Ouvrir le menu principal

Laguatan

(Redirigé depuis Luwata)

Les Laguatans (pluriel : Ilaguas) sont une confédération de tribus berbères qui résidait en Cyrénaïque pendant la période romaine[1]. Ils sont décrits comme principalement des pillards et des nomades, mais d'autres les considèrent comme un groupe établi, qui razziait également[2]. Depuis sa première apparition à la fin du troisième siècle de notre ère, la confédération joue un rôle important dans la politique de l’Afrique romaine, vandale, byzantine et au début de l'ère arabe.

Ils émergent à la fin du iiie siècle, lorsque les premiers groupes ont commencé une migration vers l'ouest depuis leurs régions d'origine dans le désert libyen. Sous le nom d'Austuriani (reflétant probablement une sous-tribu dominante à l'époque), ils apparaissent comme des pilleurs de la Cyrénaïque et de Tripolitaine au ive siècle. Dans les années 520, sous leur chef Cabaon, ils remportent une victoire majeure sur les Vandales, gagnant une indépendance effective par rapport à ces derniers[3]. En 540, l’officier militaire byzantin Serge a assassiné 80 dirigeants de la confédération lors d’un banquet, ce qui provoque une révolte[4]. Les Laguatans ont rejoint d'autres chefs de tribus berbères qui s'étaient également rebellés, y compris le chef Frexes, Antalas.

Selon le poète byzantin Corippe, ils sont païens, et vénèrent Gurzil, identifié comme étant le fils d'Amon et d'une vache[5].

Pendant le moyen âge islamique, Ibn Khaldoun note que ce groupe tribal est connu sous le nom de Lawata, Luwata ou Louata, et s'est propagé des oasis du désert occidental d'Égypte par la Cyrénaïque, la Tripolitaine au sud et au centre de la Tunisie et l'Algérie orientale[6].

Le voyageur musulmant tangérois Ibn Battûta était un descendant de cette tribu.

RéférencementModifier

RéférencesModifier

  1. Wickham 2007, p. 333.
  2. Mattingly 1983, p. 96.
  3. Mattingly 1983, p. 97-98.
  4. Martindale, Jones et Morris 1992, p. 1125, 1175.
  5. Mattingly 1983, p. 98-99.
  6. Mattingly 1983, p. 99-100.

BibliographieModifier

  • D. J. Mattingly, « Laguatan. (Ilaguas ; Leuathae ; Louāta/Lawāta) », dans Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (lire en ligne), p. 4314-4318
  • (en) D. J. Mattingly, « The Laguatan: A Libyan Tribal Confederation in the Late Roman Empire », Libyan Studies: Annual report of the Society for Libyan Studies, no 14,‎ , p. 96-108 (lire en ligne [PDF])
  • (en) Isabella Sjöström, Tripolitania in Transition Avebury, Aldershot, (ISBN 1-85628-707-6)
  • Charles Diehl, L'Afrique byzantine: histoire de la domination byzantine en Afrique (533-709), Paris, Ernest Leroux, , 644 p. (lire en ligne)
  • (en) John Robert Martindale, Arnold Hugh Martin Jones et John Morris, The Prosopography of the Later Roman Empire, Volume III: A.D. 527–641, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-20160-8)
  • Yves Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle), Publications de l’École française de Rome, , 900 p. (ISBN 9782728306404 et 9782728310036, DOI 10.4000/books.efr.1395, lire en ligne)