Lockheed L-188 Electra

avion de ligne quadrimoteur à turbopropulseurs

Lockheed L-188 Electra
Un Lockheed Electra L-188C d'Atlantic Airlines sur l'aéroport de Cardiff au pays de Galles.
Un Lockheed Electra L-188C d'Atlantic Airlines sur l'aéroport de Cardiff au pays de Galles.

Rôle Transport de passagers
Constructeur Lockheed
Équipage 3
Premier vol
Mise en service 1958
Retrait Toujours en service
Production 170
En service 3[1]
Variantes L-118A, L-188C
Dimensions
Longueur 30,81 m
Envergure 30,18 m
Hauteur 10,01 m
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 26 t
Max. au décollage 51 t
Passagers 99
Motorisation
Moteurs 4 Turbopropulseurs Allison 501D-13
Performances
Vitesse de croisière maximale 600 km/h
Vitesse maximale 674 km/h
Autonomie 3 541 km
Plafond 8 700 m

Écouter cet article (info sur le fichier)

Le Lockheed L-188 Electra est un avion de ligne à turbopropulseurs construit aux États-Unis. Son premier vol a lieu en 1957. Il rencontre d'abord le succès, mais les ventes s'effondrent après deux accidents qui nécessitent d'importantes et très onéreuses modifications, ce qui met fin à sa carrière commerciale, d'autant que les moteurs à réaction s'imposent dans l'aviation au détriment des turbopropulseurs. La production s’arrête dès 1961 après seulement 170 exemplaires construits, les appareils restants étant graduellement convertis par la suite en avions de fret ou pour des usages militaires.

Les performances du L-188 Electra sont à peine inférieures à celles d'un avion à réaction, avec des coûts d'exploitation moindres. Conçu pour accéder aux aéroports régionaux des années 1950, incapables de recevoir des jets, l'Electra est capable de se poser sur des pistes courtes et non recouvertes, et il ne nécessite qu'un minimum d'infrastructures au sol, ce qui en fait un avion très utile dans les régions isolées.

La cellule de l'avion a donné lieu à un dérivé militaire, le Lockheed P-3 Orion de patrouille maritime, construit en une bien plus grande série (757 exemplaires) et encore en service en 2022 dans les forces armées de nombreux pays.

OrigineModifier

Vers 1950, Lockheed occupe une place enviable sur le marché des avions de ligne long-courrier, avec sa prestigieuse série Constellation. À travers ses différentes versions, ce quadrimoteur est produit à 856 exemplaires de 1943 à 1958 et sert d'avion de transport au président des États-Unis Dwight D. Eisenhower[2]. Lockheed s'intéresse beaucoup au turbopropulseurs. Le projet d'installer des turbopropulseurs sur une cellule de Constellation se concrétise par quatre prototypes, mais l'avion ainsi obtenu consomme des quantités excessives de carburant[3].

Lockheed établit un cahier des charges, finalisé en 1954, pour un avion de ligne à turbopropulseurs. Cette technologie, appelée à l'époque propjet par Lockheed, est envisagée comme transitoire. L'avion doit avoir une vitesse de croisière de 640 km/h et une autonomie de 3 000 km, être particulièrement économe à l'achat et à l'entretien, transporter 99 passagers et pouvoir effectuer des escales courtes sans ravitaillement intermédiaire. Il doit surtout être compatible avec les aéroports régionaux existants, ces derniers n'étant susceptibles de pouvoir recevoir des jets qu'après de coûteuses améliorations, notamment l'allongement des pistes. L'équipe chargée du projet est la même qui a conçu le Lockheed C-130 Hercules, avion de transport militaire tactique au succès hors du commun, dont des dérivés sont encore en production en 2021. Les premiers croquis ressemblent à un dérivé civil direct du Hercules, mais l'avion s'en éloigne ensuite, notamment en adoptant une aile basse, même s'il conserve les moteurs du Hercules[4],[5].

L-188 est la désignation constructeur. Le nom choisi, Electra, fait référence à un célèbre bimoteur de l'avant-guerre, le Lockheed L-10 Electra, lui-même nommé d'après l'étoile Electra de l'amas des Pléiades. C'est à bord d'un L-10 Electra qu'Amelia Earhart tente le tour du monde pendant lequel elle disparait en 1937. Nommer les avions d'après des objets astronomiques est une tradition chez Lockheed (C-5 Galaxy, Constellation...)[6].

CaractéristiquesModifier

L'avion est entièrement construit en alliage d'aluminium. Il est aménagé de façon assez dense, visant à transporter jusqu'à une centaine de passagers sur des étapes assez courtes. La vitesse de croisière atteint presque 650 km/h[7]. La conception de l'Electra est assez largement influencée par celle du Vickers Viscount britannique, premier avion de ligne turbopropulsé au monde[8].

Un avion peu exigeantModifier

 
Un Electra à Cambridge Bay, Nunavut.

L'une des caractéristiques les plus significatives de l'Electra est sa faible exigence en matière d'infrastructures au sol pour un avion de cette taille. Grâce à la puissance de ses moteurs (presque doublée par rapport au Constellation, alors que l'Electra est un peu plus petit) et au fait que l'essentiel de la surface des ailes est « soufflée » par le flux d'air des hélices, l'Electra n'a besoin que d'une piste de 1 440 mètres pour décoller[9],[7]. De plus, il peut parfaitement se poser sur des pistes non-recouvertes, qu'elles soient en herbe ou en terre battue, ou même recouvertes de neige[10].

