Ouvrir le menu principal

Ligne de Dijon-Ville à Saint-Amour

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Dijon-Ville à Saint-Amour
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
La gare de Louhans.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Dijon, Saint-Jean-de-Losne, Seurre, Louhans, Saint-Amour
Historique
Mise en service 1882 – 1883
Électrification 1969 – 1970
Concessionnaires PLM (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 860 000
Longueur 108 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
Pente maximale 10 
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER, Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Dijon-Ville à Saint-Amour est une ligne ferroviaire française. Elle est également appelée « Itinéraire de la Bresse » ou « ligne de la Bresse ». Elle rejoint à Saint-Amour, la ligne de Mouchard à Bourg-en-Bresse. Elle constitue la ligne 860 000[1] du réseau ferré national.

Ligne très peu chargée en trafic voyageurs, composé essentiellement des TER (Bourg-en-Bresse – Dijon), elle a pour vocation principale d'assurer l'acheminement du trafic fret s'écoulant, dans les deux sens, soit entre l'ouest de la France (section de ligne de Paris à Dijon), le Benelux et l'Italie, via Ambérieu, Culoz, Chambéry et la gare frontière de Modane.

Compte tenu de son tracé presque parallèle à la ligne Paris – Lyon – Marseille entre Dijon et Mâcon, l'existence d'un itinéraire de liaison Ambérieu – Lyon (triage de Sibelin ou Perrache et Part-Dieu) présentant des caractéristiques techniques approchantes, la ligne est utilisée comme itinéraire de détournement entre Lyon et Dijon, pour délester l'axe historique en périodes de fort trafic, ou en cas de travaux.

La ligne fait partie du Corridor européen C (Anvers – Bâle / Lyon), et devrait être équipé de l'ETCS niveau 1 à l'horizon 2018[2].

HistoireModifier

La ligne de Dijon à Saint-Amour est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics, et la compagnie. Cette convention est approuvée à la même date, par une loi qui déclare simultanément la ligne d'utilité publique[3].

La convention prévoit que les projets définitifs du tracé et des terrassements, doivent être produits au plus tard deux ans après la publication de la loi, et que la ligne doit être terminée quatre ans après l'approbation des projets.

La section de ligne de Dijon à Seurre est ouverte en juin 1882, Seurre à Saint-Amour juste un an après. La mise à double voie est totalement achevée sur l'ensemble du parcours en 1901. Son électrification, en courant continu 1,5 kV, se réalisa en deux étapes : la section sud de la ligne, de Mervans à Bourg-en-Bresse, est sous tension le 20 mai 1969[4] et la section nord, de Dijon-Perrigny à Mervans, le 12 mai 1970[4] ; les échanges de machines se faisant pendant cette période intermédiaire, en gare de Mervans. Préalablement à cette électrification, la ligne fit l'objet de travaux de modernisation, destinés à améliorer sa capacité. Consistant principalement en renouvellement voie ballast (plus communément appelé « RVB »), mise en câble des télécommunications, suppression du block manuel de double voie (ancien block 49, avec transmetteurs Jousselin) et remplacement par le block automatique lumineux (BAL), ainsi que des suppressions ou automatisations de passages à niveaux.

Caractéristiques générales de la ligneModifier

La ligne s'étire sur environ cent-douze kilomètres : du point kilométrique (PK) 314,300, correspondant à l'axe du bâtiment voyageurs de la gare de Dijon-Ville, jusqu'au km 424,634 (bifurcation de la ligne de Mouchard à Bourg-en-Bresse, ou PK 473,876 de cette même ligne). La gare de Saint-Amour est distante d'environ deux kilomètres au-delà de la bifurcation, en direction de Bourg-en-Bresse. La ligne, dont l'origine se trouve en Côte-d'Or, quitte le département au sud de la gare de Seurre, pour rentrer dans le département de Saône-et-Loire. Elle en sort à son extrémité sud, au-delà de Dommartin-lès-Cuiseaux, pour rentrer dans le département du Jura. En Côte-d'Or, la ligne traverse les localités suivantes : Ouges, Saulon, Longecourt, Aiserey, Brazey-en-Plaine, Saint-Jean-de-Losne, Chaugey, Pagny et Seurre. En Saône-et-Loire : Navilly, Saint-Bonnet-en-Bresse, Mervans, Saint-Germain-du-Bois-Devrouze, Simard, Saint-Usuge, Louhans, Bruailles, Sainte-Croix, Frontenaud et Dommartin-les-Cuiseaux. Puis le Jura en gare de Saint-Amour, où elle ne parcourt que quelques kilomètres, avant de pénétrer dans le département de l'Ain.

