Meknassas

Meknassas ou Imeknasen[1] (en berbère : ⵉⵎⴽⵏⴰⵙⵏ Imeknasen) ou (en arabe : المكناسيون ) est, au Moyen Âge, une tribu berbère.

Origine et territoireModifier

Les Meknassas sont une tribu berbère zénète.

La tribu berbère des Meknassas a contrôlé une partie du Maroc oriental jusqu’à la limite de Tafilalet durant le VIIIe siècle[2]. Au début VIIIe siècle, Les Banû Wassûl, une confédération tribale appartenant à la tribu des Meknassas, fondent la ville Sijilmassa[3]. Les Banû Midrar, une branche des tribus Meknassas, fondent une dynastie (l'emirat de Sijilmassa au Tafilalet) dont l'autorité s'étend aux contrées du sud ouest de l'Algérie[4].

Au Moyen Âge, les habitants du Touat étaient proches de deux villes importantes au Sahara, à l'Ouest Sijilmassa et à l'Est d'Ouargla. Les Banou Midrar des Meknassa étaient à l'Est et l'Ouest et étaient des Sufrites, ils fondent Sijilmassa et contrôlaient les routes vers Bilad al Habech (pays des Noirs) et Bilad Soudan. Ces Meknassas avaient le contrôle de plusieurs villes dont Tiaret. Leur capitale reste Sijilmassa, ce que A.G. P Martin et Zerouki (spécialiste de l'histoire ibadites) confirment[5]. Les liens entre Ibn Rûstum, fondateur de Tiaret, étaient étroites avec les Banou Midrar.

En 1067 de notre ère, Al-Bakri plaçait des Meknessas [6] au nord de la nouvelle Tahart, ce qui correspond à l'extrémité occidentale de l'Ouarsenis, habité aujourd'hui par le groupe berbère zénète des Beni-Ouragh[7].

Un siècle après, Al Idrissi[6] plaçait des Meknessas dans l'Ouarsenis[6]. Enfin, de nos jours, nous retrouvons encore une tribu chez les Beni-Ouragh, c'est-à-dire à la place où les deux écrivains arabes avaient signalé sa présence[7].

C'est là un des rares exemples de tribus qui aient conservé, à travers tant d'années et surtout tant de vicissitudes, leur nom avec la place qu'elles occupaient[7].

HistoireModifier

Vers le XIe siècle, ils fondent la dynastie aftaside à Badajoz, en al-Andalus.

ImmigrationModifier

Ils ont immigré vers le Maghreb, dans le centre de l'actuel Maroc et dans l'ouest de l'actuelle Algérie, avec l'avènement de l'islam.

Division en groupesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Khelifa, A., « Miknaça/Miknasa. (*Imeknasen) », Encyclopédie berbère, no 32,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne, consulté le 25 mars 2018)
  2. UNESCO
  3. Ksour et saints du Gourara: dans la tradition orale, l'hagiographie et les chroniques locales, Rachid Bellil, C.N.R.P.A.H., 2003, Pour afficher « p. 82 », veuillez utiliser le modèle {{p.|82}}, livre en ligne
  4. Algérie: le passé revisité : une brève histoire de l'Algérie, Chems-Eddine Chitour, Casbah Editions, 2004, Pour afficher « p. 197 », veuillez utiliser le modèle {{p.|197}}, livre en ligne
  5. Les oasis du Gourara (Sahara algérien) par Rachid Bellil, page 92
  6. a b et c Exploration scientifique de l'Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842 et Par ordre du Gouvernement et avec le concours d'une commission académique 1853, p. 159.
  7. a b et c [Exploration scientifique de l'Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842/ Gouverneur général, 1853], Page 159.

Articles connexesModifier