Le Sel-de-Bretagne

commune française d'Ille-et-Vilaine

Le Sel-de-Bretagne
Le Sel-de-Bretagne
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Intercommunalité Bretagne Porte de Loire Communauté
Maire
Mandat
Christine Roger
2022-2026
Code postal 35320
Code commune 35322
Démographie
Gentilé Sellois
Population
municipale
1 110 hab. (2020 en augmentation de 6,32 % par rapport à 2014)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 47″ nord, 1° 36′ 33″ ouest
Altitude 75 m
Min. 37 m
Max. 107 m
Superficie 8,1 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bain-de-Bretagne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Sel-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Sel-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Sel-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Le Sel-de-Bretagne
Liens
Site web www.leseldebretagne.fr

Le Sel-de-Bretagne est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Ses habitants sont les Sellois et les Selloises.

GéographieModifier

La commune se trouve au sud du département d'Ille-et-Vilaine, à une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau de Rennes, la préfecture départementale et régionale.

Communes limitrophes du Sel-de-Bretagne
Le Petit-Fougeray Saulnières
Pancé   Tresbœuf
La Bosse-de-Bretagne
 
Carte de la commune.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 740 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La-Noe-Blanche », sur la commune de La Noë-Blanche, mise en service en 1988[7] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 752,6 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 20 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,1 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Le Sel-de-Bretagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[17],[18].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (47 %), terres arables (46,6 %), zones urbanisées (5,7 %), forêts (0,7 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

ÉconomieModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Parochia de Sello aux XIIIe et XVIe siècles[21], Le Sel début 1967.

Le Sel devient Le Sel-de-Bretagne le .

Le nom "Sel" vient des dépôts de sel présents sur la commune[réf. nécessaire]. Le Sel-de-Bretagne a probablement une origine gallo-romaine. On y trouve en effet une vieille voie gallo-romaine appelée « chemin des Saulniers »[21], fréquentée autrefois par les contrebandiers qui transportaient frauduleusement le sel, de Bretagne où il était exempt de l’impôt sur la gabelle, vers le Maine où il était au contraire frappé de droits élevés[22]. Le sel, provenant des marais salants de Guérande et Saillé, était acheminé par voie d'eau (la Vilaine) jusqu'à Messac) pour ensuite être redirigé vers l'Anjou ou le Maine[23].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

A. Marteville et P. Varin écrivent que « près le bourg du Sel, au sud-ouest, existent deux menhirs, ou pierres longues : l'une, d'un seul et magnifique bloc de quartz blanc, est à peu près carrée , et a 2 mètres 50 centimètres de hauteur sur 1 mètre 50 cm environ de largeur ; l'autre, en pierre appelée vulgairement cahot[Note 7], a près de 3 m de hauteur, 1 m d'épaisseur et 2 m de largeur. Toutes deux sont à 200 mètres du bourg , et il n'existe pas dans les environs de carrières d'où elles auraient pu être tirées ; elles font partie, à ce qu'il paraît, d'une ligne de menhirs qui depuis Le Teil jusqu'au Port-Neuf en Messac, sont jalonnées de loin en loin en direction du nord »[24].

Moyen ÂgeModifier

Une motte féodale, entourée de douves et une grande cour en forme de fer à cheval encerclée par un fossé et un talus, se trouvent au lieu-dit "butte du Chalonge" en Chanteloup, mais à la limite communale avec Le Sel-de-Bretagne[25].

Le château du Sel fut vendu en 1253 par Roland Dollo, seigneur du Sel, à Thomas, seigneur de Chemillé. En 1500 cette seigneurie appartenait à Jean Pinczon, sieur des Monts[26].

La juridiction des Monts supplante au XVe siècle celles des seigneuries de Poligné et de Châteaugiron

Temps modernesModifier

 
Carte de Cassini représentant la région de Saulnières et Le Sel.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Le Sel en 1778 :

« Le Sel ; à 5 lieues un quart au Sud-Sud-Est de Rennes, son évêché, sa subdélégation et son ressort. On y compte 600 communiants[Note 8] : la cure est à l'Ordinaire. Ce territoire est, pour sa plus grande partie, stérile. Il renferme des landes dont le sol ne mérite pas les soins du cultivateur, et quelques bois-taillis. On y cueille du fruit dont on fait le cidre. Le château du Sel, haute justice, est la maison seigneuriale du lieu[26] »

Le château du Sel évoqué par Jean-Baptiste Ogée est le château des Monts, propriété de la famille Pinczon du Sel depuis 1474. Le manoir de la Filochaye (ou Filochais) dépendait de la seigneurie de Poligné et appartenait depuis au moins 1421 à la famille Filoche, avant d'être vendu en mars 1695 à la famille Pinczon du Sel, qui le possédait encore en 1789. Un autre château était celui de La Rue, qui fut successivement propriété des familles de La Filochaye, des Monts, et depuis 1773 de la famille Vimont, laquelle possédait aussi au même moment le manoir de la Grand'Maison, situé dans le bourg[27].

Révolution françaiseModifier

Le cahier de doléances du Sel est rédigé, en préparation des États généraux, le sous la présidence de Pierre Barbotin[Note 9], procureur de la paroisse, en l'absence de Pierre Daniel, sénéchal, « absent pour cause de maladie » ; Pierre Touchais[Note 10] et Guillaume Gaigeard[Note 11] (tous deux cultivateurs) sont désignés pour représenter la paroisse lors de l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée[28].

Michel Robidet, recteur de la paroisse depuis 1778, fut prêtre réfractaire ; il fut emprisonné à Saint-Melaine de Rennes en 1792 et s'exila à Jersey en 1793.

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[29].

Le XIXe siècleModifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Le Sel en 1843 :

« Le Sel (sous l'invocation de saint Martin) : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui cure de 2ème classe. (...) Principaux villages : les Monts, Sévigné, Bierden, la Rivière, la Chultière. Maison principale : le château des Monts. Superficie totale 1 035 hectares 2 ares, dont (...) terres labourables 663 ha, prés et pâturages 115 ha, bois 31 ha, vergers et jardins 18 ha, landes et incultes 175 ha (...). Moulins : 3 (des Rottes, de la Rivière ; à vent). L'église du Sel est ancienne, mais on ignore la date de sa construction[Note 12]. Il y avait autrefois, outre cette église, une chapelle au château des Monts, une autre au bourg sous l'invocation de sainte Marguerite, une troisième enfin au hameau de la Rue, sous l'invocation de sainte Anne. Cette dernière est la seule qui existe encore. De 1803 à 1826 la commune de La Bosse a été réunie à celle du Sel pour le culte ; à cette dernière date, elle fut érigée en succursale. À la même époque (1803), Le Petit-Fougeray avait été réuni de la même manière au Sel ; mais l'ordonnance qui prescrivait cette réunion n'avit pas été exécutée. (...) Une section, dite de Pouchard, du nom de son principal village, est complètement détachée du territoire de la commune, à environ 1 700 mètres au sud. (...) Outre le château des Monts, il y a dans cette commune celui de la Fillochaye, qui est pour ainsi dire abandonné. Les Pinczon du Sel étaient seigneurs fondateurs de cette paroisse ; cependant quelques lieux relevaient de M. de la Bourdonnaye-Montluc[Note 13]. (...) Il y a foire le premier mardi d'octobre et le mardi qui suit la Madelaine[Note 14]. Marché le samedi. Géologie : schiste micacé. On parle le français [en fait le gallo][24]. »

Une école publique de garçons est ouverte en 1841 en vertu de la Loi Guizot, mais elle est remplace en 1861 par une école privée, soutenue par le curé. En 1885 ouvre une nouvelle école de garçons, celle des filles ouvrant en 1887 ; l'enseignement est assuré par les religieuses de Paramé.

Le XXe siècleModifier

 
Le monument aux morts de Sel-de-Bretagne.

La Belle ÉpoqueModifier

Une ligne de tramway des TIV (Transports d'Ille-et-Vilaine) allant de Rennes au Grand-Fougeray en passant par Chartres, Noyal-sur-Seiche, Pont-Péan, Orgères, Chanteloup, Le Sel, Saulnières, Pancé, Bain et La Dominelais fut construite à partir de 1909[30] ; mise en service en 1910, la ligne était longue de 64 km ; elle ferma en 1937 ; les tramways y circulaient à environ 25 km/h[31].

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts du Sel-de-Bretagne porte les noms de 31 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; la plupart sont décédés sur le sol français (parmi eux Louis Nicolet[Note 15], fait chevalier de la Légion d'honneur)[32].

L'Entre-deux-guerresModifier

La Seconde Guere mondialeModifier

Le monument aux morts du Sel-de-Bretagne porte les noms de 3 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles Aristide Crocq, résistant, agent de renseignement du service action du BCRA, fait prisonnier après avoir été parachuté dans le cadre du plan Sussex, fusillé le à Saint-Ouen (Loir-et-Cher) ; les deux autres sont Émile Roussigné, mort en 1940 et André Boutet, mort en 1945[32].

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

En 1967, le nom de la commune du Sel a été modifié en Le Sel-de-Bretagne.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1830 1830 Pierre Marie Pinczon du Sel des Mottes[Note 16]   Propriétaire.
1830   François Bréal[Note 17]   Propriétaire cultivateur.
avant 1838 1839 René Regnault[Note 18]   Notaire.
1839 après 1840 Pierre Marie Delalande[Note 19].   Cultivateur.
avant 1850 après 1850 Marie Baptiste Renaudet[Note 20].   Notaire.
avant 1860 après 1860 Julien Lécrivain[Note 21]   Propriétaire cultivateur.
avant 1872 après 1872 Jean Jagot[Note 22]   Notaire.
avant 1880 après 1880 René Delalande[Note 23]   Cultivateur. Fils de Pierre Marie Delalande, maire vers 1840.
avant 1890 1891 René Brochard[Note 24].   Notaire.
1891 1900 Alexandre Bitauld[Note 25].   Propriétaire cultivateur.
1900 après 1921 Théodore Bigot[Note 26]   Propriétaire. Cultivateur.
         
? octobre 1974
(démission)
André Hupel[Note 27] DVD Notaire
Conseiller général du Sel-de-Bretagne (1956 → 1998)
décembre 1974[33] mars 2001 Jean Jolivel DVD Commerçant retraité, maire honoraire
mars 2001 28 mai 2020 Gilbert Ménard DVG Professeur de collège
Conseiller général du Sel-de-Bretagne (2004 → 2015)
28 mai 2020 juillet 2022 Stéphane Morin[34]   Enseignant d'université, ancien premier adjoint. Démissionné en juillet 2022[35].
2022 En cours Christine Roger   Élue en octobre 2022[36].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[38].

En 2020, la commune comptait 1 110 habitants[Note 28], en augmentation de 6,32 % par rapport à 2014 (Ille-et-Vilaine : +5,48 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
464603559618638636633683640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
674638720728688784678703675
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
630642659535524533517510455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
445456404451501514728767915
2015 2020 - - - - - - -
1 0911 110-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Une "petite école"[Note 29], tenue par le prêtre Jean Beauchesne[Note 30], a ouvert pendant quelques années au Sel au début du XVIIIe siècle.

Une école publique de garçons est ouverte en 1841 en vertu de la Loi Guizot, mais elle est remplace en 1861 par une école privée, soutenue par le curé. En 1885 ouvre une nouvelle école de garçons, celle des filles ouvrant en 1887 ; l'enseignement est assuré par les religieuses de Paramé jusqu'en 1903, date à laquelle elles sont remplacées par des instituteurs laïcs en vertu de la Loi sur les congrégations. Une école privée de filles ouvre en 1909 et celle des garçons en 1938. En 1947 les écoles privées accueillent 85% des enfants de la commune ; les écoles publiques, désertées, ferment en 1974.

Le Sel-de-Bretagne dispose de nos jours de deux écoles primaires, l'une publique (École primaire Mathurin Méheut, inaugurée en 2007), l'autre privée (École primaire Saint-Nicolas, son bâtiment datant en partie du XIXe siècle)[41].

Lieux et monumentsModifier

 
Menhir du Champ de la Pierre au premier-plan et menhir du Champ Horel en arrière-plan.

La commune compte un monument historique protégée :

On trouve également :

  • l'église Saint-Martin, construite dans le 3e quart du XIXe siècle par l'architecte Édouard Brossay-Saint-Marc[43].
  • la chapelle Sainte-Anne, datant de 1774[44].
  • la chapelle du Crucifix à la Briantais (elle date de 1891)[45].
  • le château des Monts et sa chapelle Saint-Joseph[46].
  • le monument aux morts[48].

TraditionModifier

  • Le "chêne Saint-Martin" était fréquenté par les jeunes filles désireuses de se marier ; elles se frottaient contre le tronc afin de convoler. Ce chêne doit son nom à saint Martin qui y serait venu prêcher au IVe siècle ; il a de nos jours disparu[49].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Famille Pinczon du Sel, fondateurs et seigneurs de la paroisse du Sel.
  • Julien-Joseph Pinczon du Sel (1712-1781), né au Sel, industriel, économiste et polémiste.
  • Jean-Marie Falké (1890-1959), né au Sel, statuaire, sculpteur.
  • Eugène Aulnette (1913-1991), artiste sculpteur.
  • Eugène Brulé (1929-1999), rédacteur en chef d'Ouest-France.
  • Inès Red Fox Skimpsons Bora Twirling Hamon (2002-), pompom du centre de l'emlyon business school, future reine de Bretagne une fois que le Roi Charles I "L'Endurant" De Stefano Père de tous les mapaches aura réussi à enlever l'épée de Roi Arthur qui s'est fait pépom sur mon canap.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Un menhir nommé "Menhir de la Pierre de Cahot" se trouve dans la commune de Bruz ; il est en schiste pourpré.
  8. Personnes en âge de communier.
  9. Pierre Barbotin, né le à Bain, décédé le au Sel.
  10. Probablement Pierre Touchais, né vers 1735 et décédé le au Sel.
  11. Guillaume Gaigeard, né le au Sel, décédé le au Sel.
  12. Les auteurs évoquent l'église d'alors, remplacée dans le 3e quart du XIXe siècle par l'église actuelle.
  13. Charles de La Bourdonnaye-Montluc, né le à Rennes, décédé le .
  14. Sainte Madeleine est fêté le 22 juillet.
  15. Louis Nicolet, capitaine au 170e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Le Mesnil-lès-Hurlus (Marne).
  16. Pierre Marie Pinczon du Sel des Mottes, né le à Rennes, décédé le au Sel.
  17. François Bréal, baptisé le au Sel, décédé le à la Rue en Le Sel.
  18. René Regnault, né le 30 prairial an VIII à Rennes, décédé le au Sel.
  19. Pierre Marie Delalande, né le à Bain, décédé le à Pouchard en Le Sel.
  20. Marie Baptiste Renaudet, né le à Bain, décédé le au Sel.
  21. Julien Lécrivain, né le au Sel, décédé le au Sel.
  22. Jean Jagot, né le à Janzé, décédé le au Sel.
  23. René Delalande, né le au Sel, décédé le au Sel.
  24. René Brochard, né le à Pancé, décédé le au Sel.
  25. Alexandre Bitauld, né le au Sel, décédé le au Sel.
  26. Théodore Bigot, né le à Chanteloup.
  27. André Hupel, né le à Bain-de-Bretagne, décédé le au Sel-de-Bretagne.
  28. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  29. Les "petites écoles se tenaient le plus souvent au presbytère, qui faisait office de classe. On y apprenait le catéchisme , avec quelques bases de lecture et d'écriture.
  30. Jean Beauchesne, né le au Sel, décédé le au Sel

RéférencesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France La-Noe-Blanche - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Le Sel-de-Bretagne et La Noë-Blanche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France La-Noe-Blanche - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Le Sel-de-Bretagne et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a et b « Etymologie et Histoire de Modification de Le Sel-de-Bretagne », sur infobretagne (consulté le ).[source insuffisante].
  22. Patrick Huchet - 1994 - "1795, Quiberon ou Le destin de la France".
  23. « Présentation de la commune du Sel-de-Bretagne », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  24. a et b A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), page 500.
  25. Varia, « La Motte du Chalonge », Bulletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine,‎ , pages 300-304 (lire en ligne, consulté le ).
  26. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), page 413.
  27. « Étymologie et histoire du Sel-de-Bretagne », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  28. « Cahier de doléances du Sel (ou Sel-de-Bretagne) en 1789 », sur infobretagne (consulté le ).
  29. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 21, t. 4,‎ , p. 398-399.
  30. « Tramway de Rennes au Grand-Fougeray », La Dépêche bretonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. http://tramways35.e-monsite.com/pages/tiv-rennes-le-grand-fougeray.html.
  32. a et b « Le Sel-de-Bretagne. Monument aux Morts (Relevé n° 19813) », sur MémorialGenWeb, (consulté le ).
  33. « M. Jolivel élu maire du Sel-de-Bretagne à l’issue d’un vote sans histoire », Ouest-France, 7-8 décembre 1974 (archives du journal)
  34. « Le Sel-de-Bretagne. Premier mandat de maire pour Stéphane Morin », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  35. « Le Sel-de-Bretagne. Le maire annonce sa démission », sur ouest-france.fr, Journal Ouest-France, (consulté le ).
  36. « Le Sel-de-Bretagne. Christine Roger s’impose largement dans l’élection partielle », sur ouest-france.fr, Journal Ouest-France, (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  41. « Les écoles de la commune du Sel-de-Bretagne », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  42. Notice no PA00090885, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Notice no IA00007576, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Eglise paroissiale Saint-Martin (Le Sel-de-Bretagne) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) .
  44. Notice no IA00007575, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Chapelle Sainte-Anne (Le Sel-de-Bretagne) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) .
  45. « Chapelle du Crucifix, la Briantais (Le Sel-de-Br », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  46. Notice no IA00007577, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Château, les Monts (Le Sel-de-Bretagne) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  47. Notice no IA00007578, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Manoir, la Filochais (Le Sel-de-Bretagne) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  48. « Monument aux morts (Le Sel-de-Bretagne) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  49. Bernard Rio, Le cul bénit. Amour sacré et passions profanes, Coop Breizh, (ISBN 978-2-84346-582-6).