Guillaume de La Voute

Guillaume de La Voute fut abbé de Saint-Vincent-du-Vulturne (Italie), puis évêque de Toulon (1364-1368), évêque de Marseille (1368-1379) et enfin évêque de Valence et Die. Il décède le .

Guillaume de La Voute
Fonction
Évêque de Valence
-
Biographie
Décès
Activité

BiographieModifier

Guillaume de La Voute qui était d’origine vivaroise, fut moine au monastère de Saint Saturnin à Pont-Saint-Esprit puis abbé de Saint-Vincent-du-Vulturne près de Capoue en Italie. Le il est nommé évêque de Toulon en remplacement de Raymond Daconis nommé à l’évêché de Fréjus. Il fut ensuite nommé le à l’évêché de Marseille et désigna pour grand vicaire, l’avocat Giraud Aymeric, prévôt de l’église de Glandevés. Peu de temps après, en 1371, il est envoyé par le pape Grégoire XI comme nonce à Naples. En effet le pape voulait prévenir énergiquement Philippe II de Tarente qui revendiquait les principautés de Salerne et de Bari, qu’il ne souffrirait de personne des atteintes au royaume de la reine Jeanne Ire de Naples. Guillaume de La Voute avait ordre de l’excommunier s’il n’obéissait pas[1].

Il revint à Marseille en 1373. En 1374 il mit fin à un long conflit avec les Marseillais en exemptant à jamais du paiement des dîmes la ville de Marseille.

À la mort du pape Grégoire XI le , il se trouvait en Italie et fut chargé par le cardinal camerlingue d’assurer la sécurité du conclave qui fut à l’origine du grand schisme d’Occident. Après l’élection de l’archevêque de Bari qui prit le nom d’Urbain VI, il voulut se retirer dans le château de Saint-Ange mais fut pris par des émeutiers italiens et faillit être massacré. Il put s’enfuir et se réfugier à Vicovero. Le nouveau pape le nomma évêque de Valence et de Die. Il eut la chance d’être à nouveau élu au même poste le par le pape français élu sous le nom de Clément VII qui s’installa à Avignon.

Il mourut le

ArmoiriesModifier

Ses armoiries sont : d'argent au lion de gueules [2]:.

BibliographieModifier

  • Abbé Joseph Hyacinthe Albanés, Armorial & sigillographie des Évêques de Marseille avec des notices historiques sur chacun de ces Prélats, Marius Olive, Marseille, 1884, pages 88-90.
  • Jean Rémy Palanque, Le diocèse de Marseille, Letouzey & Ané, Paris 1967, page 59-60.

Références et liensModifier

  1. Emile G. Léonard, Les angevins de Naples, Presses universitaires de France, Paris, 1954, page 431
  2. Abbé Joseph Hyacinthe Albanés, Armorial & sigillographie des Évêques de Marseille avec des notices historiques sur chacun de ces Prélats, Marius Olive, Marseille, 1884, p. 90