Dans cette même optique de réduction des exigences au sol, mais aussi pour optimiser le temps d'embarquement et de débarquement, l'avion possède ses propres escaliers d'accès escamotables (deux, un pour chaque porte), il n'est donc pas nécessaire d'utiliser une passerelle. Les portes sont situées du côté gauche. Pendant que les passagers débarquent et embarquent à gauche, les autres opérations sont effectuées du côté droit : ravitaillement en carburant, remplissage des réserves d'eau, etc.[11].

L'avion utilise normalement l'aide d'une alimentation au sol pour démarrer ses moteurs. Cependant, il possède des batteries et un onduleur, qui lui permettent, au besoin, de démarrer et décoller de façon totalement autonome, sans l'aide du moindre équipement au sol[12].

MotorisationModifier

L'Electra est équipé de quatre turbopropulseurs Allison 501D-13 de 3 750 CV chacun. Ils sont pratiquement identiques aux Allison T56A-1A du C-130A (première version de série du Hercules). Dans les années 1950, le turbopropulseur est une technologie tout aussi nouvelle que le turboréacteur. Comme ce dernier, il consiste essentiellement en une turbine à gaz, la différence est qu'il prélève le plus d'énergie cinétique possible au flux de gaz sortant et l'utilise pour actionner une hélice[4]. Dans le cas de l'Electra, le flux chaud sortant de la turbine ne représente que 8 % de la poussée du moteur, 92 % étant exercée par l'hélice[13]. Comparé à un moteur à pistons de puissance équivalente, ce turbopropulseur est environ 50 % plus léger[14]. La puissance réellement fournie par le turbopropulseur à l'hélice est de 3 460 CV, le chiffre de 3 750 CV est obtenu en ajoutant, par une équivalence, la poussée du flux d'échappement de la turbine[13].

Dans un souci d'évolutivité de l'avion, la nacelle est prévue pour accueillir la version 501D-15 (non disponible au moment où l'Electra a été commercialisé), offrant 300 CV de plus[15],[11]. Les nacelles moteur de l'Electra ressemblent à celles du C-130 Hercules, mais montées « à l'envers » : la turbine se situe au-dessus de l'aile, et l'entrée d'air, au-dessus du moyeu de l'hélice. L'aile étant en position basse, cette disposition permet de réduire le risque d'ingestion de débris au décollage ou à l'atterrissage. Par ailleurs, le fait de placer les turbines au dessus de l'aile permet d'offrir plus de garde au sol aux hélices : avec des moteurs sous les ailes, l'Electra aurait eu besoin d'un train d'atterrissage plus haut, ou d'hélices plus petites. On retrouve ce détail sur l'Iliouchine Il-18, par exemple[14].

L'Electra est surmotorisé, avec un rapport puissance-poids exceptionnel[16] : avec 15 000 CV pour une masse maximale au décollage de 51 tonnes, il offre ainsi 0,29 CV/kg à pleine charge. C'est plus que certains avions civils à turbopropulseurs beaucoup plus récents : l'ATR-42, lancé dans les années 1980, se situe à 0,23 CV/kg[17]. L'Electra, sur ce plan, est à égalité avec un Airbus A400M, qui dispose de 44 000 chevaux pour 151 tonnes de masse maximale au décollage[18]. L'avion a tellement de réserve de puissance que les équipages des P-3 Orion, sa version de patrouille maritime, ont l'habitude de couper un moteur, et exceptionnellement deux, en plein vol pour réduire la consommation de carburant lorsqu'ils doivent effectuer de très long vols à faible vitesse[19].

CabineModifier

La cabine de l'avion mesure 20 mètres de long pour 2,7 m de large et 1,93 m de haut[20]. L'aménagement le plus courant place quatre sièges par rangée, avec un total de 72 places, dont 6 de première classe, mais le nombre de passagers peut être largement supérieur avec des aménagements plus denses[7]. L'équipage de cockpit se compose d'un pilote, un copilote et un ingénieur de vol[21].

Voilure et système de carburantModifier

La voilure, relativement petite, est, sur trois quarts de sa surface, enveloppée par le flux d'air des hélices, ce qui augmente sa portance. Elle se prolonge de volets de type fowler particulièrement grands, ce qui contribue à réduire la vitesse de décollage et de d'atterrissage (donc la longueur de piste nécessaire)[22].

Les ailes contiennent la totalité des réservoirs de carburant. Ils sont au nombre de quatre, d'une capacité totale de 25 mètres cubes, et sont structurels, c'est-à-dire que leurs parois contribuent à la tenue mécanique des ailes, et par ailleurs elles sont directement exposées à l'environnement extérieur[23].

Systèmes hydrauliques et électriques, dégivrageModifier

Chaque moteur entraîne une génératrice électrique synchrone de 60 kVA pour l'alimentation. Le système fonctionne en 400 Hz. Trois génératrices suffisent pour alimenter l'ensemble des systèmes, il y en a donc une en réserve[24].

Le dégivrage est considérablement simplifié sur un avion à turbine, comparé aux moteurs à piston : il est en effet possible de prélever de l'air comprimé et chaud, en quantité largement suffisante, à l'étage de compression des moteurs. Chaque moteur de l'Electra fournit ainsi, quand le dégivrage est nécessaire, de l'air sous une pression comprise entre 40 et 90 kPa, à une température de près de 300 °C. Des tuyaux acheminent l'air en question le long du bord d'attaque des ailes, du stabilisateur et de la dérive, sans oublier le radôme[25].

Pressurisation, chauffage, et climatisationModifier

L'avion est bien sûr pressurisé. Si beaucoup d'avions utilisent un prélèvement d'air moteur pour la pressurisation, ce n'est pas le cas de l'Electra. L'air pour la cabine est fourni par deux petits compresseurs, actionnés par les deux moteurs les plus proches du fuselage. La différence de pression maximale entre la cabine et l'extérieur est de 45 kPa (l'appareil ne vole pas aussi haut qu'un jet). La climatisation utilise trois pompes à chaleur : une principale au fréon, et deux auxiliaires à cycle air. Le chauffage, lui, est principalement assuré par des panneaux chauffants, électriques, disposés sur le sol et les parois latérales de la cabine. Deux chauffages à air pulsé (également électriques) sont aussi disponibles, l'un chauffant le cockpit, l'autre venant en appoint pour la cabine, au démarrage ou par grand froid[26].

Un succès commercial de courte duréeModifier

Un début prometteurModifier

Les ventes initiales de l'avion sont bonnes. Le jour où le prototype effectue son premier vol, Lockheed enregistre déjà 129 commandes, dont 40 exemplaires pour Eastern Air Lines et 35 pour American Airlines, un chiffre très encourageant[27]. L'avion est certifié le 22 août 1958[28], et la première liaison aérienne régulière est assurée par Eastern Air Lines le 12 janvier 1959 et reçoit encore une soixantaine de commandes[29].

Liste des acheteurs de L-188, par ordre décroissant de nombre[29]
Nom du client Pays L-188A L-188C Livraisons
Eastern Air Lines   États-Unis 35 5 1958-1959
American Airlines   États-Unis 35 0 1958-1960
Northwest Orient Airlines   États-Unis 0 18 1959-1961
National Airlines   États-Unis 14 0 1959-1961
Western Airlines   États-Unis 12 0 1959-1961
KLM   Pays-Bas 0 12 1959-1960
Braniff International   États-Unis 9 0 1959-1960
Capital Airlines   États-Unis 0 5 Commande annulée, livrés à de petites compagnies
Qantas   Australie 0 4 1959
Tasman Empire Airways (en)   Australie 0 3 1959
Pacific Southwest Airlines   États-Unis 0 3 1959
Ansett Australia   Australie 3 0 1959-1960
Garuda Indonesia   Indonésie 0 3 1961
Trans Australia Airlines   Australie 3 0 1959-1960
Cathay Pacific   Hong Kong 2 0 1959
General Motors   États-Unis 1 0 1958 (avion d'affaires)
Total 114 53

AccidentsModifier

Le premier accident impliquant un L-188 survient en  : un avion d'American Airlines (en) s'écrase lors de son atterrissage à l'aéroport LaGuardia de New York. Cet accident, qui ne laisse que 5 survivants sur 73 occupants, est dû à une erreur de pilotage, mais il ébrèche déjà la réputation de l'avion[30]. Surviennent ensuite deux accidents dans lesquels les avions se désintègrent en plein vol, ne laissant aucun survivant, ce qui provoque l'inquiétude. Il s'agit d'un appareil de Braniff Airways en (34 morts) et d'un autre de Northwest Orient Airlines (65 morts), au mois de mars suivant[31].

L'enquête sur ces accidents permet de comprendre qu'une résonance mécanique et acoustique se produit entre les moteurs et les ailes, fatiguant la structure des ailes jusqu'à la rupture. Un programme correctif est mis en place[32].

Remise en serviceModifier

Lockheed prend en charge les modifications sur les 135 appareils en service et les applique directement sur les 30 restant à livrer. Ces modifications, désignées sous le nom de code LEAP (Lockheed Electra Action Program), concernent principalement les nacelles moteur, et sont appliquées très rapidement : chaque avion ne revient à l'usine de Burbank que pour deux journées. L'avion repasse la certification FAA. Si les compagnies parviennent, au prix de longues campagnes de communication, à regagner la confiance des passagers, la carrière commerciale de l'avion ne redémarre pas. Aucune nouvelle commande n'est enregistrée après ces accidents[33].

Si le programme Electra n'est pas été un succès commercial, il donne naissance au Lockheed P-3 Orion, un appareil de patrouille maritime qui rencontre un succès aussi franc que durable : 757 exemplaires sont produits jusqu'en 1990 et l'appareil est utilisé par les forces armées de dix-neuf pays différents[34]. L'Electra conserve la particularité d'être le seul avion de ligne de grande taille à turbopropulseurs ayant été produit aux États-Unis[35].

