la Moulouya
Illustration
Carte.
Cours de la Moulouya (carte interactive)
Caractéristiques
Longueur 600 km
Bassin 74,000 km2
Bassin collecteur Moulouya
Débit moyen 50 m3/s
Cours
Source à la jonction du massif du Moyen et du Haut Atlas
· Localisation à l'ouest de Midelt
· Altitude 1 835 m
· Coordonnées 32° 35′ 16″ N, 5° 34′ 56″ O
Embouchure la Méditerranée
· Localisation entre Ras El Ma et Saïdia
· Altitude m
· Coordonnées 35° 07′ 26″ N, 2° 20′ 30″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau du Maroc Maroc

La Moulouya (en rifain : Melwacht, en arabe : ملوية Malwiyyah) est un fleuve qui prend naissance à la jonction du massif du Moyen et du Haut Atlas dans la région d'Almssid dans la province de Midelt. Il est long de 600 km[réf. nécessaire] et se jette dans la mer Méditerranée, dans la région du Rif, dans les plaines de Kebdana, à l’extrême nord-est du Maroc. Son embouchure est située à 14 km de la frontière algéro-marocaine.

GéographieModifier

HydrologieModifier

La Moulouya dessert une partie du Maroc oriental et se jette dans la mer Méditerranée près de la ville de Saïdia, à Ras El Ma (province de Nador). L'embouchure s'étire sur 2 700 hectares à 30 kilomètres de la ville de Berkane. Son bassin versant est d'une superficie totale de 74 000 km2 et sa fonction principale est de drainer les eaux du Rif oriental et du Moyen Atlas à l'ouest ainsi que le Haut Atlas au sud. Ce bassin compte cinq barrages (Mohammed V[1], Machraa Hammadi[2], Hassan II[3], Enjil[4] et Arabat[5]).

Bassin hydrauliqueModifier

Le bassin hydraulique de la Moulouya s'étend sur 74 000 km2. Il couvre les sous-bassins de la Moulouya, Kert, Isly, Kiss, Chott Tigri et une partie de la zone Bouarfa-Figuig. [1]

Le Za est le principal affluent de la Moulouya.

BiodiversitéModifier

L'embouchure de la Moulouya (35°06’ N - 2°22’ W) a été classée site d'intérêt biologique et écologique (SIBE), puis en tant que site RAMSAR en 2005. Il s'agit donc d'une zone de biodiversité importante, riche en végétation aquatique [2]. Cinq systèmes d’habitats ont été recensés : marin, estuarien, d’eau courante, palustre et enfin lacustre.

Les espèces observées:

Quelques rares oiseaux ont été observés à Saidia et au niveau du pont sur l'Oued Cheraâ à Berkane:

Rôle dans l'histoireModifier

Dans l'antiquité, elle a un temps marqué la limite entre la Maurétanie et la Numidie.

Elle a ensuite marqué la séparation entre les deux provinces romaines qui composaient la Maurétanie. À savoir la Maurétanie tingitane et la Maurétanie césarienne[6].

En 1289, elle a servi de limite aux territoires des zianides qui occupaient le Maghreb central, avant d'être récupérée[7] part les mérinides qui ont ensuite plusieurs fois attaqué Tlemcen[8],[9].

Plus tard, elle a également marqué quelques années la limite entre les territoires des Saadiens d'un côté , et l'empire ottoman de l'autre.

Au-delà du Za, la Moulouya a marqué la limite orientale de la principauté de Debdou pendant son existence.

À l'arrivée des Alaouites au pouvoir au Maroc, la Moulouya cesse de servir de frontière, cette dernière étant reportée, selon les périodes, à la Tafna ou à l'oued Kiss.

Liens externesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier

  1. http://www.water.gov.ma/02patrimoine/fiches-barrages/067.htm
  2. http://www.water.gov.ma/02patrimoine/fiches-barrages/064.htm
  3. http://www.water.gov.ma/02patrimoine/fiches-barrages/047.htm
  4. http://www.water.gov.ma/02patrimoine/fiches-barrages/040.htm
  5. http://www.water.gov.ma/02patrimoine/fiches-barrages/021.htm
  6. Gustave Boissière, Esquisse d'une histoire de la conquête et de l'administration romaines dans le nord de l'Afrique : et particulièrement dans la province de Numidie, , 438 p. (lire en ligne), p. 35.
  7. « Une résistance de plus de huit ans | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 22 mai 2020)
  8. Richard L. Lawless, « Tlemcen, capitale du Maghreb central. Analyse des fonctions d'une ville islamique médiévale », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 20, no 1,‎ , p. 49–66 (DOI 10.3406/remmm.1975.1329, lire en ligne, consulté le 19 mai 2020)
  9. Med Kamel Yahiaoui, Berbères et Arabes, l'histoire controversée, , 152 p. (ISBN 978-2-322-03979-1, lire en ligne), p. 67.