Maison de Bourbon-Carency

La Maison capétienne de Bourbon-Carency est une branche de la Maison capétienne de Bourbon.

Elle a pour auteur Jean de Bourbon-Vendôme (1378-1457), le troisième fils de Catherine de Vendôme et de Jean Ier de Bourbon (né en 1344 - mort le , comte de La Marche (Jean Ier : 1362-1393), de Vendôme et de Castres (Jean VII : 1372-1393), pair de France), lui-même fils de Jacques Ier, comte de La Marche, et de Jeanne de Châtillon-Saint-Pol, dame de Leuze, Condé, Duisant et Carency, ces trois personnages de la Maison de Bourbon étant des ancêtres par les mâles du roi de France Henri IV.

GénéalogieModifier

  • Jean de Bourbon-Carency (1378-1457), seigneur de Carency-en-Artois et d’Aubigny-en-Artois. Seigneur de Carency, conformément à l'accord de ses parents du relatif à la répartition de leurs territoires. Marié tout d'abord en 1416 Catherine d’Artois (†1420), seconde fille de Philippe d’Artois, comte d’Eu et de Marie de Berry, marié en 2e noces (après le ) à Jeanne de Vendômois, veuve de Germain Ronsart, fille d’Hamelin de Vendômois et d'Alix de Bessé, dame-de Bessé-sur-Braye. Il eut avec Jeanne (accessoirement arrière-grand-tante de Renée de Vendômois), avant leur mariage, trois enfants adultérins (qui suivent). Cela créa de grandes difficultés. Toute la maison de Bourbon refusa de reconnaître les enfants nés avant le mariage, et même s'opposa à toute alliance entre Bourbon-Carency et sa maîtresse. Il y eut un long procès à cette occasion ; mais en vertu d'une bulle de dispense donnée par le pape Eugène IV, datée de mai 1438, et d'une transaction postérieure entre les ayants cause, homologuée en Parlement, les enfants furent reconnus légitimes, le mariage de Jean et de Jeanne de Vendômois valide et ressortant son plein effet. Ce qui prouve que le mariage est légitimé, c'est que le petit-fils de ce seigneur, Charles ci-dessous, assista aux obsèques de Pierre II, duc de Bourbon, comme prince du sang, ce qui ne serait pas arrivé, s'il était descendu de bâtards[1]. Il eut donc avec Jeanne de Vendômois :

ArmoiriesModifier

Les armoiries de cette maison sont : D'azur, à trois fleurs de lis d'or, à la cotice de gueule, chargée de trois lionceaux d'argent, à la bordure de gueules[4].

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Nicolas Louis Achaintre, "Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Bourbon", éd. Didot, 1825, page 428
  2. En Bourbonnais : Arson, aujourd'hui Arçon, à Vicq ; Rochefort, sur la Sioule, à Saint-Bonnet-de-Rochefort.
  3. Nicolas Louis Achaintre, "Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Bourbon", éd. Didot, 1825, page 434.
  4. La Chesnaye-Desbois et Badier, "Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de France, l'explication de leur armes, & l'état des grandes terres du royaume" éd. Duchesne, 1771.

Voir aussiModifier