Une carrière longue et diverseModifier

Malgré l'absence de nouvelle vente, les exemplaires existants du L-188 connaissent une longue carrière et répondent à des besoins variés. L'avion est rapidement retiré des liaisons régulières de passagers pour les grandes compagnies au profit de jets. Par exemple, KLM, seule compagnie européenne à avoir acheté des Electra neufs (douze), ne les utilise que jusqu'en 1969[36]. C'est aussi en 1969 que Braniff retire le modèle de ses lignes[37]. Chez Northwest, la carrière de l'avion s'arrête en 1972[38].

Délaissés par les grandes compagnies, les Electra ne sont pourtant pas à la fin de leur carrière, loin de là. S'ils ne sont plus pertinents pour les grandes lignes aériennes régulières (des jets plus rapides, plus confortables et de plus grande capacité les ayant supplantés), ces avions conservent leur précieuse capacité à utiliser des pistes courtes, et des aérodromes peu équipés. Ainsi, souvent convertis en cargos, ils sont longtemps populaires sur le marché de l'occasion et beaucoup d'entre eux changent de mains de nombreuses fois[39].

États-UnisModifier

Reeve Aleutian Airways, une compagnie régionale d'Alaska (disparue en l'an 2000), fait l'acquisition de plusieurs Electra d'occasion à partir de 1970. Parfaitement adaptés aux conditions locales, les Electra, succédant à des avions à moteurs à piston (Douglas DC-3 et DC-6), assurent pendant près de trois décennies des liaisons entre l'aéroport d'Anchorage et les petits aérodromes situés dans les îles Aléoutiennes, les îles Pribilof et la péninsule d'Alaska[40]. Zantop International Airlines (en) est un autre grand consommateur d'avions Electra d'occasion : cette compagnie de transport charter en possède jusqu'à 25 à la fois[41]. Le National Center for Atmospheric Research utilise également un Electra, doté de nombreux instruments spécialisés, pour la recherche météorologique[42].

CanadaModifier

Panarctic Oils Limited, entité semi-publique créée en 1966 par le Canada pour organiser l'exploration pétrolière dans l'archipel arctique, utilise deux Electra au cours des années 1970 pour assurer le transport de personnel et de matériel vers les sites d'exploration, où sont aménagées des pistes d'atterrissage rudimentaires[43].

La compagnie Nordair, agissant pour le compte de Environnement et Changement climatique Canada (ministère fédéral), utilise à partir de 1972 deux Electra dotés de radars spéciaux pour la surveillance des glaces maritimes. Opérant à partir de Terre-Neuve, ces avions représentent la participation canadienne à la patrouille internationale des glaces, une opération multinationale ayant pour mission de localiser les icebergs dans le nord-ouest de l'Atlantique, une tâche importante pour la sécurité de la navigation[44],[45].

Amérique latineModifier

 
Avion colombien à Medellín en 1975.

L'Electra est très populaire en Amérique latine pour la desserte de régions isolées. Transporte Aéreo Militar l'utilise à cette fin en Bolivie, tandis qu'en Équateur, la compagnie publique TAME l'exploite jusqu'en 1989 pour relier les îles Galapagos au continent[39].

La compagnie brésilienne Varig détient 14 Electra et les utilise notamment pendant trente ans pour assurer la navette aérienne entre Rio de Janeiro et São Paulo. Ils sont si emblématiques de cette ligne très fréquentée que leur retrait, en 1991, au profit de Fokker 100 et de Boeing 737, fait l'objet d'une large couverture médiatique, un concert de Antônio Carlos Jobim étant même organisé pour permettre aux Brésiliens de faire leurs adieux à cet avion[46]. Quelques L-188 sont par ailleurs impliqués dans des affaires de trafic de stupéfiants[47].

En Colombie, des Electra sont utilisés par plusieurs compagnies distinctes. Aerocondor Colombia (en) les utilise pour le transport de passagers sur les principales lignes intérieures du pays. Plusieurs compagnies plus petites les emploient dans un rôle de cargo. Sur les 170 Electra produits, pas moins de 20 ont, à un moment donné, été immatriculés en Colombie[48]. Au Honduras, deux compagnies (Transportes Aéreos Nacionales (en) ou TAN et Servicio Aéreo de Honduras S.A. (en) ou SAHSA) rachètent des Electra d'occasion auprès de compagnies basées aux États-Unis pour le transport de passagers sur des lignes reliant le Honduras à ses voisins, au Mexique, et au Sud des États-Unis[49].

Les autres compagnies ayant utilisé des Electra dans cette partie du monde sont Copa Airlines au Panama[50], Guyana Airways (en) au Guyana[51], Líneas Aéreas Paraguayas (en) au Paraguay[52] et Líneas Aéreas Nacionales S.A. (en) (LINSA) au Pérou[53].

Forces arméesModifier

Les militaires argentins font l'acquisition de trois exemplaires d'occasion, en version cargo, en 1973. Ces avions sont d'assez triste mémoire dans le pays, étant utilisés pour des vols de la mort pendant la dictature militaire. Ils accomplissent aussi des missions de transport pendant la guerre des Malouines[54]. Après le conflit, la marine argentine rachète des Electra d'occasion supplémentaires et les modifie dans un rôle de patrouille maritime[55].

D'autres forces armées d'Amérique latine ont recours à des Electra rachetés à des opérateurs civils comme avions de transport. C'est le cas par exemple de l'armée de l'air du Honduras[49].

