Ouvrir le menu principal

Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993

Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993
Description de l'image UEFA Ligue des Champions.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) UEFA
Édition 38e (1re sous cette dénomination)
Lieu(x) Finale au Stade Olympique de Munich (Allemagne)
Date -
Participants 36 équipes (tour préliminaire inclus)
Épreuves 82 matchs
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Vainqueur Drapeau : France Olympique de Marseille
Finaliste Drapeau : Italie AC Milan
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Brésil Romário (7)

Navigation

La Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993 est la 38e édition de la Ligue des champions de l'UEFA, la compétition sportive interclubs la plus prestigieuse organisée par l'Union des associations européennes de football (UEFA). Cette édition de la Coupe d'Europe des clubs champions de football est la première à être disputée sous l'appellation « Ligue des champions ». Le nombre de participants est en légère augmentation par rapport aux éditions précédentes en raison notamment du nombre croissant de membres affiliés à l'UEFA à la suite du démantèlement de l'Union des républiques socialistes soviétiques en cours de saison 1991-1992. Seul le champion de chaque pays peut y participer. Le tenant du titre, le FC Barcelone se fait éliminer en huitièmes de finale par le club russe du CSKA Moscou, et ne dispute donc pas la phase de poules (au niveau quarts de finale).

La finale est jouée au Stade Olympique de Munich le 26 mai 1993 entre l'Olympique de Marseille et le Milan AC et voit la victoire des Phocéens sur le score de 1 à 0. C'est la première et seule fois à ce jour qu'un club français remporte la Ligue des Champions.

Modifier

Cette édition est aussi marquée par l'apparition d'un hymne et d'un logo. L'hymne, composé par Tony Britten, est un arrangement d'un hymne des Coronation Anthems composé par Georg Friedrich Haendel[1]. Le logo, nommé Starball, est formé de huit étoiles noires formant un ballon, représentant les huit clubs qui sont alors présents lors de la phase de groupes[2].

ParticipantsModifier

La dissolution de l'Union des républiques socialistes soviétiques le 26 décembre 1991, et l'indépendance de nombreuses anciennes républiques soviétiques va faire grimper le nombre de membres affiliés à l'UEFA et donc le nombre de participants potentiels à la compétition-phare de l'association. Lors de la saison 1992-1993, plusieurs nations de l'ex-URSS sont ainsi représentées pour la première fois en Ligue des champions : l'Ukraine, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Russie.

Trois autres nations sont également représentées pour la première fois dans la compétition. Il s'agit de la Slovénie, pays indépendant depuis le 25 juin 1991, des Îles Féroé, dont la fédération de football est affiliée à l'UEFA depuis le [3], et d'Israël, qui passe de la Confédération asiatique de football (AFC) à l'UEFA.

À l'opposé, les champions d'Albanie et de Yougoslavie ne peuvent s'aligner en raison du conflit dans les Balkans.

Le nombre de participants n'avait jamais dépassé 33, ils sont 36 pour cette édition 1992-1993, ce qui nécessite la mise en place d'un tour préliminaire pour réduire à 32 le nombre d'équipes dans le tableau principal.

Clubs participants par tour d'entrée dans la compétition
Tour préliminaire
Premier Tour


Tour préliminaireModifier

Les vingt-huit clubs des nations les plus fortes ou familières de la compétition sont directement admis dans le tableau principal (32 équipes), tandis les huit autres se disputent les quatre places restantes lors du tour préliminaire.

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour
Shelbourne FC   1 - 2   Tavria Simferopol 0 - 0 1 - 2
Valletta FC   1 - 3   Maccabi Tel-Aviv 1 - 2 0 - 1
KÍ Klaksvík   1 - 6   Skonto Riga 1 - 3 0 - 3
NK Olimpija Ljubljana   5 - 0   FC Norma Tallinn 3 - 0 2 - 0

Seizièmes de finaleModifier


Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour Appui
FC Lahti   1 - 2   Dinamo Bucarest 1 - 0 0 - 2ap -
AC Milan   7 - 0   NK Olimpija Ljubljana 4 - 0 3 - 0 -
Lech Poznań   2 - 0   Skonto Riga 2 - 0 0 - 0 -
PSV Eindhoven   8 - 0   FK Žalgiris Vilnius 6 - 0 2 - 0 -
FC Barcelone   1 - 0   Viking Stavanger 1 - 0 0 - 0 -
Rangers FC   3 - 0   Lyngby BK 2 - 0 1 - 0 -
Slovan Bratislava   4 - 1   Ferencváros TC 4 - 1 0 - 0 -
FK Austria Vienne   5 - 4   CSKA Sofia 3 - 1 2 - 3 -
FC Sion   7 - 2   Tavria Simferopol 4 - 1 3 - 1 -
Union Luxembourg   1 - 9   FC Porto 1 - 4 0 - 5 -
Víkingur Reykjavik   2 - 5   CSKA Moscou 0 - 1 2 - 4 -
Maccabi Tel-Aviv   0 - 4   FC Bruges 0 - 1 0 - 3 -
Glentoran FC   0 - 8   Olympique de Marseille 0 - 5 0 - 3 -
VfB Stuttgart   4 - 5   Leeds United FC 3 - 0 0 - 3 1 - 2 [4]
AEK Athènes   3 - 3e   APOEL Nicosie 1 - 1 2 - 2 -
IFK Göteborg   3 - 2   Besiktas 2 - 0 1 - 2 -


Huitièmes de finaleModifier

Le tenant du titre, le FC Barcelone est éliminé dès les huitièmes de finale par le club russe du CSKA Moscou, qui bat les Blaugrana sur leur pelouse (3-2) lors du match retour. Les Moscovites ne confirment pas cet exploit par la suite en ne gagnant aucune rencontre dans leur poule au tour suivant.

Équipe 1 Résultat Équipe 2 Aller Retour
CSKA Moscou   4 - 3   FC Barcelone 1 - 1 3 - 2
Rangers FC   4 - 2   Leeds United FC 2 - 1 2 - 1
Slovan Bratislava   0 - 5   AC Milan 0 - 1 0 - 4
FC Bruges   3 - 3e   FK Austria Vienne 2 - 0 1 - 3
FC Sion   2 - 6   FC Porto 2 - 2 0 - 4
Dinamo Bucarest   0 - 2   Olympique de Marseille 0 - 0 0 - 2
AEK Athènes   1 - 3   PSV Eindhoven 1 - 0 0 - 3
IFK Göteborg   4 - 0   Lech Poznań 1 - 0 3 - 0

Phase de groupesModifier

Clubs qualifiés en phase de groupe.
  Phase de groupes
  Finaliste
  Vainqueur


Groupe AModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Olympique de Marseille 9 6 3 3 0 14 4 +10   Olympique de Marseille 1-1 3-0 6-0
2   Rangers FC 8 6 2 4 0 7 5 +2   Rangers FC 2-2 2-1 0-0
3   FC Bruges 5 6 2 1 3 5 8 -3   FC Bruges 0-1 1-1 1-0
4   CSKA Moscou 2 6 0 2 4 2 11 -9   CSKA Moscou 1-1 0-1 1-2

Groupe BModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   AC Milan 12 6 6 0 0 11 1 +10   AC Milan 4-0 1-0 2-0
2   IFK Göteborg 6 6 3 0 3 7 8 -1   IFK Göteborg 0-1 1-0 3-0
3   FC Porto 5 6 2 1 3 5 5 0   FC Porto 0-1 2-0 2-2
4   PSV Eindhoven 1 6 0 1 5 4 13 -9   PSV Eindhoven 1-2 1-3 0-1

FinaleModifier

 
Le stade Olympique de Munich, théâtre de la finale.

La finale se joue en Allemagne au stade Olympique de Munich le 26 mai 1993. L'Olympique de Marseille dispute sa deuxième finale dans cette compétition après celle perdue en 1991 aux tirs au but face à l'Étoile rouge de Belgrade à Bari. L'AC Milan en est à sa sixième finale, son dernier succès remontant à 1990.

Ce match marque les retrouvailles entre l'attaquant Jean-Pierre Papin et l'OM, un an après le départ de l'attaquant international vers le Milan AC. Marcel Desailly le rejoindra cinq mois plus tard chez les Rossoneri.

26 mai 1993 Olympique de Marseille   1 - 0   AC Milan Olympiastadion, Munich
(  Pelé) Boli   43e (1 - 0) Spectateurs : 64 400
Arbitrage :   Kurt Röthlisberger
  Photos du match
Marseille
Milan
Olympique de Marseille :
GB 01   Fabien Barthez  
ArD 02   Jocelyn Angloma   61e
ArG 03   Éric Di Meco  
DC 04   Basile Boli  
MD 05   Franck Sauzée
DC 06   Marcel Desailly
MD 07   Jean-Jacques Eydelie
Att 08   Alen Bokšić
Att 09   Rudi Völler   78e
Att 10   Abedi Pelé
MD 11   Didier Deschamps (c)
Remplaçants :
DF 12   Bernard Casoni
MO 13   Jean-Christophe Thomas   78e 
MO 14   Jean-Philippe Durand   61e 
Att 15   Jean-Marc Ferreri
GB 16   Pascal Olmeta
Entraîneur :
  Raymond Goethals
 
AC Milan :
GB 01   Sebastiano Rossi
ArD 02   Mauro Tassotti
ArG 03   Paolo Maldini
DC 04   Demetrio Albertini
DC 05   Alessandro Costacurta
DC 06   Franco Baresi (c)
AiG 07   Gianluigi Lentini  
MJ 08   Frank Rijkaard
Att 09   Marco van Basten   86e
AiD 10   Roberto Donadoni   55e
Att 11   Daniele Massaro
Remplaçants :
GB 12   Carlo Cudicini
DF 13   Stefano Nava
MO 14   Stefano Eranio   86e 
MO 15   Alberigo Evani
Att 16   Jean-Pierre Papin   55e 
Entraîneur :
  Fabio Capello

Meilleurs buteursModifier

ControverseModifier

Dans une autobiographie parue en 2019, Cornel Dinu, ancien footballeur professionnel et ancien entraîneur de l'équipe nationale de football de Roumanie, dit avoir été missionné par Bernard Tapie, alors président de l'Olympique de Marseille, pour corrompre l'arbitre, lui aussi roumain, lors du match contre le FC Bruges. Pour une somme de 20 000 dollars, il aurait selon lui accepté de ne pas sanctionner Basile Boli d'un carton jaune, ce qui l'aurait exclu de la finale. De plus, Cornel Dinu dit avoir été dans les confidences de Bernard Tapie en ces termes : «Cornel, je vais gagner demain sans aucun problème. Je suppose que tu sais que ce vieux décati de Goethals (alors entraîneur de l'OM, et d'origine belge) est originaire de Bruges. Grâce à lui, j’ai pris toutes les mesures nécessaires pour empêcher les Belges de nous causer des ennuis. Nous gagnerons facilement. En ce moment même, il (Goethals) attend que je lui parle de l’argent dont il a besoin pour sa mission. »[5] L'arbitre qu'il incrimine, Ion Craciunescu, dément : « Je ne veux pas prêter attention à ce que dit Cornel Dinu. Il peut aboyer tant qu'il veut. » Bernard Tapie dément lui aussi : « Le monde du football va bien rire ! Goethals pour acheter Bruges, ou acheter un arbitre [...] pour que Boli n'ait pas de carton rouge, vous êtes tout simplement ridicule ! [...] C'est tout de même hallucinant que n'importe qui puisse accuser quiconque sans preuves ni témoignages. »(5)

Notes et référencesModifier

  1. « Hymne de l'UEFA Champions League », sur fr.uefa.com (consulté le 9 juin 2011)
  2. (en) Michel Desbordes, Marketing and football: an international perspective, Butterworth-Heinemann, , 518 p. (ISBN 9780750682046), p. 39-40
  3. (fo) FSF-Fótbóltssamband - Søgan
  4. Après avoir gagné l'aller 3-0, Stuttgart joue (et perd) le match retour 4-1 en alignant 4 joueurs étrangers sur le terrain, alors que le règlement de l'époque n'en autorise que trois au maximum. L'UEFA donne donc match gagné sur tapis vert à Leeds sur le score de 3-0 mettant les deux équipes à égalité parfaite de score sur l'ensemble des deux matchs. Pour départager Stuttgart et Leeds un match d'appui, disputé à Barcelone, était donc nécessaire.
  5. Costin Stucan (Gazeta Sporturilor) et Yann Philippin, « Bernard Tapie accusé d’avoir corrompu un match clé de la Ligue des champions gagnée par l’OM en 1993 », sur Mediapart (consulté le 1er juin 2019)

(5) Journal l'équipe 31 mai 2019 https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/L-ancien-selectionneur-roumain-accuse-bernard-tapie-d-avoir-corrompu-le-match-fc-bruges-om-de-1993/1024783

Articles connexesModifier