Ouvrir le menu principal

Milhars

commune française du département du Tarn

Milhars
Milhars
Blason de Milhars
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Carmaux-2 Vallée du Cérou
Intercommunalité Communauté de communes du Cordais et du Causse
Maire
Mandat
Pierre Paillas
2014-2020
Code postal 81170
Code commune 81165
Démographie
Gentilé Milharsois, Milharsoise
Population
municipale
236 hab. (2016 en diminution de 3,67 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 07′ 41″ nord, 1° 52′ 48″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 461 m
Superficie 16,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Milhars

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Milhars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Milhars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Milhars

Milhars (prononcer milliarss) est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Milhars est situé à 100 km de Toulouse, 60 km de Montauban, 66 km de Cahors, 30 km de Villefranche-de-Rouergue, 100 km de Rodez, 48 km d'Albi, 17 km de Cordes-sur-Ciel en Pays de Vaour, ce pays est situé en lisière de la forêt de Grésigne, du vignoble de Gaillac, des gorges de l'Aveyron et de la vallée du Cérou. Elle est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophesModifier

Milhars est limitrophe de huit autres communes dont deux dans le département de Tarn-et-Garonne.

 
Carte de la commune de Milhars et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Cérou, un affluent de l'Aveyron.

GéologieModifier

La superficie de la commune est de 1 628 hectares ; son altitude varie de 130 à 461 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Accès avec les bus Tarn'bus.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Vaour a été le siège d'une commanderie de templiers dont le cartulaire signale les diverses possessions.

HéraldiqueModifier

  Blason D'argent au chevron d'azur, accompagné en pointe d'un pont d'une arche de sable sur une rivière aussi d'azur, au chef de gueules chargé d'un cor de chasse d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la communauté de communes du Cordais et du Causse et du canton de Carmaux-2 Vallée du Cérou (avant le redécoupage départemental de 2014, Milhars faisait partie de l'ex-canton de Vaour) et de la communauté de communes du Causse Nord-Ouest du Tarn jusqu'au 1er janvier 2017.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Barrau    
mars 2014 En cours Pierre Paillas    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 236 habitants[Note 1], en diminution de 3,67 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
797707788837829817814813803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
778724723703748691661631557
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
516508443369416436431380385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
374350351341316262262262236
2016 - - - - - - - -
236--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 118 132 151 150 173 193 194 210
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

ÉconomieModifier

EnseignementModifier

Milhars fait partie de l'Académie de Toulouse.

Culture et festivitéModifier

SportsModifier

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclageModifier

Lieux et monumentsModifier

Ces villages paisibles séduisent les passionnés de vieilles pierres et de lieux chargés d’histoire (châteaux médiévaux, commanderie des Templiers, castrum, églises, musée, site cathare).

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Lieu-dit au sud-est de la commune sur la route départementale D600 44° 07′ 05″ N, 1° 54′ 05″ E. Aussebaisse sur la carte IGN, Aussabaisse (1174, église) , Sainte-Marie-d'Ausse-Vaïsse (1338), Haute-Baisse (19 juin 1593, membre de Rayssac)[13].

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. Auguste Vidal, L'ancien diocèse d'Albi, d'après les registres de notaires, A. Picard et fils (Paris), , p. 257 (doc. n°1687), disponible sur Gallica
  14. Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem : suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, Paris, Imp. Paul Dupont, (lire en ligne), p. 44