En AfriqueModifier

La compagnie cargo Transafrik International (en), dont le siège est en Angola mais dont les avions sont immatriculés à Sao Tomé-et-Principe, utilise longtemps des Electra. Elle ne s'en défait qu'à la fin des années 1990 au profit de versions civiles d'avions Hercules[56]. La compagnie congolaise Trans Service Airlift utilise également des avions de ce type[57].

En EuropeModifier

L'utilisation de L-188 convertis en cargo connaît un regain de popularité en Europe dans les années 1980 et 1990. Le secteur du transport aérien de colis connaît une très forte croissance durant cette période, engendrant un déficit d'avions adaptés, alors même que l'Electra se prête bien à cet usage[39]. À titre d'exemple, la compagnie britannique Channel Express utilise ce type d'appareil à partir de 1993 pour assurer des transports de colis entre Cologne et l'Irlande pour le compte d'UPS[58]. Une autre compagnie britannique, Atlantic Airlines, exploite un Electra dans ce rôle pour DHL jusqu'en 2013 ; il s'agit du dernier Electra à avoir volé en Europe[59].

Versions et dérivésModifier

Les différentes versions du L-188 Electra sont les suivantes[60] :

  • L-188A : première version de série.
  • L-188AF : désignation appliquée aux L-188A convertis en fret.
  • L-188PF : désignation appliquée aux L-188A convertis en combi fret-passager.
  • L-188C : version dont la masse maximale au décollage, la capacité en carburant et l'autonomie sont accrues. L'autonomie avec cinq tonnes de charge utile atteint 5 600 km[39].
  • L-188CF : désignation appliquée aux L-188C convertis en fret.
  • L-188 Electra II : désignation des appareils modifiés et remis en service à la suite des accidents.

Par ailleurs, le L-188 a donné lieu à des dérivés militaires :

Accidents et incidents impliquant un L-188 ElectraModifier

Liste des accidents et incidents en vol entraînant la perte d'appareils
Date Lieu Avion concerné Service Notes
Approche de l'aéroport LaGuardia (New York) N6101A American Airlines Vol American Airlines 320 (en). Descente trop rapide (erreur humaine), seulement 8 survivants sur 73 occupants[63].
Près de Buffalo (Texas) N9705C Braniff International Airways Vol Braniff International Airways 542. Rupture de l'aile gauche en vol. Dû à un défaut structurel de l'avion. Aucun survivant[64].
Près de Cannelton (Indiana) N121US Northwest Orient Airlines Vol Northwest Orient Airlines 710. Deuxième accident dû au problème structurel. Aucun survivant[65].
Aéroport internation Logan (Boston) N5533 Eastern Air Lines Vol Eastern Air Lines 375. Collision aviaire. 7 survivants sur 72 occupants[66].
Approche de l'aéroport du Caire (Égypte) PH-LLM KLM Vol KLM 823 (en). 20 morts sur les 36 occupants. Dû à une erreur humaine[67].
Aéroport international O'Hare (Chicago) N137US Northwest Orient Airlines Vol Northwest Orient Airlines 706 (en). Dû à une erreur humaine. 37 occupants, pas de survivants[68].
Aéroport municipal d'Ardmore (Oklahoma) N183H American Flyers Airline Vol American Flyers Airline 280/D (en). Le pilote a souffert d'un malaise cardiaque pendant l'atterrissage. 15 survivants sur 98 occupants[69].
Aéroport international Sam-Ratulangi PK-GLB Garuda Indonesia Airways Vol Garuda Indonesia 708 (en). Descente trop rapide, l'atterrissage est si brutal que le train se brise. 22 morts[70].
Dawson (Texas) N9707C Braniff International Airways Vol Braniff International Airways 352 (en). Pris dans une tempête, l'avion se brise à la suite d'une manœuvre à fort facteur g. Pas de survivants[71].
À 4 km de l'aéroport de Cuzco (Pérou) OB-R-939 LANSA Vol LANSA 502 (en). Panne d'un moteur liée à un défaut de maintenance. Un seul survivant sur 100 passagers[72].
Puerto Inca (Pérou) OB-R-941 LANSA Vol LANSA 508. Détruit en vol par un orage. Un seul survivant[73].
Près de Bogota (Colombie) HK-777 Aerocondor Colombia Erreur de navigation, l'avion percute une montagne dissimulée dans les nuages. 42 morts, aucun survivant[74].
Rea Point Airfield (Territoire du Nord-Ouest) CF-PAB Panarctic Oils Vol affrété par l'industrie pétrolière pour l'exploration dans le grand nord. L'avion s'est écrasé sur la banquise. Seulement deux survivants sur 34 occupants[75].
Aéroport international El Dorado (Bogota) HK-1976 Aerocondor, vol cargo Collision au sol avec un Douglas DC-6. Deux morts[76].
Naval Air Station Agana (en) (Guam) RP-C1061 Air Manila International Vol Air Manila 702 (en). Ayant rentré les volets trop tôt après le décollage, le pilote ne parvient pas à avoir une vitesse ascensionnelle suffisante pour sortir du relief encaissé entourant l'aérodrome. L'appareil percute le sol, tuant ses 45 occupants et une personne au sol[77].
Au large du Panama (littoral atlantique) N126US Cooperativa Nacional de Montecillos, vol cargo Avion disparu en mer avec ses quatre occupants[78].
Aéroport international de Lambert-Saint-Louis N280F Fleming International Airways, vol cargo Décollage sur trois moteurs, l'avion ne parvient pas à prendre de l'altitude et s'écrase, tuant ses trois membres d'équipage[79].
Salt Lake City (Utah) N859U Transamerica Airlines, vol cargo Défaillance des instruments, perte d'orientation de l'équipage. L'avion se brise du fait de manœuvres trop serrées[80].
Aéroport international La Aurora (Guatemala) HR-SAW SAHSA - Servicio Aéreo de Honduras SA Défaillance du système hydraulique pendant le décollage. L'avion s'écrase, aucun survivant parmi les six membres d'équipage[81].
Près de Cold Bay (Alaska) N1968R Reeve Aleutian Vol Reeve Aleutian Airways 8. Perte d'une pale en vol. La pale percute le fuselage et provoque une décompression explosive, mais l'équipage parvient à poser l'avion, aucune victime[82].
Chalkhill (en) (Pennsylvanie) N5523 Zantop International Airlines, cargo Perte de contrôle en vol, probablement à cause d'une panne des instruments[83].
Kansas City (Missouri) N357Q TPI International Airways, cargo Mauvaise condition de visibilité, l'équipage est désorienté lors de l'atterrissage[84].
Aéroport international de Reno-Tahoe (Nevada) N5532 Galaxy Airlines, vol charter Vol Galaxy Airlines 203 (en). Accident au décollage causé par une erreur de l'équipe au sol, la trappe de démarrage par air comprimé d'un moteur n'ayant pas été refermée. 70 morts[85].
Kasongo (Zaïre) 9Q-CWT GLM Aviation Atterrissage forcé dans la savane. Deux morts sur les quatorze occupants[86].
Aéroport de Lago Agrio (Équateur) HC-AZY TAME Ecuador, cargo Un moteur prend feu lors du décollage, tuant les 7 occupants[87].
Las Mesitas (Honduras) HR-TNL TAN Honduras, vol cargo L'avion s'écrase à l'atterrissage, dans un manque complet de visibilité lié à la météo[88].
Cahungula (Lunda Norte) 9Q-CRR Trans Service Airlift Vol aux motifs non-public. Avion largement surchagé, avec 144 passagers. Seulement deux survivants[89].
Kinshasa (République démocratique du Congo) 9Q-CDI Air Karibu Transportant du carburant et des munitions pour l'armée congolaise, l'avion s'écrase à cause d'une panne de moteur au décollage[90].
Cranbrook (Colombie-Britannique) C-GFQA Air Spray (Bombardier d'eau) S'écrase pendant la lutte anti-incendie, tuant ses deux membres d'équipage[91].

Exemplaires subsistantsModifier

Encore en serviceModifier

 
Electra équipé en bombardier d'eau (l'appareil a été modifié : une longue protubérance est visible sous le fuselage).

Si plus aucun Electra n'effectue de vols réguliers, il subsiste en 2020 un petit nombre d'appareils encore en service au Canada pour d'autres fonctions. La compagnie Buffalo Airways en possède quatre, qui sont utilisés comme cargos (sur affrètement vers des aérodromes isolés) et comme bombardiers d'eau. L'avion possède des caractéristiques (aptitude à utiliser des pistes courtes et mal aménagées, manœuvrabilité à basse vitesse) qui le rendent précieux, et difficile à remplacer dans un budget raisonnable, pour de tels usages[92],[93].

ExposésModifier

Au moins cinq L-188 sont préservés dans des musées. Cette liste n'inclut ni les P-3 Orion, ni les CP-140 Aurora.

 
Musées conservant des Lockheed L-188 Electra

CinémaModifier

Un Electra en version cargo, appartenant à une compagnie imaginaire appelée Drax Air Freight, apparait dans Moonraker (1979), un des films de la saga James Bond[98]. Le premier film Borat fait aussi apparaitre un Lockheed Electra, utilisé par le personnage éponyme pour quitter son pays[99].

AnnexesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « World Airliner Census 2019 », Flight International, Londres (Royaume-Uni), Reeb Business Information,‎ , p. 46 (ISSN 0015-3710, lire en ligne, consulté le ).
  2. Graham M. Simons, LOCKHEED CONSTELLATION a history., AIR WORLD, (ISBN 978-1-5267-5887-3 et 1-5267-5887-3, OCLC 1258668514, lire en ligne).
  3. Arnaud, « La fausse bonne idée des turbopropulseurs gréés sur Constellation. », sur avionslegendaires.net, (consulté le ).
  4. a et b Upton 1999, p. 16.
  5. Paul D. Houle, The crash of Piedmont Airlines Flight 22 : completing the record of the 1967 midair collision near Hendersonville, North Carolina, (ISBN 978-1-4766-2252-1 et 1-4766-2252-3, OCLC 933434001, lire en ligne), p. 38.
  6. Dorothy S. Cochrane, Earhart, Amelia Mary (1897-1937), aviator, Oxford University Press, coll. « American National Biography Online », (lire en ligne).
  7. a b et c Upton 1999, p. 14.
  8. Upton 1999, p. 9.
  9. (en-US) Tim, « Lockheed L-188 Electra - Price, Specs, Photo Gallery, History », sur Aero Corner (consulté le ).
  10. (en) « Winter Wings », sur www.key.aero (consulté le ).
  11. a et b Manuel de vol 1958, p. 15.
  12. Manuel de vol 1958, p. 17.
  13. a et b Manuel de vol 1958, p. 29.
  14. a et b Manuel de vol 1958, p. 10.
  15. Manuel de vol 1958, p. 9.
  16. (en) « Aviation’s Most Controversial Airliner », sur www.key.aero (consulté le ).
  17. (en) « Proud to fly a Turboprop: Q400 vs ATR72 », sur The Flying Engineer, (consulté le ).
  18. (en-GB) « Royal Air Force », sur Royal Air Force (consulté le ).
  19. (en-GB) « P-3 NFO recalls when his Orion shut down 2 engines and flew a 13 hours anti-submarine patrol because the P-3 due to relieve his aircraft had been delayed », sur The Aviation Geek Club, (consulté le ).
  20. « Fiche de l'avion (DHL) ».
  21. « FSIMS Document Viewer », sur fsims.faa.gov (consulté le ).
  22. (en) Zack Scott, Flight, Headline, (ISBN 978-1-4722-6672-9, lire en ligne).
  23. Manuel de vol 1958, p. 54.
  24. Manuel de vol 1958, p. 42.
  25. Manuel de vol 1958, p. 53.
  26. Manuel de vol 1958, p. 47-50.
  27. René J Francillon, Lockheed aircraft since 1913, (ISBN 0-87021-897-2 et 978-0-87021-897-2, OCLC 17156375, lire en ligne), p. 401.
  28. (en) « Type Certificate Datasheet No4a22 ».
  29. a et b Tony Eastwood, Turbo prop airliner production list, Aviation Hobby Shop, (ISBN 0-907178-32-4 et 978-0-907178-32-3, OCLC 223208463, lire en ligne), p. 313.
  30. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N6101A New York-La Guardia Airport, NY (LGA) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  31. Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Type index > ASN Aviation Safety Database results », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  32. Upton 1999, p. 62.
  33. Upton 1999, p. 63.
  34. « P-3 Orion Research Group », sur www.p3orion.nl (consulté le ).
  35. sfomuseum, « SFO Museum », sur SFO Museum, (consulté le ).
  36. (en-US) « Miss Santa Monica and the DC-9 », sur KLM Blog, (consulté le ).
  37. Richard Benjamin Cass, Braniff Airways : flying colors, (ISBN 978-1-4396-5423-1 et 1-4396-5423-9, OCLC 936538180, lire en ligne).
  38. (en-US) « Aircraft – Lockheed L-188 Electra – Northwest Airlines History Center » (consulté le ).
  39. a b c et d David Donald, The encyclopedia of civil aircraft, Aurum, , 577-582 p. (ISBN 1-85410-642-2 et 978-1-85410-642-1, OCLC 59455045, lire en ligne).
  40. « Reeve Aleutian Airways », sur www.michaelprophet.com (consulté le ).
  41. « Zantop International Airlines », sur rzjets.net (consulté le ).
  42. (en) NOAA., U.S. Department of Commerce, National Oceanic and Atmospheric Administration, Office of Public Affairs, (lire en ligne).
  43. (en) D.M. Masterson, « The Arctic Islands Adventure and Panarctic Oils Ltd. », Cold Regions Science and Technology, vol. 85,‎ , p. 1–14 (DOI 10.1016/j.coldregions.2012.06.008, lire en ligne, consulté le ).
  44. (en) C. Ramplee-Smith et H.G. Hengeveld, « Side Looking Radar for Ice Reconnaissance », Canadian Journal of Remote Sensing, vol. 4, no 1,‎ , p. 44–50 (ISSN 0703-8992 et 1712-7971, DOI 10.1080/07038992.1978.10854966, lire en ligne, consulté le ).
  45. Marcel, « Patrouilles des glaces », sur avionslegendaires.net, (consulté le ).
  46. « arquivo JETSITE », sur www.aviacaocomercial.net (consulté le ).
  47. (en) United States Congress Senate Committee on Governmental Affairs Permanent Subcommittee on Investigations, Drugs and Money Laundering in Panama: Hearing Before the Permanent Subcommittee on Investigations of the Committee on Governmental Affairs, United States Senate, One Hundredth Congress, Second Session, January 28, 1988, U.S. Government Printing Office, (lire en ligne).
  48. (en-US) Jaime Escobar, « Lockheed L-188 Electra II in Colombia », sur LAAHS, (consulté le ).
  49. a et b (en-US) Carlos J. Rodríguez, « Lockheed L-188 Electra II in Honduras », sur LAAHS, (consulté le ).
  50. « Previous fleets - Copa Airlines », sur www.copaair.com (consulté le ).
  51. (pt-BR) Redação Aviação Brasil, « Guyana Airways (Guiana) », sur Portal Aviação Brasil, (consulté le ).
  52. (es) « LAP: 47 años de la gira Presidencial a Europa con el Electra C », sur Todo Aviones, (consulté le ).
  53. Harro Ranter, « Crash-aerien 09 AUG 1970 d'un Lockheed L-188A Electra OB-R-939 - Cuzco Airport (CUZ) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  54. (es) « Página/12 :: El país :: Aviones de la muerte », sur www.pagina12.com.ar (consulté le ).
  55. « Lockheed L-188 », sur amilarg.com.ar (consulté le ).
  56. (en) 1998-07-15T00:00:00+01:00, « Transafrik increases Hercules fleet numbers with SAT deal », sur Flight Global (consulté le ).
  57. « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Operator index > Democratic Republic of the Congo > Trans Service Airlift », sur avsafety.net (consulté le ).
  58. Michael Traynor, Iona National Airways : Ireland's first commercial airline, Michael Traynor, (ISBN 0-9549194-0-8 et 978-0-9549194-0-5, OCLC 61115380, lire en ligne), p. 194.
  59. (en) Bruce Drum, « An End of an Era: Atlantic Airlines retires its last Lockheed Electra », sur World Airline News, (consulté le ).
  60. P. D. STEMP, Kites, birds & suff - aircraft of the united states of america - lockheed aircraft., LULU COM, (ISBN 1-326-10026-2 et 978-1-326-10026-1, OCLC 1044815550, lire en ligne).
  61. « P-3 Orion », sur www.globalsecurity.org (consulté le ).
  62. (en-GB) « CP-140 Aurora Maritime Surveillance Aircraft - Airforce Technology », sur www.airforce-technology.com (consulté le ).
  63. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N6101A New York-La Guardia Airport, NY (LGA) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  64. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N9705C Buffalo, TX », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  65. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra N121US Cannelton, IN », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  66. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N5533 Boston-Logan International Airport, MA (BOS) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  67. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra PH-LLM Cairo International Airport (CAI) », sur www.aviation-safety.net (consulté le ).
  68. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra N137US Chicago-O'Hare International Airport, IL (ORD) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  69. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra N183H Ardmore Municipal Airport, OK (ADM) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  70. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra PK-GLB Manado-Sam Ratulangi Airport (MDC) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  71. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N9707C Dawson, TX », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  72. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra OB-R-939 Cuzco Airport (CUZ) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  73. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra OB-R-941 Puerto Inca », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  74. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra HK-777 Bogotá-Eldorado Airport (BOG) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  75. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188PF Electra CF-PAB Rea Point Airfield, NT (YOX) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  76. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188AF Electra HK-1976 Bogotá-Eldorado Airport (BOG) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  77. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra RP-C1061 Guam-Agana NAS (NGM) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  78. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188CF Electra N126US Bocas del Toro, Panama [Caribbean Sea] », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  79. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188AF Electra N280F Saint Louis-Lambert International Airport, MO (STL) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  80. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188CF Electra N859U Salt Lake City, UT », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  81. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra HR-SAW Guatemala City-La Aurora Airport (GUA) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  82. (en) United Press International, « President salutes controller, pilot » [« Le Président salue les contrôleurs et les pilotes »], Sarasota Herald-Tribune, (consulté le ).
  83. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188AF Electra N5523 Chalkhill, PA », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  84. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188AF Electra N357Q Kansas City Downtown Municipal Airport, MO (MKC) », sur www.aviation-safety.net (consulté le ).
  85. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra N5532 Reno/Tahoe International Airport, NV (RNO) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  86. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188AF Electra 9Q-CWT Kasongo », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  87. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra HC-AZY Lago Agrio Airport (LGQ) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  88. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188CF Electra HR-TNL Las Mesitas », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  89. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188C Electra 9Q-CRR Cahungula, Lunda Norte », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  90. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra 9Q-CDI Kinshasa », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  91. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Lockheed L-188A Electra C-GFQA Cranbrook, BC », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  92. (en-CA) Kelly Magill, « FLEET », sur BUFFALO AIRWAYS (consulté le ).
  93. (en) himself et The First Thing He Did with the License Was Get Ice Cream, « Photos: The Unique Fleet Flying for Buffalo Airways – AirlineGeeks.com », sur AirlineGeeks.com – LIVE. LOVE. AVIATION., (consulté le ).
  94. « N428NA, Lockheed YP3V-1, (P-3A Orion), NASA, 428, L188A Electra Images, Photography, Stock Pictures, Archives, Fine Art Prints », sur photovault.com (consulté le ).
  95. « LOCKHEED L188A - Electra II | Lockheed Aircraft Corporation - MUSAL », sur www2.fab.mil.br (consulté le ).
  96. (en-US) « Museo Aeroespacial de la Fuerza Aérea Boliviana », sur AviationMuseum, (consulté le ).
  97. (es) « Museo de la Aviación Naval », sur Argentina.gob.ar, (consulté le ).
  98. R. Sterling, « James Bond Locations: Drax Air Freight - Varig Brazil », sur James Bond Locations, (consulté le ).
  99. (en) « Borat: Cultural Learnings of America for Make Benefit Glorious Nation of Kazakhstan (2006) - IMDb » (consulté le ).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 janvier 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 2 janvier 2022 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.