Dessertes voyageursModifier

La desserte voyageurs, sur cette ligne à caractère rural (Louhans étant la localité la plus importante de la ligne), est essentiellement TER. Toutes les gares côte-d'oriennes de la ligne (Ouges, Saulon, Longecourt, Aiserey, Brazey-en-Plaine, Saint-Jean-de-Losne, Chaugey, Pagny et Seurre), qui subissent l'attraction de la ville de Dijon, sont ouvertes au service voyageurs. La gare de Seurre, est gare origine/terminus de circulations de ou vers Dijon. Les gares de Mervans, Louhans, Frontenaud et Dommartin-les-Cuiseaux, ouvertes au service voyageurs, sont desservies par des circulations TER assurant la totalité du parcours Dijon-Bourg-en-Bresse. La desserte voyageurs de la ligne, pour les deux sens de circulation, représente une densité de l'ordre de la quinzaine de TER par jour ouvrable.

Caractéristiques techniquesModifier

 
Les voies 1 et 2 Saint-Amour dans le complexe ferroviaire de Perrigny
Les voies 1 et 2 Saint-Amour dans le complexe de Perrigny

Dans la zone d'action du poste 2 de la gare de Dijon-Ville, l'accès ou la réception des trains de la Bresse se fait par les voies désignées 1 et 2 Belfort, sur lesquelles sont soudées, au niveau du poste 1 de Perrigny, les voies de la ligne de la Bresse. Dans le sens impair, les trains issus de Dijon-Ville sont généralement dirigés, à la traversée du complexe de Perrigny, sur la voie désignée 1 Saint-Amour ; voie extérieure au complexe, parallèle pendant une partie de son trajet, au canal de Bourgogne. À la sortie du complexe de Perrigny, au niveau du poste 3, cette voie reçoit d'abord une voie sortant du complexe (voie désignée 1 Ter St Amour, sur laquelle circulent les trains arrivant de la ligne d'Is-sur-Tille ou Belfort), puis la voie portant les trains sortant du triage de Gevrey (désignée voie 1 Raccordement St Amour). Ce regroupement des circulations se fait au km 320, 100 environ, dans la zone d'action du poste 3 de Perrigny, soit approximativement à cinq kilomètres de la gare de Dijon. La voie 2 St-Amour, à son arrivée dans le complexe de Perrigny, se dédouble au niveau du poste 3 et donne la direction de Gevrey-Triage. Au niveau du poste 2 de Perrigny, elle se dédouble à nouveau pour joindre le raccordement, afin de donner la direction d'Is-sur-Tille ou celle de Belfort. Les vitesses maximales de circulation dans la traversée du complexe, sont abaissée à des valeurs de 90/100 km/h.

Les voies 1 et 2 Saint-Amour entre Perrigny et Saint-Amour

Le profil de l'ensemble de la ligne est relativement facile, en étant toutefois plus accidenté que celui de la ligne de Paris à Marseille, surtout dans son parcours entre Saint-Bonnet-en-Bresse et Saint-Amour (voire jusqu'à Bourg-en-Bresse et Ambérieu). Les déclivités, dont les valeurs atteignent les 8 mm/m sont fréquentes et, sur de courtes distances, peuvent atteindre 10 mm/m.

Quelques vues du parcoursModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 159.
  2. ETCS : RFF prépare le réseau de demain
  3. « N° 4443 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique de plusieurs chemins de fer et à la concession de ces chemins à la Compagnie de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 3 juillet 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 266,‎ , p. 265 - 271 (lire en ligne).
  4. a et b Revue Chemins de fer éditée par l'AFAC, n° 393, 1988-6, pages 257 à 272.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier