Sainte-Croix-en-Bresse

commune française du département de Saône-et-Loire

Sainte-Croix-en-Bresse
Sainte-Croix-en-Bresse
L'église.
Blason de Sainte-Croix-en-Bresse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Intercommunalité CC Bresse Louhannaise Intercom'
Maire
Mandat
Joël Culas
2020-2026
Code postal 71470
Code commune 71401
Démographie
Population
municipale
630 hab. (2018 en augmentation de 1,12 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 21″ nord, 5° 14′ 49″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 210 m
Superficie 20,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Louhans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Cuiseaux
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Bresse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Bresse
Liens
Site web mairie-sainte-croix-en-bresse.com

Sainte-Croix-en-Bresse (dénommée Sainte-Croix jusqu'en [1]) est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

 
Carte de Sainte-Croix et de ses alentours.

Sainte-Croix fait partie de la Bresse louhannaise.

HydrographieModifier

Le Solnan traverse la commune. Il forme d'abord une limite naturelle avec Frontenaud, puis se divise en deux bras qui se rejoignent un peu plus loin, créant une île et allant à la limite de l'agglomération de Sainte-Croix et finalement forme une limite naturelle avec Bruailles, où la rivière quitte la commune.

La Sâne Morte traverse également la commune.

Lieux-dits et écartsModifier

La commune a pour lieux-dits et écarts : L'Abergement des Chênes, la Barre, la Bergénée, les Bois Brûlés, la Bouvatière, Château de la Motte, Chatenay, Châtillon, la Citadelle, les Cornets, Courfoulot, les Craffes, Curtil Morey, les Égreffes, les Fuisses, Grande Frette, Lavy, Meix Tuzon, Malabutte, la Motte, les Petites Fournaches, les Piguets, les Plattières, Recule, Tagiset, les Tupins, la Valatière et la Varenne.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Sainte-Croix-en-Bresse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Louhans, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (76 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (32,3 %), forêts (22,8 %), terres arables (21,6 %), zones agricoles hétérogènes (21,6 %), zones urbanisées (1,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

Pendant la période révolutionnaire, la commune est renommée Solnan.

Par un décret du , la commune de Sainte-Croix change de nom officiellement et se voit ajout un complément informant de sa localisation dans la région bressane afin de pouvoir la distinguer des autres communes faisant référence à Sainte-Croix en devenant Sainte-Croix-en-Bresse[1].

HistoireModifier

La baronnie de Sainte-Croix a appartenu durant le Moyen Âge à un puissant lignage, les Neublans d’Antigny de Vienne, avant de passer dans l’héritage des Orléans-Longueville et d’être acquise en 1626 par une famille du Charolais, les Chanlecy (ou Champlécy).

Le 6 février 1637, durant la guerre de Dix ans, le village est attaqué et conquis par la cavalerie comtoise du Baron de Boutavant.

Jusqu'à la Révolution française, Sainte-Croix, localité du département de Saône-et-Loire relevant depuis 1801 du diocèse d'Autun, dépendit du diocèse de Saint-Claude (érigé en 1742).

Pendant la période révolutionnaire, la commune est renommée Solnan.

En 1794, la commune de Tagisset (ou Tagiset), appartenant alors au département de l'Ain et au canton de Saint-Trivier-de-Courtes, est réunie à Sainte-Croix[9],[10].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Élections PrésidentiellesModifier

Le village de Sainte-Croix-en-Bresse place en tête à l'issue du premier tour des Élection présidentielle française de 2017, Marine Le Pen (RN) avec 31,55 % des suffrages. Mais lors du second tour, Emmanuel Macron (LaREM) est en tête avec 53,33 %[11].

Élections LégislativesModifier

Le village de Sainte-Croix-en-Bresse faisant partie de la Quatrième circonscription de Saône-et-Loire, place lors du 1er tour des Élections législatives françaises de 2017, Stéphane GROS (LR) avec 25,10 % des suffrages. Mais lors du second tour, il s'agit de Cécile Untermaier (PS) qui arrive en tête avec 58,80 % des suffrages[12].

Élections DépartementalesModifier

Le village de Sainte-Croix-en-Bresse faisant partie du Canton de Cuiseaux place le binôme de Sébastien FIERIMONTE (DIV) et Carole RIVOIRE-JACQUINOT (DIV), en tête, dés le 1er tour des Élections départementales de 2021 en Saône-et-Loire avec 43,60 % des suffrages. Lors du second tour, les habitants décideront de placer de nouveau le binôme de Sébastien FIERIMONTE (DIV) et Carole RIVOIRE-JACQUINOT (DIV) , en tête, avec cette fois-ci, près de 60,34 % des suffrages. Devant l'autre binôme menée par Frédéric CANNARD (DVG) et Sylvie CHAMBRIAT (DVG) qui obtient 39,66 %. Cependant, il s'agit du binôme Frédéric CANNARD (DVG) et Sylvie CHAMBRIAT (DVG) qui est élu, une fois les résultats centralisés. Il est important de souligner une abstention record lors de ces élections qui n'ont pas épargné le village de Sainte-Croix-en-Bresse avec lors du premier tour 62,34 % d'abstention et au second, 58,58 %[13].

Liste des maires de Sainte-Croix-en-BresseModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Roland Sixdenier UMP Conseiller général
mars 2014 en cours Joël Culas    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 630 habitants[Note 3], en augmentation de 1,12 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8411 0431 0031 0571 1081 2381 3211 3761 353
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3391 3221 3421 2881 3221 3601 2921 3111 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2541 2661 2551 0831 0481 001956880779
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
728649611591520464541599636
2018 - - - - - - - -
630--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le château de Sainte-Croix, construction se composant d'un corps de logis de plan rectangulaire flanqué sur ses angles de pavillons reliés entre eux par un bâtiment à un seul niveau, plaqué contre la façade orientale, qui porte une terrasse à appui-corps en fer forgé ; dans les angles formés par les pavillons et le corps central ont été établis, à hauteur du demi-étage de petits balcons sur trompes.
  • L'église[17] dans laquelle se trouve le tombeau d'Anne-Charlotte de Champlécy, épouse du célèbre mousquetaire Charles de Batz de Castelmore d'Artagnan, décédée à Sainte-Croix le et inhumée le lendemain dans le charnier de la chapelle dépendante du château[18]. S'y trouve aussi la pierre tombale (2,38 m x 1,10 m) classée au titre des Monuments historiques d’Étienne de Sainte-Croix, chanoine de Saint-Vincent de Chalon, du XIVe siècle[19].
  • La route européenne d’Artagnan, route équestre allant de Maastricht à Lupiac et passant par Sainte-Croix, inspirée des deux figures locales que sont Anne-Charlotte de Chanlecy et d’Artagnan.
  • Espace d'Artagnan.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Sainte-Croix (Saône-et-Loire)
  Blason
De sable à trois tour d'argent ouvertes et ajourées du champ.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Cordier, Vitraux de l'église de Sainte-Croix (Saône-et-Loire), p. 110-117, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction, 1911 (lire en ligne)
  • Odile Bordaz, "Anne-Charlotte de Chanlecy, dame de Sainte-Croix, épouse d'Artagnan". Article en ligne sur le site de l'association d'Artagnan.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Décret no 2020-175 du 26 février 2020 portant changement du nom de communes
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Louhans », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Décret qui réunit la commune de Tagisset à celle de Solnan, ci-devant Sainte-Croix, district de Louhans, p.  226 de la Collection des Lois et Décrets, tome 4 sur Google Livres.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le )
  12. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le )
  13. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2021 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021 (consulté le )
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Édifice dont les vitraux ont été entièrement restaurés en 2014 par le vitrailliste Olivier Gœtschel de Terrans, notamment le vitrail de l'Assomption de la Vierge datant de 1630 et provenant de l'ancienne chapelle seigneuriale (aujourd'hui disparue). Au sujet de cette restauration, lire : « La restauration des vitraux de l'église de Sainte-Croix », article d'Adeline Culas et d'Olivier Gœtschel paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 182 de juin 2015, pages 22 et 23.
  18. « Un d'Artagnan irascible », article de Gérard Delannoy paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 147 de septembre 2006, pages 14 et 15.
  19. « La pierre tombale d’Étienne de Sainte-Croix : son histoire et son sauvetage », article de Robert Michelin et d'Adeline Culas paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 174 de juin 2013, pages 7 à 11.
  20. Source : Henri Nicolas, Quand d'Artagnan épousait une châtelaine bressane d'origine charolaise, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 17 (mars 1973), pp. 23-25.