Mérida (Espagne)

ville d'Espagne dans la province de Badajoz

Mérida
Blason de Mérida
Héraldique
Drapeau de Mérida
Drapeau
Mérida (Espagne)
Collage de Mérida
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Commune
Communauté autonome Drapeau de l'Estrémadure Estrémadure (capitale)
Province Drapeau de la province de Badajoz Province de Badajoz
Comarque Mérida
District judic. Mérida
Budget 82 546 065,32 (2007)
Maire
Mandat
Antonio Rodríguez Osuna (PSOE)
2023-2027
Code postal 06800
Démographie
Gentilé Emeritense
Population 59 461 hab. ()
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 54′ 54″ nord, 6° 20′ 19″ ouest
Altitude 217 m
Superficie 86 561 ha = 865,61 km2
Distance de Madrid 344 km
Rivière(s) Le Guadiana
Divers
Patrimoine mondial Ensemble archéologique (1993)
Saint patron Sainte Eulalie de Mérida (10 décembre)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
Mérida
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
Mérida
Géolocalisation sur la carte : Estrémadure
Voir sur la carte administrative d'Estrémadure
Mérida
Géolocalisation sur la carte : province de Badajoz
Voir sur la carte administrative de province de Badajoz
Mérida
Liens
Site web www.merida.es

Mérida (du latin : Augusta Emerita), en estrémègne Méria, est une ville espagnole, capitale de l'Estrémadure. Elle compte 60 000 habitants.

L'ensemble archéologique de Mérida est inscrit au patrimoine de l'UNESCO depuis 1993[1].

Géographie modifier

Situation modifier

Mérida est située au centre de la région d'Estrémadure, au sud-ouest de l'Espagne, à une altitude de 217 m, au confluent de la rivière Albarregas avec le fleuve Guadiana.

Climat modifier

Le climat de Mérida est de type méditerranéen-continental avec une influence atlantique, en raison de la proximité de la côte portugaise. Les hivers sont doux avec une température qui passe rarement en dessous de zéro, et les étés sont chauds avec des maxima qui peuvent dépasser les 40 °C. Les précipitations sont de 450 mm en moyenne. Les mois les plus arrosés sont novembre et décembre, alors que les étés sont secs avec un minimum en juillet et août. Des cycles de sécheresse de 2 à 5 ans sont habituels, à l'égal des régions sud de l'Espagne.

 
Relevés pluviométriques et de températures de Mérida.

Démographie modifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2004 2006
49 28451 83050 27152 20053 915

Histoire modifier

Fondation et époque romaine modifier

Selon l'avis le plus diffusé, la ville est fondée sous le nom d'Emerita Augusta par Octave Auguste en 25 av. J.-C. pour les soldats méritants ayant fini leur service (vétérans) dans les deux légions des guerres cantabres : la Ve légion Alaudae et la Xe Gemina. Le terme emeritus signifie en latin « retiré, retraité » et se réfère aux soldats démobilisés avec honneur. La ville devint capitale de la province romaine de Lusitanie.

Durant des siècles, jusqu’à la chute de l'Empire romain d'Occident, Mérida est un important centre militaire, juridique, économique et culturel.

Après l'époque romaine modifier

Au Ve siècle, Mérida souffre des incursions des barbares (Vandales, Alains et Suèves, puis Wisigoths) qui ont envahi l'Hispanie en 409.

En 448, le roi suève Rechila meurt à Mérida. Plus tard, la ville devient brièvement la capitale du royaume wisigoth d'Espagne et le roi Agila y est assassiné en 555. Mérida est supplantée peu après par Tolède, sous le règne du roi Athanagild (555-567), mais conserve une certaine importance jusqu'à la chute du royaume wisigothique au début du VIIIe siècle. Au cours du VIIe siècle, de nombreuses monnaies wisigothiques sont frappées à Emerita.

En juin 712, le chef arabe Moussa Ibn Noçaïr conquiert la ville[2] et s'empare d'Egilona, la dernière reine des Wisigoths.

En 1230, elle est prise par les troupes chrétiennes d'Alphonse IX de León.

Durant la guerre civile espagnole, la ville est conquise par l'Armée d'Afrique commandée par le nationaliste Juan Yagüe Blanco après un bref combat dès le 11 août 1936.

Elle est choisie en 1983 comme capitale de la communauté autonome d'Estrémadure.

Depuis cette époque, la ville sort de son long sommeil et met en valeur son patrimoine architectural historique.

Politique et administration modifier

 
L'hôtel de ville de Mérida.

Mérida appartient à la province de Badajoz et à la communauté autonome d'Estrémadure, dont elle constitue la capitale. Elle accueille donc le siège de la Junte et de l'Assemblée d'Estrémadure.

Conseil municipal modifier

Lors des élections municipales du , la ville de Mérida comptait 59 352 habitants. Son conseil municipal (Pleno del Ayuntamiento) se compose donc de 25 élus.

Composition du conseil municipal par mandature depuis 1979[3]
Parti 1979 1983 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011 2015 2019 2023
CDS 2
Cs 2 3
DP 2
PCE 0 2 3 4 6 2 0 0 1 2
IU
ORT 3
CD 5 6 6 10 13 13 12 13 8 5 6
CP
AP
PP
PSOE 8 14 14 15 9 10 12 13 10 11 13 14
SIEX 1
UP 2
UCD 10
Vox 2 2
XMérida 2
Total 21 21 25 25 25 25 25 25 25 25 25 25

Liste des maires modifier

Maires de Mérida par mandature depuis 1979[4]
Mandature Maire Parti
1979-1983 Martín López Heras
Antonio Vélez Sánchez (1981)
PSOE
1983-1987 Antonio Vélez Sánchez PSOE
1987-1991 Antonio Vélez Sánchez PSOE
1991-1995 Antonio Vélez Sánchez PSOE
1995-1999 Pedro Acedo Penco PP
1999-2003 Pedro Acedo Penco PP
2003-2007 Pedro Acedo Penco PP
2007-2011 José Ángel Calle Gragera PSOE
2011-2015 Pedro Acedo Penco PP
2015-2019 Antonio Rodríguez Osuna PSOE
2019-2023 Antonio Rodríguez Osuna PSOE
2023-2027 Antonio Rodríguez Osuna PSOE

Économie modifier

Patrimoine modifier

 
Les arènes de Mérida.

De par son prestigieux passé d'opulente cité romaine, Mérida a conservé un richissime patrimoine archéologique, comprenant entre autres un théâtre, un amphithéâtre, des aqueducs, un temple, le pont sur le Guadiana...

L'ensemble archéologique de Mérida est inscrit au patrimoine de l'UNESCO depuis 1993.

La ville conserve également un remarquable patrimoine de l'époque médiévale et de la Renaissance, dont l'alcazaba omeyyade.

Culture modifier

 
Sculptures dans le musée national d'art romain.

La ville de Mérida est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1993 sous le nom "ensemble archéologique de Mérida"[5]. La ville, ancienne capitale provinciale romaine, puis des Suèves et des Wisigoths, puis ensuite capitale frontalière d'Al-Andalus, comporte en effet un grand patrimoine architectural. La ville a hérité de cette riche histoire un grand nombre de monuments garnissant son centre-ville, et justifiant son inscription à l'Unesco. Les plus notables sont l'amphithéâtre, le théâtre, le temple de Diane et le cirque pour la période romaine, l'Alcazaba (une citadelle) pour la période arabe, la basilique Santa Eulalia pour le Moyen Âge, et la plaza de España ainsi que le pont de Lusitanie pour la période moderne[6]. La ville jouit donc d'une grande diversité architecturale, concentrée dans un espace pourtant resteint (Mérida ne compte "que" 60 000 habitants). À noter que c'est la richesse des vestiges romains qui fait principalement la renommée de la ville: l'Unesco fait état d'une part d'importants vestiges romains, et d'autre part du "développement urbain ultérieur montrant l'évolution d'une ville européenne sur 2000 ans"[5]. Les édifices post-romains sont effectivement moins nombreux, et plus communs, ce qui ne les empêche pas de se faire témoin des différentes civilisations ayant occupé Mérida. Ce qui fait la particularité des vestiges romains, c'est avant tout leur état de conservation excellent, et le fait que la ville se soit développée au fil des siècles en intégrant ces monuments, à tel point qu'ils sont pour certains fusionnés dans l'architecture actuelle de la ville (comme l'arc de Trajan).

Depuis 1986, la préservation du patrimoine historique de Mérida est également soutenue par un Musée national d'art romain. Situé près du théâtre et de l'amphithéâtre, dans un impressionnant bâtiment moderne signé Rafael Moneo, il abrite un grand nombre d'œuvres romaines trouvées lors des fouilles de la ville[7]. Son objectif est à la fois d'exposer les trouvailles des archéologues, mais aussi d'éduquer le visiteur au fonctionnement d'une capitale de province romaine, à son fonctionnement interne comme à son rôle administratif[8]. Les collections de géologie et de préhistoire de la ville, quant à elles, sont présentées gratuitement au MAM (Merida Open Museum), dans un bâtiment ouvert en 2007. Le musée, inauguré en 2001, comprend aussi certains vestiges romains librement accessibles, comme le temple de Diane[9].Il a pour objectif, à sa création, de permettre une meilleure offre touristique et une défense du patrimoine plus efficace. En revanche ,une autre partie des vestiges (par exemple l'amphithéâtre, le cirque, mais aussi l'Alcazaba et la crypte de Sainte-Eulalie) sont payantes. Dans un souci de promotion du tourisme, et afin de faciliter l'accès au patrimoine par tous, ces monuments ont été regroupés sous un tarif unique. Enfin, il convient d'ajouter le musée d'art et de culture Wisigoth, présentant dans l'église de Santa Clara une collection consacrée à la ville entre les 4e et 9e siècles après J-C. Ce bâtiment dépend par ailleurs du musée d'art romain[10].

Chaque été depuis 1993, le Festival de théâtre classique de Mérida a lieu dans le théâtre romain de la ville et met en scène des œuvres dramatiques grecques et latines.

Notes et références modifier

  1. Ensemble archéologique de Mérida (Unesco.org
  2. Târiq Ibn Ziyad : Et la Conquête de l'Andalousie, Argenteuil, Al Bayyinah, , 111 p. (ISBN 978-2-919455-12-6, lire en ligne), p. 70
  3. (es) Ministère de l'Intérieur, « Mapa Electoral », sur infoelectoral.interior.gob.es (consulté le ).
  4. (es) Ministère de la Politique territoriale, « Alcaldes y Concejales », sur mpt.gob.es (consulté le ).
  5. a et b UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Ensemble archéologique de Mérida », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le )
  6. (en-US) « What To See - Turismo Mérida », (consulté le )
  7. « Musée national d'art romain de Mérida (province de Cáceres) », sur Spain.info (consulté le )
  8. (en-US) « Roman Art National Museum - Turismo Mérida », (consulté le )
  9. (es) Manel Miró Alaix, « Museo Abierto de Mérida », sur Stoa, (consulté le )
  10. (en-US) « MUSEO DE ARTE VISIGODO DE MÉRIDA - Turismo Prerrománico », (consulté le )

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier