Marcel Schwob

conteur, poète, traducteur français

Marcel Schwob, né à Chaville (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine) le et mort à Paris le , est un écrivain français — conteur, poète, traducteur, érudit — proche des symbolistes.

Marcel Schwob
Marcel Schwob 1905.png
Portrait publié par L’Illustration en 1905
Biographie
Naissance
Décès
(à 37 ans)
Paris
Sépulture
Pseudonymes
Loyson-Bridet
Loyson- BridetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Écrivain
Poète
Traducteur
Famille
Père
Fratrie
Conjoint
Autres informations
Mouvement
Œuvres principales

BiographieModifier

Marcel Schwob naît dans une famille de lettrés ; son père, George Schwob, était un ami de Théodore de Banville et de Théophile Gautier tandis que sa mère, Mathilde Cahun, appartenait à une famille d'intellectuels juifs originaires d'Alsace[1].

Au moment de la naissance de Marcel, la famille Schwob revient d'Égypte où George était chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères[2]. Au début de la IIIe République, les Schwob sont à Tours, où George dirige Le Républicain d'Indre-et-Loire. En 1876, il prend à Nantes la direction du quotidien républicain Le Phare de la Loire ; à sa mort en 1892, c'est son fils aîné Maurice, né en 1859, qui lui succèdera.

Le premier article de Marcel Schwob est publié dans Le Phare en , un compte-rendu de lecture d'Un capitaine de quinze ans, de Jules Verne[3]. En 1878-1879, il est élève de sixième au Lycée de Nantes et obtient le 1er Prix d'excellence. Il passe directement en quatrième où il n'a plus que le 6e accessit d'excellence (2e prix de version grecque) ; en troisième, il est 2e prix d'excellence (1er prix de composition française et d'anglais)[4]. En 1881, il est envoyé à Paris chez son oncle maternel Léon Cahun, bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Mazarine, afin de poursuivre ses études au lycée Louis-le-Grand, où il se liera d'amitié avec Léon Daudet et Paul Claudel[1]. Il développe un don pour les langues et devient rapidement polyglotte. En 1884, il découvre Robert Louis Stevenson, qui sera un de ses modèles.

Il échoue au concours d'entrée de l'École normale supérieure, mais est reçu premier à la licence ès lettres en 1888. Il échoue de nouveau à l'agrégation en 1889. Il choisit alors une carrière d'homme de lettres et de journaliste, collaborant au Phare de la Loire, à l’Événement, à l’Écho de Paris. Il dirige le supplément littéraire de ce journal, où il introduit Alfred Jarry en 1894 (Ubu roi, en 1896, lui est dédicacé). Il fréquente Paul Valéry, André Gide, Jules Renard et Colette mais aussi Oscar Wilde.

Il se passionne également pour la linguistique et notamment l'argot, pour le langage des coquillards utilisé par Villon dans ses ballades en jargon: contrairement à l'opinion répandue à l'époque (et qui avait été celle qu'avait développée Victor Hugo dans les Misérables), Schwob considère que l'argot n'est pas une langue qui se crée spontanément, mais qu'il est en réalité un langage artificiel et codé[1]. Schwob suit les cours de Ferdinand de Saussure à l'École des Hautes Études[5].

Il commence à publier des séries de contes, à la limite du poème en prose, où il crée des procédés littéraires qui seront repris par d'autres ultérieurement. Ainsi Le Livre de Monelle, en 1894, annonce Les Nourritures terrestres d'André Gide (Marcel Schwob lui en voudra pour cela) ; La Croisade des enfants, l'année suivante, annonce William Faulkner dans As I Lay Dying ; Borges aussi lui avouera une grande dette. Plusieurs de ses recueils sont rapidement traduits en anglais, comme Mimes et La Croisade des enfants.

En 1900, il épouse l'actrice Marguerite Moreno, l'amie de Colette, qu'il a rencontrée en 1895 et qui avait pour lui une affection particulière. Leur franche camaraderie était un mélange d'humour et de rosserie. Elle notera dans Mes apprentissages : « Le plus menaçant visage qui pût couvrir, comme un masque de guerre et d'apparat, les traits mêmes de l'amitié ». La correspondance des deux amants, puis époux, témoigne d'une véritable passion.

La santé de Marcel Schwob est des plus mauvaises. Il tente de fuir son destin en voyageant, à Jersey et, d' à , à Samoa, là même où Stevenson avait fini sa vie[6]. Un peu à la manière des enfants de cette Croisade, qui furent massacrés avant d'atteindre le tombeau du Christ. Marcel Schwob a cependant le temps de revenir en France, terminant sa vie en reclus, laissant une œuvre inachevée.

