Ouges

commune française du département de la Côte-d'Or

Ouges
Ouges
Un des trois lavoirs d'Ouges
Blason de Ouges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Dijon Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Girard
2020-2026
Code postal 21600
Code commune 21473
Démographie
Population
municipale
1 616 hab. (2020 en augmentation de 22,15 % par rapport à 2014)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 44″ nord, 5° 04′ 34″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 239 m
Superficie 12,1 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Longvic
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ouges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ouges
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Ouges
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Ouges

Ouges est une commune française appartenant à Dijon Métropole située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Ouges
Longvic Neuilly-Crimolois
  Rouvres-en-Plaine
Fénay Bretenière

TransportsModifier

Elle dispose de la halte SNCF d'Ouges sur la ligne de Dijon-Ville à Saint-Amour[1].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Ouges est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dijon, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[5] et 245 875 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (24,5 %), zones urbanisées (4 %), forêts (3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
inconnu fructidor an IX François Quillardet    
vendémiaire an X mars 1807 Pierre Cornemillot    
avril 1807 juin 1817 Jean Cornemillot    
juin 1817 juin 1820 Hubert Cornemillot    
juin 1820 février 1827 François Quillardet    
mars 1827 septembre 1836 Pierre Quillardet Thomas    
octobre 1836 juillet 1837 Pierre Quillardet Goillot    
juillet 1837 juillet 1840 Pierre Quillardet Thomas    
juillet 1840 août 1840 Jacques Quillardet   maire par intérim
août 1840 avril 1848 Philippe Pain    
avril 1848 septembre 1848 Pierre Cornemillot    
octobre 1848 janvier 1872 Denis Pain    
janvier 1872 1872 Emile Cornemillot    
1872 1873 Denis Droin    
1873 juillet 1875 Jean Garnier   démissionnaire
juillet 1875 1879 Pierre Amiot    
1879 janvier 1881 Jacques Joannier    
janvier 1881 1889 Pierre Amiot    
1889 après 1897 Jean Perreaux    
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 juin 1995 François Perras    
juin 1995 mars 2008 Paul Roizot RPR-UMP  
mars 2008 En cours
(au 15 juin 2020)
Jean-Claude Girard    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Les habitants d'Ouges sont appelés Ougeois[12]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2020, la commune comptait 1 616 habitants[Note 3], en augmentation de 22,15 % par rapport à 2014 (Côte-d'Or : +0,7 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360314334389386430464507521
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
478461443439432430441474415
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3913993951 2611 4641 5141 4331 2582 657
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 1571 1381 0287979651 0431 2121 1731 342
2018 2020 - - - - - - -
1 6151 616-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le site de l'ancienne base aérienne 102, base de l'Armée de l'air qui a définitivement fermé en et dont la plus grande partie de l'emprise (300 hectares sur les 500) était située sur le territoire de la commune d'Ouges. L'École de gendarmerie de Dijon s'est installée sur le site.
  • Le monument commémoratif Guynemer (protégé au titre des MH), visible sur le site de l'ancienne base aérienne 102, inauguré le . Ce monument est orné en façade d'un buste de bronze encadré verticalement de l’inscription « Au capitaine Guynemer, l’Aviation », coulé d’après une sculpture exécutée par l’artiste dijonnais Hubert Yencesse[17].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
« Ecartelé : au premier et au quatrième d'azur à l'écusson d'or aux trois bandes d'azur et à la bordure de gueules, accompagné de huis fleurs de lys aussi d'or ordonnées en orle, au deuxième et au troisième d'azur au coq hardi d'or; à la trangle ondée d'argent posée en fasce sur la partition ».

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

RéférencesModifier

  1. « Gare Ouges », sur TER Bourgogne (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Dijon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. http://www.habitants.fr/habitants_departement_cote-dor_21.html
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  17. L'édifice, sorti indemne des bombardements de la Seconde Guerre mondiale, a été inauguré une seconde fois en 1966, sous le commandement du colonel Bernard de Royer, commandant de la base aérienne 102, à l'occasion du cinquantenaire des « Cigognes », en présence des généraux Alfred Heurtaux et Emmanuel d'Harcourt, non sans avoir été préalablement rénové et transformé en obélisque par la suppression du lanterneau sommital. Source : Frédéric Lafarge, « Un monument pour ne pas oublier », revue trimestrielle Pays de Bourgogne (n° 247), avril 2016, pp. 15-18.