 0222 8832 7592 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3912 2231 9941 8411 8341 8601 8441 7411 674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5891 5961 4811 5261 6341 4401 4211 4181 415
2013 2018 - - - - - - -
1 3701 306-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[26] 1975[26] 1982[26] 1990[26] 1999[26] 2006[27] 2009[28] 2013[29]
Rang de la commune dans le département 16 22 20 21 24 28 30 36
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

ÉconomieModifier

Viticulture : coteaux-du-quercy (AOVDQS).

EnseignementModifier

Montaigu-de-Quercy fait partie de l'académie de Toulouse.

L'enseignement est assuré sur la commune par une école primaire (maternelle et élémentaire)[30].

SantéModifier

Maison de retraite type EHPAD

Culture et festivitésModifier

Comité des fêtes, office de tourisme,

Activités sportivesModifier

Tour de Tarn-et-Garonne, pétanque,

Écologie et recyclageModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Moulin de Bagor en 2006

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Maurice Onfroy, Montaigu-de-Quercy, ses seigneurs, son canton, Montaigu-de-Quercy, Tardy Quercy, 1986, 686 p.
  • Maurice Onfroy, Montaigu-de-Quercy II. Devant l'histoire, sous le signe de la fidélité, Montaigu-de-Quercy, Tardy Quercy, 1986, 443 p.
  • Frédéric Jordan (Fédération Française de Course d'Orientation), Base de loisirs de Montaigu-de-Quercy, Paris, FFCO, 2005. (Cartographie).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2021)
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 11 juillet 2021)
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 11 juillet 2021)
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  15. Paul Burgan, André Lafon - Toponymie du Tarn-et-Garonne: dictionnaire étymologique ; les noms de communes, des anciennes paroisses et des lieux-dits importants.[réf. incomplète].
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963 [réf. incomplète].
  17. Une biographie d'Agrippa d'Aubigné. En ligne
  18. Famille de Mondenard : le château des Montagu à Montaigu-de-Quercy
  19. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  20. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 16 septembre 2020).
  21. « Patrimoine historique de Montaigu-de-Quercy - Description de Montaigu-de-Quercy », sur patrimoine-de-france.com (consulté le 11 juillet 2017).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  27. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  28. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  29. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  30. http://www.montaigu-de-quercy.fr/fr/ecole/ecole-publlique.html
  31. « La nouvelle vie du moulin de Bagor », La dépêche du midi,‎ (lire en ligne).
  32. a et b « Eglise Notre-Dame-de-Gouts », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  33. a et b « Eglise Saint-Pierre de Pervillac », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  34. a et b « Église paroissiale de la Nativité-de-Notre-Dame », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  35. « Église paroissiale Sainte-Cécile », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  36. a et b « Église paroissiale Saint-Michel », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  37. « Église paroissiale Saint-Pierre », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  38. a et b « Église paroissiale Saint-Pierre », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)
  39. a et b « Église paroissiale Saint-Vincent », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 23 juin 2021)