Il meurt d'une grippe le , à l'âge de trente-sept ans[1]. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

ŒuvresModifier

 
Portrait de Marcel Schwob
par Félix Vallotton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

Œuvres narrativesModifier

  • Cœur double, Ollendorf, 1891[7]
  • Le Roi au masque d’or, Ollendorf, 1892[8]
  • Mimes, Mercure de France,1893
  • Le Livre de Monelle, Léon Chailley, 1894[9]. Réédition, Allia, 1989
  • Annabella et Giovanni, Mercure de France, 1895
  • La Croisade des enfants, Mercure de France, 1896[10]
  • Vies imaginaires, Charpentier-Fasquelle, 1896[11]
  • Spicilège, Mercure de France, 1896[12]
  • La Lampe de Psyché, Mercure de France, 1903
  • Vie de Morphiel, Éditions des Cendres, 1985

Essais et travaux théoriquesModifier

  • Étude sur l’argot français, en collaboration avec Georges Guieysse, Émile Bouillon,1889. Réédition, Allia, 1989
  • La Légende de Serlon de Wilton, Éditions de la Vogue,1899. Réédition dans François Rabelais, Allia, 1990
  • Mœurs des diurnales (sous le pseudonyme de Loyson-Bridet), Mercure de France, 1903. Réédition, Éditions des Cendres, 1986
  • Notes pour le commentaire, La Revue des études rabelaisiennes, 1904. Réédition dans François Rabelais, Allia, 1990
  • François Villon, J. Dumoulin, 1912, Réédition dans Villon François, Allia, 1990
  • Le Parnasse satyrique du XVe siècle, H. Welter, 1905

ThéâtreModifier

  • Jane Shore, en collaboration avec Eugène Morand, Société Marcel Schwob, 2015[13]

Correspondance et diversModifier

  • Il Libro della mia Memoria (inachevé), 1905[14]
  • Chroniques, Droz, 1981
  • Correspondance inédite, Droz, 1985
  • Correspondances Schwob / Stevenson (édition établie et précédée de Une amitié littéraire par François Escaig), Paris, Allia, , 106 p.
  • Dialogues d'Utopie, Ombres, 2001
  • Vers Samoa, Ombres, 2002
  • Maua, La Table ronde, 2009

TraductionsModifier

PréfacesModifier

Œuvres complètesModifier

  • Œuvres complètes, Bernouard, 1927-1930, 10 volumes
  • Œuvres, édition de Sylvain Goudemare, Phébus, collection Libretto, 2002

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Biographie de Marcel Schwob sur le site de la Société Marcel Schwob.
  2. Chérif Pacha, petit-fils de Méhémet Ali.
  3. Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters (dir.), Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Nantes, éditions Coiffard, , 451 (fiche biographique) p. (ISBN 9782910366858), création de l'annexe, pages 127-130.
  4. Ibidem, pages 473-474.
  5. Décimo, Marc Décimo, Sciences et pataphysique, t. II : Comment la linguistique vint à Paris. De Michel Bréal à Ferdinand de Saussure., Dijon, Les presses du réel, collection Hétéroclites,, 2014,, § Marcel Schwob, p. 344-354. p. (ISBN 978-2-84066-599-1)
  6. Le Voyage à Samoa réunit ses lettres à Marguerite Moreno.
  7. Cœur double sur Wikisource.
  8. Le Roi au masque d'or sur marcel-scworb.org.
  9. Le Livre de Monelle sur scribd.com.
  10. La Croisade des enfants sur Wikisource.
  11. Vies imaginaires sur gutenberg.org.
  12. Spicilège sur Gallica.
  13. Jane Shore sur marcel-schwob.org.
  14. Il Libro della mia Memoria sur bmlisieux.com.
  15. Heurs et Malheurs de la fameuse Moll Flanders sur Gallica.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

BibliographiesModifier

  • Catalogue de la bibliothèque de Marcel Schwob (précédé de Marcel Schwob parmi ses livres par Pierre Champion), Paris, Allia, , 128 p.
  • François Rabelais, Paris, Allia, , 2e éd., 80 p. (ISBN 9782844852908)
  • John Alden Green, « Bibliographie pour Marcel Schwob », in Marcel Schwob : correspondance inédite, précédée de quelques textes inédits, Genève, Droz, 1985, p. 215-252.
  • Bruno Fabre, Bibliographie sur Marcel Schwob (1985-2010), avec quelques études plus anciennes, Paris, Société Marcel Schwob, 2011, 25 p. (voir bibliographie en ligne)
  • Bruno Fabre, Bibliographie chronologique sur Marcel Schwob (2008-2019). Lire en ligne

BiographiesModifier

MonographiesModifier

Ouvrages collectifsModifier

  • Marcel Schwob d’hier et d’aujourd’hui, textes réunis et présentés par Christian Berg et Yves Vadé, Seyssel, Champ Vallon, 2002, 352 p.
  • Marcel Schwob, L’Homme au masque d’or, catalogue de l’exposition du Centenaire de l’écrivain, Nantes, Bibliothèque municipale de Nantes, Paris, Gallimard, Le Promeneur, 2006, 206 p., 120 ill.
  • Marcel Schwob, numéro spécial de la revue Europe, no 925, Paris, , p. 3-197.
  • Retours à Marcel Schwob : d’un siècle à l’autre (1905-2005), actes du colloque international de Cerisy-la-Salle (13-), sous la dir. de Christian Berg, Alexandre Gefen, Monique Jutrin et Agnès Lhermitte, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2007, 295 p.
  • Spicilège – Cahiers Marcel Schwob, bulletin annuel de la Société Marcel Schwob, dir. Bruno Fabre, Paris, Société Marcel Schwob, depuis 2008 (sommaires consultables en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier